« Odieux ?« 

Célia écarta une masse de cheveux bruns du bout du doigt, venant les replacer derrière son oreille alors qu’elle observait son interlocuteur, occupé à lire le journal les pieds sur son bureau dans une forte odeur de cigare.

« Oui ?
- Je me demandais… pourquoi as-tu refusé que je m’achète ce t-shirt « love » tout à l’heure ?
- Parce que c’est un truc de lolita, je l’ai déjà dit. Heureusement que je ne t’ai pas choisie sur ton bon goût. Si tu veux un jour pouvoir être sortie en soirée, il faut que tu puisses officier un minimum en tant que femme-trophée. Avec ce genre d’accoutrement, tu serais plus proche du trophée de chamboule-tout que de celui de golf. 
- Oui mais… c’est quoi une lolita ? »
0

Baissant mon journal en sourcillant, j’observais la jeune fille dont le visage paraissait sincèrement désolé par le simple fait d’avoir posé la question. Se mordillant la lèvre inférieure et ouvrant ses grands yeux clairs, elle tenta une opération-charme pour s’éviter de futurs ennuis.

« C’est… comment dire… tu sais quand papa licorne et maman licorne se rencontrent dans la forêt, parfois, il y a beaucoup d’amour entre eux, tu comprends ? Enfin surtout de la part de maman licorne, parce que papa, lui, il a plutôt dans l’idée de vider son arc-en-ciel enchanté, mais passons. Et suite à cela, et bien, il arrive que naisse un bébé licorne ; sauf que parfois, le bébé à un triplet de chromosomes 21. Cela donne alors naissance à une créature qui ne pourra jamais vraiment devenir une licorne comme les autres, et finira plutôt à tenir un blog-mode, tu comprends ? Quelque chose de pas très mature et avec aucun goût. C’est ça, une lolita. Enfin, c’est aussi une chanson d’Alizée, mais tu es trop jeune pour avoir connu cette créature infernale. Et puis ça revient un peu au même, en fait. La chose est entendue ?
- Non.
- Bon, alors attrape ce dictionnaire et ne m’enquiquine pas. »

0

Durant quelques instants, le silence qui retomba dans la pièce ne fut troublé que par le bruit des pages que l’on tournait, jusqu’à ce qu’une curieuse interjection brise ce trop bref moment de calme.

« Ho, LOL !« 

La jeune fille perdit son enthousiasme en entendant le bruit d’une arme que l’on chargeait

« Heu, non, pardon, je disais qu’il y avait « LOL » dans le dictionnaire.« 

Célia n’eut pas le temps de réagir que déjà, elle sentit un immense courant d’air, et tournant la tête, vit la fenêtre du bureau grande ouverte, le grand siège de cuir encore occupé quelques instants auparavant tournant sur lui-même, vide ; elle soupira, apercevant en contrebas la silhouette de son interlocuteur filant vers son véhicule en hurlant des instructions en direction d’un certain Diego.

En attendant, elle ne savait toujours pas ce qu’était une lolita.

_________________________________________________________________

« Laughing out loud » serait donc une référence de la langue française. C’est intéressant.

Jeunes gens, les choses ne sont pas bien engagées.

Parmi vous, nombreux sont celles et ceux à avoir connu la joie des cours de catéchisme : souvenez-vous de ces longues heures passées à faire des activités aussi passionnantes que colorier un Jésus, donner la définition de la Foi ou détourner l’attention du diacre pendant que vos camarades creusaient un tunnel pour fuir ; pour ceux ayant malgré tout tendu l’oreille, ils doivent sûrement se souvenir de ce texte de l’Apocalypse (6,1-11) :

Et ma vision se poursuivit. Lorsque l’Agneau ouvrit le premier des sept sceaux, j’entendis le premier des quatre Vivants crier comme d’une voix de tonnerre : « Viens ! »  Et voici qu’apparut à mes yeux un cheval blanc ; celui qui le montait tenait un arc ; on lui donna une couronne et il partit en vainqueur, et pour vaincre encore.

