Il suffit parfois de peu.

Ainsi, alors que j’étais tranquillement en train d’écouter les informations, lues comme il se doit par l’une de mes stagiaires (les radios, c’est tellement has been), voici que je me suis naïvement demandé ce que le parti au pouvoir prévoyait en cette rentrée politique des plus mouvementées. Ni une, ni deux, je suis donc allé sur leur site, pour me trouver nez à nez avec cette information essentielle :

Boutique

C’est vrai que c’était là le plus urgent pour les gens tombant sur la première page.

L’occasion de découvrir ce mug posant de grandes questions métaphysiques :

Mug

Tu en poses de ces questions, mug !

Ce pourquoi il aurait été cruel de ne pas y répondre. Aussi, par la présente, permettez-moi d’y répondre.

Et je vous invite donc à cliquer sur l’image ci-dessous qui parle d’absurdités véritables, mais prouve aussi que des fois, je devrais en rester à l’écriture.

Introjaures

Cliquez-donc au lieu de rester là !

Ah, mug magique . Comme tu me tortures l’esprit !

 

 

"Non mais c’est un film d’action ! Tu vas pas non plus demander un scénario écrit par Sartre !"

François soupira et plongea sa main dans le saladier de chips tout en secouant la tête. Il en avait assez, de cette bande de prétentieux qui n’arrêtaient pas de critiquer l’intrigue des films d’action. Après tout, on y allait pour voir des explosions, alors il ne fallait pas se plaindre qu’il n’y ait pas une intrigue politique. Il jeta tout de même un coup d’œil du côté d’Alice, l’étudiante en sociologie qu’il essayait de séduire depuis un moment. Son regard s’arrêta brièvement sur son débardeur bien rempli, mais voyant que la jeune fille portait son regard vers lui, il prétendit regarder ailleurs. Elle n’avait pas l’air de l’avoir vu. Ou de désapprouver son propos, ce qui était plutôt une bonne chose. Elle n’était pas comme toutes ses coincées de Télérama qui réclament des… des… mais que regardait-elle ? Son épaule ? François fronça les sourcils et constatant qu’il n’y avait pourtant pas les pellicules qu’il craignait d’y voir, ne comprit pas de suite.

La fenêtre explosa soudain derrière-lui, et il y eut une terrible détonation qui projeta au sol une bonne partie des objets et étudiants qui peuplaient la pièce. François ouvrit péniblement un œil pour constater que le saladier lui était tombé dessus et qu’il était couvert de chips. Malgré le sifflement dans ses oreilles et sa tête qui lui tournait, il entendit clairement Alice s’exclamer avec enthousiasme :

"Hooo, les Excusables !"

Ce qui fut plus mystérieux encore fut le gros poing ganté qui s’abattit sur le visage de François à la seconde où il tentait de relever la tête, suivi d’un autre, puis de toute une série de coups de divers trucs, dont, François en était certain, au moins un taser et une boîte de Pringles qui traînait et que quelqu’un tenta d’utiliser pour l’aider à élargir son horizon. Alors qu’il était au sol, à demi-inconscient, il aperçut enfin penché au-dessus de lui, le visage aux cheveux et au mauvais rasage poivre et sel du chef du commando, fronçant les sourcils.

"Alors François ? Sais-tu qui nous sommes ?
- Moi je sais ! s’exclama Alice depuis le clic-clac en sautillant.
- Oui jeune fille aux tressautements dignes d’intérêt ?
- Vous êtes les Excusables ! A chaque fois que quelqu’un utilise une excuse de merde, vous intervenez et lui maravez la margoulette ! A ce qu’il paraît que dans chaque bureau de la vie scolaire de France et de Navarre, il y a une ligne directe pour vous appeler tant les mots d’excuses pour les retards sont nazes ! HooOOOoooo Monsieur Connard, j’adore votre commando ! Je vous adore !
- Certes, mais je suis là pour le travail. Alors François, sais-tu pourquoi ton excuse est à chier ?
- Mmm… non ? dit-il en crachant une dent.
- Parce que qu’importe le film, la cohérence est un principe de base. A ne pas confondre avec le réalisme. Ainsi, surtout dans le cadre d’un film d’action tout bête, ce serait quand même dramatique de ne pas arriver à écrire un script tout bête.
- Tu comprends ?"

0

François hésita. D’un œil, il constata qu’Alice continuait à regarder amoureusement le chef du commando, et que les autres étudiants présents restaient à terre sans rien dire, terrorisés par le second du chef qui les menaçait à l’aide d’un fusil à pompe. Il réfléchit à ce que l’on venait de lui dire et conclut :

"Non."

L’homme penché sur lui secoua la tête et se tourna vers son adjoint.

"Diego, je crois qu’il va nous falloir une autre boîte de Pringles. Quant à vous, les autres, je vais vous donner un exemple : Expandables 3. Des coups de fusil, des explosions… ça doit pas être bien compliqué. Alors peut-on quand même se rater ? Spoilons mes bons !"

0

____________________________________

L’affiche : plus de la moitié est réservée au casting. L’autre moitié aussi. Bon, hé bien je crois que tout est dit quant à ce que ce film propose.

Tout commence quelque part, au Moumoukistan, alors qu’un train blindé faisant office de transport de prisonniers circule à vive allure au milieu du désert.

Ce que les fiers Moumoukis ignorent, c’est que bien plus loin sur la ligne, un hélicoptère est posé sur les voies et des hommes aux muscles comme des bouillottes et aux testicules souvent confondus avec des ballons de plage (ce qui a conduit plus d’une fois à des drames et des procès que je vous passe) sont en train de tendre un lourd câble métallique en hauteur entre deux poteaux : ce sont les Expandables, le super commando d’élite de la mort qui réussit toutes ses missions avec panache (et blagues pourries).

Mais l’équipage du train blindé ne sait rien de ces événements. Ainsi, à bord, l’un des membres d’équipage est en train de téléphoner à son chef pour lui parler de l’avancement de la mission. Je vous traduis donc ce dialogue, issu du langage Moumouk (que j’ai étudié en LVIII au lycée, je savais que ça me servirait un jour).

"Allô, Zoumtar le vilain chef de prison ? Ici Kaloum le chef de train blindé un peu con.
- Je t’écoute Kaloum.
- Je tenais à vous dire que nous avions le prisonnier et que nous arrivions dans quelques minutes.
- C’est très intéressant Kaloum. Mais tous les occidentaux qui regardent ce film vont un petit peu se foutre de notre gueule.
- Ben pourquoi ?
- Peut-être parce qu’aux dernières nouvelles, tu es dans un train blindé qui fonce vers ma prison et que je t’y attends vaguement ? Du coup, où est-ce que tu as vu jouer que les transports de prisonniers n’avertissaient pas la prison où ils allaient, sauf deux minute avant leur arrivée du genre "Au fait les mecs, on est en bas, faites péter les chips !" ?  Ce sera pas juuuste pour aider le spectateur à comprendre le pitch, ce coup de fil ?
- Ouais, enfin Zoumtar, t’es gentil mais toi tu commandes une prison qui n’est reliée QUE par une voie de chemin de fer qui rentre directement dans le bâtiment. Alors niveau logique, touche à ton cul.
- Ah ouais ? Et qui c’est qui a tout un train blindé pour transporter un seul prisonnier ?
- Tu fais chier Zoumtar ! Toi et tes portraits partout alors que tu es juste chef de prison ! Bon tu sais quoi ? Je propose qu’on se fasse exterminer par les Expandables. Ça réglera le problème.
- Vendu !"

0

Et sur ces entrefaites, l’hélicoptère des Expandables arrive au-dessus du train blindé, et les hommes du commando mitraillent les geôliers sans pitié.

Bon, ils sont peut-être vaguement aidés par le fait que sur les 25 mecs sur le toit, aucun ne tire même une seule balle de kalachnikov sur l’hélicoptère. Vous pouvez regarder, j’ai guetté, et non, aucun. C’est vrai que du coup c’est vachement plus pratique. Cela dit, le train blindé n’est pas complètement dénué de défenses : ainsi, alors que l’alarme est donnée et que toujours plus de Moumoukis montent sur le toit du train pour se faire massacrer sans tirer une balle, sort d’un wagon une grosse pièce de DCA. L’hélicoptère des Expandables a donc tôt fait de voler bas et de se planquer derrière le train pour ne pas pouvoir être touché par la pièce montée (je fais pareil durant les mariages), et attend donc tranquillement que le câble tendu plus loin sur la voie fauche tous les Moumoukis encore sur le toit, puis fauche net la pièce de DCA (qui oui, est fauchée alors que les deux poteaux sur les bords de la voie, eux, ne bougent pas : c’est tout de même bien fait, sûrement des poteaux lestés à l’uranium).

Bon, l’autre option, ami Expandable, c’était juste de laisser le câble faire. Après tout, ça aurait fauché tout le monde sans tirer un coup de feu, et vous pouviez ensuite prendre le reste de la garde locale par surprise dans les wagons. Mais l’hélicoptère était tellement plus cool, vous avez raison.

Bref : le commando infiltre le train, nettoie les derniers survivants, et s’en va libérer un Monsieur tout attaché dans un coin (vraiment, ce n’est pas juste un donjon belge blindé), qui cela fait, ignore superbement les Expandables, obsédé par le fait de se venger de ceux qui l’ont laissé enfermé là (durant 8 ans, nous l’apprendrons plus tard). Mais malgré 8 ans sans exercice, Doc, puisque c’est son nom, bondit partout comme un cabri, ignore les Expandables qui lui ordonnent de filer à l’hélico pour s’enfuir, et à la place, retourne courir sur le toit du train pour foncer vers la locomotive. En chemin, il tue deux sentinelles qui… qui…

… qui attendaient là ? Malgré l’alarme ? Les coups de feu ? Tous les cadavres autour d’elles ? Mais enfin ! Qui a eu cette idée absurde ?

Le Doc (ce qui pour certains, sera toujours lié à la phrase "Non, ce n’est pas sale") remonte donc jusqu’à la locomotive, bloque les gaz à fond, bondit sur les commandes du canon en tête de train (normal) et se met à arroser la prison sitôt qu’il est assez près, où tous les gardes viennent se faire massacrer en se pointant devant son arme. Puis, au dernier moment (évidemment), il rejoint l’hélicoptère des Expandables pour s’enfuir loin de la prison au moment où le train y rentre à fond et… explose. Voilà. Hop. Avec toute la prison. Mais oui. Adieu, Zoumtar, donc.

Qu’eeeest-ce que c’était que cette scène ?

Attendez, je sniffe un peu d’éther et ça devrait aller. Voiiilà. Les Expandables retournent donc sur un aérodrome isolé où ils font exploser l’hélicoptère, pour ne pas laisser de traces, avant de remonter dans leur énorme avion pas furtif du tout sur lequel il est écrit en gros "EXPANDABLES".

Ah oui. Effectivement, ça valait le coup de faire sauter l’hélico. Nul doute que toute la chasse du pays, sitôt qu’elle aura vu l’avion sur ses radars, n’aura pas besoin de bien longtemps pour savoir a) qui a fait le coup, b) abattre tout le commando qui vient de faire sauter une prison avant de retourner à la maison fêter ça avec un chant traditionnel Moumouk. Mais comme le dit le proverbe : au Moumoukistan, on n’a pas d’avions, mais on a des trains blindés. Les Expandables peuvent donc rentrer tranquillement au pays pendant qu’à l’intérieur de l’appareil, tout le monde discute paisiblement. Je vous résume donc la conversation :

  • Le Doc était à la fois un médecin et un Expandable. Raison pour laquelle Barney Ross, le chef des Expandable, est venu le sauver
  • Oui, ils ont mis 8 ans à le sauver, mais parce qu’il était prisonnier dans un lieu super secret et qu’il a fallu le temps de le trouver
  • Le Doc avait été capturé parce qu’il avait tenté un coup d’état au Swaziland
  • A l’arrière de l’appareil des Expandables sont accrochées toutes les plaques de ceux tombés au combat pour rappeler que la vie de mercenaire, c’est trop triste, tavu

Mais surtout, Barney annonce une chose importante au Doc : en fait, il déconnait, hohoho, haaa, qu’est-ce qu’on rigole copain. Ils ne rentrent pas à la maison. Ils vont d’abord en Somalie où ils doivent abattre un trafiquant d’armes, Victor Minsk. Parce que trafiquer des armes, c’est mal.

Le Doc fait donc un peu la gueule, se rase avec un énorme couteau, comme ça, hop, pour bien montrer que c’est un ouf, et toute la petite équipe se rend dans un port de Somalie pour infiltrer discrètement le point de rendez-vous. Coup de bol, dans le coin, tout le monde porte le chèche pour se voiler tout le visage, donc ça devrait faciliter le boulot des Expandables, puisqu’ainsi, ils pourront dissimuler leur… leur…

Ho.

En fait, Barney a préféré, intelligemment, filer des chèches aux noirs de son équipe et des casquettes aux blancs histoire que l’on puisse bien voir leurs visages. Barney, tu n’as pas compris le jeu ?

Je ne sais pas mon petit Barney. L’inverse n’aurait-il pas été plus rusé ? Non parce que là, des blancs surarmés qui se promènent au beau milieu de la Somalie, j’ose penser que ça devrait vaguement attirer l’attention et faire comprendre au premier péquin venu qu’il y a des étrangers dans le coin. Mais bon. Alors que quand tout le monde est armé et a le visage masqué, tu aurais pu te faire passer pour une milice. M’enfin bon, hein, c’est toi l’Expandable, tu sais.

Toujours est-il que le script, lui, n’a pas prévu cela : nos larrons peuvent donc courir dans tous les sens l’arme au poing sans que personne ne les remarque (ce qui aide pas mal), et ils finissent par arriver jusqu’à la zone de rendez-vous, où ils s’embusquent dans un container suspendu à une grue pour mieux observer ce qu’il se passe, ce qui est très intelligent, vous en conviendrez (une roquette, et hop ! Au revoir les copains !) . Mais alors que Barney observe l’arrivée du fameux Victor Minsk, soudain, il devient tout fou en reconnaissant ledit Victor : il s’agit d’un homme qu’il connaît bien, son ancien très méchant associé, supposé mort, avec qui il avait fondé les Expandables : Conrad Stonebanks, de son vrai nom.

J’en déduis donc que Barney avait pour mission d’abattre un type sans savoir à quoi il ressemblait. Pratique. Dans le doute, il aurait sûrement tout fait péter.

Bref, tout fou, vous dis-je, Barney bondit hors du container, puis hurle "CONRAAAAD STONEBAAAAANKS !" et se met à mitrailler dans tous les sens sans viser.

Mais enfin ? Barney ? Depuis quand on annonce son attaque pour attaquer un mec ? Tu t’es cru dans Naruto ou bien ?

014375.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Quelques secondes avant que notre héros ne devienne tout fou : notez que je ne mens pas quant à la qualité de leurs déguisements pour infiltrer la Somalie. C’est… bluffant.

Résultat, Conrad rate tous ses tirs (car oui, d’habitude il tire comme un dieu, mais là, non), et Stonebanks, vaguement alerté par ces cris de cochon qu’on égorge riposte mais lui aussi rate alors que c’est un tireur d’élite (ce serait bête que le film s’arrête là) et c’est donc une fusillade digne d’une soirée paintball chez Gilbert Montagné qui s’ensuit. Les Expandables tentent donc de fuir les lieux maintenant que leur chef a donné l’alarme comme un gros débilou, et ils s’enfuient donc en camion volé au travers du port somalien. A noter que chez les Expandables, c’est comme dans Zelda : à un moment, ils traversent un mur en béton avec leur vieux camion pourri. Comment font-ils pour savoir qu’il va céder ? Hé bien c’est facile : le mur est marqué par une grosse fissure.

Pratique. J’attends donc "Expandables 4 – Panique à Jardiland" où ils font péter pots et buissons pour gagner de l’argent.

Autre super pouvoir des Expandables : la télépathie. Ainsi, alors qu’ils fuient en camion, deux autres Expandables sont encore dans la rade du port avec un canot. Barney leur lance donc par radio "Rapprochez-vous le plus possible !"

Personnellement, moi, si on me dit ça, je me rapproche. Avec dans l’idée que les mecs veulent sauter, rejoindre le canot et gagner le large plutôt qu’être coincé dans un port avec 1 500 mecs aux trousses. Sauf qu’en fait non. Car les Expandables du canot ont bien compris que le message était "Faites des acrobaties avec le canot pour sauter en l’air et atterrir à l’arrière du camion."  Ce qu’ils font avec succès. Je n’aurais donc jamais pu être un Expandable : je ne suis pas assez con. Ou télépathe. Ou les deux (on parle alors de "Professeur Xavier").

Sauf qu’alors que nos héros ont massacré à peu près tous leurs poursuivants, voici qu’un bruyant "flap-flap" se fait entendre au-dessus d’eux ; il ne s’agit pourtant pas d’un énorme Cupidon sur le retour, mais pire : de l’hélicoptère de Conrad Stonebanks. Qui vole à 25 mètres au-dessus de nos héros, le méchant assis à la portière avec son fusil.

Et là, c’est le drame. Suivons plutôt ce qu’il se passe en bas.

"Barney ! Quelle chance, ce couillon de Stonebanks est juste au-dessus de nous, bien en vue et à bord d’un appareil tout fragile alors qu’on a des tonnes d’armes de foufou !
- Non. Je propose plutôt que l’on reste ici à ne pas tirer en regardant la scène au ralenti.
- Hein ? Mais Barney, enfin ! On peut le tuer, là, tout de suite !
- Chut.
- Ecoute je… aaaAAAAAaaah ! Stonebanks vient de me tirer une balle dans la jambe !
- Ah oui, c’est ballot. Surtout qu’en plus il ajuste bien lentement. Mais tu sais, quoi, on ne va rien faire. Attention, je crois qu’il va tirer à nouveau.
- Putain mais… AAAAAaaaïeuuuuh ! Une balle dans le cul ! Non mais… Barney ! Fais quelque chose !
- Attends, je regarde en l’air sans rien faire avec une moue contrite. Je suis occupé.
- Relou !"

0

Et en effet : César, l’un des membres de la bande, après s’être fait trouer le genou et le cucu, se retrouve à terre avec autour de lui ses petits camarades qui font du rien. Non mais sérieusement ? Vous avez fait 10 minutes de fusillade, vous ne pouviez pas le blesser là, de manière crédible ? Pourquoi les seuls moment où les mecs sont ENFIN touchés sont AUSSI surréalistes ? Stonebanks, qui visiblement, est un sacré déconneur, appuie sur un gros bouton à l’arrière de l’hélicoptère, et aussitôt, un gros missile sous l’appareil vole vers le camion de nos héros et l’explose, propulsant tous les Expandables dans l’eau voisine, le véhicule étant stationné en bordure de quai.

Il faudra m’expliquer comment le missile a pu toucher le camion, sachant qu’il y avait 15 véhicules autour et que Stonebanks n’a pas visé ou fait quoique ce soit. Il a juste appuyé sur un bouton rouge pour larguer le missile. Peut-être que c’était un missile renifleur de gentils ? Une fois qu’il a senti cette odeur unique faite de big balls, d’amitié et de poudre, il se dirige droit vers la cible ? Mystère. En tout cas, j’en veux un comme ça. S’il pouvait aussi renifler les blogueurs qui font des vidéos pour dire qu’ils ont pleuré devant Lucy, ça me ferait plaisir. Merci.

Mais dans tous les cas, nos héros ressortent de l’eau, et devinez qui a encore plus bobo que 5 minutes avant, avec désormais un trou dans le poitrail ? César.

"Chui sûr que c’est parce que je suis noir !" pleure-t-il alors qu’autour de lui, ses camarades sifflotent très fort. Avec l’aide du Doc, ils parviennent à le stabiliser pendant que tout le reste des milices somaliennes du port est parti pour sa pause déjeuner (je vous laisse insérer vous-même ici vos calembours sur la pause déjeuner en Somalie, tas de fripons), puis, aidés de leur téléporteur, ils retournent sans explication malgré toutes les forces hostiles à leur gros avions pour filer aux Etats-Unis déposer César à l’hôpital, remplir quelques papiers, filer sa carte vitale et appeler sa mutuelle pour savoir si elle couvre les soins liés à des balles dans le cul et des missiles magiques (la dame de l’accueil aurait raccroché à ces mots, Barney n’a pas bien compris pourquoi).

Mais à la sortie de l’hôpital, Barney tombe nez à nez avec le chef des opérations de la CIA : Max Drummer. Barney est donc bien étonné.

"Mais attendez ! N’était-ce pas Bruce Willis jusqu’ici, mon contact à la CIA ?
- Si, mais il coûtait trop cher. Bonjour, je suis Harrison Ford, et j’étais en promo. Vous m’avez peut-être vu dans Star Wars, Indiana Jones ou encore Witness. 
- D’accord, qu’est-ce que vous voulez, Monsieur…
- Max Drummer. J’insiste. Voilà mon problème : je vous ai envoyé tuer Victor Minsk.
- C’était pas Victor Minsk, c’était Conrad Stonebanks ! Mon ancien associé et ennemi juré que je croyais avoir tué il y a bien longtemps !
- Ah oui ? Hahaha, hohoho… quel dommage que l’on ait oublié de vous filer une photo du sujet ou de vous dire que c’était votre ancien associé ! C’est vraiment trop ballot. Bon, enfin bref : vous avez merdé, alors je suis venu vous faire les gros yeux. 
- Ho non ! Pas les gros yeux !
- Grouuuu !
- Non, arrêtez Drummer !
- Très bien. Mais sachez que Minsk, Stonebanks ou qu’importe comment vous l’appelez est un gros rascal qui a torturé et tué mes meilleurs hommes. Je veux sa peau. Alors vous attendrez qu’on le retrouve, et vous rattraperez le bazar que vous avez mis en Somalie, okay ?
- D’accord. Mais vous ne me faites plus les gros yeux, hein ?
- Non. Allez, filez Barney ! Vous avez du pain sur la planche."

0

Et il y a en effet du pain de mie sur la planche à burger, car de son coté, Stonebanks vit heureux. C’est un trafiquant d’armes qui vend des armes aux méchants pays, et est donc très riche et aime l’art. Car comme dans tout bon blockbuster, les pauvres sont sympas et ont des plaisirs simples, alors que les riches sont tous des enculés qui aiment les trucs de bourgeois.

Ces préjugés, je vous jure.

Attendez, je vais me reprendre un petit verre d’un excellent alcool de 110 ans d’âge et je reviens.

Voilà, que disais-je ? Ah oui : c’est fou comme le bon goût est forcément associé à des personnages de connards. Ces scénaristes ne font aucun effort.

048748.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Alors que les gentils, ils boivent de la mauvaise bière à la bouteille avec des chapeaux à la con et des chemises moches lors de soirées karaoké. Ça me vend du rêve.

Barney en tout cas en a pris un coup au moral : depuis que César a été blessé (et en même temps, si je trouvais la bande d’idiots qui était restée sous l’hélicoptère à attendre les balles), il n’a plus envie de voir d’autres Expandables mourir. Il réunit donc toute la petite bande et leur explique que c’est fini. Ils peuvent prendre leur retraite. Car ils sont des reliques du passé et il n’a pas envie de voir d’autres camarades se faire cartonner comme des crotouilles. Evidemment, chacun soupèse ses balls tout en expliquant que jamais il n’abandonnera ce beau métier qu’est celui de mercenaire, et que Barney ne peut pas faire ça, mais si.

Et il le fait.

Seulement voilà : Barney n’a pas non plus oublié que Stonebanks devait mourir. Déjà parce qu’il devrait déjà être mort, et ensuite parce qu’il a fait bobo à César. Cela mérite donc vengeance. Sans compter que Barney n’aime pas laisser un boulot inachevé. Il va donc contacter un vieil ami, Bonaparte, dont la spécialité est de trouver du personnel pour des équipes de mercenaires. Tous les deux engagent donc la conversation.

"Hey, Barney ! Comment vas-tu ? Pourquoi viens-tu me voir, tu n’as pas une équipe ?
- Je l’ai virée, pas envie de les voir crever. J’ai besoin de nouveaux. Du sang frais. Des d’jeun’z qui n’ont rien à perdre.
- Je vois. En fait, ce que tu es en train de me dire mon petit Barney, c’est que tu veux une équipe dont tu n’as strictement rien à foutre pour pouvoir la laisser crever en paix sous tes yeux ?
- C’est ça.
- C’est cool. Dis-moi, je ne me souviens plus bien… c’est qui le gentil du film, déjà ?
- C’est moi. 
- Hem. Soit, okay. C’est cool. Et donc, tu pourrais m’en dire plus sur ce pourquoi tu en as besoin à part les laisser mourir ?
- Je dois aller buter Conrad Stonebanks. 
- Ben ? Il est pas déjà mort ?
- Visiblement, non.
- Hmmm… il est super fort, c’était quand même ton ancien associé. Très bien, laisse-moi aller chez Vediorbis et Pôle Emploi te trouver deux ou trois mecs."

0

Et en effet. En passant une annonce chez les recruteurs du coin, Bonaparte arrive à obtenir une liste de volontaires tous plus navrants les uns que les autres, mais ça, personne n’a l’air de le remarquer. Ainsi, ils perdent des heures à aller voir chaque candidat aux quatre coins du pays et même plus au lieu de directement les convoquer, mais pourquoi pas. Et c’est ainsi qu’ils recrutent :

1) Drony. Un expert en drones qui aime l’escalade. Mais sinon, en-dehors de ça, il sait faire des trucs ? Oui ? Non ? Et puis quels drones d’abord ? Barney se contente de regarder le Monsieur faire de l’escalade et de dire "Wouah, il est trop bon, il a un parachute pour quand il tombe !". Si tu veux. En même temps, il n’en aurait pas eu, c’eut été plus délicat, mais je dis ça. Ho, et non : il ne lui parle même pas. Il le prend direct. Heureusement qu’il n’était pas à côté d’un club de parapente, sinon il recrutait 40 personnes d’un coup pour les envoyer à une mort certaine.

2) Moustachos. Ils le trouvent dans le centre d’entraînement d’une super unité d’élite américaine et celui-ci, pour les convaincre de le prendre, leur fait une super démonstration avec une arme.

"Vous voulez voir ce que je sais faire ? Voici le fusil CS-250. Il tire des balles explosives qui peuvent sauter dans ou derrière la cible sur commande. Regardez, je vous fais une démonstration !
- C’est intéressant mais quel rapport entre vous et ce fusil ? Aux dernières nouvelles, c’est le fusil de l’armée, pas le vôtre, et ça n’a strictement rien à voir avec vos compétences sans compter qu’on ne verra plus cette arme du film.
- …
- Vous êtes aussi con que nous : je vous recrute !"

0

3) Luna. C’est une videuse de boîte de nuit qui fait du catch. Quel rapport avec le mercenariat ? Aucun. Mais elle fait du catch !

4) Gronul. Ancien Marines, trop indiscipliné pour appartenir à n’importe quelle unité (c’est à se demander comment il a pu y rentrer), il est complètement inadapté à toute mission de type militaire comme par exemple, un truc avec des mercenaires. Par ailleurs, quand ils viennent le voir, il est au Mexique en train de se prendre une raclée dans une arène. Mais grâce à son nez magique, Barney renifle l’odeur du pipeau et devine que "Hmmm je suis sûr qu’en fait il a fait exprès de perdre et qu’il est super fort." Et ils le prennent. Mais enfin, arrêtez, n’en jetez plus !

5) Galgo. Un Espagnol super acrobate qui aurait eu sa propre compagnie de mercenaires et qui en plus, fait la démonstration de ses talents (via un cascadeur qui ne ressemble pas, la marque de fabrique de la série des Expandables) devant nos héros. Mercenaire, compétent, a fait une démonstration crédible et au dire de Bonaparte, a une réputation d’être super fort…

"HOLALA FAUT PAS LE PRENDRE ! Il essaie de se faire recruter depuis super longtemps en m’envoyant des CVs sous de faux noms, c’est relou !" s’exclame donc Bonaparte quand bien même il reconnaît qu’il est super fort.

Okay. Donc je résume : une catcheuse, un type qui montre des fusils même pas à lui pour dire qu’il est fort comme eux, un gros indiscipliné et un pilote de drones, c’est okay, par contre pile poil le profil recherché, c’est pfoulala, non.

Bouhou. Bouhouhou. Bouhouhouhou. C’est un film d’action ! C’est pourtant pas compliqué ! Mais visiblement, SI !

489576.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Alors qu’à la place, Galgo aurait fait un truc comme des dérapages en Segway, ils le prenaient direct.

Qu’importe. Ainsi entouré de sa nouvelle équipe de busards, Barney n’a plus qu’à attendre que la CIA lui dise où se trouve Stonebanks pour aller lui coller des pruneaux dans le museau. Et ça tombe bien, car un soir que Barney monte dans sa voiture, il voit apparaître dans son rétroviseur au moment de démarrer, son bon ami Drummer, chef des opérations, assis dans l’ombre sur la banquette arrière. Si le film avait été logique, ça aurait dû se passer comme ça.

