Le mariage gay est magique.

Non pas qu’il nécessite l’intervention d’un enchanteur ou de toute autre profession magique déclarée en préfecture (ex : consultant en consulting), mais tout simplement qu’à tant déchaîner les passions, il permet de révéler des choses extraordinaires. Ainsi, si le camp pro-mariage gay défend avec vigueur l’égalité pour tous, allant souvent jusqu’à l’adoption pour tous les couples, qu’importe les chromosomes des adoptants, les anti-mariage gays n’ont eux guère envie de voir la notion de "mariage" être bousculée et de découvrir deux hommes ou deux femmes échangeant des alliances ou se considérant comme une famille. Non parce que, sait-on jamais, peut-être que si on commence à unir des gays, il pleuvra des grenouilles, les rivières deviendront sang et peut-être même que Christophe Hondelatte sortira un nouveau single. Brrr.

Or, même si les deux camps restent d’accord sur le fait que Christophe Hondelatte chante aussi bien qu’il anime, ils n’en sont pas moins en désaccord sur la question de l’union homosexuelle. Parfois, avec des nuances subtiles du type "Non mais moi je suis pas contre le mariage homosexuel vous savez, c’est juste qu’ils peuvent bien avoir les mêmes droits, mais alors il ne faut pas que ça s’appelle mariage, parce que le mariage c’est entre un homme et une femme et surtout que si un jour je me marie, je veux pas que l’on puisse penser que je suis une grosse tapette". Les accusations d’homophobie vont bon train, mais c’est évidemment faux : l’homophobe, le vrai, ne peut être que pour le mariage gay : il faut être profondément cruel pour souhaiter à autrui de se retrouver à payer une cérémonie qui implique dans 90% des cas un DJ au nom à faire pleurer qui finira forcément, à un moment ou à un autre de la soirée, par diffuser du Patrick Sébastien en demandant à faire tourner les serviettes. Enfin, je dis ça mais je ne suis pas objectif : je préside l’association "L’égalité pour tous : supprimons le mariage et les DJ". Mon association "Supprimons les enfants" sponsorisée par l’amicale des fabricants de parpaings pour régler la question de l’adoption est elle toujours en attente de validation des statuts. Flûte.

Que disais-je ? Oui : qui dit débat sur un quelconque sujet de société dit souvent interventions absurdes. Or, cette semaine, nous avons été gâtés : trois groupes ont décidé d’unir leurs forces pour ruiner à peu près tout ce qui aurait pu ressembler à de la réflexion ou de l’intelligence. Mesdames et Messieurs, merci d’applaudir :

  • L’institut Civitas, sympathique groupe de catholiques intégristes qui n’a évidemment rien contre les gays (comme toutes les personnes contre le mariage gays), mais bon, hein, ho, c’est pas bien naturel tout ça
  • Le FEMEN, joyeux groupe de féministes dont la spécialité est de réaliser des opérations de protestation seins nus, même si les participantes sont bien trop jeunes : ce n’est qu’en vieillissant que l’on peut se servir de sa poitrine comme arme contondante
  • Les Anonymous, des pirates justiciers dopés au Biactol

Il n’y a pas de raison que les homosexuels n’aient pas le droit de faire la chenille avec beau-papa bourré : ça suffit les privilèges

Car pour ceux qui n’auraient pas la chance d’habiter le royaume de France ou qui auraient passé la dernière semaine dans un bureau de vote à Nice, voici un résumé des épisodes précédents :

Dimanche dernier, jour du Seigneur, l’institut Civitas et d’autres organismes trop vite oubliés ont décidé d’organiser une manifestation visant à protester contre le mariage gay, abomination contre-nature. Plusieurs dizaines de milliers de manifestants sont donc allés battre le pavé, mais pas que : car alors que la petite troupe marchait au son de divers slogans du type "Un papa, une maman pour tous les enfants" (les enfants qui vivent par exemple dans des foyers suite à divers malheurs sont bien plus heureux avec des éducateurs qu’avec deux papas ou deux mamans, c’est connu) et autres joyeusetés lorsque soudain, au milieu de la foule, un petit groupe d’infiltrés proches de Sam Fisher s’est révélé : les FEMEN !