Lorsqu’il ouvrit le deuxième sceau, j’entendis le deuxième Vivant crier ; « Viens ! »  Alors surgit un autre cheval, rouge-feu ; celui qui le montait, on lui donna de bannir la paix hors de la terre, et de faire que l’on s’entr’égorgeât ; on lui donna une grande épée.

Lorsqu’il ouvrit le troisième sceau, j’entendis le troisième Vivant crier : « Viens ! » Et voici qu’apparut à mes yeux un cheval noir ; celui qui le montait tenait à la main une balance,  et j’entendis comme une voix, du milieu des quatre Vivants, qui disait : « Un litre de blé pour un denier, trois litres d’orge pour un denier ! Quant à l’huile et au vin, ne les gâche pas ! »

Quand il ouvrit le quatrième sceau, j’entendis la voix du quatrième être vivant qui disait : Viens. Je regardai, et voici que parut un cheval d’une couleur verdâtre. Celui qui le montait se nommait la mort, et le séjour des morts l’accompagnait.

Enfin, il ouvrit le cinquième sceau, j’entendis la voix du cinquième Vivant crier « LOL ! ». Je regardai, les oreilles sanglantes, et voici que parut un nyan cat. Celui qui le montait se nommait Darkangel_91, et il avait un skyblog, ce qui me fit littéralement me chier dessus.

Evidemment, deux leçons sont principalement à tirer de ce célèbre passage biblique :

  • Le LOL est l’incarnation du mal sur Terre
  • On ne peut pas faire confiance à un agneau deux minutes : vous lui laissez les sceaux de l’apocalypse 30 secondes et voilà que cette andouille les ouvre comme un vulgaire calendrier de l’Avent. Terrible, ça.

Et pourtant, le mois dernier, Le Petit Robert, probablement suite à une cuite au Banga, a choisi d’ajouter au sein de son dictionnaire, au milieu d’autres choses merveilleuses comme « Psychoter« , le mot « LOL« , dont voici la définition :

LOL – Interjection – acronyme anglais de laughing out loud « éclaté de rire, mort de rire », d’abord dans les SMS. Interjection soulignant le caractère comique, l’ironie d’un propos (surtout écrit). Tu vas te marier toi ? LOL !

La chose serait déjà assez triste en elle même, s’il n’y avait pas en plus des gens pour s’en réjouir, ici ou , commentant l’enrichissement de notre vocabulaire grâce à cette nouveauté intégrée par le dictionnaire pour s’adapter aux nouveaux usages de notre langue, qui, comme toutes les langues, n’a de cesse d’évoluer. Ce serait tout à fait pertinent si ces sympathiques personnages avaient pris le temps de lire ce qui est marqué en gros et en gras un peu partout sur les livres et sites du Robert (ce n’est pas évident, c’est vrai) :

La référence indispensable pour mieux écrire et s’exprimer en français !

On en déduira donc que visiblement, si nos amis des deux magazines cités ici ont un goût certain pour la variété du vocabulaire, ils n’en sont pas moins un peu légers quant à la compréhension d’une phrase basique comprenant des termes aussi complexe que « Mieux écrire » ou « Mieux s’exprimer« . C’est vrai que dans le journalisme, ce n’est pas un truc très très intéressant, on peut comprendre. Parce que LOL, qu’est-ce que c’est ?

Un exemple de garçon manquant quelque peu d’expression

LOL, à supposer qu’il s’agisse bien d’une interjection et non simplement d’un étron fait acronyme, c’est l’incarnation de tout ce qu’il y a de plus mauvais en matière d’expression française : combien d’entre vous, simplement en consultant leurs mails, Facebook, Twitter ou que sais-je peuvent trouver pléthore de « lol » que les gens mettent à la fin de leurs phrases sans raison aucune ? Du genre « Je passerai manger samedi, lol« , ou « C’est qui Maxime ? lol » (je me permets de traduire les choses de l’original, à savoir « Je pacerer mangé samedi lol » et « C ki Max ? lol« ), à savoir que ça n’a strictement rien de drôle ou appelant un quelconque laughing out loud, simplement que les créatures les plus abominables en mettent à la fin de leur phrase sans aucune raison. Parce que « l’ironie » vantée par le dictionnaire, en fait, est souvent une figure de style un poil plus élaborée que trois lettres dans un SMS. Mais s’il faut commencer à connaître ses figures de style pour les évoquer dans le dictionnaire, c’est honteux. D’ailleurs, il y a plusieurs figures de style dans la phrase précédente, je laisse aux experts le soin de les identifier.