"*sifflote sifflote* allez, les clés dans le contact et…
- Bonsoir, Ross, je…
- WOPUTAIN BLAM BLAM BLAM BLAM BLAM BLAM BLAM BLAM
- Uuh… pourqu… *couic*
- NAN MAIS ! Ça va pas de monter dans la voiture d’un super mercenaire pour lui faire peur ?! Vous êtes pas un peu débile aussi ? J’ai des réflexes, quoi, merde, et je suis toujours armé ! Bon… allô, les Expandables ? J’ai un macchabée à l’arrière de ma bagnole. Oui, c’est encore un directeur de la CIA qui a cru malin de me faire peur sur ma banquette arrière au lieu de m’attendre près de la voiture ou de venir me voir comme tout le monde. Préparez l’avion, on va larguer de la viande aux grands requins blancs !"

0

Mais comme le film est mauvais, ça se passe comme ça.

"*sifflote sifflote* allez, les clés dans le contact et…
- Bonsoir, Ross, je venais vous dire qu’on avait retrouvé votre bon ami Stonebanks. 
- Tiens, vous êtes là ? Où est cet enfant de salaud ?
- Il est en Roumanie pour une transaction, à Bucarest pour être exact. Voici le dossier avec toutes les informations. Et cette fois-ci, plein de photos que, hihihi, on avait oublié de mettre dans le dossier la première fois. Ho, on a aussi mis plein de photos de gens morts pour montrer qu’il est méchant. 
- Il tue des gens. Le gros bâtard. Alors que moi, jamais.
- Hmmm… okay. Bon, allez Barney, dans 36 heures la cible se sera envolée, alors vous avez peu de temps. Un détail : il nous le faut vivant.
- Ben ? La dernière fois vous vouliez qu’on le bute.
- Oui, ben faut croire que depuis qu’on a retrouvé les photos, les ordres ont changé, c’est fou. La CIA veut le livrer au tribunal de La Haye pour crimes de guerre.
- La Haye ? Mais on est américains ! On a même pas ratifié le traité sur La Haye ! Pourquoi la CIA voudrait livrer quelqu’un à un tribunal avec lequel elle ne travaille pas ?
- Oups. Le script. Mais c’est grave comme détail ?
- Ben oui. Parce que ça veut dire qu’en fait, si vous savez où est le bonhomme, il suffit d’appeler les Européens, Interpol, qui vous voulez et ils vont vous arrêter le loulou en deux temps trois mouvements. Alors que là, vous commanditez une opération illégale sur le sol d’un pays allié pour court-circuiter la police locale en envoyant de gros bourrins amateurs de gros fusils et donc de dommages collatéraux, tout ça pour au final, remettre la cible audit pays allié.
- Vous avez quoi, Ross ? On va s’en tenir au script. Et vous savez ce que dit le script ?
- Que je suis Barney Ross et que je suis un gros con ?
- Voiiiiiilààààà !"
0

Barney réunit donc sa nouvelle équipe promptement, et si l’ancienne équipe se pointe, jalouse, et que les relations se tendent brièvement avec les petits jeunes, Barney n’en est pas moins ferme : il part avec les jeunes et c’est tout. Rentrez chez vous, les vieux, il y a des Chiffres et des Lettres qui va commencer ! Barney congédie donc les anciens et part avec son gros avion pas furtif, avec lequel, encore une fois, il traverse la moitié de l’Europe illégalement (mais sans qu’on l’embête). Et pendant que Schwarzy pilote (il passait par là), Barney et ses copains qui sont décidément aussi subtils qu’un lycéen en boîte sautent donc sur la Roumanie. Et arrivent à Bucarest incognito, probablement après avoir strangulé 12 civils pour prendre leurs vêtements et remplacer leurs tenues de parachutistes.

Cela fait, ils attendent devant l’hôtel où Stonebanks réside, et le voient arriver entouré de moult gardes armés. Voilà qui ne sera pas facile !

"Hooo je sais comment faire !" s’exclame Barney. "On va au point de rendez-vous et on leur pète tous la gueule !". Mais ses nouveaux compagnons d’arme ne l’entendent pas de cette oreille : ainsi, Drony a un plan qu’il formule comme ceci "Hahaha, c’est tellement années 80, votre plan ! Non, voyez : on va déconnecter les détecteurs ici, ici, ici et là et ce sera bon." et tout le monde opine du chef. Oui ? Certes ? Tout cela me rend tout à fait perplexe. Interrogeons donc un expert ès tactique.

- – – – – – – – – – – – – – – – – – – -

"Monsieur Connard, bonsoir !
- Bonsoir Stéphane Bern.
- Alors Monsieur Connard, on vous connait pour bien des choses, puisqu’on peut bien le dire, vous avez de multiples casquettes !
- Presqu’autant qu’une cage d’escalier de Seine-Saint-Denis.
- Hihihi… hem. J’ai pas compris.
- C’est une blague pour les pauvres, Stéphane, c’est normal. 
- Ho. Bon, très bien. Monsieur Connard, je disais donc qu’on vous connaissait dans bien des domaines, mais on oublie trop souvent que vous avez aussi été le leader charismatique d’un groupe de shadowrunners. Qui ne se souvient pas de votre célèbre technique dite du "On abat la cible à 1 500 mètres et on se casse", "Passe le drone, passe les explosifs,  on va leur rejouer la bataille du golfe de Leyte tranquille" ou encore "Il s’enfuit en moto ? Ça tombe bien, je l’ai faite plastiquer. La dernière chose qu’il entendra, ça devrait être le détonateur qui joue la Cucaracha."
- Tout à fait. 
- Alors que pensez-vous du plan de l’équipe de Barney Ross ? Plutôt que d’entrer et de tout péter, déconnecter les détecteurs, entrer, et tout péter ?
- C’est très con puisque si c’est pour tout péter, l’alarme sera donnée, par les détecteurs ou par les coups de feu, en fait.
- Alors qu’auriez-vous préconisé ?
- Hé bien, les hommes de Stonebanks sont tous en civil. 
- Ça leur va très bien.
- Si vous voulez, Stéphane. Mais du coup, vous savez ce qu’ils n’ont pas ?
- De noms et ils vont donc crever comme de petites crottes l’un après l’autre comme le veut la règle des mauvais films d’action ?
- Alors oui, déjà, mais ils n’ont pas de masque à gaz. Du coup, vous bloquez les portes et vous envoyez les lacrymos (si vous êtes taquins), ou le gaz soporododo. Sauf que contrairement à nos amis russes en leur temps, vous n’avez pas à vous inquiéter des otages : vous vous assurez juste de bien vous occuper de Stonebanks et hop, c’est fini, vous repartez sans tirer un coup de feu et avec votre chargement. Aussi silencieux que vicieux, ce plan inspiré des trajets en ascenseur après un trop plein de féculents à la cantoche marchera à la perfection. 
- C’est un peu un plan de gros fourbe. 
- Vous savez qui je suis ?
- Ah oui, c’est vrai."

- – – – – – – – – – – – – – – – – – – -

Mais Barney en reste au plan de sa jeune et fière équipe, et décide, plutôt que de je ne sais pas moi, attaquer Stonebanks lors d’un de ses trajets, de l’attaquer… sur le lieu de la transaction. Un musée (ça va être super pratique) ou en plus de la bande à Stonebanks, celle de son acheteur va arriver à un moment ou à un autre (deux fois plus de difficulté), acheteur que Barney ne connait pas (ajout d’une inconnue dans l’équation), et ils décident en plus de commencer à agir… uniquement lorsque Stonebanks est dans la place.

Parce que c’est connu : les embuscades, ça ne se prépare pas. Non Madame.

471728.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

"30 ans que je suis dans le métier et j’ai jamais eu besoin d’un seul plan ! Alors je ne vois pas pourquoi je commencerais maintenant !"

Et évidemment, le plan marche : Stonebanks discute avec son acheteur, arrivé en avance, de vente d’armes, et même peut-être d’armes nucléaires, lorsque soudain les lumière s’éteignent et Barney et sa troupe commence à tout sulfater. Une fameuse fusillade s’ensuit, et seule partie intelligente du plan (la partie "éteindre les lumières" était pas mal jusqu’à ce que l’on se rappelle que nos héros n’ont pas, non plus, de matériel de vision nocturne), Drony ouvre et ferme des portes pour créer un corridor unique vers lequel les hommes de Stonebanks vont tenter de l’évacuer. Sauf qu’au bout du corridor, Luna la catcheuse attend, et pif pouf, elle tabasse les gardes, neutralise le vilain au taser, et l’affaire est dans le sac. Comme quoi, les chocs électriques restent la solution à tous les problèmes, comme le disait Claude François.

Qu’advient-il des autres hommes ? De l’acheteur ? Mystère, car pouf ! Nous voici à bord du van des Expandables qui repart vers l’aéroport où les attend leur avion. A l’arrière, Stonebanks est ligoté et bâillonné, mais chose étrange, sitôt qu’il se réveille, on lui enlève son bâillon. C’était donc uniquement pour l’empêcher de ronfler ? Mais merde, même un bâillon vous n’arrivez pas à faire une scène où vous vous en servez de manière crédible ?

L’équipe des Expandables se retrouve en tout cas face à Stonebanks, qui joue la provoc’.

"Ahaha ! Salut Barney, heureux de te revoir ! Tu te souviens que tu as essayé de me tuer ? Tu pensais avoir réussi, mais mon gilet pare-balles m’a sauvé ! Puisque c’est connu, un mercenaire spécialiste des exécutions se fait toujours avoir par un gilet pare-balles, surtout quand on voit la taille de ceux que l’on porte chez les Expandables. Sinon, c’est vous la nouvelle équipe ? Barney vous a recruté pour vous laisser mourir sans remords ? Sympa. D’ailleurs Barney, que dirais-tu que l’on règle ça entre toi et moi, à mains nues ? D’ailleurs, si je puis me permettre, si à un moment du film, toi et moi nous retrouvions seuls, je te tuerais à mains nues. Mais je dis ça AU HASARD !"

Hmmm. J’ai comme un pressentiment. Allez savoir pourquoi.

Toujours est-il que soudain, l’un des Expandables se dit que tout de même, ces rodomontades, ça cache quelque chose. Il se saisit donc des mains de Stonebanks et découvre… UNE MONTRE QUI FAIT BIP BIP BIP !

"Un GPS !" s’exclame-t-il. Puisque oui, jusqu’ici, personne n’avait entendu l’énorme bip bip de celui-ci (en plus si ça ne fait pas de bruit, on ne comprend pas que c’est un GPS, c’est connu), ou pensé à fouiller le garçon. C’est donc à ce moment là qu’à l’extérieur du véhicule, un hélicoptère que personne n’avait remarqué jusqu’ici alors qu’il était à 12 mètres du van, s’approche dangereusement (et oui, il sait que Stonebanks a fini son petit speech : il n’aurait pas voulu interrompre le chef) et à la portière, un homme sort…

… un lance-roquettes ?

C’est vrai que c’est très pratique, pour sauver quelqu’un, de tirer une roquette dans le véhicule qui le transporte. J’imagine que Stonebanks a juste eu l’idée du GPS, et que le reste a été pensé par Michel, son employé de la COTOREP qu’il a pris pour avoir des réductions fiscales. Je ne vois pas d’autre explication.

Heureusement, là encore, ça doit être une roquette qui a du nez car elle ne fait sauter que la porte du van tout en obligeant celui-ci à se renverser sur le flanc, mais sans blesser Stonebanks ! Ce n’est plus une roquette, c’est un technicien de chez Norauto autopropulsé ! Seuls les Expandables sont en sale état et rampent au-dehors du véhicule, désormais arrêté au beau milieu d’un pont. Barney tente un semblant de résistance face aux méchants qui arrivent aider leur chef, mais bien vite, une nouvelle roquette le fait chuter du pont et il tombe dans la rivière en contrebas où il s’assomme. Stonebanks, prudent, envoie donc des hommes chercher son corps pendant qu’il fait prisonnier les petits jeunes des Expandables pour les emmener dans son infâme repaire. Ou quelque chose du genre. Il est méchant, ne l’oublions pas. Il leur fera sûrement des trucs vilains comme les frapper, les torturer, ou pire, leur lire du Guillaume Musso.

Barney n’est évidemment lui pas mort, car même inconscient dans une rivière et couvert de matériel militaire, ses big balls l’aident à flotter et c’est ainsi que guidé par ses testicules de survie, il s’échoue paisiblement sur un bord de la rivière où les hommes de Stonebanks le trouvent au petit matin. Mais pas longtemps, car Barney étant rusé comme un renard, lui et son pistolet qui a passé plusieurs heures dans l’eau les abattent tous avant qu’ils ne puissent avertir leur chef. Cela fait, il retourne donc à pied jusqu’à l’aéroport où l’attendent son avion ainsi que Schwarzy, un peu inquiet de ne pas avoir vu l’équipe revenir. Et ce dernier apprend à Barney que la situation sent un peu comme ce cake que vous aviez oublié au fond du frigo cet été (mais si, ne niez pas).

Car en effet, sur topkoolbarneydu88@hotmail.us, un terrible mail vient d’arriver, qui contient une simple vidéo où l’on voit Stonebanks.

"Un deux… un deux… ça marche là ? Michel ? Michel, merde ! Concentre-toi ! Déjà qu’avec les roquettes… bon, bref ! Oui, je vois la loupiote, ça doit enregistrer. Bon, je voulais dire quoi ? Ah oui ! Barney Ross ! Haha ! Tu me reconnais ? C’est moi, Stonebanks ! Figure-toi que je retiens en otage tes quatre petits jeunes ! Et tu sais quoi ? Dans 48 heures, je vais les tuer ! Ta seule chance de les sauver est de venir les chercher aux coordonnées que voici : 3, rue de la Pétaudière, à Langres. Tu regarderas, c’est sur Mappy."

Barney est donc très en colère ! Langres, le monstre ! Il va devoir agir. Heureusement que Stonebanks lui donne 48 heures histoire de pouvoir retourner au pays chercher du renfort. Sinon, il aurait dû y aller direct et aurait pris sa raclée. Il est comme ça, Stonebanks, sympa. Il fait même pendant ce temps un discours aux otages sur le fait qu’il n’est pas si vilain que ça. Ce qui donne :

"Ahaha ! Mais moi les gars, j’ai été un Expendable, comme vous ! Sauf que moi, quand il a fallu se salir les mains, j’y suis allé ! Oui, j’ai vendu des armes. Et vous savez pourquoi l’Oncle Sam m’en veut ? Parce que je lui ai fait concurrence. Mais évidemment, Barney et son sens moral sans faille s’opposent à moi…"

Alors qu’à sa place, j’aurais été moins… plus…

"Monsieur Connard, relâchez-nous où vous aurez affaire à Barney et son sens moral sans faille !
- Taisez vous, les stagiaires. Mais si vous voulez que l’on parle de Barney, très bien.
- C’est le plus gentil et le plus courageux de tous les héros !
- Ah oui ? Alors reprenons au hasard la première scène du film. Barney qui libère un de ses amis de prison.
- Ça prouve qu’il est fidèle en amitié !
- Ceeeertes. Et son ami c’était qui ? "Un militaire qui avait tenté un coup d’état dans un pays d’Afrique". Donc il aurait été copain avec Pinochet et l’aurait sorti d’affaire si la justice l’avait attrapé assez tôt, vous auriez trouvé cool qu’il le sorte de prison ?
- Heu… non mais c’est pas pareil.
- Meilleur argument depuis la création du monde. Et en plus, il a tué des gens pour le sortir de prison.
- Ahaha ! Sauf que c’était le Moumoukistan, et que c’était un pays de méchants !
- C’est un peu facile. Mais même en supposant que tout soit blanc ou noir, voici : si le Moumoukistan était un pays de méchants, alors rappelons que Barney et son copain ont fait sauter une prison entière. Ultra-secrète. Soit celle où l’on envoie, dans les pays méchants comme vous dites, les opposants et prisonniers politiques. Auquel cas vous pouvez tenter de retourner la situation et me dire qu’en fait, le Moumoukistan est un pays de gentils, et que dans leurs prisons, il n’y avait que des méchants. Auquel cas, leurs gardes étaient gentils. Alors, je vous laisse le choix : soit Barney est responsable du massacre de fonctionnaires œuvrant pour la justice d’un pays en difficulté, soit Barney est responsable du génocide de l’opposition politique d’une dictature, et l’a donc renforcée. Dans les deux cas, c’est un peu un petit bâtarounet. Et je n’ai pris que la première scène.
- C’est que… je… attendez ! Vous, vous vendez des armes, quand même !
- Et lui en achète et en plus s’en sert pour tuer des innocents, soutenir des régimes dictatoriaux, tuer des fonctionnaires de l’institution judiciaire et libérer des criminels de guerre ayant eux-même voulu devenir dictateurs. Lequel d’entre nous deux va jusqu’au bout pour faire le pire ?"

0

Et après je leur diffuse un Powerpoint de mes plus belles photos de moi en train de vendre des armes aux polices dépassées par les gangs de divers pays pauvres avec en titre "M. Connard aime la justice, M. Connard aide la justice".

Si avec ça ils ne passent pas dans mon camp dans les 10 minutes, je ne sais plus quoi faire.

315335.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Sinon, mec, tu pouvais aussi juste venir tirer sur Barney au moment où il arriverait à l’aéroport où son gros avion repérable à 12 000 kilomètres attendait. C’était bien aussi.

Mais revenons à notre héros et à ses 48 heures données sans raison aucune. C’est donc à bord de son avion au carburant illimité et toléré dans tous les espaces aériens du monde que Barney retourne aux Etats-Unis faire le plein d’équipement, quand soudain, quelqu’un le rejoint dans le hangar où il charge son appareil : Galgo ! Le type qu’il avait refusé d’engager parce que… heu… bon. En tout cas, Galgo est la seule aide dont Barney dispose dans l’immédiat, puisqu’il ne veut pas risquer les mecs de sa vieille équipe, et il l’accepte donc. Seulement voilà : Galgo est aussi un infernal bavard, et on a donc droit à une succession de scènes où Galgo parle et hihihi, c’est drôle parce qu’il parle beaucoup, haha. Du genre.

Barney fait le plein de l’avion. Galgo est à côté.

"Mmmm, ça sent bon. Ca sent quoi ? L’essence ? Le diesel ? Le carburant d’avion ? Ho ben ça alors c’est extraordinaire, parce qu’une fois…"

Barney vérifie un moteur de l’avion. Galgo est à côté.

"Et donc tu connais la mécanique ? Moi aussi je connais la mécanique. Une fois, j’étais sur l’A20 avec ma Twingo quand soudain, j’ai le voyant "check" qui s’allume, alors moi…"

Barney fait caca. Galgo passe un oeil sous la porte.

"Toi aussi tu fais caca ? Alors que moi, ma mère était blogueuse mode. Du coup, une fois sur deux, je fais des papillons. Ça m’oblige à tenir des comptes, sinon, si j’inverse, c’est un peu compliqué à gérer et…"

Bref, voilà voilà.

Sitôt les deux compères prêts, ils montent dans l’avion, mais alors qu’ils vont s’élancer sur la piste, apparaissent devant eux… l’ancienne équipe des Expandables, prête au combat ! Ceux que Barney avait renvoyé sont tous là, équipés. On va dire qu’ils ont été prévenus par Schwarzy des malheurs de Barney, hein. Ou que eux aussi sont télépathes, mais ça commence à faire beaucoup. Tous grimpent donc dans l’avion et en avant pour la cachette de Stonebanks, qui n’est pas à Langres (je trouvais pourtant ça crédible) mais au Nardinamoukistan, un pays où "Stonebanks a corrompu tout le gouvernement et peut faire ce qu’il veut !".

Ce qu’il veut ? Comme par exemple, avoir accès aux musées la nuit sans que les caméras ne s’en mêlent, pouvoir survoler le coin en hélico sans autorisation et tirer des roquettes sur des ponts sans problème ?

Il faudra peut-être commencer à se poser des questions sur la Roumanie alors.

Enfin, je dis ça. Mais bref.

Nos héros arrivent donc au lieu de rendez-vous : une espèce de zone d’entraînement pour l’armée au milieu de nulle part au Nardinamoukistan, avec quelques immeubles, des rues et des voitures qui brûlent (comme dans les films de zombies : même 10 ans après l’apocalypse, dans les villes ruinées, les voitures brûlent toujours ; on a enfin trouvé une alternative énergétique au nucléaire). Barney sort donc ses supers jumelles à infrarouge et détecte, dans un immeuble, quatre formes vivantes. Tout serait donc désert à part pour les otages ? Voilà qui pue le piège. Mais il faut bien admettre qu’il n’y a personne d’autre à des kilomètres à la ronde.

Barney et son équipe filent donc jusqu’à l’immeuble et arrivés à l’étage des otages, les libèrent.

C’est alors qu’à côté d’eux, une télévision des années 60 surmontée d’une webcam s’allume et qu’apparaît bien évidemment le visage souriant de Stonebanks.

"Salut les nazes ! C’est bien que vous soyez tous venus ! Bon, ben maintenant que vous êtes là, je dois vous le dire : j’ai piégé tout l’immeuble. 
- Ça alors ! Une décision intelligente !
- Aaaaattendez ! J’ai décidé de les faire exploser avec… un compte à rebours !
- Ouf. Je me disais, aussi.
- Ah ben oui, hé. Nul jusqu’au bout. Bref, sachez qu’un soldat moyen met 90 secondes à sortir de l’immeuble. J’ai réglé les détonateurs sur 45 secondes ! Bonne chance !"

0

C’est vrai que "Salut les gars ! Au revoir les gars !" et appuyer sur le bouton était tellement moins efficace. A noter qu’en face, ce n’est pas beaucoup plus malin.

"Vite, nous n’avons que 45 secondes pour sortir ! Engueulons-nous comme de gros blaireaux !" et c’est ce que font nos amis, et ce, de manière complètement artificielle. Heureusement, Drony, à l’aide d’un ordinateur qui traînait sur l’un des Expandables venus à sa rescousse, parvient à diffuser un brouillage qui empêche le signal du détonateur de passer. "Voilà ! Il n’y a plus que 9% de batterie dans cet ordinateur… ça nous laisse donc 25 minutes avant que tout ne pète !". Deux choses à signaler, donc :

  1. Brouiller le signal du détonateur n’arrête pas le compte à rebours. Ça peut éventuellement empêcher le détonateur d’activer le compte à rebours. Mais là, comme c’est fait, ça ne sert à rien. Mais c’est magique, allez !
  2. 25 minutes ? Quelque chose me dit qu’il faudra 24mn et 59 secondes à nos héros pour sortir d’ici.

Au hasard.

Vexé comme un pou, Stonebanks, qui commande en fait tout cela depuis un QG de l’armée du Nardinamoukistan non loin, commande justement à l’armée d’entourer le bâtiment et de le prendre d’assaut. Les Expandables vont donc affronter des bataillons entiers ! Barney raisonne donc ses troupes, leur fait un discours sur l’espoir et l’importance de travailler de concert, puis comme le veut la tradition en cas de grand danger, leur ordonne de se diviser en petits groupes pour patrouiller dans l’immeuble ("Divisons-nous, on aura moins de chances !").

Deux nouvelles choses, des fois que ça manque :

  1. Sinon, Barney, en supposant que ton plan soit bon, tu n’aurais pas voulu l’expliquer, je ne sais pas moi, autre part que juste devant la webcam de Stonebanks qui commande les troupes face à toi ?
  2. Tiens et puis tout à l’heure, avec vos jumelles à vision thermique, vous avez repéré 4 péquins dans un immeuble mais pas toute une armée + ses chars + ses hélicoptères juste à côté ? C’est ballot.

Ballot, consternant, qu’importe : tout est raté depuis le début de ce film. Et la bataille commence. Et pour aller vite, chacun des Expandables se retrouve plus ou moins à massacrer entre 100 et 200 mecs tout seul, parfois juste en faisant du catch (comme l’amie Louna). Lorsque les méchants tirent 2 600 000 balles dans un couloir, ils n’arrivent même pas à érafler le gentil qui court en ligne droite un mètre devant eux, par contre, à chaque fois qu’un Expandable tire 3 balles, il y a 4 morts. Pourtant, l’armée du Nardinamoukistan n’a pas dit son dernier mot ! Ainsi, elle envoie des soldats en motocross prendre d’assaut le bâtiment (l’un des Expandable vole une moto et un casque, mais malgré tout d’ailleurs, les deux camps le reconnaissent instantanément, c’est beau), des hélicoptères le mitrailler (qui pareil, identifient les Expandables et les distinguent de leur armée d’un seul coup d’oeil quand bien même c’est la mêlée la plus confuse qui soit, on va dire que décidément, la taille de leurs testicules est utile même pour leurs ennemis), des chars le bombarder (des Expandables volent un char et là encore, n’ont aucun souci avec leurs alliés) et Stonebanks envoie même son bras droit combattre ! Et lorsque celui-ci surprend un Expandable dans le dos, plutôt que de le tuer… il lui fonce dessus pour faire du catch.

Mais ? Et pourquoi pas lui faire des chatouilles, aussi ? Arrêteeeez ! Arrêteeeeeeeeeeeez !

lyloo220091101190712

Rey Mysterio aime ça.

Du côté des Expandables, un renfort inattendu se pointe : un hélicoptère piloté par Drummer, de la CIA, qui a décidé de partir en mission dans un pays étranger histoire de créer une crise internationale s’il se fait prendre, et avec à chaque portière d’un côté Schwarzy et de l’autre Jet Li (l’hélico doit pencher, mais passons). Ils ont aussi des roquettes et détruisent ainsi les chars qui menacent nos héros (mais toujours en identifiant sans souci celui volé par des Expandables), et pètent les hélicos qui les poursuivent avec aisance. Hop, allez. Peut-être aussi y arrivent-ils d’autant plus facilement qu’encore une fois, les hélicos ennemis ne tirent pas. Ils se contentent de les suivre et de douiller. Ceci explique cela.

Re-vexé comme un pou, Stonebanks décide d’aller se battre lui-même, non sans avoir abattu plusieurs officiers de l’armée locale dans sa colère sans que qui que ce soit autour ne réagisse. C’est tellement normal : les gens adorent se faire tirer dessus par un étranger arrogant. Il file donc jusqu’à l’immeuble où tout le monde se bat, et alors que toute l’équipe des Expandable a rejoint sur le toit l’hélico de Drummer, retrouve Barney, resté en arrière alors que, ça alors, il s’est écoulé environ 24mn30 depuis l’activation du brouillage des détonateurs.

Stonebanks colle une balle dans l’épaule de notre héros, mais pouf, elle disparaît dès le plan suivant, et n’empêche donc pas notre bon Barney, qui a pourtant chu dans une sorte de pièce inondée, de se battre en mettant des patates face à son adversaire qui, vous ne vous y attendiez pas, a jeté son arme pour se "battre à mains nues". Pif, paf bang, et finalement, les deux se ruent chacun sur une arme qui traînait dans l’eau (mais tire encore à la perfection, c’est bien normal) et Barney abat donc le vilain Stonebanks comme une grosse bouse.

"Attention, tout va péter !" s’exclament alors ses amis à bord de l’hélicoptère.

Barney court comme le vent, et malgré les explosions qui secouent l’immeuble, atteint une corde qui pendouillait hors de l’hélico à la dernière seconde (ça alors !), et alors que le bâtiment s’effondre sous ses pieds.

"Haaa, Barney, tu nous as fait peur, hahaha ! 
- Remontez-moi les gars !
- Non, ça t’apprendra à jouer avec nos tripes, hahaha, allez, on s’en va !"

0

Tout le monde rigole donc de cette bonne blague et l’hélicoptère avec Barney suspendu au bout d’un fil s’éloigne donc dans le soleil couchant, béni par la grâce de l’armée locale qui est partie s’entraîner pour un tournoi de Super Mario Kart et oublie de faire des trucs comme abattre l’hélicoptère contenant les mecs qui ont tué 12 000 des leurs, envoyer la chasse le faire ou autre. Et le script oublie aussi, donc que les Expandables rigolent aux dépends d’un mec suspendu à une corde par les bras et qui aux dernières nouvelles, avait une balle dans l’épaule et devrait donc s’écraser au sol tel la crotte du pigeon sur la voiture sortant de l’Eléphant Bleu.

De retour au pays, tout le monde se donne donc de grandes tapes dans le dos, car les vieux comme les jeunes sont désormais unis dans la bataille, et sont tous devenus des Expandables, des vrais.

C’est donc une nouvelle équipe, forte et unie, qui est prête pour l’aventure, et alors que les plus jeunes lancent un karaoké, tout le monde est content et…

… FIN !

____________________________________

Alice se frotta langoureusement contre le gilet en kevlar du leader du commando.

"Vous savez, je suis votre plus grande fan. Vraiment. Même si vous avez abattu François avec votre Maüser quand il a demandé si le Moumoukistan existait vraiment. 
- Un simple réflexe jeune fille. 
- Ne pourriez-vous pas rester encore un peu ? dit-elle en tirant langoureusement sur les coutures de son débardeur.
- Non. Nous sommes encore en été, même si la rentrée est là. Tant de blockbusters, tant de gens pour les défendre, si peu de temps. Et si ce n’était que ça…"

0

Elle recula d’un pas, incertaine.