Les féministes, toujours sur le front pour lutter pour plus d’égalité (du genre la sous-représentation dans les manuels de mathématiques, même si, si demain on inversait la représentation, on hurlerait au sexisme en disant que les manuels dépeignent des femmes qui ont toujours des problèmes pour compter toutes seules), avaient en effet réussi à entrer dans la foule sous la forme d’un petit groupe déguisé en nonnes. Mais telles certaines de mes fans à ma simple vue, il ne leur fallut pas plus d’une seconde pour faire tomber le haut et exhiber leur poitrine au tout venant.  Mais les bougresses avaient elles quelques douces inscriptions comme "Fuck god", "Fuck church" et autres joyeusetés. Comble du bon goût, ces dames avaient par ailleurs fait le choix heureux de s’équiper de petits extincteurs peints en blanc (ce que certains ont pris par erreur pour des bombes lacrymogène semble-t-il) marqués "Sperm" (oui, c’est léger), et dont le contenu a servi à oindre la foule les environnant au son de divers cris impliquant le fait de couvrir les gens de "Sainte Semence".

Vaguement titillés par les déguisements de nonnes mêlés aux seins nus, des divers "Fuck god" et surtout à force de se prendre de l’extincteur dans le museau, des manifestants sont devenus grognons (collégien, si tu ne connais pas le sens du mot "euphémisme", demande à tes parents – même gays – de t’aider à le chercher dans le dictionnaire)

Si.

Et ils leur ont donc pété la gueule jusqu’à ce que la police s’en mêle, mâtinant le tout de "Pute", "Salope" et autres termes des plus joyeux.

En conséquence de quoi, il y a eu indignation générale sur le fait de tabasser de jeunes femmes et de les insulter (c’est bien normal), avec même une proposition pour interdire Civitas suite à ces violences. Le tout suivi de près par, je l’ai découvert ce jour, un piratage du site de Civitas par les Anonymous. Celui-ci est donc désormais parfaitement inaccessible, et après avoir été félicités par FEMEN pour leur action, les Anonymous ont aussi reçu une vague de soutien sur Twitter.

Voilà.

Je…

Je crois que c’est à ce moment là qu’il faut quand même le dire :

Dans cette affaire, il faut croire que tout le monde a été complètement con.

Et pas qu’un peu, plutôt du genre "Tiens, si je m’enfonçais une pied de chaise dans une narine pour voir ce que ça fait ?"

Ce petit moment où les deux camps font des trucs tellement absurdes que vous n’avez envie de soutenir aucun des deux

Je ne vais pas m’étendre sur Civitas : je crois qu’il vous suffit de taper leur nom dans Google pour avoir plusieurs centaines d’articles expliquant pourquoi la violence c’est mal et condamnable, ce que personne ne remet en cause. Mais FEMEN et Anonymous par contre, eux, visiblement, ont le droit aux applaudissements pour s’être opposés à ces gens violents. Et pour avoir défendu l’égalité pour tous. Or s’il y a un truc rigolo chez les défenseurs 2.0 de "l’égalité pour tous", c’est qu’ils ont dû oublier de lire rapidement "égalité" et "pour tous" ; remarquez, ça laisse quand même le L apostrophe, c’est quand même déjà pas mal en soi (mais c’est vrai que c’est déjà un peu long à lire). Mais je m’explique.

L’égalité, c’est proposer un traitement égal. Pour tous, ça veut dire pour tout le monde. Je sais, c’est pas simple-simple, mais si, j’vous jure.

Par exemple, dire aux couples gays qu’ils ont autant le droit de s’unir que les couples hétéros, et ce, via un mariage en bonne et due forme. Sauf que l’égalité pour tous, ça veut aussi dire que l’on se montre égal sur d’autres droits, du genre, et à tout hasard, la liberté d’expression : le principe de celle-ci est que tout le monde a le droit de donner son avis, même si ce n’est pas le vôtre. C’est même le raisonnement invoqué par les FEMEN pour justifier leur action : comme quoi, c’est rigolo la géométrie variable de cette notion.