Dans les cas les plus graves, rappelons qu’il est possible, parfois, d’entendre quelqu’un prononcer à l’oral « lol », ce qui est l’incarnation parfaite du non-sens qu’est ce truc, puisque si quelqu’un a vraiment envie de rire, il rit. S’il dit lol, c’est justement parce qu’il ne rit pas : il mérite donc tout simplement un coup de batte dans la gueule, tant votre calembour était drôle, contrairement à l’interjection utilisée par votre interlocuteur transformée en simple appel de la mort de sa part. Bien sûr, nul doute que désormais, quantité de marmots vont profiter de cette intégration – pas du tout à but commercial, non – pour expliquer à leurs enseignants que si, si, ils ont le droit d’utiliser LOL. Et que d’abord, c’est bien la preuve que le français ça sert à rien, puisque c’est le dictionnaire qui fait des efforts d’apprentissage pour mieux comprendre les élèves, et pas l’inverse.

Ce qui nous rapproche dangereusement d’un précédent article (ou quelqu’un suggérait bêtement que dans une société pervertie, LOL n’entrerait au dictionnaire qu’en 2018, mais visiblement, c’était encore trop peu caricatural par rapport à la réalité). On constatera donc avec bonheur que quelques fameux éditeurs ont donc décidé de précipiter la fin de tout ce qui est juste et bon en actant le fait que c’est la population 12-25 ans qui décide de ce qui est sage de changer dans notre langue. C’est rassurant : je suis impatient de voir rentrer « Bjr » et «  :) » dans le dictionnaire au seul motif que des gens les utilisent massivement (même si pour « Bjr« , c’est déjà ringard, mais il ne faut pas trop m’en demander). Même si «  :) » n’est pas facile à prononcer, j’en conviens, mais hein, bon, la langue évolue, faites un effort, merde.

Bref : nous pourrions parler longuement de la chose, en se demandant pourquoi MDR, la version française pourtant pas fameuse mais plus cohérente, a été écartée au profit de ce truc, mais il faut surtout nous rendre compte d’une chose : les portes des dictionnaires sont ouvertes. Nous pouvons donc, dès à présent, faire nos propres suggestions pour que demain, le monde dispose d’un vocabulaire, plus riche, et « adapté aux nouveaux modes de vie ».

Je fais donc quelques suggestions :

Rabouiner – verbe – Acte de parvenir à ses fins en utilisant moult ruses de rabouin. Ex : Je n’ai plus d’idée pour vendre mon dictionnaire tout pourri, je crois qu’il va falloir que l’on rabouine

Nicolas Cage – nom commun – Terme anglo-saxon visant à désigner un mauvais acteur. Synonyme : Francis Huster. Peut aussi servir à résumer la qualité d’un film. Ex : C’est comment ce film ? Bah, c’était du Nicolas Cage, lol.

Cosplay – nom propre – Acte de se suicider socialement en arborant la tenue au goût le plus contestable possible. La personne faisant du cosplay se nomme de « Cosplayeur », et peut se battre avec ses congénères au concours de la plus belle réalisation. Le cosplayeur est souvent confondu à tort avec le castor, petit animal qui, si lui aussi réalise des choses à partir de morve et de matériaux de récupération, ne passe pas pour un nuisible. Ex : Je crois que mon copain aime le cosplay, je pense que je vais plutôt aller trouver quelqu’un de goût, comme l’Odieux Connard

Schlurps – interjection – son produit par une personne déglutissant de manière bruyante et répétitive, voire parlant en buvant. Bien que la chose soit normalement assez rare, on peut trouver son emploi massif dans la saga Twilight, où chaque personnage semble avoir des glandes salivaires grosses comme des melons lorsqu’il parle. Ex : Edward – schlurps – est-ce que – schlurps – tu – schlurps – veux saucer ton sang -schlurps – avec de la mie de pain ?