"Que ça ? Que voulez-vous dire ?
- De plus en plus d’excuses de merde passent sans que personne ne s’en offusque dans d’autres domaines aussi. Notre mission est sans fin. 
- Mais ? De quoi parlez-vous ?"

0

Il sortit un petit magnétophone de sa poche et appuya sur le bouton lecture. Une voix grésillante résonna dans la pièce.

"Je n’ai pas été viré du gouvernement. J’ai décidé de reprendre ma liberté parce que je suis un homme de convictions, mais seulement une fois qu’on m’a sorti à coups de pied au cul, vous ne pouvez pas comprendre."

Elle comprit de suite. Et avant même qu’elle ne puisse réagir, le commando avait disparu. La pièce était vide, et là-bas, derrière le rideau qui s’agitait devant la fenêtre brisée, les Excusables étaient partis pour une nouvelle mission.

Elle n’eut qu’à attendre le lendemain pour apprendre qu’un mystérieux commando avait attaqué le QG de Benoît Hamon puis celui d’Arnaud Montebourg en une seule nuit.

"Tant d’excuses de merde. Si peu de temps." murmura-t-elle du fond de son lit en écoutant la nouvelle, rougissante.

"Bon les gars, j’ai une super idée pour mon prochain film."

Un bruit de cuir accueille la nouvelle alors que tous les collaborateurs de Luc Besson s’enfoncent peu à peu dans leurs sièges. L’un d’entre eux tente même de passer sous la table, mais il est aussitôt accueilli par un "occupé !" lancé par d’autres ayant été plus rapides que lui. Il se redresse péniblement et timidement, demande :

"C’est… qu’est-ce que c’est ? 
- Un truc qu’on n’a jamais fait !
- Un bon film ?
- Berthier : dehors ! J’en ai assez des moqueries !"

0

Luc Besson tourne dans la pièce sous le regard inquiet de ses assistants, et les sourcils froncés, finit par marteler du poing la vaste table.

"Je ne suis pas n’importe qui ! On se moque, mais hein, Léon, c’est qui ? Et Nikita ? Et le Grand Bleu ? 
- Ça a plus de 20 ans, chef. Un peu comme quand vous dites aux gens que Jean-Marie Bigard ne fait pas que des blagues de cul parce qu’il y a le sketch de la chauve-souris. Ça remonte et ça fait peu comparé au… au reste.
- Justement Lanbert ! C’est là que mon idée touche au génie ! Je vais renouer avec le grand cinéma ! Avec les sujets complexes ! Je vais consacrer mon prochain film a un sujet particulièrement difficile et profond…"

0

Un grand silence flotte dans la salle, jusqu’à ce qu’enfin, Luc Besson lâche :

"L’intelligence !"

La suite, personne ne la connait. Certains prétendent que c’est ce qui aurait provoqué cette série de mystérieuses crises de fou rire ayant conduit à la mort d’une partie des assistants de Luc Besson. D’autres se demandent encore comment des journalistes ont pu reprendre noir sur blanc le communiqué de presse disant que l’on n’utilise que 10% de notre cerveau, provoquant d’autres morts par pendaisons dans le milieu scientifique. Tout ce que l’on sait, c’est que le résultat se nomme Lucy, et que oui, Luc Besson oblige, on y trouve des chinois, des courses poursuites, des messieurs qui jurent de protéger des mesdames et autres subtilités.

Alors, bouse ou précis de philosophie (ce qui dans les deux cas, fera les beaux jours de bien des forums 2.0) ?

Spoilons, mes bons !

_________________________________________

324245.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

L’affiche : "On utilise en moyenne 10% de nos capacités cérébrales. Le scénariste était à 0,7%"

Notre film débute il y a bien longtemps, ce qui est décidément très à la mode, du côté de l’Afrique ou une Australopithèque est en train de boire un coup. La voix off de Scarlett Johansson se lance alors dans le début de ce qui va être de la philosophie de collégienne fan de One Direction à savoir "Il y a ouat’mille années, on nous a donné la vie… et voyez ce que nous en avons fait !" et s’ensuivent alors toute une série d’images d’urbanisation galopante, de pollution, de bébés animaux tristes et tout ce que vous voulez et qui aurait sa place dans un Powerpoint moralisateur de Gégé de la compta.

L’occasion de parler tout de suite de ce phénomène : tout le film, Luc Besson, qui a probablement racheté une banque d’images à pas cher, balance quasiment une fois par scène des images de la savane, de ch’tites nenfants qui naissent ou de cellules qui se divisent pour illustrer soit le discours d’un personnage, soit la situation d’un autre. Et toutes les 2 minutes, ça donne surtout envie d’envoyer à Luc Besson des images de chatons qui se noient, de castings de Télé-Réalité et bien évidemment, de diarrhées explosives.

Cela étant dit, allons dans le présent pour retrouver, à Taiwan, deux Américains occupés à discuter devant un hôtel de luxe de Taipei. L’occasion de débuter avec un dialogue particulièrement notable, dont je vais tenter de vous synthétiser la qualité.

"Salut Lucy ! C’est moi Richard ! Dis, tu voudrais pas entrer dans ce building et donner cette valise mystérieuse que j’ai à la main à un certain Monsieur Jang ?
- Non.
- Allez !
- Non.
- Steuplé !
- Non, je dois rentrer chez moi étudier.
- Tu veux vraiment pas y aller ?
- J’ai pas envie.
- Mais ce serait sympa.
- Oui, mais non.
- Allez, vas-y, steupléééé.
- Non.
- Tu me fais confiance hein ? Alors, allez !
- Non.
- Non mais vraiment, tu veux pas ?
- Non, je veux pas."

0

Vous trouvez ça chiant ? Ben ce n’est que le début, parce que ça continue longtemps. Très longtemps.

"Mais allez, steuplé Lucy, tu veux pas y aller ?
- Non merci.
- Mais vas-y ! 
- Non.
- Allez, rentre dans le building !
- Non.
- Ça me rendrait super service !
- Non, je m’en vais.
- Reste, reste ! Et va dans le building, alleeeeeeeeeez !
- Non."

0

Cet excellent dialogue particulièrement bien écrit et qui donne une scène qui ne veut pas s’arrêter est aussi l’occasion pour le spectateur de se demander pourquoi Richard embête Lucy. Car semble-t-il, Richard est un habitué du transport de mallettes suspectes, mais il est "grillé auprès de M. Jang", raison pour laquelle il voudrait que Lucy, qu’il ne connaît que depuis une semaine, prenne sa place. Parce que oui, moi aussi, quand j’ai une mallette super louche à faire circuler, je la confie à un mec "grillé" auprès du destinataire. Du genre envoyer Jean-François Copé livrer des livres de compte à François Fillon. Complètement plausible on vous dit.

Voilà. Luc Besson, si tu me lis (et si tu sais lire), j’en profite : la prochaine fois, plutôt que de faire une scène de deux plombes où un mec pas crédible essaie de refiler une mallette à une étudiante pour un plan pourri qu’elle a refusé 269 fois, tu fais juste une scène où un mec file de la thune à une étudiante qui en a besoin pour une mission en apparence toute simple et sans danger. Ce sera moins long, moins cher et plus crédible. Mais bon, hein, c’est toi l’expert, mec.

Toujours est-il que ledit Richard, visiblement perturbé par la résistance de Lucy à ses incroyables arguments, décide de couper court à la conversation en utilisant des menottes, technique fort appréciée des connaisseurs. Sauf que le nigaud, plutôt que d’ensuite emmener Lucy jusqu’à un coffre de berline (l’enfance de l’art), se contente de la menotter à la fameuse mallette en lui expliquant que seul Monsieur Jang a la clé. Au boulot, donc, ma petite Lucy ! C’est donc vêtue de son élégante veste en léopard que Lucy se rend à la réception de l’hôtel pour demander si Monsieur Jang ne voudrait pas venir récupérer un colis de la part de Richard.

Et en effet, Monsieur Jang a bien envie de récupérer le colis.

Mais comme Monsieur Jang est lui aussi un personnage particulièrement con, plutôt que d’inviter Lucy à monter, il décide d’envoyer une équipe en bas kidnapper Lucy en plein milieu du hall de l’hôtel devant toutes les caméras et les témoins que vous pouvez imaginer, et fait abattre Richard qui suivait la scène depuis l’extérieur, ce qui, là encore, au milieu d’un quartier chic, dans une ville riche, tout contre un bâtiment de luxe fort sécurisé, est probablement une excellente idée, du moins si vous êtes du genre à vous enfoncer des pieds de chaise dans les narines.

Monsieur Jang, vous fleurez bon le champion.

Bref, Richard mort, Lucy est emmenée dans l’hôtel jusqu’à une suite de luxe où l’attend le fameux Jang, qui est occupé à tuer des gens pour bien montrer qu’il est très très méchant, houlala, grougroum. Et bien que Monsieur Jang dispose dans son équipe de gens qui parlent l’anglais, il décide plutôt, pour communiquer avec Lucy, d’appeler la réception pour qu’elle fasse la traduction. Oui, moi aussi, lorsque j’ai une discussion super illégale à tenir, j’aime le faire en utilisant un moyen non-sécurisé pouvant tout enregistrer et avec l’aide d’un tiers qui pourrait tout balancer quand j’ai le choix de faire autrement. Non vraiment, Jang, tu es un bon. Enfin, au moins il est  est clair : il souhaite que Lucy ouvre la valise car il craint qu’elle ne soit piégée ou pire, ne contienne des CD de Skrillex. Lui et sa petite équipe s’éloignent donc pendant qu’il laisse la malheureuse, un peu traumatisée, derrière un bureau avec le code (c’est le 2) pour ouvrir la fameuse mallette.

026020.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Monsieur Jang est tellement fort que quand il bute des gens, ça lui éclabousse le visage mais pas le costume. C’est fou, quand même.

Clikiklikiklak : nenni d’explosion lorsque notre jeune héroïne ouvre le précieux conteneur.

Ce qui semble étonner Jang et ses amis, visiblement certains que le tout était piégé. Ah ? Vous voudriez donc dire qu’ils pensaient que manipuler un colis probablement explosif était beaucoup plus pratique dans la suite d’un hôtel de luxe où la police arrivera super promptement en cas de pétarade plutôt que dans un hangar tranquille à l’écart de la ville ? D’accord d’accord. Sinon, la prochaine fois, vous ne voulez pas l’ouvrir directement dans un commissariat ? Ou devant le ministère de la justice ?

Hé bien croyez moi ou non, mais la suite va prouver que même cette idée n’a pas été considérée comme si absurde que cela par l’équipe du film.

Non mais vraiment ? Qu’est-il arrivé au cinéma ?

Toujours est-il, pour en revenir à Lucy, que la valise ne contient pas de bombes, mais quatre sachets de drogue contenant d’étranges cristaux bleus. Jang n’hésite donc pas à sortir d’une pièce voisine un toxico ravagé (peuplade typique des hôtels de luxe, comme chacun sait, l’autre jour j’en avais encore un sous mon lit, on a dû gazer toute la suite des fois qu’il y en ai d’autres) pour lui faire goûter la chose : c’est de la bonne ! Le camé se met à rire comme un dément jusqu’à ce que Jang l’abatte parce qu’il… que.. ah, oui : il est méchant. La chose entendue, Jang explique à Lucy (toujours via la réception de l’hôtel) qu’il a un travail à lui proposer…

Et avant que la bougresse ne puisse décliner la bien belle offre, elle se prend une grosse mandale dans la margoulette.

Lucy se réveille donc dans la suite de l’hôtel de luxe toujours, avec un gros mal de tête, un étrange mal au cucu et son chemisier entrouvert pour que le public puisse profiter de Scarlett Johansson se promenant en soutien-gorge. Mais en baissant les yeux, plus que ses seins, c’est surtout un curieux bandage qui attire l’attention de Lucy car lui n’était pas là avant aux dernières nouvelles. Qu’est-ce qu’on lui a fait ? La réponse vient bien vite lorsque les hommes de Jang arrivent, la traînent dans la pièce voisine où justement, Jang attend, cette fois assisté de l’un de ses hommes anglophones (quelle bonne idée ! Il faudrait juste l’avoir plus tôt la prochaine fois).

"Bonjour Mademoiselle Lucy ! 
- Qui êtes-vous ? Pourquoi ai-je un gros pansement sur le bide ? 
- Hahaha, une simple petite opération chirurgicale de rien du tout ! Au début on pensait vous prendre un rein et puis pfou, on s’est rappelé que vous étiez étudiante. Quand on a ouvert, qu’est-ce qu’on a rigolé ! Au départ, on a cru que vous aviez un haricot magique dans le bide, mais quand on appuyait dessus, ça faisait "pouic" et ça sentait la vodka, alors avec Michel, on est allé chercher une paille et…
- Non mais au final, vous m’avez fait quoi ?
- Hein ? Ah, oui ! Non, en fait, on vous a mis dans le bidou un sachet de dope, du CPH4, parce qu’on adore donner des informations confidentielles à nos mules. C’est une drogue qui va cartonner en Europe !
- Mais je ne veux pas !
- C’est ballot, parce que Monsieur Jang veut, lui. Alors vous et trois autres candidats, chacun avec un sachet dans le buffet, vous allez rentrer dans vos pays où des agents à nous viendront récupérer le précieux bien. Et si jamais vous ne coopérez pas, nous savons où sont vos familles, alors ne déconnez pas !"

0

Et c’est ainsi que Lucy et trois autres types que les méchants sortent d’un placard reçoivent un passeport et un billet d’avion pour rentrer chez eux. Puis, on leur met un sac sur la tête et on les emmène jusqu’à l’aéroport du coin.

Je vous propose, pendant ce temps, de nous rendre à Paris pour suivre une conférence du professeur Norman, spécialiste mondial du cerveau, qui est en train de présenter sa super théorie scientifique à des étudiants, à savoir que l’être humain n’utilise que 10% de ses capacités cérébrales et que s’il en avait plus… ho, vous savez quoi ? Écoutons plutôt le professeur Norman.

"L’être humain n’utilise que 10% de son cerveau. Et voyez tout ce que nous avons fait avec ! Des bateaux, des avions, la conquête de l’espace, Internet, Closer… alors imaginez si nous utilisions mieux notre cerveau !
- Professeur, professeur ! 
- Oui, étudiant qui interrompt les conférences de manière complètement crédible pour poser des questions allant dans mon sens ?
- Y a-t-il des preuves de votre passionnante théorie ?
- On a pris Darwin pour un fou quand il a présenté la sienne. Nous sommes là pour bousculer les règles, pas les suivre. C’est ça, être un scientifique !
- Ah putain, moi je croyais que c’était se baser sur des faits observés. 
- Ouais ben non, rent’ chez toi.
- Merci professeur.
- Que disais-je ? Ah oui ! Tenez, prenons le dauphin ! Le dauphin dispose du meilleur sonar au monde, plus puissant que tout ce que nous avons inventé. Et pourquoi ? Parce que le dauphin utilise 20% de son cerveau ! 
- Professeur, professeur ?
- Oui, étudiant Roudoudou ?
- Si le dauphin utilise un sonar, ce n’est pas juste parce qu’il a un sonar naturel ? 
- … vous voudriez dire que ce n’est pas son cerveau qui envoie des ondes magiques ?
- Ben non.
- Okay, cassez-vous de cette salle et rendez-moi les étudiants qui me servent la soupe. Passons à la suite. Savez-vous comment les cellules traversent le temps ? Elles ont deux solutions. La première, c’est de devenir immortelles. Pour cela, elles doivent rencontrer Sean Connery puis décapiter des gens pour absorber leur pouvoir, voire potentiellement devenir Christophe Lambert. Une option complexe, j’en conviens. L’autre, c’est la reproduction : la cellule va transmettre son savoir à une autre, puis à une autre, en profitant d’un environnement favorable pour se multiplier…"

0

Ho, je sens que je vous ennuie avec ma conférence du professeur Norman sur l’immortalité ou la reproduction des cellules et le cerveau à 10%. Allez, retournons voir Lucy. Mais c’est bien parce que c’est vous.

Car visiblement, entre le bureau de Monsieur Jang et l’aéroport, Lucy a été prise dans un trou spatio-temporel et s’est retrouvée, sans aucune raison, menottée à une chaise dans une cellule quelque part en Chine. Non, vous n’aurez aucune explication. Je n’exagère pas : pouf, c’est comme ça. Deux Chinois visiblement intéressées par Lucy et pas seulement intellectuellement lui tournent autour en montrant leurs muscles, mais lorsque la belle refuse de les aider à soulager leur trop plein de masculinité, l’un d’entre eux la jette au sol, la tabasse et lui défonce le bidou à coups de pied pour lui faire comprendre qu’il a un gros traumatisme vis-à-vis de l’emploi du négatif.

Ce qui confirme accessoirement que ces gens ne savent pas qu’elle est une mule sinon ils ne feraient pas ça. Ils n’ont donc vraiment aucun rapport avec Jang, un gang rival, les autorités, l’intrigue ou le film ils sont juste là, pif pouf. Une sorte de Deus Ex Monchinois.

Oui mais voilà ! En tabassant Lucy, les brigands ont crevé le paquet dans son ventre, qui libère la fameuse drogue ! Ah ! Et alors que les deux vilains quittent sa cellule, Lucy se met à convulser sur le sol… puis sur le mur ? Puis contre le PLAFOND ?! Car grâce à ladite drogue, Lucy est en train de libérer ses capacités cérébrales, comme la fameuse qui permet de dire à la gravité qu’elle est bien gentille, mais qu’elle peut repasser dimanche. Après avoir joué à Gravity toute seule dans sa cellule, Lucy reprend le contrôle d’elle-même, et habitée par une assurance nouvelle, elle retourner sur sa chaise attendre qu’un des deux vilains Chinois entre. Ce qui arrive peu après, et grâce à une subtile technique de séduction, la belle arrive non seulement à obliger le brigand à s’approcher, mais aussi à lui péter la gueule (car visiblement, la drogue lui a enseigné le kung-fu, j’ai bien vu que les cristaux avaient une petite moustache de vieux maître). Elle récupère donc ses clés et son pistolet et quitte sa cellule, aussi froide et déterminée. Enfin je crois.

588245.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

"Désolé Madame ! On ne sait pas ce que vous faites là ni pourquoi on vous retient mais on va vous taper. Faudra pas nous en vouloir, hein !"

En chemin, elle croise un groupe de méchants qui étaient occupés à manger en rigolant dans la pièce voisine, et elle les abat donc tous froidement.

Le spectateur coquin notera qu’il y en a un qui n’est pas touché mortellement tout au fond de la pièce, loin de là, mais visiblement, il doit faire le mort jusqu’à la fin du film pour s’éviter plus d’ennuis voire quitter cette bouse. D’ailleurs, dans l’affaire, Lucy reçoit une balle dans l’épaule comme ça, pouf, et la retire avec les doigts sans problème ni douleur. Elle s’assoit donc à la table des morts et se nourrit donc pour se remettre de toutes ses émotions. Puis sort de là pour trouver deux chauffeur de taxis en train de discuter. Elle demande qui parle anglais : le premier ne répond pas et elle lui colle donc un pruneau dans la jambe, ce qui incite le second à coopérer. Et Lucy exige donc d’être amenée à l’hôpital.

Cela dit, quelqu’un aurait répondu "I speak english. Wall street english", je pense que lui, il était bon pour la balle dans la tête direct.

Sur place, c’est de mieux en mieux pour Lucy qui découvre qu’elle entend les gens parler de très loin, et mieux encore, que soudainement elle lit le chinois à la perfection (mais toujours pas le néerlandais, ça par contre, faut pas déconner). Elle trouve donc sans aucun souci la salle de chirurgie de l’hôpital, analyse les radios accrochées au mur pour constater que le patient sur le billard ne survivra sûrement pas à l’opération (car elle a aussi soudainement un diplôme de médecine) et abat donc ce dernier pour prendre sa place et exiger des chirurgiens, non pas qu’ils lui recousent le trou béant qu’elle a dans l’épaule (hohoho, détail mes pauvres amis !) mais qu’ils lui sortent du bide la drogue qui y est encore.

"Bon ben okay, c’est cool, ça nous dérange pas que tu tues nos patients, on t’aime bien." répond le chirurgien en chef qui n’est vraiment pas farouche et se met donc au travail pendant que la sécurité de l’hôpital est probablement occupée à jouer à Jungle Speed.

Lucy en profite pour faire deux choses urgentes.

1) Appeler sa mère en utilisant le téléphone du chirurgien. Et là encore, attention, grand dialogue.

"Allô maman ?
- Ma chérie ! Mais quelle heure est-il à Taiwan ! Tu appelles bien tard ? Tu vas bien ?
- Maman, je me souviens de tout… le goût de ton lait… le liquide dans ton ventre… et je ressens tout… la gravité… la rotation de la Terre… le vide… je ressens la moindre zone de mon cerveau… l’accès complet à toute ma mémoire…
- Ma chérie ? Je t’entends mal ? Que disais-tu au sujet de la mémoire ?
- Je t’aime maman. Merci pour toutes les caresses que tu m’as données, je les sens sur mon visage."

*clic*

Hé bé, voilà une maman bien compréhensive. Parce qu’en fait, ça aurait probablement dû se passer comme ça :

"Allô maman ?
- Ma chérie ! Mais quelle heure est-il à Taiwan ! Tu appelles bien tard ? Tu vas bien ?
- Maman, je me souviens de tout… le goût de ton lait… le liquide dans ton ventre…
- Ma chérie, tu ne serais pas un tout petit peu défoncée par hasard ?
- Et je ressens tout… la gravité… la rotation de la Terre… le vide…
- Attends chérie, je te met sur haut-parleur, il faut que ton père entende ça ! Whololo, le trip qu’elle se fait…  putain, mais tu nous appelles de Woodstock en fait ?
-  Je ressens la moindre zone de mon cerveau… l’accès complet à toute ma mémoire…
- Ah ben ça, c’est nouveau parce que tes contrôles d’histoire aux dernières nouvelles, c’était zobi.
- Je t’aime maman. Merci pour toutes les caresses que tu m’as données, je les sens sur mon visage.
- Tu vas voir la caresse que tu vas prendre en rentrant, à claquer la thune que l’on t’envoie pour des études dans de la ganja !"

*clic*

Cela fait, la suite.

2) Demander au chirurgien ce qu’est le CPH4

Et d’après les explication de ce Monsieur, il s’agit en fait d’un produit généré en quantité infime par les femmes enceintes pour donner l’énergie à leur enfant de construire leur corps. L’équivalent énergétique d’une bombe atomique pour le fœtus. Il avait ouï dire qu’un produit de synthèse était en cours d’étude, mais le retrouver ainsi sous forme de drogue dans le corps d’une Américaine visiblement un peu tarée… voilà qui le surprend. Et lui paraît un peu débile, aussi, mais passons.

L’affaire réglée, Lucy repart tranquillement de l’hôpital, pom podom podom, personne ne m’embête c’est bien normal, et s’en retourne vers le quartier général de Jang pour prendre sa revanche, équipée de deux pistolets avec silencieux que son cerveau a probablement générés seul, ainsi que de poignards. Grâce à ses nouveaux supers réflexes, tous les hommes de Jang sont donc abattus comme de petites crottes lorsqu’ils tentent de se dresser devant elle, et comme en plus, maintenant, Lucy a le pouvoir de voir à travers les murs (c’est tout à fait logique), elle les abat avant même qu’ils ne puissent la voir. Et enfin, elle va trouver Jang, qui se faisait tatouer tranquillement chez lui ; elle le cloue donc à la chaise de tatouage en lui plantant ses poignards dans les mains, puis scanne sa mémoire pour savoir où les autres mules ont été envoyées. Car elle veut récupérer toute cette maudite drogue.

Chose amusante, en scannant sa mémoire, Lucy a accès… au point de vue des hommes de Jang, pas de Jang lui-même. Ce qui est un peu incohérent, mais comme tout ce film l’est, finalement, c’est cohérent (si, si). Et lit ainsi dans la mémoire des hommes de Jang qui se trouve dans la tête de Jang sans raison valable que les mules sont parties pour Berlin, Rome et Paris.

Et cela fait…

… elle se barre.

004455.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

La super intelligence, c’est aussi de se promener avec une blouse piquée à l’hôpital sans raison et ne pas avoir changé de t-shirt juste pour avoir l’air super suspecte au premier coup d’œil.

Pardon ? Dis-donc Lucy ! Mon cerveau n’est peut-être pas aussi performant que le tiens, mais je crois me souvenir que tu avais abattu plein de gens de sang froid auparavant ! Et même tiré sur un chauffeur de taxi au motif qu’il ne parlait pas l’anglais ! Mais le mec qui t’a mis dans la mouise, risque de te poursuivre et a tué plein de vilains et buté ton pote Richard, lui par contre, c’est okay ?

Ça doit être trop intelligent pour moi.

Bon, ben très bien.

Cela fait, Lucy décide de se renseigner un petit peu sur ce qui lui arrive, et commence donc par rentrer chez elle pour retrouver sa coloc’ de Taipei. Grâce à ses nouveaux pouvoirs surhumains, Lucy est capable de détecter que "se bourrer la gueule est mauvais pour ton foie" et tape donc aussitôt une fausse ordonnance en chinois pour son amie (car oui, du coup, elle a aussi appris à utiliser Photoshop grâce à son cerveau surpuissant) tout en lui recommandant de changer de vie. Puis, quitte à utiliser un PC, elle va donc sur Doctissimo demander ce qui se passe dans son cerveau. Après 277 diagnostics de surdouance & autre zèbrerie, 87 d’hyperactivité, 18 de cancers et 2 de MSTs exotiques, elle décide de plutôt recourir à Google et tombe sur la page Facebook du professeur Norman, où entre diverses photos de lui avec son slip sur la tête, trouve un lien vers l’intégralité de ses études, qu’elle lit en quelques secondes. Puis, appelle le professeur Norman, qui lui était tranquillement à son hôtel en train de regarder le Grand Journal.

"Allô, professeur Norman ?
- Oui ? A qui ai-je l’honneur ?
- Je m’appelle Lucy. 
- Lucy comment ?
- Lucy. L’équipe du film n’a pas pensé à me donner un nom de famille. D’ailleurs, au casting, il n’y a qu’un seul personnage qui a un nom complet, c’est vous dire la profondeur des personnages.
- Je vois. Que puis-je pour vous Lucy ? 
- Votre théorie sur l’utilisation du cerveau. Elle est rudimentaire, mais vraie. J’ai lu l’intégralité de vos travaux sur le sujet.
- L’intégralité ? Mais enfin… il y en a beaucoup trop !"

0

Notez que le galopin explique que personne ne pourrait lire tous ses travaux tellement il y en a. Juste comme ça mec : si tu as eu le temps d’écrire quelque chose, quelqu’un aura forcément le temps de le lire, puisqu’aux dernières nouvelles, c’est même moins long. Même si dans le cas présent, je pense que les dialogues ont été beaucoup moins longs à écrire qu’à lire tant ils sont tous ratés. Mais, reprenons le fil.

"Il y en a exactement 6796 pages professeur.
- Ho ! Comment…
- Qu’importe professeur. Sachez que j’utilise désormais mon cerveau à 28% suite à l’absorption d’une drogue mystérieuse. Et que le pourcentage continue de grimper. Par contre, d’après mes calculs, il me reste 24 heures à vivre. 
- Comment puis-je vous croire ?
- Regardez, je contrôle votre téléphone. Tous vos téléphones que je fais sonner en même temps, hop ! J’apparais sur votre télévision.
- Ha ben tiens, oui, c’est pas banal.
- Professeur, j’ai une question pour vous que même ma super intelligence ne peut résoudre.
- Laquelle ?
- Cette drogue, ces pouvoirs… ils ont annihilé mes sentiments. Je me sens comme un robot. Que dois-je faire, maintenant, professeur ?
- Hé bien, comme je le disais plus tôt dans le film, les cellules disposant d’informations ont deux manières de la transmettre : devenir immortelles ou se reproduire. 
- Et ?
- Je pense que vous devez faire comme les cellules : transmettre l’information.
- Parfait. Je serai à votre porte dans 12 heures pour tout vous transmettre. A bientôt professeur."

0

Et elle raccroche.

Ce que le film ne montre pas, c’est qu’elle a tenu le même dialogue à un personnage beaucoup plus crédible qui était dans la chambre d’hôtel voisine de Norman quelques minutes plus tôt. Comme je suis sympa, je vous redonne ce que ça a donné.