Du coup, censurer Civitas est probablement l’action la plus stupide qui soit : on applaudit bien fort les Anonymous qui comme toujours ont réussi à marquer contre leur camp en censurant un site au nom de la liberté, et en refusant des droits au nom de l’égalité. Ce qui a d’autres conséquences rigolotes : par exemple, dans un débat, c’est bien de savoir ce sur quoi l’argumentaire des gens qui ne sont pas d’accord avec vous repose. Ça permet de débattre, et ce qui est bien avec le débat, c’est que non seulement c’est une base de la démocratie, mais en plus, ça vous permet de faire grandir votre cause en allant convaincre des gens. En utilisant un truc il est vrai pas simple : le raisonnement.

A partir du moment où vous commencez à censurer, non seulement vous allez empêcher le débat, et donc d’expliquer en quoi untel a tort ou raison, mais en plus, cela permet à Civitas de se poser en victime.

Et donc de se radicaliser (s’il y en avait besoin).

Ce qui les renforce.

C’est beau.

Je pense qu’il y a des mecs qui doivent tremper leurs tartines dans des acides chaque matin pour arriver à ce genre de contresens. Ou alors, ils mangent à la même cantine que Ridley Scott.

Quant au FEMEN je… bon sang. Non seulement il applaudit des deux mains l’acte des Anonymous ("Merci de radicaliser nos adversaires pour qu’ils fassent preuve d’encore moins d’ouverture d’esprit et puissent passer pour des victimes après nous avoir tabassé ! Et merci d’empêcher l’accès à leurs argumentaires pour qu’on ne les démonte pas !") mais il va falloir m’expliquer : c’était quoi le but de l’action à l’origine. Faire de la com’ ? D’accord, mais pour dire quoi ? Il y avait un argumentaire derrière ? Non parce que j’ai cherché et je tombe sur ça :

Pourquoi Femen, un mouvement féministe, se mobilise-t-il pour le mariage pour tous ?

En tant que féministes, nous considérons que nous devons avoir un avis sur tout, pas seulement sur les sujets qui ne concernent que les femmes. Sur la mondialisation, sur le réchauffement climatique, sur tout.

D’accord, je suis votre raisonnement. Allez, on essaie de le tenir sur plus d’une ligne ?

Vous annonciez vous-même vouloir symboliquement«attaquer» la manifestation de Civitas…

Bien sûr, nous voulons attaquer les catholiques intégristes. Le mariage gay est une affaire laïque et on ne comprend pas pourquoi ils s’en mêlent

C’est un échec. Résumons : les féministes peuvent s’occuper de tout, mais les catholiques, non. C’est connu : les croyants ne peuvent pas penser à autre chose qu’à leurs croyances. S’ils tentent de le faire, le sol s’ouvre et ils tombent directement dans le 3e cercle de l’enfer. Comme ça, pouf pouf. Sinon, encore une fois, je rappelle, vous défendiez quoi, déjà, chez Femen ? "L’égalité" ? Quel drôle de concept.

Bref.

Je vous passe aussi les articles où l’on peut lire "Ils criaient "pute", "salope", j’étais choquée". dixit des gens qui avaient écrit "J’encule Dieu" ou "J’encule l’Eglise" sur eux. Je propose que l’on remette Civitas et le FEMEN ensemble sur une scène du Zénith, je suis sûr que ce sera une excellente occasion de faire une Tourette Battle. Quant au fait d’arroser des gens à l’extincteur en leur hurlant "C’est du sperme !", non seulement je pense que même Jean-Marie Bigard aurait réussi à faire plus léger, mais en plus je ne vois pas bien le message. A part "Houhouuuu ça vous dérange pas si on vous énerve un peu, là, comme ça, pour voir ? Il se passe quoi si je vous vide un extincteur dessus ?".