Chut – interjection – Sert à demander le silence. Ex : Madame, je crois que c’est la 98e fois que vous dites « chut » à votre marmot, mais le problème est que vous n’avez aucune autorité, pas qu’il n’avait pas compris les 97 premières fois. Allez, laissez-le moi : j’ai un parpaing.

Parpaing – Nom commun – Bel objet de maçonnerie, utilisé dans de nombreuses constructions modernes. Accessoirement, solution à près de 85% des problèmes rencontrés sur Terre. Ex : Tenez et prenez en tous, ceci est mon parpaing

Scénario – Nom commun – Terme de vieux français désignant l’intrigue servant à donner une cohérence à un film, un livre ou autre support à récit. Tombé en désuétude. Ex : Michel, c’est toi qui étais chargé du scénario ? Non ? Bon, on a plus le temps : commencez à distribuer Prométhéus.

Républicain – Adjectif – Qui tient de la République. Son utilisation courante implique de le mettre à la fin de n’importe quel discours politique pour tenter de normaliser le raisonnement le plus absurde. Ex : Au nom du front républicain il faudrait que tu fasses un désistement républicain, ça, ce se serait républicain comme attitude.

La liste pourrait être longue, mais vous avez compris le principe : il y a une bonne marge de manoeuvre pour enfin faire rentrer ignomickey chez Larousse (que ceux qui y ont vu un sous-entendu sexuel lèvent la main et sentent la honte s’abattre sur eux).

Résumons : un nom à la con, aucun rapport avec le français, utilisé massivement par la jeunesse et souvent synonyme de nouvelles technologies, Pikachu a toutes ses chances de bientôt rejoindre LOL dans le dictionnaire.

Dans tous les cas, et en suivant ce raisonnement, on pourrait imaginer que tout comme le vocabulaire des SMS entre dans le dictionnaire, celui d’autres domaines numériques pourrait investir notre doux monde ; ainsi, World of Warcraft, par exemple, et ses plusieurs millions d’utilisateurs, pourraient ainsi permettre la migration de leur langage vers le monde réel au nom de l’importance de leur communauté et de son vocabulaire, permettant ainsi à Ludovic, dit L0rd_3lF, d’ainsi raconter sa rencontre avec Cynthia lors d’une soirée chez un ami :

Et là tu vois, je m’approche, et je la débuffe complet en spammant GHB en boucle sur ses potions de Mana ; ça lui a pourri sa will, après je l’ai ramenée, là j’ai fait Mass stab pendant qu’un pote gardait l’aggro de son copain, et ensuite, hop, /rest. Au réveil, je te raconte pas, quand elle a réalisé, elle a fait un vieuuuux ragequit, l’hallu totale. 

Si vous n’avez pas compris, tout va bien.

Enfin : bien évidemment, il ne s’agit que d’exemples ; on pourra certes me répondre que ces définitions sont complètement idiotes, absurdes, voire de mauvaise foi, mais très honnêtement, quelles sont les qualités requises pour insérer « LOL » dans un dictionnaire ?

Vous avez votre réponse.

_________________________________________________________________

Le bruit du papier froissé se fit entendre lorsque le maître des lieux tourna une nouvelle page de son journal, les pieds sur son bureau. On pouvait lire en première page « Massacre de l’éditeur de dictionnaire : le coupable écrit « LOL » avec le sang du personnel avant de disparaître » ; Célia hésita quelque peu en voyant la chose, mais tenta finalement une remarque.

« Je… finalement… je pourrai l’avoir mon t-shirt ? 
- Mais ? Allons… Célia, souviens-toi, pourquoi t’ai-je choisie ? 
- Parce que je suis mannequin pour une marque de lingerie ?
- Oui, certes, mais pourquoi t’ai-je ramenée ici ? 
- … 
- Voilà. Tu sais très bien que je n’aime pas me répéter : les bureaux ne parlent pas. »

0

Et replaçant confortablement mes deux pieds sur le creux de ses reins, je repris la lecture de mon journal, grommelant contre ce mobilier de maison qui ne savait pas se tenir malgré l’honneur qui lui était fait. A l’avenir, tant qu’à l’envoyer chercher « lolita« , je lui ferai aussi lire « lobotomie« .

Et lolera bien qui lolera le dernier.