"Allô, professeur Connard ?
- Oui ? A qui ai-je l’honneur ?
- Je m’appelle Lucy.
- Ecoutez, je ne me souviens que rarement des prénoms. Vous étiez stagiaire chez moi ? Comment vous êtes-vous échappée ? Vous voulez un CDI, c’est ça ? Donnez-moi votre adresse, je vous envoie quelqu’un. Diego ! Va chercher du chloroforme, une pelle et un grand sac poubelle ! 
- Non professeur. Je vous appelle car vous êtes un expert en absurdités. Or, je suis victime d’un truc absurde. J’ai lu tous vos spoilers, vous vous y connaissez.
- Tous mes spoilers ? Mais enfin Mademoiselle, il y en a beaucoup trop pour la santé mentale de n’importe qui ! Même ceux des Twilights ?
- Tous. Mais là n’est pas le sujet. Je vous appelle car j’utilise désormais 28% de mon cerveau suite à l’absorption d’une drogue mystérieuse.
- Je n’ai rien fait et d’ailleurs, vous n’avez aucune preuve. Par contre, je suis d’accord avec vous sur un point : vous êtes complètement stone. Maintenant il faut me laisser, hein. Les appels désespérés de damoiselles qui disent être fans de ce que je fais mais avoir été droguées contre leur gré , je connais et ça s’appelle mes ex. 
- Ecoutez-moi professeur. Le pourcentage d’utilisation de mon cerveau continue de grimper. Par contre, d’après mes calculs, il me reste 24 heures à vivre. 
- C’est ballot. Mais comment puis-je vous croire ?
- Je contrôle votre télévision. Et vos téléphones.
- Ouais, ben allez faire ça chez le voisin. C’est le professeur Norman et je l’entends glousser comme une écolière devant le Grand Journal, alors soyez sympa et faites-lui baisser le son.
- Professeur, j’ai une question pour vous que même ma super intelligence ne peut résoudre.
- "François Hollande est-il tangible ?"
- Non, une autre : cette drogue, ces pouvoirs… ils ont annihilé mes sentiments. Je me sens comme un robot. Que dois-je faire, maintenant, professeur ?
- Hé bien, comme le disait le professeur Norman plus tôt dans le film, les cellules disposant d’informations ont deux manières de la transmettre : devenir immortelles ou se reproduire. 
- Et ?
- Je pense que vous devez faire comme les cellules : vous reproduire pour transmettre l’information.
- Parfait. Je serai à votre porte dans 12 heures.
- Okay, et moi je commande du champagne et du lubrifiant. La reproduction, tout ça.
- Professeur je… je sens comme un danger qui plane sur moi maintenant que j’ai accepté votre offre. Je crois que je vais plutôt appeler la chambre d’à côté.
- Roooh, l’autre !"

0

Lucy se prépare donc à embarquer pour un vol Taipei-Paris, mais d’abord, elle a un autre coup de fil à passer. A la brigade des stups, en France.  Et c’est le capitaine Pierre Del Rio qui prend l’appel (oui, encore un).

"Allô, capitaine Del Rio ?
- Oui ? C’est vous la fille qui appelez tous les personnages du film pour leur raconter des âneries ?
- C’est moi. Capitaine, trois mules vont arriver à Berlin, Paris et Rome. Chacun de ces passagers a dans son corps un sachet contenant une nouvelle drogue ultra-puissante. Vous devez les arrêter et me donner la drogue. J’en ai besoin.
- Heu… vous savez que ça ne se passe pas comme ça, en fait ? Que la drogue, on ne la distribue pas ?
- Ce n’est pas dans le script. Faites oui oui de la tête.
- Mmm… oui oui…
- Très bien. Je vais vous envoyer les photos des passeports des trois passagers en question, que j’ai obtenues en… heu… ah merde, c’est pas écrit… je les ai… reproduites de mémoire sous Paint ?
- On va dire ça.
- Merci. Je vous les envoie sur votre PC grâce à mes supers pouvoirs psychiques. Mes supers pouvoirs psychiques qui me permettent aussi de vous dire, depuis Taipei, et sans caméra, que vous êtes assis sur votre bureau sans prendre de notes. Alors attrapez le stylo rouge à votre gauche et notez ce que je vous dis.
- Mais comment savez-vous tout cela ?
- Deux options : soit je suis une femme surpuissante avec des pouvoirs mystérieux, soit vos collègues de bureaux un peu cons vous font une blague grossière.
- Va pour les pouvoirs mystérieux. Je vous crois sur parole et préviens aussitôt Berlin et Rome !"

0

141435.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

"Chaire proffeceur Norman, je suit une fille surdouai qui voudré un conseille. J’utilises cette ordinateur parsse que je chairche commant stoquer les connéssences que j’est accumuler. Si tu a connéssence d’un objé ou qu’on peux stoqué des donnée ce seré genti. Répon moi a ptitelouloutedetaipei@caramail.fr. Bisoo."

Le capitaine Del Rio ne se pose donc guère plus de questions que cela et lance donc l’affaire, pendant que de son côté, Lucy monte dans son avion. Mais alors qu’elle arrive au-dessus de Paris, peu avant l’atterrissage, elle est fort surprise car… elle commence soudain à se décomposer ! Elle court donc s’enfermer aux toilettes en prétextant une méga-chiasse, et découvre qu’en absorbant un peu de la drogue qui restait dans le sachet qu’on lui a retiré du bide, ça va tout de suite drôlement mieux. Cependant, elle perd tout de même conscience, et à son arrivée à l’aéroport Charles de Gaulle, elle est droguée et attachée à un lit dans une chambre sécurisée. De la même manière, la police intercepte aux quatre coins de l’Europe les trois autres mules et… les fait envoyer en France pour leur retirer la drogue de l’estomac.

Ah ben oui. C’est vrai que ce n’est pas dangereux de voyager avec un sac dans le bide. Alors on leur fait faire encore un petit tour avec. Et que transférer un prisonnier se fait en 10 minutes. Et que tous les prisonniers sont déjà au Val-de-Grâce au moment même où Lucy arrive, soit à peine quelques heures après leur interpellation : bravo !

Non mais… bon, bref.

Sauf que Lucy se réveille. Et que cela surprend tout le monde, puisqu’on lui avait filé assez d’anesthésiant pour endormir un Jean-Pierre Castaldi. Aussi, toute la police lui tombe dessus lorsqu’elle essaie de quitter l’aéroport, et Lucy explique qu’elle aimerait parler seul à seul avec le capitaine Del Rio, et donc qu’il serait gentil de dire aux 250 agents de sécurité autour de bien vouloir la laisser en paix. Et comme la situation ne se règle pas assez vite, elle utilise ses pouvoirs surpuissants pour faire tomber tout le monde inconscient… sauf le capitaine Del Rio.

"Bon bé voilà capitaine, je vous ai donné les mules, vous allez leur retirer la drogue et me la filer.
- Non. 
- Allez, steuplé !
- D’accord."

0

Ce fabuleux argument suffit à convaincre le capitaine Del Rio, qui bien que trouvant ce qu’il vient de se passer bizarre, ne demande aucune explication à ce sujet parce que, bof, vous savez, des gens qui font tomber 250 mecs inconscients sans ciller, c’est curieux mais pas bien important. Tous deux montent donc dans la voiture du capitaine… sauf que Lucy a désormais le super pouvoir d’intercepter toutes les télécommunications ! Et utilisant ses pouvoirs mystérieux, elle parvient à détecter une conversation parmi des millions, en coréen par ailleurs : c’est Monsieur Jang ! Qui, oui, est Coréen, oui, est à Paris, oui, veut se venger, et oui, a appris que ses mules avaient toutes été prises par la police. Et qu’elles attendaient d’être opérées au Val de Grâce.

Les Coréens envoient donc tout un groupe sur place pour meuler la police et récupérer la drogue. Aussi simple que cela.

Et con, aussi. Mais est-ce que ça vous surprend encore ?

Lucy décide donc de prendre les choses en main : elle n’a jamais conduit mais prend le volant et s’avère être un pilote de génie (son cerveau lui a aussi fait passer ler permis). Elle met le gyrophare de Del Rio en marche, et en avant les enfants ! Sauf qu’en roulant à fond pour essayer de devancer les Coréens, elle attire l’attention d’autres unités de police, qui prennent la voiture de Del Rio en chasse.

"Je vais leur dire de nous lâcher, passez-moi la radio." propose intelligemment Del Rio. "Non, j’ai une meilleure idée !" répond Lucy histoire de bien pourrir l’affaire.

Et elle utilise donc ses pouvoirs pour provoquer un carambolage mortel entre les différentes voitures de police, le tout sur une place de marché où les véhicules hors de contrôle peuvent ainsi tuer plein d’innocents.

Sérieusement ? C’était ça ta meilleure idée ? Tu es sûre que ton cerveau fonctionne mieux qu’avant ? Non parce que non seulement Del Rio avait une solution simple, pacifique et sans risques, mais en plus, il aurait même pu dire "Continuez de nous coller aux fesses ! On va intercepter des méchants Coréens, on aura besoin d’autant de monde que possible !" mais non. Et pourquoi ? Parce que Lucy est stupide. Aussi bien le film que le personnage, d’ailleurs.

Bref, pendant ce temps, au Val-de-Grâce, les Coréens qui doivent avoir des voitures avec des turbo-réacteurs sont arrivés avant même Lucy qui a pourtant une voiture de police, des supers pouvoirs et a intercepté le message ordonnant l’attaque. Et ils arrivent dans la salle où les mules sont retenues, tuent tous les policiers qui les surveillaient et…

Oui ? Se barrer et opérer les mules au calme ? Noooon. Vous vous souvenez de ce que j’avais dit plus haut ? Sur le fait que ces gens étaient assez cons probablement pour essayer de faire n’importe quoi en plein milieu d’un commissariat ? Hé bien c’est gagné : les Coréens décident d’opérer les trois types, sur place, bien lentement en prenant leur temps (plutôt que de les tuer et de récupérer la dope, même s’ils le font pour l’un d’entre eux sur un coup de tête mais ne poursuivent pas avec le candidat suivant), le tout entouré par les corps des policiers et après avoir vidé leurs flingues au milieu de l’hôpital.

Mais rassurez-vous, personne ne les dérange.

Bon je… je vais égorger un bébé phoque et je reviens d’accord ?

Hop.

Voilà. Donc, disais-je, ils ne sont pas dérangés, à part par Lucy qui débarque avec le capitaine Del Rio. Le chef de la petite troupe, sous-fifre de Monsieur Jang, ordonne donc à ses hommes de tuer Lucy pendant que lui se barre avec la mallette contenant les trois sachets de drogue qu’ils viennent de récupérer sur les pauvres mules.

581526.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Chose intéressante : lorsque l’on a des supers pouvoirs, il faut quand même utiliser ses mains comme sur une tablette pour percevoir le monde. Moi aussi, quand j’essaie d’écouter deux conversations, je suis obligé de les faire glisser devant moi pour préciser sur laquelle je me concentre le plus.

"Ah ! Parfait, Lucy va tous les faire tomber inconscient !" s’exclame le public.

"Mmmmm noooon je vais plutôt faire un mur invisible pour empêcher le chef des méchants de fuir." répond Lucy qui confirme ainsi son statut de bulot qui parle. Car oui, plutôt que de tout régler en une seconde – ah, le problème des pouvoirs surpuissants ! – elle préfère faire du n’importe quoi. Elle fait donc son mur invisible, puis pendant que les hommes du méchant attendent en faisant du rien malgré le fait que leur chef leur ordonne de tirer, Lucy prend son temps pour leur faire dégager leurs armes, puis les fait léviter pour se frayer un chemin jusqu’au méchant en chef et récupérer la mallette.

Et devinez quoi ?

Elle ne tue personne. Ne les fait pas tomber inconscient. Et une fois partie… hé bien elle les laisse même se barrer.

QU’EST-CE QUI NE VA PAS CHEZ TOI ?

"Bon ben maintenant que j’ai la drogue, et que la police qui vient d’arriver n’empêche personne de sortir de l’hôpital, capitaine Del Rio, je vous fais un bisou. Cela fait, soyez bien urbain et emmenez-moi au centre de recherche où m’attend le professeur Norman dont j’ai détecté les pensées à 12 000 bornes et compris qu’il m’attendrait là et non pas à l’hôtel."

Ça doit être pratique, ça, de pouvoir lire les pensées de gens tellement loin qu’ils ne sont même pas en vue.

Surtout quand en sortant de l’hôpital, Lucy croise la voiture de Monsieur Jang, mais là par contre, le mec a beau être limite en train de ronger sa vitre en hurlant des insanités, lui, elle ne le remarque pas. Ni ne détecte quoi que ce soit. C’est beau la magie du scénario : je vous rappelle que depuis le début, tout ne repose que sur le fait qu’à chaque fois que Lucy croise les méchants, elle fait bien attention à les ignorer/les épargner/leur donner une chance de faire une nouvelle scène d’action.

Et c’est ce qu’il se passe. Car Jang ordonne à ses hommes de suivre Lucy jusqu’au centre pour lui mouliner la margoulette. Et lui-même mènera l’assaut, car il la tuerait bien de ses mains. Le capitaine Del Rio, à l’opposé, préfère prendre ses précautions et appeler des gardiens de la paix en renfort (mais pas d’unités plus costaudes comme le GIPN, le GIGN, ou même des ninjas, ce qui est bien dommage). Cela fait, tout le monde se rend donc au centre de recherche où Lucy rencontre pour la première fois le professeur Norman, le légendaire scientifique et une équipe de sommités qu’il a réunies.

Vous ai-je d’ailleurs parlé du moment où le professeur Normal parle de Lucy l’australopithèque en disant "la première femme de l’humanité s’appelait Lucy" au lieu de "le plus ancien corps de femme retrouvé a été baptisé Lucy" ? Quand je vous dis que c’est un grand scientifique, je ne déconne pas.

"Prouvez-nous que ce dit Norman à votre sujet est vrai !" demande un des scientifiques présents. Aussitôt, Lucy lui saute dessus, lui touche le front et a la vision d’un chauffeur sur le point de renverser une fillette. Elle explique donc :

"Vous aviez une fille, elle a été renversée quand elle avait 6 ans. Par une voiture bleue, avec un petit oiseau qui pendait au rétroviseur.
- Alors c’est très vrai, mais vous pouvez m’expliquer comment encore une fois, en scannant ma mémoire, vous n’avez pas ce que j’ai vu mais ce qu’a vu le chauffard qui n’a rien à voir avec moi ?
- … c’est… heu… magique ?
- Okay, vous m’avez convaincu."

0

C’est donc encore une fois en se vautrant lamentablement que le film se poursuit. Car Lucy explique son plan : avant de disparaître, elle veut transmettre, comme convenu, le savoir qu’elle a accumulé (parce que oui, utiliser son cerveau plus largement lui donne accès à plein de mystères qui traînaient dedans sans que l’on sache bien pourquoi). Pour ce faire, elle propose de faire un test : lui injecter toute la drogue qui reste. Elle pourra ainsi s’en servir pour monter ses capacités cérébrales jusqu’à 100% et ainsi savoir ce qu’il se passe à ce moment là. Et en même temps, elle va tenter d’utiliser ses pouvoirs pour créer un ordinateur suffisamment puissant pour contenir son savoir car elle peut désormais manipuler la matière, y compris fécale au vu de l’intrigue. Mais son plan est interrompu par de tristes nouvelles données à Del Rio par ses camarades de la maréchaussée.

"Capitaine  ! Il y a des Coréens avec des lance-roquettes et des gros flingues qui arrivent ! 
- J’ai une idée : on va tenter de les retenir au maximum pendant que Lucy fait son expérience, quand bien même on ignore combien de temps ça va prendre.
- Super ! Et sinon, on ne pourrait pas juste dire à Lucy de tous les neutraliser comme elle l’a déjà fait à l’aéroport et ensuite reprendre le test en toute sécurité ?
- Comment vous appelez-vous ?
- Roudoudou. J’étais étudiant mais je me suis fait virer, alors pour gagner ma vie, je suis devenu flic.
- Cassez-vous Roudoudou ! Vos plans intelligents n’ont rien à faire dans ce film ! Encore une fois, on ne va pas utiliser de pouvoirs surpuissants de manière utile ! A la place, on va se faire une grosse scène de fusillade sans aucune raison !"

0

Et c’est exactement ce qu’il se passe.

Pendant que Lucy fait monter son pourcentage de matière grise utilisée, les policiers et les Coréens s’affrontent dans le couloir menant à la salle où Lucy est (mais dont la porte arrête toute les balles, merci, quand bien même elle est au fond du couloir) et Lucy pendant ce temps raconte des trucs comme "1+1 ne fait pas 2 car en fait, ce n’est pas la bonne échelle, il faut être conscient du temps qui passe" bref, vous l’avez compris, plus le temps passe, plus en fait Lucy se transforme tout simplement en Jean-Claude Van Damme. Et une fois qu’elle a fini de raconter du caca, elle met bel et bien son plan à exécution, à savoir qu’elle s’assoit dans une chaise, se concentre, et transformant l’un de ses bras en enchevêtrement de tubes façon Akira, commence à absorber tout ce qu’il y a dans la pièce (à part les scientifiques) pour convertir cette matière en un gros PC surpuissant au milieu de celle-ci.

013675.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Le professeur Norman se marre : Lucy n’a toujours pas compris que puissance cérébrale et savoir étaient deux choses différentes. Pour stocker toutes ses connaissances, elle aura donc juste besoin d’un Amiga 500.

Sauf que les Coréens, dehors, ont pris l’avantage et réussi à coller une roquette dans la porte alors que Lucy était à 99% d’utilisation de son cerveau. Monsieur Jang arrive donc, l’arme à la main, et sous les yeux médusés des scientifiques (tous les policiers dans le couloir qui étaient encore vivants il y a une seconde sont partis faire caca semble-t-il), braque Lucy. Il reste comme ça 40 bonnes secondes, sans raison là encore, jusqu’à ce que Lucy atteigne soudain 100% d’utilisation de son cerveau… et disparaisse à la seconde où Jang tire !

AH BEN CA ! C’est tellement original que je crois que je l’ai en 87 exemplaire dans mon album Panini "Poncifs qui puent & ficelles grossières.". J’échange d’ailleurs ces vignettes contre la légendaire carte rare Ridley Scott, celle avec les bords dorés.

Mais bref.

Jang est bien embêté : il vient bêtement de fusiller une chaise vide. Il est doublement embêté quand Del Rio, qui était donc bien vivant, juste à côté de la porte qu’il était censé défendre, mais avait laissé Jang rentrer sans le déranger, fait son grand retour sans aucune explication (pourquoi commencer maintenant ?) et abat le méchant qui s’effondre dans la chaise en question. Del Rio et les scientifiques se retrouvent donc dans la pièce, un peu embêtés et sans savoir quoi faire. Il ne reste plus de Lucy que l’immense ordinateur en plein milieu, et duquel surgit… une clé USB.

Qui sitôt saisie, fait que l’ordinateur tombe en poussière : il a fait son office.

Toutes les connaissances accumulées par Lucy sont donc sur cette clé particulièrement moche (spécial dédicace à l’effet spécial pourri pour donner l’impression qu’il y a des étoiles qui bougent sur la coque), et on imagine que si Lucy était née 15 ans plus tôt, elle aurait généré une disquette 5 pouces 1/2 chatoyante, ce qui aurait quand même eu vachement plus de classe. Tout le monde se regarde donc et est bien content : elle a accompli sa mission.

Elle a légué à l’humanité la seule clé USB assez puissante pour y stocker tout le porn du monde dès qu’ils auront formaté les conneries que Lucy a laissé dessus.

Del Rio, quand même bien enquiquiné car il aurait bien voulu un autre bisou, demande à la cantonade "Ben ? Où s’qu’elle est ?"

Et un SMS sur son téléphone lui répond :

"Je sui partou, lol."

Alors que Del Rio réfléchit à tout ce que cela implique d’avoir une Scarlett Johansson invisible et omnisciente, surtout au sujet de ses activités habituelles sous la douche, la voix off de Lucy vient accompagner la caméra qui s’éloigne.

"On nous a donné la vie. Maintenant, vous savez quoi en faire."

Et…

… FIN !

Pardon ? Mais qu’est-ce que ? Mais ! Attendez, le film se finit là-dessus, paf, elle disparaît, fait la morale et c’est plié ? Oh oui, je sais ce que je vais en faire, de ma vie !

Diego, charge mon fusil dans la voiture : on va chez Luc Besson !

_________________________________________

Vous pensez que j’exagère sur le bullshit philosophico-prout-prout de ce film et de sa phrase finale ? Alors dites-vous que je ne vous ai pas parlé, alors que Lucy est sur sa chaise à s’approcher des 100% de capacité cérébrale, des scènes où Lucy voyage dans le temps (si), l’espace (aussi), touche le doigt de Lucy l’Australopithèque façon chapelle Sixtine, comme ça, pour déconner, et voit que l’univers n’est en fait qu’un gros ovule qui s’est fait engrosser par de la semence intersidérale (si, là aussi). Parce que oui, le cosmos aussi a sa sexualité. Il est comme ça. Des fois, il va en boîte, rencontre un inconnu et paf, big-bang à l’arrière de la Twingo.

Et vous voulez le plus beau ?

Ambitieux, "Lucy" atteint ses objectifs comme spectacle de divertissement, spectaculaire et intelligent.

Culturebox – France Télévisions

"Intelligent", donc.

Bravo, les gars.

Je crois que ce sera le mot de la fin. Inutile d’en rajouter.

Comme le veut la tradition, peu avant de prendre la route pour aller rejoindre Toulouse et répandre dans la ville rose civilisation, bon goût et bien évidemment bonheur pour les Toulousaines trop peu attentives à leurs boissons, l’un des blockbusters de l’été trouve sa place sur ce blog. Comme chaque année, je partagerai donc un verre avec mon bien aimable lectorat (je mets les informations en fin de spoiler, hop), mais en attendant, répondons à cette question lancinante :

"Avec 210 millions de dollars de budget, peut-on se planter comme une grosse buse sur un truc aussi élémentaire que le script ?"

La réponse est si mystérieuse ! Vite, Transformers 4, à mon aide !

Ni une, ni deux : spoilons mes bons !

_____________________

383444.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

L’affiche : je crois que certains ont commencé à se rendre compte que les flammes sur l’affiche trahissaient le caca. Heureusement, les robots géants restent encore une valeur sûre de bouse.

Notre film débute quelque part dans l’espace, alors qu’une flotte de vaisseaux aliens qui a visiblement lancé le concours de qui serait le plus moche (le USS Charleroi est sur le coup) et le moins adapté à une rentrée atmosphérique approche de la Terre. Rassurez-vous, aucun humain ne va douiller, puisque nous sommes au temps lointain des dinosaures, ces créatures qui passaient leur temps à se courir après, pousser des cris bizarres ou encore communiquer entre eux par Tatoo. Oui mais voilà : les aliens ne font pas qu’approcher de la Terre, ils ont visiblement envie de faire du tourisme. Bien embêtés parce que New York n’existe pas encore et que c’est pourtant un peu l’astroport de tous les mauvais films, ils se retrouvent à survoler les plaines verdoyantes de notre petit bout d’univers, et alors que les dinosaures en sont encore à se demander ce que sont ces merdes volantes, voilà que les vaisseaux se mettent à tirer une sorte de super-napalm, qui transforme tout ce qu’il touche en métal. Les étendues majestueuses de la Terre sont donc bientôt transformées en désert métallique seulement peuplé de statues de dinosaures figés dans leur dernière position (ce n’était donc pas le moment de se curer le nez ou de lire Biba), et de quelques bestioles qui ont survécu malgré tout.

Cela étant dit, avançons un peu dans le temps.

Nous voici dans le présent, au Texas, où nous retrouvons Cade Yeager, un ingénieur fauché mais au cœur gros comme ça, et Lucas, son associé mi fou-fou, mi con-con. Tous deux se sont spécialisés dans la récupération de vieux matériel (ils possèdent ainsi un gigantesque stock de Sega Nomad) et pour le réparer et le revendre, ce pourquoi en ce beau jour ils se retrouvent pour aller inspecter un vieux théâtre encombrés de merdes accumulées au fur et à mesure des années et dont les propriétaires aimeraient grandement se débarrasser. Caméras datées, sièges usés et scripts corrects, autrement dit, uniquement des choses d’un autre âge les attendent mais au détour d’un couloir, voici que Cade repère… un camion.

Que personne n’avait remarqué.

Je peux tout à fait comprendre. Les 36 tonnes sont de la famille du ragondin et leur discrétion est proverbiale. Qui n’a jamais retrouvé un camion chez lui un matin après avoir laissé la fenêtre ouverte, ou n’a passé la nuit à chasser un poids lourd dans sa chambre la claquette à la main après l’avoir entendu vrombir près de votre oreille ?

Un classique.

Il faut donc croire que l’on a oublié de diffuser de la citronnelle dans le théâtre depuis un bail, ou même de mettre un piège électrique (une baraque à frites lumineuse) pour cramer le parasite, puisque le camion, bien qu’en piètre état, est bien installé. Cade l’inspecte et s’étonne, car non seulement le bousin est couvert de poussière, mais en plus, il y a des impacts sur la carcasse ainsi que des douilles d’obus à l’intérieur. Bon, rappelons que logiquement, on retrouve les douilles à côté du tireur et rarement dans la victime, mais bon, hein, on ne va pas chipoter, peut-être que le tireur a envoyé ses obus, puis ensuite, pour déconner, est allé enfoncer les douilles dans la margoulette de l’auguste véhicule.

Pour 150 dollars, Cade et Lucas repartent donc avec ce camion en piètre état avec le secret espoir de vendre des pièces du moteur, ou même, au poids du métal, m’est avis qu’ils ont fait une affaire. Dans tous les cas, ils s’en retournent vers la ferme familiale de Cade, où ils retrouvent Tessa Yeager, le fille de Cade, qui a 17 ans, un cœur gros comme ça et en plus des tenues courtes et moulantes pour le montrer. Elle skypait tranquillement avec son petit ami lorsque son père débarque avec son tas de ferraille, et elle descend donc gueuler un bon coup.

"Papa ! Qu’est-ce que c’est que ce gros machin ?
- Hé bien ça s’appelle un camion. Je le sais parce que je suis ingénieur. 
- Certes, mais Papa ! Nous n’avons déjà plus d’argent, on a encore reçu des relances d’impayés et nous allons perdre la maison ! Alors pourquoi encore acheter une merde ?
- C’est le principe de l’économie moderne mon amour. Et puis en plus, il y a plein de pièces à récupérer sur ce véhicule ! On va se faire plein de sous !
- Tu dis ça à chaque fois et à chaque fois tu te plantes, j’en ai assez d’être la seule ici à me comporter comme une adulte, bouhouhou !"

0

Et vêtue de son minishort qui prouve que la famille n’a vraiment plus de quoi se payer le moindre tissu, elle s’en va bougonner pendant que Lucas et Cade traînent leur acquisition jusqu’à la grange de la ferme familiale. L’occasion de coller beaucoup de dialogues passionnants comme :

"Papa ? Tu travailles encore dans la grange ? Je t’ai apporté à manger.
- Ma chérie, c’est gentil mais je dois réussir pour nourrir ma famille, car j’ai promis à ta maman qui est morte de m’occuper de toi et de t’aider à obtenir tes examens, ce pourquoi je suis strict par rapport aux garçons qui te tournent autour et à tes sorties. Ta mère ne voudrait pas que tu fasses la même erreur que nous qui n’avons pas étudié parce que nous t’avons eu si jeunes !
- Tu n’as pas étudié ?
- Ben non, je viens de te le dire, c’est même pour ça que je me comporte comme ça avec toi, tu suis ou pas ?
- Oui mais alors, d’où tu es ingénieur ?
- … hooo, tu m’as apporté à manger ! Holala, comme cette pomme a l’air bonne !"

0

Ou encore.

"Papa, tu dois te comporter en adulte !
- Hé, ho, qui t’as appris la mécanique ? La programmation ? La règle du hors-jeu ?
- Ah oui ? Et qui t’a appris à faire la compta de la maison ? A cuisiner sans ketchup ?
- Toi.
- …
- Il y a un problème ?
- Ben je ne sais pas, on dirait qu’en tant que femme, les seules compétences que j’ai pu t’enseigner concernent la bonne tenue d’un foyer. Ce ne serait pas un peu sex…
- Hohoho, hem, passons à un autre sujet !"

0

On va faire comme dit Cade, et aller voir ce qu’il se passe ailleurs dans le monde.

Ainsi, la CIA, elle, ne chôme pas. Depuis Transformers 3, où Chicago avait pris cher à cause d’une invasion extra-terrestre de Decepticons (les méchants Transformers) arrêtée de justesse par les Autobots (les gentils Transformers) et leurs alliés humains, elle a créé une unité d’élite "Vent de cimetière"  nom qui j’imagine, a germé dans un ascenseur du Pentagone après une dégustation de fajitas à la cantoche. Leur mission ? Bourrer la gueule aux Decepticons survivants planqués aux quatre coins du pays. C’est ainsi que nous les suivons en train de pister la trace d’un vilain Transformers caché dans un port des Etats-Unis. Les bougres sont équipés : soldats d’élite, hélicoptères surarmés et même mini-drones avec détecteurs thermiques, autant vous dire que le Transformer est vite débusqué de l’épave d’un bateau où il se terrait.

predator_drone1

Après, quitte à envoyer des drones, vous pouvez en envoyer un comme ça, hein. Il vous repère son Transformers depuis 10 000 pieds, lui colle un missile dans le cucu avant même que l’autre ne le réalise, et tout le monde peut ensuite fêter la victoire à la cantoche sans bouger.