Non parce que si je suis la logique des ardents défenseurs de l’égalité qui ont le courage de militer sur Twitter et Facebook (bravo les enfants), j’imagine que si demain, à l’occasion d’une prochaine manifestation pro-mariage gay avec des gens de FEMEN, des militants de Civitas se pointent au milieu du défilé, se foutent à poil et arrosent la foule à l’extincteur en gueulant "C’est du sperme ! On vous encule !" et que curieusement, ça dégénère, on demandera la dissolution de FEMEN ? Anonymous bloquera leur site, et on dira que c’est bien fait pour les féministes et que Civitas a eu bien raison ?

Une des campagnes soutenues par nos amis Anonymous. Oui, hein ?

C’est vrai que ça serait égalitaire. Mais curieusement, allez savoir pourquoi, je pense qu’on hurlerait plutôt aux "méthodes ignobles et grossières de quelques extrémistes venus faire de la provocation". Ce n’est pas du tout comme si ça s’était déjà vu en plus, pfou. Mais bon, tant que ce sont des extrémistes de son camp, ça va, c’est cool. C’est pas comme s’il fallait se montrer intelligent, juste ou que sais-je pour garder un minimum de crédit.

Par ailleurs, puisque le FEMEN semblait agir pour défendre le mariage gay, permettez-moi de poser une autre question bête : pensez-vous qu’une seule personne, en France ou dans le monde, après cette action a décidé de passer en faveur du mariage gay ? "Ho mon dieu, elles arrosent les gens à demi à poil en hurlant des grossièretés ! Leur argumentaire a balayé mes préjugés et m’a convaincu !" ? Non parce qu’à mon avis, le seul truc qui a dû passer, c’est que des catholiques en faveur du mariage gay (si, il y en a, mais c’est vrai que c’est plus rigolo de mettre tout le monde dans le même panier quand on "lutte pour plus de tolérance") ont dû trouver fort intéressant d’apprendre que fuck god et fuck church, et peut-être se braquer un peu, voire décider d’arrêter de militer à côté d’andouilles comme le FEMEN. Donc, au mieux, le résultat est nul (ce n’est même pas une action de communication qui cherchait à mettre en valeur un quelconque argumentaire), au pire, ça a fait reculer la cause.

Mais dans tous les cas, ça a permis à chacun de se radicaliser, de mettre un bon coup de cutter à la notion d’égalité pour tous, de liberté d’expression, et même de débat démocratique (sans même parler de la notion de classe).

Alors, vraiment, Civitas, FEMEN, Anonymous : bravo. Grâce à vous, le débat pour lequel vous prétendez vous battre a reculé, et le niveau général est encore descendu un poil plus bas. En tout cas, vous pouvez au moins vous réconcilier sur un point : vous êtes tous "Pour l’égalité des droits pour tous, sauf pour les gens qui n’ont pas les mêmes préférences que moi".

Chapeau.

Et du coup, moi, je suis comme un con ; je voulais faire un "Ho, le beau site" sur Civitas, en montrant qu’ils s’étaient indignés sur le mariage gay avant même son arrivée en France, mais qu’ils n’ont pas réagi aux gens qui se sont mariés avec leur chien parce que "Un labrador okay, mais un gay, non", mais du coup j’en ai été privé. Bande de rabouins.

Il faudra donc que j’attende la prochaine manifestation de l’Alliance Vita sur les animaux, oui, les homosexuels, non intitulée : "Un papa – un teckel" pour enfin pouvoir constater toute la hauteur du débat.

Rah, bravo, je suis impatient maintenant.

J’ai, depuis quelques temps, la joie d’observer autour de moi de plus en plus de supporters du mouvement Anonymous.