Sitôt repéré, le bougre tente de prendre la fuite, mais il se fait arroser par tous les humains, et même par…un autre Transformer mystérieux qui lui snipe le museau à distance !

"Arrêtez de tirer, je suis un Autobot !" s’exclame le pauvre robot, mais tout le monde a l’air de s’en moquer. Lorsqu’on lui demande pourquoi il fuyait, s’il est gentil, il explique "Parce qu’on a reçu un message d’Optimus Prime notre chef de rompre tout contact avec les humains ! On obéit donc." Mais visiblement, cela ne suffit pas à convaincre les humains, et encore moins le gros Transformer-sniper, dont le charisme est tel que nous l’appellerons Jean-Jacques, comme le veut la tradition. Ce dernier demande gravement "Dis-nous où est Optimus Prime !" mais face au refus de l’Autobot, il le bute purement et simplement.

Ah oui non mais, il est vraiment méchant. Et les humains ne mouftent pas car eux aussi sont très vilains.

Retournons donc du côté du Pentagone, où Harold Attinger, chef des opérations de la CIA et patron de Vent de Cimetière, ricane dans un bureau après ce qu’il estime être une victoire. Face à lui se trouve le timide nouveau chef de cabinet du président des Etats-Unis, qui est venu opérer une visite de courtoisie.

"Ouiii, alors bonjour, je venais vous dire que le Président aimerait BEAUCOUP vous avoir à la Maison Blanche pour dîner.
- C’est non.
- Heu… attendez, vous savez que c’est votre supérieur ?
- Oui mais je suis beaucoup trop cool et méchant pour obéir d’après le script.
- Ce n’est pas grave. Donc, sinon, le Président aimerait savoir comment avance la chasse aux Decepticons ?
- Ça avance.
- Il aimerait des détails.
- Non.
- … non, sans déconner, faites un effort. Allez, encore une question facile : pouvez-vous nous dire où est Optimus Prime ? Le Président aimerait l’inviter, c’est quand même le chef des Autobots.
- On ne vous dira rien.
- Bon ben c’est super, écoutez, merci pour ce formidable échange, je vous laisse continuer d’envoyer chier le Président sachant qu’il peut vous faire sauter à tout instant. En plus, le fait que vous cachiez plein de trucs n’est pas du tout suspect. Bonne journée, hein !"

0

Vous savez quoi ? En fait on va laisser la CIA tranquille et retenter notre chance pour voir s’il se passe quelque chose de plus intelligent ailleurs. Tenez, si nous allions dans l’Arctique ? C’est bien, l’Arctique.

Car sur place, un hélicoptère se pose et en sort une scientifique, Germaine, qui vient étudier un chantier archéologique où l’on a fait une découverte révolutionnaire : un squelette de t-rex (déjà) tout en métal (en plus) ! Autant dire qu’aussitôt, Germaine repart à la multinationale qui finance ses recherches, KSI, pour expliquer à Joshua Joyce, son big boss, ce qu’elle vient de découvrir. Germaine explique donc sa théorie : il y a des millions d’années, ce n’est pas une météorite qui aurait aidé les dinosaures à disparaître, mais une invasion alien qui aurait transformé tout ce qui passait en métal mystérieux.

Le genre de théorie qui fait rarement un tabac en librairie, mais fait les beaux jours de Youtube.

"Pas si mystérieux !" intervient Joshua dont la mission est d’expliquer au spectateur plein de trucs que Germaine, qui bosse pour KSI depuis des années, est déjà censée savoir. Ce métal, c’est du Transformium, la matière dans laquelle sont faits les Transformers. Il y a un génome dedans, que Joshua a décodé, et il a ainsi commencé à créer des Transformers sur-mesure, meilleurs que les originaux, et contrôlés par les humains comme des drones. L’Etat l’aide même dans ses recherches en lui amenant tous les restes de Transformers pour qu’il les analyse. C’est ainsi qu’il a mis la main sur la tête de Megatron, le dernier vestige du plus grand Decepticon ayant vécu.

D’ailleurs, c’est rigolo parce du coup, Joshua a tenté de faire un super Transformer de combat, que nous baptiserons Grosétron, mais malgré tous ses efforts, l’engin ressemble… à un Decepticon.

"C’est bizarre."

Ah ben oui. Oui, tu as raison. Boh, tu essaies de produire un truc et à la place, ça en produit un autre connu pour être vaguement dangereux et avoir follement envie de te tuer, tu sais quoi ? Plutôt que de t’arrêter pour essayer de comprendre, continue. C’est bien. Et puis c’est tellement crédible, en plus "Ho bah pouf, c’est arrivé comme ça, mais bon, hein, c’est pas bien grave.". Bé non. Moi aussi, une fois, je voulais faire une tarte aux fraises et puis au final, je me suis retrouvé avec une kalachnikov. J’ai un peu regardé la pâte à tarte d’un drôle d’œil, mais pour tout dire, c’est vrai que ça s’est bien passé quand même : c’était pour un goûter d’anniversaire, les enfants ont adoré.

Ces surpuissantes explications étant faites, Joshua va retrouver le vil Harold Attinger de la CIA qui l’attend dans un coin, et tous deux se lancent dans une grande explication là encore pour aider le spectateurs entre deux poignées de pop-corn ou de Lexomil, c’est selon.

"Attinger ! Que faites-vous ici ? J’espère que vous m’apportez de bonnes nouvelles !
- Nous recherchons toujours Optimus Prime. Sitôt que nous l’aurons, nous le livrerons à Jean-Jacques le robot, qui en échange, nous donnera de quoi avoir autant de Transformium que vous le voulez.
- Il faut faire vite avant que le Président ne s’aperçoive que vous poursuivez les gentils Autobots pour arriver à nos fins…
- Nous l’aurons pas d’inquiétude.
- Je l’espère ! Car n’oubliez pas, si vous réussissez, Attinger, la valeur de vos actions chez moi atteindra 7 chiffres…"

0

Une seconde ? Pas la valeur "d’une action" ? La valeur "de vos actions" ? Un total de 7 chiffres ?

Alors je ne sais pas vous, mais moi, pour une trahison interplanétaire, je trouve que ça fait un peu cheapos. Quelques millions tout au mieux, même pas une dizaine ? Pas de quoi s’acheter un yacht de kakou ou une villa de mauvais goût d’une quelconque starlette ? Nan mais, là, Attinger, c’est pas pour dire mon vieux mais vous êtes vraiment un méchant tout pourri. Quelques millions, ça fait toujours plaisir, mais là, bon, faut pas déconner. Pour un peu, Attinger pourrait rajouter "Et je pourrai avoir des tickets restaurants et un abonnement Navigo, aussi ?" sans que ça ne fasse tache.

C’est beau.

Bon, la CIA, l’Arctique, KSI, en fait, c’était tout aussi pourri que le reste : retournons donc au Texas.

409480.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Le chef de cabinet du Président des Etats-Unis en plein entretien avec le chef des opérations de la CIA. "Non mais vraiment, vous voudriez pas nous dire ce que vous faites de tout notre pognon, sachant que vous êtes nos employés ? Non ? Bon ben c’est pas grave, c’est pas bien important."

Car en parlant de pognon, allons voir du côté de Cade qui dans sa grange, a fait une fort belle découverte en tentant de retaper le camion qu’il a acheté à vil prix : outre un vieux sapin à la vanille accroché au rétro et une vignette obligatoire de 1994, il s’est aperçu que celui-ci fonctionne encore plus ou moins malgré de gros dégâts et mieux encore, quand on lui envoie du jus, le camion se met à gueuler "A tous les Autobots : planquez vos miches, les humains veulent nous déboulonner !" ou quelque chose dans ce goût là.

Comme le disait le général Aussaresses : "C’est quand le courant passe que l’on peut discuter le mieux".

Mais bref. Notre héros fait donc part de sa découverte à son copain con-con ainsi qu’à sa fille, et tous deux sont un peu effrayés : depuis la bataille de Chicago et Transformers 3, le gouvernement demande à ce que l’on lui signale toute activité alien. Comme par exemple, les clips de Lady Gaga, les gens qui envoient des powerpoints par mail ou un camion qui parle.

"Et en plus, il y a une grosse récompense !" ajoute Lucas et son gyrophare sur la tête qui surmonte une pancarte "Je suis un traître".

C’est à peu près ce moment là que choisit le camion, qui en a marre qu’on lui envoie du jus, pour se transformer en Optimus Prime, le célèbre chef des Autobots (d’ailleurs, le camion est tout gris et sale, mais quand il se transforme, il est tout propre. Et inversement quand il reprend son apparence de camion, c’est fou, ce n’est plus Optimus Prime, c’est Elephant Bleu). Grognon et blessé, il distribue des coups un peu au hasard dans toute la grange, en hurlant qu’on ne peut pas faire confiance aux humains. Cade calme donc le robot en lui rappelant que déjà, c’est raciste, et en se proposant de le réparer. Il envoie donc sa fille faire du rien, et son pote Lucas en ville pour aller acheter des pièces de rechange, un nouveau carbu, deux pots d’échappement, une clé de 12, du lubrifiant, des préservatifs et de la biafine.

Lucas part donc, et revient très en retard, ce qui n’est pas du tout suspect, avec ce qu’on lui a demandé. Cade se met donc au travail, quand après un long moment, voici que s’engagent sur le chemin de la ferme une longue colonne de véhicules noirs marqués du logo "Vent de Cimetière" accompagnés d’hélicoptères armés de roquettes.

"Holala ! Quelqu’un a dû appeler le gouvernement ! Mais qui ?" se demande Cade en sortant de sa grange en urgence pendant que Lucas réajuste son gyrophare et sa pancarte.

Dans tous les cas, le chef de cette petite unité, un certain James Savoy, descend de la voiture avec ses hommes et leur ordonne de fouiller la ferme et la grange malgré les récriminations de Cade. Ils déploient-même leurs légendaires mini-drones, à la recherche de traces thermiques mais… ne trouvent rien. La grange est vide. La ferme aussi. Aucune trace d’Optimus Prime !

Qui s’est en fait caché sous le plancher de la grange, puisqu’il y avait là bien évidemment la place pour un robot géant. Il faudra que je pense à louer un emplacement comme celui-ci, ma cave commence à déborder.

Pardon ? Les détecteurs thermiques des mini-drones vous dites ? Non, ils n’arrivent pas à détecter Optimus Prime ? Pourquoi ?

Parce que.

Sauf que voilà : Cade trahit sans le vouloir son ami robotique, puisque lorsqu’on lui demande où est passé le camion qu’il retapait, il répond "Je n’en sais rien ! Il était là cette nuit encore, et là, il est parti…". Aussitôt, tous les méchants comprennent que Cade en sait plus qu’il ne veut bien le dire avec son "Il est parti", ce qui est un peu bizarre en VF, mais comme en VO, il dit "He’s gone" au lieu de "It’s gone"  semble-t-il, les vilains réalisent que Cade parlent du camion comme d’une personne et non d’un objet. Et pour le faire parler… menacent de coller une balle dans la tête de sa fille Tessa, ce qui au vu de ses répliques depuis le début du film, ne devrait pourtant pas être mortel. Mais bon. J’aurais plutôt menacé de la forcer à regarder le film, c’eut été plus cruel.

Optimus Prime, qui aime les oiseaux, les enfants et l’amour dans les prés ne peut supporter que cela arrive : il sort donc de sa cachette, tire dans tous les sens avec son gros canon (mais juste assez pour assommer les brigands avec le souffle, pas les tuer, parce qu’il est vraiment super gentil), et sort de la grange dans une fameuse explosion pour commencer à calmer la troupe de Vent de Cimetière. Cade et ses camarades profitent de l’occasion pour filer, et Cade arrive même à voler un mini-drone dans l’affaire (comme ça, hop). Mais pendant que Optimus met la zone comme un racaillou un soir de coupe du monde, étant donné que la ferme est isolée, Cade, Lucas et Tessa n’ont d’autre choix que de fuir à pieds à travers champs ! Ils n’ont aucune chance, poursuivis par les agents du gouvernement…

… quand soudain, une voiture de rallye surgit, saute une butte et assomme ainsi les vilains à coups de pneus (si, si)  ! Elle s’arrête, la portière s’ouvre et un certaine Shane Dyson ouvre la porte, jeune bellâtre qui n’est autre que le petit ami de Tessa.

"Vite, montez beau-papa ! Je vais vous sauver !
- Merci Shane. Nous l’avons échappé belle ! Tu es arrivé juste à temps ! D’ailleurs, que faisais-tu là ? Comment as-tu su qu’on avait besoin de toi ?
- Hahaha, hé bien c’est très simple, en fait je… vrouuuvrouvrouvrouuuum vraaaouuuum ! Ah, le bruit du moteur a couvert ma réponse, quel dommage !
- Tu viens de faire le bruit du moteur avec la bouche.
- Moi ? Noooon ! 
- D’accord, alors répond à ça : A) en supposant que tu aies su pour le gouvernement, comment es-tu arrivé aussi vite ? B) sachant qu’il y avait un robot géant en train de tirer partout atour de la ferme, comment as-tu compris que les vilains qui méritaient des coups de pneus, c’étaient les humains et pas le robot qui détruisait tout ? 
- VROUVROUVROUVROUVROUUUUM MEEE MEEEE MEEEMEEEEEEE !
- Tessa, il va falloir que l’on parle du choix de tes copains."

0

Après une série de dialogues lolilol à base de "Comment, tu as un copain ? Je suis indigné, et oui, c’est ma première préoccupation même si on nous tire dessus !", la voiture de notre petite équipe rejoint Optimus Prime qui a pris la fuite sous sa forme de camion, sauvé par le fait que dans ce film, les roquettes tirées des hélicoptères vers lui partent droit vers leur cible mais dévient au dernier moment pour ne pas faire mal aux gentils sans raison valable autre que "Ce film est une bouse". La course-poursuite est longuette et finit par arriver en ville et continue au sein d’une ancien parking désaffecté dans lequel il se trouve qu’il y a un tremplin pour cascades, puisque Shane est pilote de métier, figurez-vous, et que c’est sa zone d’entraînement. Il s’en sert donc pour faire un super saut et atterrir au poil près là où il voulait parce qu’il est habitué à faire cette cascade avec Tessa à bord (et le fait qu’il y ait deux personnes de plus à l’arrière ne change pas, disons, le poids de la voiture ? Non ? Non.) et sème ainsi moult ennemis.

21017601_20130704155418622.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

L’arrivée de Shane en gros plan. Je sais, il ne manque que les néons sous la voiture. Moi aussi, ça me fait rêver.

Optimus Prime, lui, est bien surpris car lui tombe sur le coin du nez Jean-Jacques, le vilain robot de l’espace qui travaille avec Vent de Cimetière. Pour info, Jean-Jacques est super discret et n’hésite pas à se promener au milieu des humains sans que Vent de Cimetière ne l’engueule, des fois qu’un robot géant a l’air hostile, ça attire vaaaguement l’attention d’autres autorités que la CIA, voire que le Président commence à demander des explications.

Non, il faut croire que tout le monde s’en fout. Les scénaristes en premier, qui rajoutent juste des scènes au milieu d’humains pour bien hurler "ça coûte plus cher pour montrer qu’on est mauvais"

Bref, bagarre il y a entre les deux robots et non, Optimus Prime n’est plus blessé du tout quand bien même Cade n’as pas eu le temps de le réparer, à cause d’une certaine arrivée, justement, de Vent de Cimetière. Probablement que passer la nuit dans la grange compte comme une nuit dans une auberge et qu’il a donc récupéré tous ses points de vie. En tout cas, au final, la voiture de nos héros étant un peu pétée après toutes ses acrobaties, Optimus décide de laisser tomber la bataille pour se transformer en camion et les aider à fuir.

Et là, attention, jeu ! Concentre-toi ami lecteur.

Sachant que nous avons un camion avec trois places dans la cabine, que nos héros sont quatre, que trois d’entre eux sont une fille, son copain et beau papa, que tous trois sont plutôt beaux et gentils et que le quatrième est un traître con-con qui s’exclame "Boh, j’aurais pas dû appeler le gouvernement, en fait, il n’y a pas de récompense !", qui va mourir comme une merde dans les quinze prochaines secondes ?

Qui a répondu "Le noir" ? Il n’y a pas de noir, sacripan.

En attendant, voici la réponse : Jean-Jacques, vexé de voir Optimus abandonner le combat, balance une sorte de grenade qui se révèle être du super-napalm, comme au début du film ! Tout explose donc derrière nos héros… y compris Lucas, qui était à la traîne, et qui est instantanément figé dans sa course, transformé en métal alien. Il est donc mouru, voire carrément décédu. Nos héros grimpent donc dans la cabine d’Optimus (rien de sexuel, c’est strictement amical) et grâce à cette incroyable coïncidence scénaristique, il y a de la place pour tout le monde. Le camion peut donc s’enfuir.

Sans être poursuivi par Jean-Jacques, probablement parce qu’il a la flemme. Et que les autres voitures de Vent de Cimetière ont calé. Et que leurs hélicoptères se sont posés pour acheter des burritos. Et que les satellites de la CIA sont occupés à faire des zooms sur des piscines californiennes. Quelque chose comme ça, ou alors, c’est juste du caca, au choix.

Nos héros font donc une brève étape dans une station service désaffectée qui contient bien évidemment malgré tout encore des tonnes de trucs dont ils ont besoin, comme par exemple, du matériel informatique pour reprogrammer le mini-drone que Cade a volé aux méchants (et qui ne contenait aucune puce GPS pour le localiser, bien évidemment), lire sa mémoire et s’en servir eux-même. Vraiment, ils sont sympas ces pompistes qui abandonnent leur entreprise en laissant tout dedans histoire de dépanner d’éventuels fugitifs. Merci, valeureux hommes de l’ombre qui permettez toujours aux héros de trouver de quoi se fringuer, boire, manger, se soigner et bricoler tous les objets dont ils ont besoin.

Vous noterez aussi, car vous avez bien lu, que oui, Cade peut du coup lire la mémoire du drone. Et attention, hein, pas celle du jour : le drone emporte l’enregistrement de ses vols précédents, histoire de bien pouvoir livrer tous ses secrets si jamais il venait à s’égarer, par exemple, entre les  mains d’ennemis de Vent de Cimetière. C’est ainsi que Cade découvre, outre 2 Go de .avi d’une voisine bruyante et d’un plombier, l’enregistrement d’une précédente bagarre durant laquelle les méchants ont tué un Autobot. Sacrebleu ! Sitôt qu’Optimus Prime est mis au courant, il change d’apparence (en scannant un autre camion, reprenant des couleurs kitsch et affichant en plus le logo Autobots à l’avant, c’est dire s’il est con) et emmène Cade & co au fin fond des rocheuses où les derniers Autobots se sont réunis. On trouve parmi eux :

  • Grobill, l’Autobot gros bill qui a mille et une pétoires et peut se transformer en camion militaire
  • Samouraï, l’Autobot samouraï qui peut se transformer en hélicoptère et philosophe. Oui, c’est un Autobot du Japon médiéval. Non, ne me demandez pas pourquoi.
  • Bumblebee, l’Autobot relou et soi-disant drôle des trois précédents volets qui peut se transformer en voiture. Oui, c’est tout.
  • Corsaire, une sorte d’Autobot anarchiste-rebelle qui peut se transformer en voiture et là encore, c’est tout

Ce petit groupe est tout ce qu’il reste des Autobots sur Terre, autant dire, pas grand chose. Eux qui croyaient Optimus Prime mort sont heureux de le revoir et s’entretiennent avec lui pour savoir ce qu’il s’est passé ces derniers temps. Optimus Prime explique donc qu’il est tombé sans explication sur des humains qui lui ont tendu une embuscade, et que c’est pour cela qu’il a décidé de rompre tout contact avec eux et invité ses alliés à en faire de même. Mais pourquoi les humains, et plus particulièrement le gouvernement américain s’en prennent-ils à Optimus Prime, qui n’a pas pensé que si c’était juste un problème de gouvernement, quitter le pays pourrait aider ?

"J’ai la réponse !" explique Cade. "Regardez la vidéo de ce mini-drone : les Autobots sont tués, et ensuite, on voit une camionnette de KSI, société très proche du gouvernement, venir chercher les restes. La suite de notre enquête devrait donc se faire dans leurs locaux !"

 Ni une, ni deux, la fine équipe tente donc d’infiltrer la société avec des trucs comme "Ho ben tiens, en fait les mini-drones sont en fait équipés d’un scanner capable de scanner en moins d’une seconde n’importe quelle carte de sécurité et de la reproduire avec l’aide d’un Transformer" (pourquoi ? Mystère), "Ho ben ça alors, le mec qu’on a scanné au hasard dans la foule a pile accès au bon labo que l’on cherche" et "Toutes les coïncidences du monde vont dans notre sens, c’est merveilleux." Ainsi, Cade parvient assez aisément à rentrer dans les locaux de KSI, à découvrir que ces derniers fabriquent des Transformers, et que pour ce faire, ils ont besoin de transformium. Ce pourquoi lorsqu’ils tuent les Autobots, non seulement pour retrouver Optimus Prime mais aussi car… ils les font fondre pour récupérer la précieuse matière !

Alors certes, Cade se fait gauler, mais comme en même temps, les Transformers voient direct les images de Cade à l’intérieur de l’entreprise, et que l’on recycle les corps de leurs potes, ils deviennent tous foufous, tel le yorkshire face à la chaussure neuve.

Aussi Cade n’est pas retenu prisonnier par Joshua et la sécurité de KSI qui lui sont tombés dessus, car aussitôt, les Transformers déboulent et commencent à tout péter, avec de gros problèmes de réalisation, comme ce passage où des gardes sont en ligne au garde à vous dans un labo (alors que ça tire dans le bâtiment depuis 10mn), et qu’un Autobot déboule et commence à vider son chargeur dans le plafond ; il faut alors au moins 3 à 4 secondes aux gardes pour commencer à réagir, parce que quelqu’un a oublié de synchroniser l’effet spécial avec le jeu des acteurs bien réels. Du coup, c’est assez intéressant, on a l’impression que les gardes sont aussi ennuyés par le film que les spectateurs. Du genre "Rhooo, encore un Autobot berserk, bon, qui qui s’en charge ? Moi c’est l’heure de ma pause, alors demmerdez-vous."

333391.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Ici, un convoi de Transformers s’avance discrètement sur une route. Leur furtivité est légendaire.

Cade est bien vite libéré par cet assaut aussi soudain que brutal, et les Autobots, eux, libèrent un minuscule des leurs qui était réduit en esclavage dans un laboratoire, que nous appellerons Minibot. Et se retrouvent enfin face à face avec Joshua, le patron de KSI, qui tente la diplomatie.

"Hoo hééé les Autobots ! Qu’est-ce que c’est que ce scandale ? Vous êtes en train de tout péter !
- Vous tuez les nôtres et utilisez leurs cadavres pour vous faire du fric. Par ailleurs, ce film est tellement rempli de placement de produits que rien que ça, ça donne envie de mitrailler.
- Oui mais non. Vous êtes gentils et vous ne tuez pas les humains.
- Mais…
- Et on vous bute si on veut.
- Mais…
- Et puis qui va passer le balai maintenant ? C’est vous peut-être ?
- Beuh… non ?
- Non, alors vous prenez vos boulons et vos durites et vous vous cassez. "

0

Oui, le film pourrait s’arrêter là. Les Autobots ont découvert qui les butait et les décomposait, ils pourraient tout arrêter, mais parce qu’un humain, et accessoirement leur pire ennemi, leur dit de mettre les voiles…

Ils se barrent.

Mais ? Je… remboursez, pour voir ?

A peine les Autobots sont-ils partis qu’Attinger, qui traînait dans le coin, tape très fort sur l’épaule de Joshua Joyce en lui disant "Hé, hé ! Les Autobots vous ont attaqué ! Vous avez donc le droit de riposter, la CIA vous couvre ! C’est l’occasion de tester vos derniers prototypes, Stinger, le Transformer super rapide, et Grosétron le… le truc." L’affaire est entendue et quelques instants plus tard, deux véhicules sortent des locaux des prototypes de KSI : une voiture de sport rose et un gros camion gris, contrôlés à distance comme des drones par les agents de KSI. Bien vite, ils rattrapent les Transformers et à la surprise de ces derniers, s’avèrent plus rapide et plus adaptables que ces derniers, KSI ayant mis toute sa technologie au service de ses bébés !

Pour résumer, les Autobots partent se bastonner dans un coin avec Stinger, pendant qu’Optimus Prime se tabasse avec Grosétron qui… ne répond plus aux commandes de KSI, comme mû par une vie propre !

AHLALA ! JE ME DEMANDE BIEN POURQUOI, DIS !

Hem, pardon.

Le tout se passe sur une autoroute où, chose amusante, des voitures civiles passent mais sitôt qu’un Transformer les percute et qu’elles s’arrêtent, hop ! Elles sont vides ! Pas d’humains à bord ! Ça coûte moins cher et ça évite de gérer des trucs chiants dans le scénario. Mais alors que le combat fait rage, KSI rappelle à la base Stinger et Grosétron. Car au-dessus du champ de bataille, un gros vaisseau extra-terrestre vient d’apparaître, celui de Jean-Jacques le robot ! Qui colle une dérouillée à Optimus Prime, puis l’emmène à bord de son vaisseau à l’aide d’un…

D’un gros filet.

Oui, les mecs viennent de l’espace, ont des véhicules qui font la nique à la gravité et plus tard dans le film, on découvre qu’ils ont un rayon tracteur, mais là, pour déconner, ils sortent leur filet à sangliers géants, et ne me demandez même pas comment, en le larguant par au-dessus, ils arrivent à passer sous Optimus Prime, mais pif-pouf, ça marche. Seul problème, dans l’affaire, ils attrapent aussi une voiture endommagée qui traînait près d’Optimus Prime… et dans laquelle Tessa, la fille de Cade, se planquait ! Tous deux sont donc emmenés à bord contre leur gré, puis le vaisseau s’envole dans le lointain…

"On vous aura, gros bâtards !" râlent donc Cade et Shane au sol pendant que les Autobots les rejoignent. Et dépités, ils vont errer dans la campagne sans que plus personne ne s’intéresse à eux.

Non, Vent de Cimetière n’a plus rien à faire, ni de ces Autobots, ni de ces humains qui en savent trop. Là, ils sont sûrement occupés à passer la serpillière chez KSI ou à faire un bingo avec leur papy. Un truc du genre. Enfin, c’est l’occasion de discuter avec Minibot, qui révèle toute la subtilité du scénario à nos héros, sur pourquoi Jean-Jacques bosse avec la CIA, ou encore pourquoi Grosétron désobéit à ses créateurs.

"Alors, attendez que je résume. En fait, les Transformers ont été créés par une race, les Créateurs. Pour ce faire, ils ont semé dans l’univers des "graines" qui en explosant, transforment tout ce qui les entoure en ce métal que vous appelez Transformium. Ce sont donc eux qui ont pété les dinosaures, comme ça, pour déconner.
- Et donc, la Terre entière est devenue métal ?
- Oui.
- Et nos archéologues et géologues n’ont jamais rien remarqué ?
- Hééé bien… non. J’ai le droit de faire le bruit du moteur moi aussi pour les questions gênantes ?
- Non.
- Haaaan… bon, bref. Les Créateurs ont aussi créé les Prime, des super chevaliers, comme Optimus. Sauf que les Prime ont décidé de faire le bien tout seuls au lieu d’obéir aux Créateurs, du coup, ces derniers ont mis la tête des Primes à prix. Jean-Jacques est un de leurs chasseurs.
- Un chasseur de Prime ?
- Oui, c’est exactem… 
- Pfffrrrrr.
- Okay, j’ai compris. Super marrant les gars, wouh, grosse ambiance. Bon, je disais ? Ah oui ! Jean-Jacques est un chasseur intergalactique au service des Créateurs. Il s’est allié à Attinger et Joshua : ils l’aident à traquer les Autobots pour retrouver Optimus Prime, et en échange, il leur donnera une graine  des Créateurs capable, en explosant, de transformer tout un désert en mine de Transformium en plus des corps des Autobots tués. Bref, leur fortune sera faite.
- Les rascals ! Et pour Grosétron ?
- Hé bien Joshua m’a forcé à étudier les restes de Mégatron pour décoder la technologie Transformers. Sauf que Mégatron est encore plus ou moins conscient dans son corps tout mort, et il a certes donné toutes les données techniques, mais il a encore le contrôle sur de minuscules bots capables d’aller s’infiltrer dans les prototypes et de les pirater.
- Et évidemment, personne n’a rien remarqué de robots volants au milieu de laboratoires et de données brutalement modifiées.
- Vraiment ? Vrouvrouvrouuuuum ? Allez ?
- Non.
- Bon, bref. Pour résumer, Mégatron a corrompu le projet Grosétron pour s’en faire un nouveau corps. Et il s’est incarné dedans ! Donc KSI vient, sans le savoir, de ressusciter Mégatron. Et ce n’est pas eux qui le contrôle… c’est lui qui les manipule !
- HO BIN CA ALORS ! Vous voudriez dire que ce prototype qui sans explication, ressemblait à un Decepticon (mais que l’on produisait quand même) était en fait un Decepticon ? C’EST FOU !"

0

J’espère que vous ne vous êtes pas fait mal en tombant sur votre chaise.

Heureusement, pendant ce temps, Jean-Jacques l’alien robotique ne chôme pas. Après avoir enfermé Optimus Prime dans une prison en s’exclamant "Hahaha, j’ai eu tous les autres Prime, tu es le dernier ! J’ai même volé votre vaisseau, ce vaisseau pour vous traquer, n’est-ce pas ironique ?", le vil personnage reçoit un rappel de son Google agenda : il doit appeler la CIA pour leur livrer la graine. Alors, c’est parti. 666-CIA.

"Oui allô ?
- Oui, bonjour Madame, je suis un robot de l’espace et j’aimerais parler au directeur des opérations. 
- Bien sûr, c’est à quel nom ?
- Jean-Jacques.
- Ne quittez pas.
- *musique d’attente quelque part entre Stromae et le générique de Pyramide*
- Allô ?
- Attinger ?
- C’est lui, à qui ai-je l’honneur ? Je suis un peu occupé à trahir des gens, là.
- Non non mais ne vous inquiétez pas, j’en ai pour cinq minutes. C’est pour vous dire que j’ai bien capturé Optimus Prime aux coordonnées où vous m’avez indiqué qu’il se battait avec les robots de KSI.
- C’est une bonne nouvelle, ça.
- Donc pour le paiement, où voulez-vous que je vous remette discrètement la graine qui prouve que vous avez passé un accord avec une puissance alien en toute illégalité ?
- Je vous propose de se donner rendez-vous dans un coin tranquille. Que diriez-vous d’emmener votre vaisseau géant au-dessus de cette petite bourgade que l’on appelle New York ?"

0

Ho miséricorde. Celle là, elle est tellement mauvaise que je ne l’avais même pas vue venir.

406511.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

"Bon les mecs, les aliens viennent encooooore de débarquer à New York. Il faut que l’on relance notre programme touristique pour leur faire découvrir d’autres destinations majeures : Londres, Mexico, la Bourboule…"

Donc oui : Jean-Jacques arrive au-dessus de New York avec son vaisseau géant. La Maison Blanche s’inquiète un peu et appelle Attinger, qui encore une fois, refuse de leur donner des réponses : c’est donc okay, il conserve bien évidemment ses fonctions et peut trahir en toute tranquillité. Et au milieu de ce méphitique gloubiboulga, voici que les Autobots ont décidé eux aussi de s’inviter à la fête, et accompagnés de Cade et Shane, ils viennent libérer aussi bien Optimus Prime que Tessa. La mission d’infiltration commence donc à bord du vaisseau, et bien vite, l’équipe se divise en deux groupes.

"Bon alors, nous, les robots énormes et pas agiles, on va tenter de s’infiltrer dans le minuscule gouffre plein de lasers super espacés pour des humains mais super serrés pour des robots géants, et trouver la commande des ancres du vaisseau pour le bloquer le temps que l’on trouve les prisonniers. Et vous, les deux humains sans armes, vous allez affronter les gardes et libérer les copains, d’accord ?

0

Ah mais oui, complètement. Super idée. Vraiment, chapeau.

Bref : les Autobots parviennent à larguer les ancres du vaisseau, qui sont en fait de gros grappins qui vont s’ancrer dans les buildings avoisinant (rien de dangereux, et, oui, les murs tiennent sans souci), retrouvent même Optimus Prime dans l’affaire, mais le mieux reste surtout Shane et Cade, qui tombent sur une salle d’armes pour Transformers. Et en fouillant, tombent sur… deux dagues ? Qui sont piles à leur taille y compris au niveau de la garde, dites-donc ! Ils sont forts ces Transformers d’avoir pensé à se faire des armes pas à leur taille. Mieux encore, ces dagues font aussi fusil d’assaut, et là ont carrément des détentes à taille humaine !

Vraiment, c’est fou.

La folle équipe, suite à diverses péripéties longues et ennuyantes que je vous passe, finit par fuir le nid des méchants sans que l’alerte ne soit donnée à tout le vaisseau. Jean-Jacques, inconscient de ce qu’il se passe, donne donc la graine à Attinger qui vient la chercher à bord en hélicoptère puis la transaction terminée, s’envole vers les étoiles. Il ne remarque pas que derrière-lui, toute la partie de son vaisseau qui faisait office de prison s’est détachée et est restée sur Terre avec tous nos amis victorieux à son bord. Enfin si, il le remarque, mais un peu tard, donc le temps qu’il fasse demi-tour et repasse au péage intergalactique, il n’est pas rendu. Nous le reverrons donc plus tard, dès qu’il aura réussi à régler son Tom-Tom.

Car déjà, Attinger va retrouver Joshua et propose de filer vers Hong Kong, où KSI a une autre antenne. Et après le bordel à New York (ah ! Ça y est, quelqu’un a réalisé que c’était très con ?), ils pensent que poursuivre leurs activités en Chine sera plus sûr, à part peut-être au niveau de la qualité des produits finaux mais là n’est pas la question En plus, ils comptent faire péter la graine au milieu du désert de Mongolie, histoire d’être tranquilles. Donc la Chine est définitivement une bonne solution de repli. Ils évacuent par conséquent leurs prototypes divers, Stinger et Grosétron, et partent pour Hong Kong en environ 10 minutes.

Oui, ils consomment moins de temps pour évacuer toute une industrie de pointe dans un pays étranger que vous n’en prenez pour vous préparer à aller au boulot.

Ils sont forts, on vous dit.

Les Autobots, eux, sont bien décidés à récupérer la graine. Car Minibot leur a révélé les plans de Mégatron : réincarné en Grosétron, il veut à tout prix que KSI ait la graine… pour la faire péter et avoir du Transformium pour lui, oui, mais à Hong Kong ! Pourquoi ? Parce que… qu’il… il est très méchant ?

Voilà.

Le vaisseau des Autobots file donc à Hong Kong, et Cade, en un seul coup de fil, parvient à retourner la situation.

"Allô, Joshua Joyce de KSI ?
- Oui ?
- Je suis Cade Yeager, celui qui vous a embêté jusqu’ici. J’ai trouvé votre numéro dans les pages blanches.
- Malheur ! Mais la partie est perdue, Cade. J’ai la graine, mes prototypes et je suis loin de vous !
- Non ! Car vous et moi, nous sommes deux ingénieurs, deux inventeurs !
- En fait, non : moi j’ai un diplôme et une société, vous vous êtes un plouc qui a du mal à payer sa ferme, si vous voyez ce que je veux dire. Je paie l’ISF, moi, Monsieur ! J’ai Jean-François Copé dans ma piscine le dimanche !
- On s’en fout, le script dit que cet argument suffit à vous convaincre : sachez que Grosétron est en fait Mégatron et qu’il va vous voler la graine et la faire péter à Hong Kong. Alors filez, et vite !"

0

Instantanément, Joshua est convaincu, ce qui sous-entend qu’il vaut mieux ne pas faire de canulars téléphoniques à ce Monsieur de peur qu’ils ne marchent trop bien. Il file chez KSI récupérer la graine et demander à ce que l’on débranche Grosétron, mais aussitôt, celui-ci s’anime… et se met à commander à Stinger et aux 50 prototypes construits par KSI ! Nom d’une pipe, il y a un soulèvement robotique ! Joshua file avec la graine, ce qui déplaît fortement à Attinger, qui lui est si idiot que même en voyant les robots de KSI tenter de tout tuer, continue de se dire, que bon, allez, plutôt que de mettre les voiles, il va rester et tuer aussi bien Joshua, qui l’a trahit, que Cade qui s’approche avec les Autobots et leur vaisseau.

Oui entre "Sauvons nos vies" et "Tuons des gens qui essaient de sauver la Terre quand tout est perdu", Attinger a choisi son camp.

Pourquoi ?

Mais, parce qu’il est méchant bien sûr. Et parce qu’ils pourraient "ruiner sa carrière en révélant ce qu’ils savent !" ; oui, ou alors justement, tu les aides et vous vous faites des bisous.

Et LA tu les butes quand ils ne s’y attendent plus.

C’est quand même pas compliqué.

Enfin. A peine arrivé, le vaisseau Autobot est abattu par les robots de Grosétron et va s’écraser juste à côté de Hong Kong, à côté d’un monument supposé être vaguement plus loin que "juste à côté", mais passons, c’est un peu la signature des Transformers (rappelons que dans le 2, les héros depuis un monument en Jordanie aperçoivent les Grandes Pyramides d’Egypte et traversent la distance qui sépare les deux en courant en moins de 3 minutes).  Cade & co, eux, ont réussi à atterrir en ville avec Grobill et Bumblebee et c’est donc la baston générale.

Bim, bam boum, etc.

Dans l’affaire, Cade & co récupèrent Joshua et la graine, mais l’armée ennemie est trop nombreuse. Ils arrivent cependant quand même à tuer James Savoy, le vilain commandant de la force Vent de Cimetière et bras droit d’Attinger. Quel rebondissement pourri pourrait sauver nos héros ?

- – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – -

Quelques mois auparavant, dans un bar.

"Les mecs, ont est arrivé à écrire 90% du scénario ! On a mis des robots géants, des explosions et des voitures de sport ! Qu’est-ce qu’on pourrait rajouter ?
- Des puuuuuuuutes… des putaaaaains de puuuuuuuuuuutes !
- John, tu es ivre. Rentre chez toi.
- Je suis pas… bourréééé ! Regarde… je touche mon nez… sous ma jambe… hop ! Tu vois ? Pas bourré ! Ha, merde, j’enverrais bien des SMS à mes ex !
- Ho bon sang. Il est rond comme une queue de pelle.
- J’m’en fous… j’ai plein d’idées… 
- Tais-toi on essaie de travailler !
- Des dinosaures… parce que les dinosaures… c’est cool ! Et des dinosaures mécaniques… géants… qui crachent du feu… montés par des robots géants !
- C’est… c’est complètement con. Je… on doit absolument le mettre !"

- – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – -

Et c’est ainsi que de son côté, Optimus Prime retourne dans le vaisseau prison crashé pour aller ouvrir des cellules d’où sortent… des Transformers géants ! "Guerriers d’autrefois" qui après une courte baston pour se mettre d’accord, décident de servir Optimus Prime. Les trois se transforment en dinosaures géants (car rappelons qu’ils sont géants, même pour des Transformers),  dont l’un en bestiole volante à deux têtes (typique) et l’autre en T-rex qui crache du feu (normal) et c’est sur ce dernier que grimpe Optimus avant de lancer une charge héroïque sur Hong Kong.

320109.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Si quelqu’un a mieux qu’un scénariste bourré pour expliquer cette image, je suis preneur.

Sachant que les Transformers prennent forme en scannant des objets autour d’eux, je serais curieux de savoir où et quand ils ont scanné un t-rex cracheur de feu, par exemple. Mais bon.

L’armée des méchants est balayée en deux-deux, sauf que voilà : soudain, un vaisseau géant (lui aussi ? Quelqu’un a quelque chose à compenser) apparaît dans le ciel ! C’est Jean-Jacques qui est de retour, car il n’aime pas trop qu’on s’échappe, qu’on lui vole ses prisonniers et un bout de son vaisseau surtout qu’en plus, c’est là qu’il a la boule pour la caravane, alors pour partir en vacances à Pornic, il en a besoin. Après avoir ravagé la moitié de la ville avec un aimant géant (je vous l’avais dit) pour tenter d’attirer les Transformers à lui, Jean-Jacques décide finalement de descendre régler tout cela lui-même lorsqu’Optimus fait exploser le rayon tracteur et que son vaisseau s’écrase.

Un duel s’engage entre Optimus et Jean-Jacques. Pendant la bagarre, Attinger qui passait par là tente de s’en prendre à Cade, mais après avoir trop longtemps parlé genre "Hahaha, je vais te tuer, j’ai gagné !", Optimus parvient à lui coller un gros obus dans le buffet et tue ainsi un humain, le seul qu’il avait juré de tuer pour tous les maux qu’il avait causé aux siens. Puis Optimus reprend son combat contre Jean-Jacques, qu’il gagne grâce à ses gentils alliés humains.

Bon ?

Jean-Jacques est mort, Grosétron-Mégratron s’enfuit dans un coin en criant "Vous avez balayé mon armée mais je me vengerai dans Transformers 5 !", les vaisseaux géants sont crashés et la planète est sauvée… Optimus décide donc de rejoindre ses camarades Autobots d’un coup de jetpack pour… pour…

Héla. Stop !

Comment ça "un jetpack" ? Tu pouvais voler depuis le début du film ? Bon, on va dire que tu pouvais juste faire un petit saut, une fois, et que c’est pour ça que tu ne l’as pas fait avant.

"Mes amis, la Terre est sauvée mais la graine des Créateurs ne doit pas revenir aux humains. Ils me cherchent ? Si je reste avec vous, ils renverront d’autres forces. Je pars donc dans l’espace grâce à mon jetpack pour les rencontrer ! Au revoir ! Et vous Autobots, prenez soin des humains, votre famille !"

Ah oui donc non. Optimus Prime part donc bien vers l’espace avec ce jetpack qu’il avait depuis le début du film, qui lui aurait permis d’aider tout le monde à échapper à Vent de Cimetière au début du film, à fuir Stinger et Grosétron après avoir attaqué KSI, à ne jamais te faire attraper par Jean-Jacques, à éviter de prendre bien des risques, et en fait, Optimus Prime, tu t’es juste bien foutu de la gueule de tout le monde.

C’est donc en regardant ce gros rabouin robotique s’envoler dans l’espace qu’enfin, après 2h45, le spectateurs prêt à se pendre mérite enfin son repos puisque…

… FIN !

_____________________

Vous êtes arrivés jusqu’ici en scrollant sans lire ?

C’est très mal, vous savez. Je vous ferais bien les gros yeux, mais je vous méprise trop pour vous accorder cette attention.

En attendant, et comme chaque année, pour ceux qui veulent boire un verre, parler mauvais cinéma, honteuse politique ou autres fascinantes activités, un rendez-vous sur Toulouse devrait se faire mardi 12 août après 18h (pour les travailleurs, tout ça) du côté du centre de Toulouse. Si vous avez un super plan de lieu correct où se poser, n’hésitez pas à m’envoyer un mail. Et pour les autres, tous les détails seront le jour même sur la page Facebook du blog, ou sur la page Twitter qui est non seulement consultable sans compte sauf erreur de ma part, mais au pire, s’affiche sur la droite du blog dans "L’Odieux Connard en ligne." Histoire de savoir dans quel rade exactement trouver votre serviteur en train de tenter d’expliquer  que "chocolatine" n’est pas un mot mais un nom de code pour un complot sataniste, et accessoirement, à quoi vous pourrez le reconnaître (à part à son légendaire charisme de vieux loup).

Et pour les autres, on se sépare sur cette critique professionnelle du film que nous venons de suivre :

Le meilleur film de la saga "Transformers"

4/5 – Cinéma Teaser

Je ne sais pas vous, mais moi, je cherche encore s’il s’agit d’un compliment ou d’une blague.

L’été est un moment merveilleux pour rattraper son retard.

Qu’il s’agisse de lectures abandonnées et reprises à l’occasion d’un jour brûlant, ou d’un bricolage toujours remis à demain enfin achevé, pour certains, c’est l’occasion de voir les blockbusters qu’ils avaient loupés. Ainsi, pour ma part, c’est à la fois l’occasion de me pencher sur les CVs de lectrices en attente, mais aussi sur les plus grandes œuvres de ces derniers mois, à commencer par l’un d’entre eux : Noah. Ou Noé, dans la langue de Molière et de Patrick Sébastien.

Puisque oui : quitte à adapter n’importe quel best seller au cinéma (non, je ne pense pas que j’irai pas voir 50 Shades of Grey, je pense que c’est au-delà de Twilight et de ce qu’un être humain peut supporter), pourquoi ne pas adapter la Bible ? Après tout, ce n’est pas plus bête qu’adapter un Marvel : des héros en pagaille, des super-pouvoirs à foison, des gens qui meurent et ressuscitent dans la foulée pour ne pas décevoir les fans, et bien sûr, des incohérences grosses comme des dinosaures.

Bref ! Il fait chaud, c’est l’été et votre ordinateur fait office de radiateur à côté de votre chaise dégoulinante de sueur, aussi soyons brefs et passons au cœur du sujet : Noah, bateau qui flotte ou étron qui coule ?

Ni une, ni deux, spoilons mes bons !

__________________________________________

096867.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

L’affiche. Pas une seule explosion ! Voilà qui annonce un film de qualit… attendez, attendez, je crois que le titre suffit à lui seul à annoncer un déluge fécal.

Notre film commence… par un Powerpoint.

Oui, c’est rude. Si quelqu’un a une autre explication quant à cet enchaînement de diapositives digne d’une réunion de la COGIP, je veux bien qu’il m’explique. C’est donc avec une police de caractère immonde et dorée entrecoupée de brèves scènes bruitées à l’aide d’une base de sons gratuits trouvée sur internet (non vraiment, les gens qui ont vu ce film au cinéma ont dû se demander où ils étaient) que l’on rappelle au spectateur quelques étapes importantes du début des temps selon les grandes religions monothéistes.

Au commencement, il n’y avait rien, ce qui était tout de même un peu nul pour s’occuper le dimanche, qui lui-même, n’existait pas soit dit en passant. Ensuite, Dieu créa tout un tas de trucs, dont la Terre, les étoiles et la moutarde à l’ancienne. Puis, Adam et Eve, suite à un pique-nique ayant dégénéré, furent chassés du jardin d’Eden et envoyés sur Terre, comme ça, ça leur ferait les pieds. Ils eurent trois fils : Caïn, Abel et Jean-Jacques. Cain tua Abel lors d’une rixe autour d’une partie de pogs (c’était le début des temps, c’est loin tout ça), puis s’enfuit vers l’Est lointain, où il rencontra des anges déchus, qui comme ils étaient sympas lui proposèrent… de l’aider à fonder une civilisation industrielle ainsi que l’éditeur White Wolf.

Chut. On se concentre et on oublie ce que vous a dit la Madame du catéchisme. Je continue.

Donc disais-je, ne me demandez pas pourquoi mais les anges déchus avaient apparemment très envie de voir naître une civilisation industrielle, probablement à cause d’un goût prononcé pour le steam-punk qui est prétexte à tous les corsets comme chacun sait. Sauf que les cités des descendants de Caïn se multiplièrent. Ne me demandez pas comment, Caïn s’est probablement reproduit en faisant sensuellement l’amour à des ragondins, puisqu’aux dernières nouvelles, ils étaient trois frères et c’est tout et le film n’en dit rien. Bref, zoophilie ou non, les cités de Caïn disais-je, grandirent au point de couvrir toute la surface de la terre et d’en épuiser l’ensemble des ressources et en faire un vaste désert.

Ne restèrent alors plus que les descendants de Jean-Jacques pour protéger la Création…

Et le film (à la fois pré et post-apocalyptique, du coup) débute donc lorsque Noé enfant, dernier descendant de Jean-Jacques, s’apprête à passer le rituel avec son papounet pour devenir un homme. Que dites-vous ? Un seul descendant pour Jean-Jacques là où il y a eu assez de gens par générations chez Caïn pour couvrir la Terre ? Oui, je pense qu’il y en a un qui s’est gardé pour lui le secret des ragondins. Mais bref ! Le dernier des Jean-Jacques est donc avec son papa dans un coin rocailleux, lorsque Papa Noé s’enroule autour du bras une relique : la mue du serpent du jardin d’Eden. Elle se met à briller et pour achever le rituel de passage à l’âge adulte, Papa Noé doit toucher son fils avec, mais au moment où il va le faire, toute une armée accompagnée d’anges déchus (qui sont de gros golems de pierre, pour faire simple) apparaît à 20 mètres de nos héros qui, non, ne les avaient pas remarqués.

C’est ballot. Ils avaient sûrement mis des patins.

A la tête de cette vilaine armée de descendants de Caïn : Tubal (aussi appelé "Tuduku" par ses amis). Celui-ci est bien évidemment très méchant et avide, et il explique à Papa Noé que ça suffit les conneries, la Création, Dieu, tout ça… après tout, dans les villes, on meurt de faim et de soif par manque de ressources et le Créateur n’a rien fait. Tubal donne donc une grosse mandale à Papa Noé en lui expliquant qu’au nom de son peuple et de l’humanité, il prendra tout ce dont il a besoin pour survivre. Il se saisit donc de la relique du serpent du jardin d’Eden, qu’il fait sienne, puis… bute Papa Noé, histoire qu’il arrête ses sermons écolos.

Noé, qui s’est caché, voit donc son père mourir sous ses yeux des mains de Tubal.

Un début de film d’une folle originalité, donc, nous en conviendrons.

Au passage, j’en profite : Tubal explique que ce coin où vivaient les derniers descendants de Jean-Jacques a un sol riche en pierres jaunes magiques qui explosent, une ressource bien connue sur Terre, et que sa civilisation exploite. Appelons cette matière le "Broufanium", puisque "Brouf" est le bruit qu’elle fait quand on la tape et qu’elle explose, permettant ainsi de dégager chaleur et énergie. Non, moi non plus, je ne comprends pas bien ce que ça vient faire dans ce film. J’imagine qu’un scénariste s’est dit que ce serait rigolo de rajouter des trucs. Sa première idée, les sabres lasers, ayant été refusée, il s’est rabattu là-dessus. Pourquoi pas.

Cela étant dit, bondissons dans le temps et allons retrouver bien des années plus tard le jeune Noé qui est désormais devenu un Noé d’âge mûr, un Noé poilu, bref, une sorte de Russel Crowe. Celui-ci vit toujours dans les coins désolés qu’offre désormais la Terre, et fouille le sol désolé à la recherche de nourriture avec ses enfants Sem & Cham lorsque soudain tombe du ciel une goutte d’eau. Et à la seconde où celle-ci touche le sol… pousse une fleur.

Brouf

Ici, Tubal étudie le sol à la recherche de Broufanium. Rappelons que le Broufanium n’a strictement aucun intérêt dans l’histoire, c’est juste comme ça.

Noé sourcille un peu : ce n’est pas banal. Il se demande, si c’est si facile de faire pousser une fleur, si le mec de Jardiland ne l’aurait pas un peu entubé l’autre jour, mais alors qu’il en est tout à ses réflexions, un des derniers animaux de la planète, une sorte de croisement entre un chien et un tatou – pourquoi l’équipe du film a-t-elle dépensé du budget à inventer un animal sans aucune raison, je n’en sais rien – passe devant lui en couinant, blessé. Noé part donc à sa poursuite, car s’il protège la Création toute entière (seul contre tout le reste de l’humanité, rappelons-le), il doit aider les animaux, tous les animaux. Ainsi, même la mouche affamée sait que, comme le spectateur averti, si elle va voir Noé, elle trouvera du caca à volonté. C’est beau l’entraide. En tout cas la bête, qui a été blessée par une flèche, s’arrête au pied d’un rocher et notre héros va l’aider. L’animal, qui a probablement lu le script, n’essaie pas de lui arracher la main et se contente de laisser Noé le triturer avant de mourir parce que bon, c’était un peu tard. Tant pis.

"Hé, vazy bâtard, qu’esse tu fais à not’ miam ?" s’enquiert soudain un brigand derrière Noé.

Le brigand en question est venu accompagné de deux amis, et puisque la nourriture manque, il ne souhaite pas partager la proie qu’il vient de chasser avec Noé le clodo. Il décide donc de le passer à tabac, ce qui est une grosse erreur, car Noé reste avant tout Russel Crowe, qui mouline donc la gueule des margoulins avec aisance, les tuant tous sans distinction. Scène coupée au montage, l’un des brigands qui agonise pose cette question qui brûle les lèvres des spectateurs :

"Ah… Noé… tu es fort… très fort… mais dis-moi, sachant que ton père est mort et que tu vis en ermite, comment as-tu appris à te battre ?
- Je me suis entraîné avec des cailloux. Une fois, j’ai même battu un silex au catch.
- Ho… tout s’explique alors… ce n’est pas du tout incohérent.
- Hé non. Allez, meurs !"

0

Pfou ! Un animal mort, trois brigands meulés et une fleur tombée du ciel, allez, la journée a été longue : Noé décide de rentrer à la maison. Car oui, Noé a une maison. Enfin ! Nulle structure en dur : en réalité, lui et sa famille (il a aussi une femme, Naameh, comme dans la phrase "Naameh t’as fini de raconter des conneries ?" et un nouveau-né, Japhet comme dans "Japhet un autre jeu de mot pourri ou ça ira ?") vivent dans des tentes et errent sur la Terre désolée comme de vulgaires clodos à la rechercher d’un Monoprix devant lequel s’installer. Après avoir embrassé femme & enfants, Noé va donc se coucher histoire de se remettre des événements de la journée.

Mais dans ses songes, il a une vision.

Le sol de cendres du monde ravagé dans lequel il erre au quotidien lui colle aux pieds comme de la boue : en réalité, la cendre est devenue sang. Et alors qu’il est encore tout éberlué, voilà qu’il se retrouve sous l’eau. Le monde est recouvert d’eau, et des cadavres montent du fond tout autour de lui en poussant de grands hurlements.

Noé se réveille donc tout en sueur aux côtés de Naameh.

"Chéri ? Qu’est-ce qui ne va pas ? Tu digères mal ton bouillon de racines ?
- Non, Naameh. J’ai eu… une vision. Un rêve… de l’eau… de l’eau partout… des gens tout autour de moi.
- Oui ça s’appelle un rêve humide mon choubidou. Moi aussi j’en fais souvent un, on est au Macumba avec tous ces gens autour de moi et soudain, il y a cet énorme videur qui me…
- Non, non, vraiment humide, genre beaucoup, beaucoup d’eau. Le créateur m’a parlé. Il m’a envoyé une vision. Il va… détruire le monde tel que nous le connaissons.
- Tu es sûr ? Peut-être qu’il voulait juste te prévenir qu’il allait pleuvoir et qu’il fallait rentrer le barbecue."

0

Mais non, Noé est sûr de son coup : Dieu est en colère et il va nettoyer la Création. Dans son rêve, il a aussi vu une montagne, et il pense que des réponses sont là-bas. Tout le monde prend donc son petit sac à dos et la famille après avoir démonté le camp part à l’aventure en suivant Noé qui doit savoir ce qu’il fait, après tout, il a eu un rêve et en a déduit des trucs sur l’avenir de l’humanité, il ne faudrait surtout pas le remettre en question, les élucubrations oniriques, c’est tout ce qu’il y a de plus crédible. Comme la fois où Noé les avait obligé à se mettre des pneus autour du cou car il avait vu en rêve que c’était le seul moyen d’invoquer Salma Hayek, halala, ils avaient passé six mois comme ça mais il avait fini par être raisonnable. La famille  traverse donc des paysages dévastés pour rappeler que la Terre est dans un sale état : forêts de souches calcinées, plaines aux étangs empoisonnés, ruines de villes, villages et d’exploitations minières… et c’est en traversant l’une d’entre elles que soudain, tout le monde entend gémir.

Une caravane de malheureux a été attaquée ici, et il y a une jeune survivante, Ila (ça a dû être dur à porter à l’école), qui a une blessure au bidou. Heureusement, Naameh connaît bien les remèdes magiques (qui lui a enseigné ? Mystère) et guérit la pauvresse avant de l’emmener. Sauf que voilà : les fripons qui avaient attaqué la caravane n’étaient pas loin, et voyant un nouveau groupe de survivants errer dans les décombres, ils passent à l’attaque. Noé, sa petite famille et la blessée qu’ils transportent cavalcadent donc dans la direction opposée, mais las ! Voilà qu’ils tombent nez-à-nez avec une sorte de frontière dessinée avec des piques et des crânes délimitant un désert encore plus calciné que le reste de la planète. Tant pis, il faut y aller !

Tout le monde s’élance donc à fond les ballons dans la zone dangereuse, quand soudain, un gros tas de pierres s’anime… un ange déchu ! Et s’il fait fuir les brigands, il n’en colle pas moins un gros pain dans la margoulette de Noé, qui tombe inconscient.

A son réveil, Noé et sa famille sont dans un ravin sans issue, et entourés d’anges déchus qui discutent de leur sort. Noé, qui malgré son gros pain de plusieurs tonnes de roches dans la tronche, a le visage impeccable puisque ce film est cohérent à tout point de vue, essaie de les raisonner.

"Anges déchus ! Nous ne vous voulons aucun mal, nous traversons juste vos terres pour nous rendre à la montagne où vit mon grand-père, Mathusalem.
- Un descendant de Mathusalem ? Voilà qui ‘est intéressant. Mais tu es un homme, et les humains nous ont trahi comme ils ont trahis le Créateur ! 
- Non mais attendez, c’est justement votre ancien boss Dieu qui nous envoie.
- Ho l’autre, le vieux bluff ! Restez ici à pourrir, tiens."

0

Et les anges abandonnent Noé et sa famille dans le trou en plein cagnard. Flûte !

Notez : les anges déchus croient moins en Dieu que la famille de Noé. Comme quoi.

Desolejpg

Pour bien dire qu’il est gentil, l’un des anges a tout le temps une tête de type qui vient de renverser un lapin kikinou. Là où les autres sont borgnes avec des sourcils de pierre froncés en permanence. Et des voix de méchants, bien sûr.

Abandonnés, désespérés, nos héros sont cependant surpris au beau milieu de la nuit par un ange déchu qui a une tronche de gentil comparé aux autres histoire que le spectateur comprenne bien qu’il ne va pas les transformer en kebab. Celui-ci ordonne à l’équipe de le suivre, et il les aide à s’enfuir du lieu de leur détention, avant de les guider au travers du désert de cendres. Il en profite au passage pour raconter l’histoire des anges déchus. Au commencement des temps, ils étaient faits de lumière et veillaient sur Adam et Eve, même si certains auraient pu parler de "mater comme des cochonous". Lorsque le couple d’humains fut chassé du jardin d’Eden, certains anges désobéirent et filèrent sur Terre pour les guider, aider leur fils Caïn a monter une civilisation qui dépote, etc. Mais Dieu n’ayant guère apprécié cet abandon de poste résilia leur CDI et en plus les changea en pierre, mais ça, c’est principalement parce que ça le faisait marrer.

L’ange explique aussi, lors d’une scène ridicule de flashback, que les fils de Caïn se sont retournés contre eux quand ils n’ont plus eu besoin d’eux (ils se sont dit "Tiens, si on se lançait dans une guerre inutile contre nos alliés géants super forts juste comme ça sans explication ?") et ont commencé à leur tataner la face. On voit donc une armée qui couvre tout à peu près jusqu’à l’horizon (c’est très subtil, ce film est décidément fantastique à tout point de vue) courser les anges déchus, et soudain arriver le dernier allié des golems, Mathusalem, qui s’est trouvé une armure on ne sait où, et surtout, une épée de feu probablement trouvé sous une ortie. Et lorsqu’il la plante dans le sol, puisqu’il est seul contre environ 17 milliards de guerriers, une tempête de feu tue toute l’armée ennemie. C’est ça, le sol tout calciné dans le coin : c’est le champ de bataille.

C’est bête qu’avec une telle puissance, Mathusalem n’ait pas pensé à guider l’humanité plutôt qu’à se contenter de cramer des gens, comme ça, pouf, avant de retourner ne rien faire.

Mais bon, hein, c’est vrai que "Protéger la Création" se limite sûrement à tuer des gens à des moments précis.

Allez, on s’essuie les yeux et on poursuit.

En tout cas, le récit est certes fascinant, mais il n’en est pas moins qu’ainsi guidés et escortés, nos héros arrivent promptement au pied de la dernière montagne verte de la Terre, où vit Mathusalem, grand-père de Noé. Nono emmène donc son aîné Cham avec lui et tous deux grimpent sur la montagne jusqu’à arriver dans une grotte au fond de laquelle vit un vieillard encore vif : Mathusalem.

"Aaaah, ben c’est gentil de venir rendre visite à Papy ! Avec la canicule, ça fait plaisir.
- Bonjour Mathusalem. Je te présente mon fils aîné : Cham. 
- Hooo ben viens t’asseoir à côté de ton grand-Papy. Alors, qu’est-ce que tu racontes ? Ça va l’école ? Tu as une copine ? Tu t’amuses bien avec tes amis ?
- Tout le monde est mort, Papy.
- Ah oui, tiens, c’est vrai ça. Bon, sinon, qu’est-ce que tu aimes dans la vie ?
- Les baies.
- Hm, c’est vrai que c’est bon, les baies ! Mais tu dois être fatigué de ton long voyage ? Laisse-moi te faire la prise de Monsieur Spock.
- La ? Mais qu’est-ce que… zzzzzzzzzzzz…"

0

Et en effet : d’une simple imposition du pouce sur le front de Cham, celui-ci s’endort profondément. Autant vous dire que derrière, quand Mathusalem sert un thé à Noé pour discuter en paix, notre héros regarde le breuvage si fort qu’on l’entend presque penser "La vache ! Je suis sûr que le vieux avait du GHB sur le pouce pour faire ce coup là !". En tout cas, Mathusalem explique à Noé qu’il sait pourquoi il vient : son propre père lui avait dit qu’un jour, cela arriverait car Dieu voudrait arrêter les humains et leurs conneries s’ils continuaient. Noé explique donc que c’est bien ce pourquoi il vient, mais qu’il n’y a plus aucune chance d’arrêter le processus : Dieu va noyer la Création.

Notons que Dieu est joueur : il a attendu que l’humanité s’anéantisse elle-même dans sa propre apocalypse pour l’anéantir à son tour. C’est vrai que c’est très utile, puisque techniquement, ça veut dire que le bougre n’intervient que lorsqu’il est déjà trop tard. Utile.

Noé n’avait cependant peut-être pas tort de se méfier du thé de Papy : Mathusalem lui explique que Dieu l’a envoyé ici pour une raison… peut-être pour trouver plus de réponses dans ses visions ? Ce pourquoi Papy a mis a peu près 35 moles de benzodiazépine dans son thé, ce qui explose les pupilles de Noé qui à nouveau, a une vision. Il se retrouve encore une fois sous l’eau, entouré de cadavres, sauf que cette fois, des animaux jaillissent d’entre eux et nagent vers la surface, où flotte un énorme navire à fond plat…

Et Noé ouvre les yeux

Il partage donc ce qu’il a vu avec Mathusalem.

"Mathusalem, Dieu va rayer l’humanité de la carte. Mais aussi sauver les animaux, qui sont tous innocents et gentils.
- Même les chats et les caniches nains ?
- Mmmgn… mmmm…. mgnnnnn… même chats et les les caniches nains. La vache, ça pique la langue rien qu’à le dire.
- Très bien. Et quel est le plan du Créateur ?
- Il veut tout effacer et tout recommencer. Il me confie une mission. Construire une arche pour sauver les animaux et ainsi recommencer le monde après le déluge.
- Une arche ? Toi ? On parle bien du mec qui a vécu toute sa vie sur une planète dévastée à gratter le sol pour sucer des cailloux et n’a donc jamais vu la mer ou le moindre bout de bois correct ?
- C’est ça.
- Ah ben, ça va être pratique alors. Si tu arrives à faire un radeau et à sauver deux chèvres, ça sera déjà bien.
- Et encore Papy, tu n’as pas vu le bateau de ma vision : on dirait une sorte de croisement entre une péniche et l’USS Yorktown CS-5. Je pense que Dieu veut se faire un revival de la bataille de Midway."

0

Pour avoir une idée : voici l’arche. Moi, j’y vois un porte avion. Pour d’autres, c’est un vieux quai. Mais en tout cas, pour personne, ce n’est un bateau crédible.

Noé retourne donc au pied de la montagne expliquer à sa famille ce qu’il en est de sa nouvelle mission (qui là encore, lui dit "Okay, très bien" sans souci), et il en profite pour emporter avec un lui cadeau de Mathusalem, à savoir une graine du jardin d’Eden, qu’il s’empresse donc de planter dans la cendre histoire de voir si comme pour les patates, ça donne un résultat intéressant. Et en effet, dès le lendemain, alors que des anges déchus les ont retrouvés et sont en train d’engueuler leur frère qui avait guidé les humains loin de leur prison du désert, là où il y avait la graine jaillit… de l’eau (juste avant qu’un ange déchu ne tabasse Noé et ne s’arrête donc net ; Dieu a un grand sens de la mise en scène hollywoodienne). Qui ruisselle sur la cendre dans toutes les directions, et de l’herbe se met à pousser, puis des arbres à toute vitesse puis l’eau s’étend dans toutes les directions en ruisseaux glougloutants  et Noé ainsi que les anges déchus se retrouvent bientôt au milieu d’une merveilleuse et verdoyante forêt.

C’est bête quand même : depuis des plombes, Mathusalem avait avec lui une graine capable de sauver toute la Création (sa mission, je le rappelle), mais il a oublié de l’utiliser. C’est ballot.

Encore une fois, scénariste, n’oublie pas la règle de base : si tu donnes à un personnage un grand pouvoir, il serait bien con de ne pas s’en servir.

Mais visiblement, on t’a filé une bien grande responsabilité, et tu as été trop con pour la porter.

En tout cas, cela suffit à convaincre les anges déchus d’aider Noé dans sa tâche, puisqu’une pareille magie ne peut être qu’acte du Créateur et non de Gérard Majax. Et comme les anges déchus, abandonnés par les hommes, regrettent leurs erreurs et veulent à nouveau servir Dieu, ils s’empressent de l’aider à monter l’arche, pusqu’il s’avère qu’ils sont tous un BTS charpenterie et que l’un d’entre eux a même fait un stage au chantier naval de Saint-Nazaire en 3e.

Il n’empêche, niveau miracles, c’est moyen : les mecs ont besoin d’une arche, Dieu leur envoie une forêt. L’arche, directement, aurait- peut-être été vaguement plus pratique, mais bon, hein. Dieu, c’est un peu la version céleste des édition Delprado. Le numéro 1, le plan de l’arche, le DVD et l’écoutille ouest, 1€, le numéro suivant est à 12€. Scandaleux.

Les années passent et la construction de l’arche, aidée par les anges déchus et le bullshit biblico-scénaristique progresse à toute allure. Les enfants ont grandi, et la réfugiée qui avait mal au ventrou, Ila, est devenue Emma Watson pour le plus grand plaisir des nerds et de Cham, qui aime courir avec elle dans la forêt pour lui faire des bisous. Mais dès que Cham, qui est un peu chaud comme la braise, envisage un passage dans lequel on se met des trucs dans les machins, Ila refuse catégoriquement.

Car Ila, qui a sûrement passé son diplôme de médecine à l’école des noisettes et fabriqué de quoi se faire passer une échographie seule à partir d’un bâton, d’un écureuil et de 15 mètres de liane, sait que depuis sa blessure au bidou elle ne pourra pas donner d’enfant. Alors, à quoi bon baisouiller si ce n’est pour se reproduire ?

Je laisse à chacun le soin de choisir une réponse parmi les plusieurs millions de possible. Ila, elle, ne trouve pas. Vous pouvez être sûr qu’au Trivial Pursuit, je ne la prendrai pas dans mon équipe. Enfin, dans tous les cas Ila va pleurer auprès de Naameh de son triste sort, et celle-ci lui dit de ne pas trop s’inquiéter, et puis que bon, Dieu a tout cela bien en main. Pour ma part, j’espère que Cham aussi parce que sinon, le garçon est parti pour avoir de sérieuses douleurs testiculaires.

Blagues grivoises mises à part, sur ces entrefaites, un oiseau apparaît au-dessus de la forêt. Puis deux. Puis douze. Puis cent cinquante mille.

"On va se faire bombarder de merdes !" devraient hurler nos héros en rentrant immédiatement la Punto fraîchement lavée au garage, mais nenni. Les oiseaux trouvent leur chemin dans l’arche, et figurez-vous que non seulement il y a de la place pour tout le monde, mais ils ont même des couchettes. Des couchettes avec des rideaux. Non, je n’invente pas : c’est juste dramatiquement nul. J’imagine bien l’urgence qu’il y avait à aménager cela. Et comme pour les voyages en avion, Naameh a tout prévu : elle a inventé la seule décoction de la terre qui envoie des émanations qui endorment tous les animaux de la Terre sauf les humains. Les enfants de Noé passent donc près des couchettes avec de simili-encensoirs et endorment donc tous les volatiles qui vont probablement se réveiller avec de sérieuses courbatures.

Hélas, cette intervention divine à base d’oiseaux n’est pas suffisante pour nous faire quitter les sujets slipesques puisque bien vite, le second fils de Noé, Sem, vient poser des questions.

"Papa…
- Oui mon fils ?
- Papa, comment… comment on fait les bébés ?
- Tu sais comment on fait une connerie ?
- Par accident ?
- Bah voilà t’as tout compris. Allez, dégage, je bosse."

0

Mais malgré le rude langage de son père, Sem insiste un peu.

"Papa, pourquoi il n’y a que Cham qui a une meuf ?
- C’est ainsi.
- Oui mais s’il y a le déluge… alors il sera le seul à avoir une femme ! Et moi alors ?
- Si le Créateur veut que tu aies une femme, il t’en fournira une. Vois comme il nous a donné une forêt ! Vois comme il a guidé les oiseaux !"

0

Pour les commentaires sexistes, pas besoin de se forcer : le film fait tout. Oui, toi, femme, tu ne le sais pas, mais tu es en fait juste un accessoire que Dieu envoie à droite ou à gauche en fonction de ses commandes Amazon. Et donc, quand quelqu’un agit bien, en récompense, Dieu lui file une nana. Et s’il agit mal, Dieu lui en file deux.

Ou un truc du genre. Rah, je m’y perds, avec ce film.

Je ne comprends même pas comment qui que ce soit a pu lire le scénario de cette daube passé la première page. C’est fou, quand même.

Peu de temps après cette conversation, d’autres animaux arrivent, là encore, en groupe : les reptiles. Et ils vont tous à la même vitesse. Le film ne nous parlera pas du groupe d’animaux qui comprenait l’escargot, qui a dû en chier pour arriver jusqu’à l’arche, ou encore du sauvetage du manchot, qui a dû avoir quelques difficultés à rejoindre cette forêt luxuriante et quasi-tropicale. Enfin bon, hein. On va dire qu’ils ont pris un taxi. En tout cas, l’arche se remplit peu à peu, et à chaque fois, les animaux sont endormis grâce aux pouvoirs mystérieux des préparations de Naameh, qui j’insiste, font dormir jusqu’aux éléphants, mais pas les gentils humains. Soit.

Sauf qu’un jour que Sem se promène dans les bois, il tombe soudain sur un groupe armé… mené par le terrible Tubal !

Celui-ci se présente comme le roi de la région, et il estime donc que cette forêt lui appartient. Il se fait guider jusqu’au camp de Noé par Sem, et sur place, demande ce que c’est que cette curieuse place forte au milieu des bois qui devrait lui revenir de droit. Mais Noé ne l’entend pas ainsi : il se présente donc à son tour comme le descendant de Jean-Jacques de la "huitième génération" (vu qu’entre temps les humains de Caïn ont peuplé la Terre et ont eu le temps de la détruire en plus d’être en surpopulation, ils sont rapides les pépères, même les lapins doivent être jaloux ; avant le déluge, Dieu aurait juste dû envoyer la myxomatose), et informe donc Tubal que oui, il a tué son père et qu’il lui en veut un peu. Tubal se propose donc de tuer Noé et de prendre de force cette forteresse qui est en fait une arche aux dires de son constructeur, lorsque ce que Tubal prenait pour des tas de pierre s’anime : les anges déchus sont du côté de Noé !

L’armée de Tubal panique donc un peu et se replie sans même combattre. Mais Tubal jure vengeance, et qu’il reviendra prendre ce qui lui revient. Surtout quand Noé lui dit bien que le Créateur va tout raser bientôt, et que seule l’arche y survivra. Le méchant leader se retire donc dans les bois où, équipé de son masque de soudeur (si, si, ils ont osé), il commence à forger des armes et à essayer de réunir une grande armée on ne sait comment pour aller distribuer des claques aux anges déchus et s’emparer de l’arche.

Forge

Je vous laisse admirer. Ho, vous avez remarqué, aussi, la forge en dur derrière ? Sûrement fabriquée à l’aide de tout ce métal que l’on trouve dans la forêt. Mais si. Siii. Sous les feuilles. Allez !

Ah, si seulement habitait dans le coin un type disposant d’une épée de feu pouvant vaincre une armée en quelques secondes… pfou.

Les derniers animaux arrivent eux jusqu’à l’arche, même si désormais, pour cela, ils doivent traverser le camp des vilains. Du coup, une paire passe à la poêle et ne sera jamais sauvée, probablement que c’est ainsi que le film justifie l’extinction des dinosaures, ainsi que l’absence des licornes, dragons et critiques de cinéma professionnels talentueux de notre monde : Tubal les a mangés.

L’arche remplie, le déluge ne devrait plus tarder. Avant de partir, Noé tente bien de s’infiltrer dans le camp de Tubal, désormais gigantesque, pour voir s’il ne pourrait pas piquer une fille ou deux pour ses fils, mais la mission est un échec et il se replie en voyant que le camp des méchants est vraiment trop plein de méchants qui tuent et violent pour un oui ou pour un non. Devant cet échec à lui ramener de quoi soulager son adolescence bouillonnante, Sem part dans les bois infiltrer le camp à son tour. Et en s’égarant au fond d’une fosse où les gens du camp jettent leurs morts, Sem tombe bien naturellement sur une jeune fille de son âge tout à fait attirante, maquillée et tout ce que vous voulez, puisque c’est connu, les filles adorent se promener dans les fosses communes.

Autre option mon petit Sem : ils l’ont balancée là parce qu’elle contenait plus de MST que le dictionnaire médical.

Mais bon, je m’égare : trop heureux d’avoir trouvée une louloute, Sem la ramènerait bien à la maison. Il tente donc de s’évader avec elle, hélas, c’est au même moment que la pluie commence à tomber. Et donc que l’armée de Tubal sent qu’il faut se dépêcher de se mettre en route pour l’arche ! Tout le monde part donc à l’assaut, et Sem et sa donzelle, fuyant à en perdre haleine, sont soudain arrêtés par un piège que les hommes de Tubal avaient posé dans les bois. La jeune femme, le pied dans le piège, ne peut s’en tirer, et Sem ne doit son salut qu’à son père, parti à sa recherche, qui le tire de ce mauvais pas… mais abandonne la fille derrière lui.

Celle-ci meurt donc piétinée par l’armée des vilains. Ah oui ? Bon.

A peu près au même moment que ces événements, il s’est passé bien des choses ailleurs ! Car Naameh ayant entendu la douleur d’Ila qui ne peut avoir d’enfants file donc sur la montagne magique trouver Mathusalem et lui explique son souci. Mathusalem disposant de supers pouvoirs, il descend donc et au prétexte de chercher des baies au fond des bois, se met sur la route d’Ila. Et d’un simple passage de la main sur la bidou, il la rend fertile comme un champ de betteraves.

Et visiblement, chaude comme un moteur deTwingo sur autoroute car dans la foulée, Ila court sur Cham et lui arrache les vêtements pour lui faire sauvagement l’amour.

Décidément, niveau drogue du viol, Mathusalem en connaissant un rayon. A mon avis, il y en a un, il n’y a pas que son épée qui était enflammée et…

Ah oui, on est au ras des pâquerettes, j’en conviens. Mais je ne sais pas si vous avez remarqué, mais ce film passe son temps à être rythmé par des scènes où les hommes veulent de la nana et les nanas coucher avec leurs hommes (mais pour se reproduire, hein). Plus que le déluge, c’est surtout de bromure que la plupart des protagonistes ont besoin, mais passons.

En tout cas, au final, tout le monde se retrouve du côté de l’arche. Cham et Ila qui ont des sourires idiots, Naameh et Japhet dont plus personne ne se souvenait qu’il existait encore dans le film, Noé et Sem qui lui fait la gueule parce que son père n’a pas sauvé la jeune femme qu’il s’était trouvé… et toute l’armée de Tubal, au pied de l’arche, qui en prendrait bien le contrôle alors que la pluie tombe désormais à seaux. Et entre eux, les anges déchus qui ne tiennent pas à ce que l’on s’approche de l’arche. Et qui tendent entre eux des chaînes pour… pour…

Ah oui, vous ai-je parlé du fait que Noé & co travaillaient avec des outils en métal ? Ils ont même eu le temps de fabriquer des chaînes, vous voyez. C’est dire si, comme l’arche, c’était facile à faire, ils ont décidé de prendre le temps d’ouvrir une mine de fer, de le raffiner, de le forger, etc. Bravo, Noé. Décidément, pour un mec qui vivait en mangeant des racines dans un désert de cailloux, tu sais en faire, des trucs. Sûrement qu’un vieux caillou avait un long passé de forgeron et qu’il a partagé sa sagesse avec toi sous les étoiles. Les cailloux t’ont tant appris.

L’armée de Caïn se retrouve donc avec des anges déchus, géants de pierre qui tendent des chaînes entre eux pour empêcher l’ennemi de passer.  Ce qui est ballot sachant qu’ils forment juste une ligne devant l’arche : il suffit de faire le tour pour passer. Mais ça, évidemment, personne n’y pense à part les spectateurs qui hurlent de douleur devant une bouse pareille et tous les vilains se jettent comme des gros débiles sur les golems, qui leur mettent une raclée. Du moins, jusqu’à ce qu’arrive Tubal en personne, dont la civilisation a inventé l’increvable tôle ondulée dont ils se servent en guise de boucliers, et Tubal, planqué derrière cette protection, utilise du Broufanium dans un tube pour inventer… l’arme à feu ! Bien vite, les projectiles font mal aux géants de pierre, qui l’un après l’autre, reculent et s’effondrent sous les assauts des innombrables humains. Qui les tuent à la lance juste pour dire qu’en fait, ils n’avaient pas besoin du Broufanium pour les vaincre et que c’est un énième ajout ridicule de principe.

Ce faisant, les anges de pierre explosent et découvrent, heureux, qu’en mourant pour Noé, ils reprennent leur forme d’ange de lumière et montent au paradis.

Je vous la traduis : tant que les anges vivaient pour aider les autres, ils pouvaient bien crever comme des merdes, mais maintenant qu’ils tuent des humains pour Dieu, ils ont bien mérité le paradis.

Mmm. Je sens comme une morale subtile derrière tout cela. Je crois que même Al-Qaida a du mal à s’aligner, là.

Boum

On peut aussi la formuler comme ça : "Si tu exploses au milieu de tes ennemis, tu vas au paradis". C’est rigolo, ça me rappelle un truc.

L’explosion de l’un des anges jette Tubal à terre et le blesse à la jambe, mais hardi petit, celui-ci parvient à passer les derniers anges déchus et constate que sur le bord de l’arche, il y a un échafaudage lui permettant de monter le long du navire discrètement, ce qu’il fait. Grand bien lui en prend, car au même moment, Dieu qui s’est dit qu’en fait, avec la pluie, ça allait prendre longtemps cette affaire fait jaillir du sol des geysers d’eau, puis à l’horizon, un tsunami vient tout balayer, y compris Mathusalem qui plutôt qu’aider Noé, continuait à chercher des baies et en trouve une juste avant de mourir balayé par les eaux, tout content de manger avant de mourir.

C’est vraiment, vraiment, vraiment complètement nul.

A l’intérieur de l’arche, Sem, qui avait un peu une tête de traître depuis le début du film entend un bruit bizarre : en moins d’une minute, Tubal a réussi à créer un trou assez gros pour lui au-dessus de la ligne de flottaison et se glisse dans l’arche sous les yeux de Sem. Sem qui l’accueille puisque comme il en veut à son père, les ennemis de son ennemi sont ses amis. Hop, trahison. Sans compter qu’une fois que l’arche est soulevée par les eaux (et oui, elle résiste à un tsunami sans problème, merci, on va parler de miracle) et qu’elle se met à flotter, l’ambiance à bord est un peu pourrie : on entend les hurlements à l’extérieur de derniers humains abrités au sommet de montagnes que croisent nos héros. Et Noé est inflexible : Dieu n’a pas demandé à sauver qui que ce soit, donc il ne prendra personne à bord à part sa famille.

Ila, c’est pas le moment de dire à Cham que tu aimerais le plaquer pour reprendre des études et avoir une carrière.

Pour réchauffer l’atmosphère, Noé allume un feu à l’aide de Broufanium dans la célèbre cheminée de l’arche (tout en fer, en plus, ils ont vraiment dû bien l’exploiter leur mine) et raconte à sa famille une énième fois la création du monde lors d’une séquence où l’équipe du film tente de mêler subtilement divin & évolution. Et il explique que Dieu est surpuissant et le contredire, c’est risquer, je ne sais pas moi, un déluge ? Il précise aussi que voilà, si Dieu n’a pas voulu qu’ils aient de nana en rab’ à bord et que la seule, Ila, n’est pas supposée pouvoir faire d’enfant, c’est que Dieu veut l’extinction de l’espèce.

"Ainsi, Sem, tu enterreras ton aîné Cham près de sa femme Ila. Puis, Japhet, à ton tour, tu enterreras Sem. Et tu seras le dernier homme sur Terre. 
- Et personne ne m’enterrera ? Sympa, merci. Super les copains.
- Allons, ne sois pas aigri. Pas plus que toi, Sem, je sais que tu m’en veux.
- Non, tu as juste laissé crever ma nouvelle copine.
- C’est que Dieu le voulait.
- Ah oui ? Et alors quel est le projet de Dieu pour moi ?
- Allons Sem. Nous sommes dans une arche.
- Et ?
- As-tu vu tous les animaux ?
- Oui, et ?
- Es-tu sûr ?
- Ben oui.
- Alors peux-tu me dire où l’on a rangé les tiques, la gale, les poux et les morbacs ?
- Hein ? Bé c’est vrai que maintenant que tu en parles, je ne me souviens pas de… de… attends ?
- Oui, mon fils : il fallait bien un hôte pour tous les parasites de merde. Dieu t’a choisi ! Tu en as de la chance !
- J’en ai marre ! C’est toujours sur moi que ça tombe ! C’est ça que ça gratte depuis des jours ! J’m’en fous, j’vais dans ma chambre et j’deviens bouddhiste !
- JE T’INTERDIS DE FAIRE CA !"

0

Vexé comme un pou (hoho), Sem retourne donc dans un coin de l’arche où personne n’a remarqué que Tubal attendait son heure. Le vieux guerrier bouffe des animaux discrètement (tant pis pour eux ! Adieu, la reproduction !) et les partage avec Sem pour lui faire accepter sa vision de l’humanité : tuer ou être tué. L’important c’est la survie, et l’accomplissement des choses par soi-même, pas les projets de Dieu. Et il compte bien tuer Noé qui est en travers de sa route pour rebâtir un nouveau monde avec cette idée de méchant qui est que l’être humain peut vivre sans Dieu.

Noé ne manque pas d’ennemis à bord, principalement parce qu’il est un peu con. Après ne pas avoir remarqué un type en armure blessé dans un coin de son rafiot, voilà qu’Ila vient lui apprendre qu’elle est miraculeusement enceinte ! Noé en devient tout colère au lieu de se réjouir : il sent que les supers pouvoirs de Mathusalem ont quelque chose à voir avec cela. Il se met donc à gueuler que cela s’oppose au plan de Dieu et qu’Ila risque de permettre à l’humanité de se reproduire au lieu de disparaître. Il annonce donc clairement la couleur :

  • Si l’enfant est un garçon, il vivra.
  • Si l’enfant est une fille, elle mourra puisqu’elle pourrait porter la vie et risquer de repeupler la Terre.

D’accord, donc c’est pour empêcher la présence d’une femme fertile, soit, mais sinon, mec, une femme fertile, tu n’en aurais pas justement une, enceinte, juste en face de toi ? Mais non, Noé n’y pense pas. Il a dû oublier lui-même comment il avait fait plusieurs enfants (et il devait d’ailleurs être le premier de sa lignée puisque le film explique bien que Noé est le dernier de la lignée de Jean-Jacques).  L’annonce étant cependant faite, les mois s’écoulent à bord dans la grosse ambiance que l’on peut imaginer, à jouer au rami en silence. Utilisant du bois venu d’on ne sait où, Cham et Ila bricolent un radeau pour échapper à Noé et sa colère. Mais le jour du lancement, Noé fabrique une grenade au Broufanium et la balance sur le radeau avant qu’ils n’y montent. Le frêle esquif brûle donc et emmène au fond de l’océan toutes les malles qui y étaient entreposées.

Parce que oui, ils avaient des malles tout ce qu’il y a de plus moderne. Mais après tout, quand on rate son film, on peut rater ses accessoires sans souci, n’est-ce pas ? Après l’histoire du masque de soudeur, plus rien ne m’étonne.

Radeau

Le radeau en train de brûler avec ses malles. A noter que sachant que c’était une famille de clodos, je serais curieux de savoir ce qu’il y a à dans les malles en question. Mais sinon, les spectateurs n’auraient sûrement pas compris.

Sauf que toute cette agitation déclenche l’accouchement d’Ila. Et que du coup, le film s’accélère brutalement (il était temps cela dit) : l’arche qui naviguait sans but s’échoue soudain au sommet d’une montagne, Tubal, guéri, décide avec Sem de passer à l’attaque, quant à Cham, après avoir appris qu’Ila avait accouché (en 5 minutes chrono, bravo madame ! Vous êtes une femme toboggan) de non pas une, mais de deux filles, il décide aussi d’aller tuer son père avant qu’il ne tue ses enfants. Quant à Japhet, tout le monde s’en fout, vous l’imaginez bien, puisque vous aussi.

Plutôt que de vous décrire le combat, je vous en donne les éléments : gentil + méchant + lieu quasi-désert + armes qui glissent au sol.

Du jamais vu, n’est-ce pas ? Ça valait le coup de faire presque une heure de film dans l’arche à base de dialogues chiants pour arriver à pareil sommet.

Tubal, qui se révèle être le chef de guerre le plus pourri du monde ("Hohoho, j’attends Noé dans l’ombre avec un couteau et une masse… tiens, si je lui sautais dessus pour lui faire des brûlures indiennes en fait ?") est tellement naze qu’il finit tué par son propre allié, Sem, qui sauve son papounet d’un bon coup de couteau. Cela étant dit, Noé est toujours un peu grognon au sujet des deux filles qu’Ila vient d’avoir, et monte donc sur le pont pour buter les bambins.

Sa femme tente bien de le raisonner d’un "Tu dis toujours que Dieu pourvoit à tous nos besoins : deux de nos fils n’ont pas de femmes et il donne à Ila deux filles !"

Ah ouais. Bonne ambiance. Donc le plan, si je comprends bien, c’est de dire aux deux grands dadets de Sem et Japhet "Voilà vos nièces ! Vous attendez 15-16 ans histoire que ça soit pas trop sale, et vous leur faites des gosses." Non mais on n’est pas chez Christine Boutin, ici ! Pas en famille que diable ! Ou alors, vous allez repeupler la planète avec un tel niveau de consanguinité qu’au bout d’une ou deux générations, elle ressemblera au conseil municipal de Neuilly-sur-Seine. Brrrr.

Noé, en tout cas, est grognon un moment, mais en voyant les enfants, il les trouve trop kikinou et se refuse à les transformer en brochettes.

Le niveau des eaux redescend donc, et peu à peu, des terres fertiles se découvrent. Les animaux partent les repeupler (et tant pis pour ceux qui vivaient aux pôles et doivent faire la route par leurs propres moyens) en prenant soin de ne pas se bouffer entre eux avant de s’être un minimum reproduits (les lions et autres carnivores prennent donc des coupes faim durant quelques années et deviennent anorexiques pour certains, leur ouvrant ainsi une grande carrière dans la mode), la famille de Noé commence à bâtir des maisons, et Noé lui-même va vivre dans une grotte et se saoule la gueule à partir de raisin qu’il a trouvé sur une plage (endroit typique où le raison pousse comme chacun sait). Il peut donc reprendre sa vie de clodo et brailler des chansons paillardes à tue-tête du soir au matin.

Le reste de sa famille fait donc sa petite vie dans son coin. Sem finit cependant par se barrer parce que bon, c’est pas tout ça, mais lui, il est toujours un peu sur la béquille et il en veut toujours à son père. Il abandonne derrière lui la peau de serpent qu’il avait reprise à Tubal. Et quand tout le reste de la famille s’exclame "Allez Noé, reviens, tu as tenté de buter nos enfants mais on t’aime bien quand même !" Noé revient, est accepté par les siens, reprend la fameuse peau de serpent et commence le rituel qui lui, de son temps, avait été interrompu pour confier à ses petites filles la responsabilité, un jour, de prendre soin avec leur descendance de la Création.

Et… FIN !

Attendez, c’était vraiment un film ? Ce n’était pas juste une blague ?

Noéclodo

J’ai failli oublier de vous montrer Noé le clodo dans sa grotte : là, pour vous montrer qu’il boit beaucoup, ils lui ont filé des dizaines de pichets en bois vide au lieu des traditionnelles bouteilles. C’est vrai, on imagine bien Noé se fabriquer un pichet à chaque fois avant de le balancer.

__________________________________________

Si je résume ce que je viens de voir, ce film conte l’histoire d’une bande d’obsédés sexuels qui de dépit et après la plus grande douche froide du monde, décide de s’enfermer avec des animaux loin de tout.

J’envoie immédiatement un mail à la légion étrangère pour plagiat.

Les grandes vacances sont là.

Terminées, les longues heures passées en salle de cours avec ses petits camarades à guetter du coin de l’œil cette horloge dont les aiguilles semblent avancer au ralenti. Finies, les soirées passées à rédiger des études sur les différents champs lexicaux présents dans La Bête Humaine de la page 164 à la page 174. Et pour les bacheliers, que de joie à l’idée de ne plus retourner au lycée et d’entrer dans une vie nouvelle au son d’un djembé qui bat sur une plage où le barbecue est alimenté par des cours de mathématiques qui ne serviront plus.

Mais pour beaucoup, l’été, c’est aussi une période de forte activité : profitant du temps et du peu d’hommes disposés sur nos côtes, les touristes débarquent en France et montent vers la capitale en longues colonnes bariolées, où le Français apprend à reconnaître d’un seul coup d’œil ses voisins. Celui-ci qui porte des chaussettes dans les sandales ? C’est un Allemand bien sûr ! A ne pas confondre avec l’autre, là-bas, qui transporte sur sa caravane plus de vélos qu’il n’a d’enfant : comment ne pas reconnaître un Néerlandais ! Ho, et là, cette flaque de vomi où rampent des êtres inintelligibles ? C’est une colonie d’Anglais en pleine migration ! Comme tout cela est majestueux !

Qu’importe, cependant, car toujours est-il que ces masses étrangères sont là et qu’entre nous et les barbares ne se dresse qu’une seule ligne de défense, mais aussi solide qu’un bataillon de la légion :

Le garçon de café parisien.

Capable à lui seul de donner envie à plus d’étrangers de retourner dans leur pays que toute une fédération du Front National, penchons-nous, aujourd’hui, sur cet être aussi légendaire qu’utile à la civilisation.

gilet-barman-serveur-poches-passepoilees-5-boutons

Le garçon de café tel qu’on essaie de vous le vendre. On voit tout de suite que c’est un faux, c’est évident.

Dénomination

Généralement appelé "Garçon !", "Serveur" ou "Serveuse" pour les femelles de l’espèce, les dénominations ne manquent pas pour le garçon de café parisien. Pourtant, et tout comme pour Voldemort dont ils partagent la nature maléfique, on hésite tout de même avant d’employer leur nom et généralement on les interpelle d’un "Hep !", "S’il-vous-plaît ?" "Excusez-moi ?" ou encore "Tu me snobes encore une fois, je te pète les rotules.". Il est à noter qu’il existe bien d’autres possibilités d’attirer l’attention du garçon de café, comme par exemple, en imitant le bruit de la monnaie (essayez d’imiter des grosses pièces tout de même, ou éventuellement le frottement d"un billet chiffonné contre une table) mais très honnêtement, quand on sait véritablement ce qu’est la bête, on essaie pas de l’attirer : on la fuit. Oubliez donc.

Histoire

Le garçon de café parisien a des origines qui remontent au cœur même de notre histoire nationale.

En effet, tout commence aux alentours de 1302, lorsque Jacques de Molay, dernier grand maître de l’ordre templier, est un peu pompette dans une taverne de l’île de la cité à raconter son dernier raid sur l’Egypte. Alors qu’il en est à détailler comment ils ont christianisé une indigène qui tentait de s’enfuir à coups d’épée à deux mains, le maître s’aperçoit que sa chopine est vide : il réclame donc à boire. Oui mais voilà, le propriétaire de l’auberge a bien noté que Jacques était rond comme une manche de pioche et que s’il le servait encore, il risquait de se planter à cheval en regagnant le quartier du temple et après, il va être emmerdé. Il refuse donc courtoisement, expliquant au templier que c’est pour son bien. C’en est trop pour Jacques de Molay, qui décide donc de le maudire, puisque bon, reconnaissons-le, il était un peu soupe au lait.

"Maudit, Maudit ! Tabergiste, je te maudis, toi et tous ceux de ta race pour les siècles des siècles ! Puissiez-vous être honnis de tous, et surtout de vous-même ! Que votre nom soit significatif de malheur et de haine ! Que vos boissons tournent, mais que vos établissements perdurent malgré tout pour que votre supplice jamais ne s’arrête ! Mauuuudiiiiit !"

Ce soir-là, le tavernier fit sortir le grand maître à coups de pied au cul, et on pensa que l’histoire en resterait là, puisque la même semaine, Jacques de Molay avait maudit sa femme de ménage pour avoir mal repassé sa cotte de maille, deux passants qui l’avaient bousculé dans la rue, ainsi qu’un teckel qui l’avait regardé de travers.

Pourtant, plusieurs siècles plus tard, la malédiction allait bel et bien frapper le pays qui ne s’y attendait pas.

Nous sommes en 1940, et la drôle de guerre fait rage. En France, l’Etat-Major, prudent, travaille sur plusieurs plans secrets au cas où l’armée Allemande parviendrait à passer la ligne Maginot. Si l’un d’entre eux, non retenu, consiste directement à faire sauter les Ardennes, un autre attire l’attention, conçu par le généticien de génie Albert Thierron et sobrement baptisé "On les encaisse tout de suite." Le plan est le suivant : si l’ennemi parvenait à passer, il serait difficile de prévoir l’endroit où se jouerait la bataille. La seule chose certaine est qu’il foncerait sur Paris. Albert Thierron, propose donc de créer une armée secrète de supers soldats, aptes à repousser n’importe quelle invasion étrangère. Ceux-ci attendraient dans Paris, habilement déguisés en cafetier puisque ces établissements seraient un lieu de passage obligé pour toute armée de conquête, et donneraient alors très envie à l’ennemi de retourner chez lui.

Le projet est lancé, et l’ADN des plus gros enculés de France est combiné pour créer ces supers soldats : 50% Ravaillac, 50% chat domestique, les premiers êtres naissent en cuve et bien qu’imparfaits, paraissent prometteurs. Hélas, la malédiction de Jacques de Molay fait son oeuvre et avant que le programme ne touche à sa fin, un char Allemand traverse le mur du laboratoire et met fin aux travaux en même temps qu’à la bataille de France. La plupart des sujets d’expérience meurent dans l’affaire, mais une partie d’entre eux s’échappe et se disperse dans la nature. Et poussés par les instructions inscrites au cœur même de leur ADN, ils se regroupent autour des cafés parisiens où ils finissent par décrocher des emplois de serveurs.

La première génération de garçons de café parisiens était née.

Anatomie

De prime abord, le garçon de café parisien ressemble à un être humain tout ce qu’il y a de plus classique, mais pour qui sait observer les détails anodins, on découvre vite sa nature de créature génétiquement modifiée imparfaite. Ainsi, le professeur Albert Thierron (que l’on retrouva assassiné chez lui, lapidé à coups de tasses de café de 5 cl et avec un verre d’eau à côté du corps) avait noté dans ses carnets que la musculature faciale de ses enfants était loin d’atteindre ses espoirs. Ce que l’on peut encore noter aujourd’hui : incapable de lutter face à la gravité, le visage du garçon de café est invariablement attiré vers le bas, ce qui fait qu’il tire toujours la gueule. L’audition est aussi considérée comme défaillante, puisque non seulement il faut gueuler quinze fois pour avoir quelque chose, mais en plus, lorsqu’il vous parle, le garçon de café parisien regarde toujours ailleurs (essayez, vous verrez, c’est très rigolo). Longtemps considéré comme inexplicable, ou comme une forme de mépris venue de ses ancêtres félins, on soupçonne aujourd’hui qu’il ne s’agisse en fait que du fait qu’il a besoin d’orienter son oreille droit vers le client, et donc de tourner la tête, pour l’entendre.

D’autres parlent simplement de foutage de gueule, mais je ne mange pas de ce pain là : j’ai le respect de mon sujet, moi, Monsieur.

On suppose, par contre, que l’ouïe du garçon de café parisien est surdéveloppée sitôt qu’il s’agit d’entendre des pièces de monnaie qui s’entrechoquent. La police nationale aurait ainsi, au sein de sa brigade cynophile, deux garçons de café parisiens qu’ils emploieraient dans les aéroports pour détecter les trafics financiers. Si l’information n’a pas été confirmée officiellement par la police, l’UMP, par contre, confirme que Jean-François Copé aurait été mordu près de 17 fois par des cafetiers parisiens rendus fous par le bruit qu’il faisait en se déplaçant.

Photo_Course_Garcon_Cafe

Sur cette image, quelqu’un a fait tomber un billet de 50€ dans une rue commerçante pleine de terrasses. Les prédateurs l’ont entendu, pauvre de lui.

Comportement

A la fois unique et mystérieux, le comportement du garçon de café parisien a été mille fois étudié sans jamais que l’étude ne soit terminée. En effet, même avec des bourses de l’état, aucun ethnologue n’est parvenu à rester assez longtemps à une terrasse pour étudier la bête, celle-ci lui proposant café sur café avant de le dégager sitôt qu’il n’avait plus de quoi consommer. Cependant, plusieurs éléments ont été notés.

Structure sociale

La structure sociale du garçon de café parisien est particulièrement bien établie. On trouve ainsi, tout en haut de la hiérarchie, l’employeur. Celui-ci, qui s’est probablement dit que recruter un mec qui fait la gueule était une excellente idée, est une sorte de point de repère pour l’animal, qui régulièrement, va s’accouder au comptoir pour échanger tout bas avec lui en jetant des coups d’œil étranges vers l’extérieur. On suppose qu’il s’agit en fait d’une sorte de technique d’hypnose, seule capable de justifier que qui que ce soit emploie ce genre d’énergumène, et que cela consiste à susurrer des passages du Nécronomicon à l’oreille de son maître pour le garder sous contrôle. Le garçon de café parisien, en-dehors de cela, est plutôt solitaire et casanier, ancré sur son territoire comme une moule sur le Charles de Gaule, faisant de lui un élément à part entière du paysage au même titre qu’une table, une chaise ou une vieille à caniche.

Communication

La communication du garçon de café parisien est relativement limitée. En effet, l’apprentissage de la parole étant trop long pour un déploiement rapide de ces êtres supérieurs, le professeur Thierron avait imaginé, non pas leur enseigner la langue, mais leur donner une simple base de données réutilisable à l’infini, conçue à partir des conditions générales de vente d’Apple et des dialogues pré-enregistrés de Baldur’s Gate. Ce qui donne une série de phrases typiques comme :

  • "Vous voulez quoi ?"
  • "Les toilettes ? Vous consommez ?"
  • "Un verre d’eau ? Non, vous devez consommer au moins un café pour rester." (d’où le verre d’eau avec le café : c’est un pack. Comme ça, si quelqu’un lui demande un verre d’eau, on lui amène un café, quelle bande de fieffés goupils)
  • "Dix-sept euros pour le café et le croissant."
  • "Vous avez fini ? Il faut libérer la table. Quoi les autres tables sont toutes libres ? C’est le règlement."
  • "Hé, c’est moi, Imoen !" (oui, il y a du reliquat des produits de base)
  • "Spique inegliche ? Non, on est en France. Un café ? Deux ? Allez."
  • "Demandez à l’office de tourisme."
  • "Je peux vous encaisser ?" (attention à votre réponse à cette question : répondre "Visiblement, non" ne les fait pas rire, c’est très décevant)
  • "Pfff…"
  • "PFFFFF…"
  • "PFFFFFFFFFFFFFFHALALALAAAARARHEUMRHEUM !"
  • "C’est bon Michel, ils se barrent, je crois qu’ils ont compris mon subtil message."

Sur tout ce qui est non-verbal, par contre, il y a par conséquent quantité de variations : regard lourd de sous-entendus comme "Barrez-vous", "Je veux un pourboire" ou "Je vais dévorer votre âme", allers-retours près de votre table sous-entendant qu’elle devrait se libérer ou encore essuyage de ce tout ce qui vous entoure tout en faisant des bruits de gorge, le larron ne recule devant rien.

Territoire

Le territoire du garçon de café parisien se limite généralement, comme son nom l’indique, à un seul café parisien (bien que l’on ait déjà vu des membres de leur race émigrer pour aller pourrir d’autres coins touristiques), de la salle jusqu’à la terrasse sans exception. Comme précisé précédemment, le garçon de café parisien aime essuyer des trucs : mais en réalité, il faut savoir que son chiffon magique est une partie de lui-même, et qu’il peut par conséquent y envoyer des phéromones qu’il étale ensuite assez largement sur tout ce qu’il touche. Ainsi, il prévient qu’il ne fait pas bon rester sur son territoire, et évite qu’un autre membre de sa race n’essaie de venir lui piquer sa tanière. Ce qui est bien, puisqu’auparavant, il faisait pareil avec son urine. A noter que certains établissements n’ont pas vraiment changé cette pratique, ce qui explique en grande partie la saveur unique de leurs cocktails, mais passons.

S’il ne marque pas son territoire, il n’est pas rare qu’un autre garçon de café parisien s’installe et commence à arnaquer les touristes à sa place, ce qui est bien embêtant. S’ensuit en général un combat rituel durant lequel les deux valeureux combattants s’affrontent se jetant leur monnaie ou en se fouettant avec leurs tabliers respectifs jusqu’à ce que l’un des deux tombe et que son corps ne soit transformé en rillettes à servir à la prochaine famille de teutons qui en demandera.

Reproduction

S’il existe des garçons de café parisiens mâles comme femelles (bien qu’il y ait fort peu de différence entre les deux, ça revient un peu à tenter de sexuer des gargouilles), ils sont stériles et ne se reproduisent que d’une manière bien particulière : ils font venir des étudiants pour les assister l’été, puis sucent leur âme toute la journée en leur expliquant qu’ils font mal leur boulot, que ce sont des connards, qu’ils ne bossent pas assez vite et qu’ils ne feront rien de leur vie. Quand l’étudiant est devenu assez dépressif et fatigué pour haïr tout ce qui a trait de près ou de loin à un café parisien, il est mûr : on lui offre un CDI.

De là, un nouveau garçon de café parisien peut commencer à semer haine et malheur sur son territoire, voire se trouver un nouveau café à hanter.

baiser_juda_fanous

Tout le monde se souvient du témoignage bouleversant de Judas, serveur de Jérusalem au sujet de ce client qu’il avait dénoncé aux Romains parce que non seulement il ne commandait que de l’eau, mais en plus il la transformait en vin pour tous ses potes. Et le respect du petit commerce, hein ?

Quelques garçons de café célèbres

Raoul Villain

Etudiant en archéologie passant ses vacances d’été au café du Croissant où un garçon de café parisien qui inspirera le professeur Thierron exerçait déjà, Raoul sert tranquillement ses clients en cette belle soirée de fin de mois de Juillet. Il est cependant agacé : un de ses clients n’a pas commandé depuis au moins sept minutes, et ignore superbement ses soupirs et râle plaintifs (qui cette fois-ci, inspireront le personnage de Chewbacca bien plus tard). Pire, au bout de dix minutes, l’impudent interpelle Raoul en lui demandant s’il pourrait avoir "Un verre d’eau et des cacahuètes" ; c’en est trop, Raoul sort un revolver de son tablier et abat le malappris sur le champ. Il n’apprendra que plus tard qu’il s’agissait d’un certain "Jean Jaurès", ce qui, de toute manière, ne l’autorisait pas à réclamer des cacahuètes, non mais.

Michel Vautier

En 1958, Michel se lève comme tous les jours en espérant que tout le monde va crever, ce qui est donc une journée somme toute assez banale pour cet employé de café. Il ignore qu’il va pourtant accomplir un geste historique ce jour-là, puisque s’assoit à sa terrasse un universitaire américain désœuvré. Celui-ci lui commande un café, et comme il se doit, Michel lui apporte une tasse suffisamment petite pour qu’on ne puisse même pas y tremper une phalange de son petit doigt sans toucher le fond. Alors qu’il règle ses 25 francs, l’universitaire a soudain une illumination. De retour au pays, il est obsédé par le café français. Et un an plus tard, Richard Feynmann, puisque c’est son nom, est le premier homme à lancer la recherche dans le domaine dit de "l’infiniment petit".

Paul Fonthibault

Un beau matin de fin du XXe siècle, Paul Fonthibault reçoit à sa terrasse un dialoguiste sans aucun succès. Celui-ci, perdu à Paris après une mésaventure amoureuse, demande à Paul s’il ne pourrait pas lui indiquer la direction de l’office de tourisme. Paul lui répond, comme de bien naturel, que ce n’est pas son boulot, et que le dialoguiste peut bien aller se faire voir, et l’exprime sous la forme de près de 25 minutes d’insultes non-stop. Puis, Paul estimant avoir renseigné le gaillard comme il se devait, s’en retourne jeter des regards noirs au passant. Hélas ! Il vient de passer à côté d’une fortune : le dialoguiste, sublimé par la grossièreté du larron, a noté l’intégralité de ses paroles, et revend le texte tel quel à ces comédiens sans talent. Débutent alors ainsi la carrière de Jean-Marie Bigard, Nicolas Bedos et d’une bonne partie des humoristes du PAF.

Paul ne touchera bien sûr, aucun droit d’auteur, et n’en deviendra que plus méchant, et donc meilleur serveur. Quel talent.

F.A.Q

J’ai vu un garçon de café parisien sourire, est-ce normal ?

Non, en effet. Une des blagues favorites des touristes, puisque nous n’avons pas de gardes façon Buckingham pour essayer de les faire marrer, est de tenter la même chose sur nos garçons de café. Certains, frustrés de ne pas y parvenir, utilisent donc du Tranxène qu’ils glissent dans le sandwich de la pause du malheureux, qui se retrouve ainsi à sourire. Si jamais vous repériez pareil phénomène, n’oubliez pas d’avoir le bon réflexe : prévenez le ministère de la culture ou la ville de Paris qui enverra une équipe enquêter pour dégradation du patrimoine de la cité.

Combien gagne en moyenne un garçon de café parisien ?

Environ 6 âmes innocentes par jour. Les âmes d’enfants comptant double, en période de vacances scolaires, ils peuvent considérablement augmenter leurs revenus.

Si je mets une mannequin de magazine féminin face à un garçon de café parisien, qui fait le plus la gueule ?

Les témoins.

Je suis étudiant, et cet été, je travaille dans un café, quels sont les premiers symptômes de la transformation ?

Le monde perd peu à peu ses couleurs et le temps devient plus long. Vous avez l’impression que l’air est plus épais, que les nuages sont plus bas, plus menaçants. Chaque visage que vous croisez vous semble hideux, déformé, et plein d’une malice qui n’augure rien de bon. Et puis un jour, vous vous surprenez à trouver que les clients font chier à venir chez vous. C’est à ce moment là que vous savez.

Je vous emmerde, vous le savez ?

Très bien, je vais reprendre un café.

En cette radieuse journée du 26 juin, ce blog célèbre ses 5 années de vie.

Que vous célébriez l’événement en brûlant religieusement un cigare, un cierge ou un soutien-gorge, comme vous le savez, l’événement est l’occasion chaque année de se tourner vers le passé et de faire le point sur le chemin parcouru. Des sujets qui vous intéressent bien peu, petits sagouins, mais vous connaissez mon gros ego : je ne résiste jamais à la possibilité de parler de moi-même. Dans tous les cas, que vous soyez une lectrice baroudeuse qui suit ce vil site depuis ses débuts ou un lecteur tout frais qui n’a encore jamais entendu parler de la forêt de Jean-Jacques, mettons-nous en route si vous le voulez bien.

Et vous le voulez bien puisqu’en venant ici, nous ne le dirons jamais assez, vous prouvez que vous êtes des gens de goût.

Ainsi donc, désormais, le blog approche doucement des 300 articles (284 pour être exact), ce qui, tout de même, commence à faire beaucoup surtout si l’on considère qu’un certain nombre de personnes se plaignent d’avoir les rétines en feu avant d’arriver à la fin. Soit disant que ce serait trop long : est-ce ma faute si mon mépris a besoin de place pour s’étaler ? On notera par ailleurs cette année le succès de quelques articles, à commencer par les séries de gravures honteusement détournées pour parler politique, et qui prouvent encore une fois (si les fausses pages Facebook ne l’avaient déjà fait) que, monde ingrat, quand j’écris une tartine tout le monde s’en fout, mais quand je met des images, ça passe mieux. La prochaine fois, je ferai ça avec un album de Bigoudi. Enfin, et j’en félicite le peuple, vous êtes toujours plus nombreux à passer par ici, ce qui me permet d’entretenir mon orgueil, merci à vous, donc. Bien sûr, le quidam à la mémoire sans faille notera un ralentissement de l’activité du blog – ce qui arrive en fait chaque année, rien d’original – lié à un mystérieux projet (et non, ce n’est pas l’édition du blog, ou alors pas encore) sur lequel je n’ai pas encore le droit de m’exprimer sous peine de me faire abattre dans la minute par un tireur d’élite serbe.

Je me suis dit qu’une image de cupcake était parfaitement dans l’esprit de ce blog.

Mais puisque l’anniversaire du blog est aussi l’occasion d’annoncer les changements à venir, profitons-en.

  • Le changement de la charte du blog

Annoncé depuis le commencement de cet humble site, on sent bien que le gros flemmard que je suis a quelques difficultés à le mettre en exécution. Oui, j’ai entendu vos cris indignés : des articles mieux rangés, qui ne s’affichent pas forcément en entier quand on farfouille les archives, un système de classement qui permette de retrouver le spoiler d’une bouse de 2011 en un clin d’œil… tout cela a été entendu. Mais hélas pour vous, n’ayant pas la passion du code, et malgré de premiers essais hors-lignes prometteurs, rien n’a encore été fait.

Alors que moi aussi je suis d’accord : il serait temps que ça change. Je sens que je vais finir par déléguer à moins fainéant que moi. Mon côté patron.

  • Paris… ah, Paris !

Le maître des lieux, après des années de vie en province à profiter d’activités typiques aussi divertissantes que la recherche de nouveaux coins pour enterrer ses victimes ou la chasse aux lépreux qui hantent les routes secondaires, a décidé de remonter vers la capitale et sa riante région. Logiquement, mon auguste lectorat s’en fout (à moins qu’il ne soit agent immobilier ou autre fournisseur de logis je suppose), mais il a été évoqué l’idée de célébrer cela avec mes lecteurs et lectrices disponibles vers la rentrée (au lieu de proposer de déblatérer autour d’un verre en semaine), voire de s’essayer à une séance de cinéma commune avec des volontaires pour bitcher (mais à la sortie, que diable, soyons éduqués) sur Nicolas Cage de concert.

  • Toulouse… ah, Toulouse !

Ho, et comme chaque année, j’irai tenter cet été, sauf incident, de civiliser le sud sauvage en apportant avec moi dictionnaires et verroteries. Et si l’éducation des autochtones échoue, ce sera distribution de couvertures avec la petite vérole pour tout le monde, non mais.

Et pour ceux qui m’écrivent "Ah bon, vous buvez des coups avec les gens ? Non parce que moi je voulais vous parler de…/ je souhaitais vous proposer de… / je fais un bonnet… " oui, cela arrive parfois et c’est généralement annoncé sur Twitter et Facebook. Ce qui donne l’occasion aux volontaires d’aborder des inconnus au point de rendez-vous en demandant "C’est vous le connard ?". Une sorte de Meetic en mode Hardcore si je puis dire (pour la partie rencontre du moins, puisque… moui, non, j’aurais dû choisir une autre formulation). Mais mes lecteurs et lectrices s’en sont jusqu’ici toujours tirés avec brio : quelle élite.

Tradition toujours, profitons-en pour passer en revue les mots clés qui amènent jusqu’à ce blog rien qu’aujourd’hui pour illustrer le grand n’importe quoi de ces lieux :

rrrrrrrrruuuuu

Je suis lu par des chats (qui en plus, ont fait deux fois cette recherche, c’est troublant). Durant toutes ces années, vous avez cru que la bête aimait juste dormir sur votre clavier ? Nenni. Elle tape en douce des recherches quand vous avez le dos tourné. La mauvaise nouvelle, c’est que les 10 kilos de Ronron que vous allez recevoir, ils ont été payés avec votre carte de crédit. La bonne, c’est que vous avez enfin à accuser pour toutes ces occurences de Youporn dans votre historique.

[vidéo choquante] fille est morte après avoir cet acte avec le chevalpauvre fille n’avait aucune idée qu’elle mourra après cela. elle essayait juste…

Elle essayait juste de lui faire plaisir, je pense. Mais comme on dit à la SNCF "Le train était trop large pour les quais". C’est bête.

tentacul abué

L’ennemi juré de tentacul avapeur.

formule magic pour draguer

Taper deux manas et jouer l’artefact "GHB".

quelle kaiju sui je

Le moche.

Il n’en reste pas moins qu’avec tout ça, on atterrit sur cet humble blog, mes excuses, donc, à ceux qui voulaient en savoir plus sur des sujets passionnants mais se sont perdus céans.

Et enfin, éternel rappel en ce jour anniversaire :

La page Facebook est ICI, la page Twitter (je cherche toujours à quoi sert ce truc) LA, je rappelle qu’il y a une FAQ, et qu’enfin, pour me crier votre amour, votre haine ou m’envoyer votre plus beau CV, il y a la page de CONTACT. Et comme les années précédentes, sur cet article, j’essaierai d’être plus présent dans les commentaires.

Maintenant, n’oublions pas : c’est l’été, les bouses vont trouver la fraîcheur dans les salles obscures, j’ai donc du travail qui m’attend.

Ooooh oui.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 6 323 autres abonnés