Anonymes comme leur nom l’indique, masqués et indignés (comme à peu près 97% des gens pour un oui ou pour un non en ce moment), ces derniers n’hésitent pas à se constituer en force libre de l’internet, allant et venant de site en site dans leurs frêles esquifs numériques, attaquant le puissant, volant le riche et débusquant le criminel pour faire régner un ordre plus juste sur les mers agitées de l’internet. Brigands extraordinaires, de ceux qui suscitent l’admiration des masses de par leur capacité à faire les coups les plus audacieux avec panache tels Arsène Lupin, Robin Hood ou Patrick Balkany, ils disparaissent dans les limbes de l’internet après leur forfait sans demander leur reste, laissant garçons et filles rêver un jour de les rejoindre pour, à leur tour, lutter contre l’oppression 2.0  à grands coups de clics dans la gueule.

Pas de nom, pas de visage : à l’image du sous-commandant Marcos, la pipe en moins (c’est bien dommage, car comme le disait ma bonne amie Carla "La pipe, ça vous pose son homme"), ils n’agissent pas pour se mettre en avant, mais bien uniquement pour faire avancer la cause "hacktiviste". En voilà, un noble combat mes amis !

Pourtant, allez savoir pourquoi : ce mouvement ressemble curieusement à un vaste foutage de gueule.

Lecteurs, lectrices, je sais que vous êtes nombreuses et nombreux à soutenir la cause de ces valeureux combattants du net ; peut-être même, allez savoir, que certains d’entre vous ont la joie d’en faire partie, et n’hésitent pas à participer à quelques audacieux piratages visant à freiner les tentatives du Grand Capital de contrôler internet pour y freiner le partage de la culture, comme l’expliquaient, il y a peu, divers créateurs de web-vidéos réunis pour s’insurger contre ACTA, un projet de loi tout pourri pour internet (comme quantité de projets de loi sur le sujet, ce qui est assez mystérieux, à croire que c’est au concours de la loi qui ressemblera le plus à une copie de droit de Jean Sarkozy). Mais pourtant, il n’en demeure pas moins qu’il y a un truc à peu près aussi cohérent qu’un scénario de Luc Besson là-dessous

"Zyva bâtard, on défend la liberté d'expression, et si t'es pas d'accord, on va te bouillave ta gueule"

Ainsi, si un groupe de types se réunit, en Hongrie par exemple, pour faire justice soi-même, on appelle ça "une milice" et on parle de "grave dérive". Si aux Etats-Unis, des types décident de patrouiller dans leur quartier pour "faire régner leurs droits", on parle là encore de "milice" et de "grave dérive" (on peut aussi utiliser d’autres éléments de langage du genre "bruit des bottes", "heures les plus sombres de notre histoire", etc). Maintenant, si un groupe de types patrouille sur internet en décidant de faire la justice soi-même, on parle d’"hacktivistes" et de "combattants de la liberté". Parce que sur internet, ça va, y a pas mort d’homme, merde, c’est normal tout ça, vous savez. Et puis les pirates, d’abord, ce sont tous des gens gentils. Depuis quand il faudrait essayer de jouer dans les règles et de respecter les droits de tout le monde ? Hein ? C’est pour les faibles, ça !

Pirater, c’est plus cool ! Et puis tiens, on va porter des masques sortis de V comme Vendetta (même si on jurera que c’est pour l’origine historique dudit masque), parce que c’est justement un film cool de rebelle cool avec Natalie Portman cool. Il y a 10 ans, Anonymous aurait sûrement utilisé des savonnettes comme masques, parce que la vraie rébellion était incarnée par Fight Club. Mais pour le coup, avoir des manifestations sponsorisées par Monsavon, c’eut été un peu plus compliqué pour niquer le système.

Alors, on me dira "Non mais ho, c’est quoi ces préjugés de merde ? Anonymous ils luttent contre les méchants ! Ils ont même dénoncé des pédophiles !"

Ah, mais ouais : les pédophiles, comme ça touche les enfants, c’est le boulot des bons citoyens de s’en occuper, surtout pas des forces de l’ordre malheureux ! D’ailleurs, si on a inventé les procédures de police, c’est juste pour emmerder le bon peuple. Du coup, Anonymous a eu l’idée géniale de s’attaquer à un réseau informatique de pédophiles et de balancer tous les identifiants, histoire de :

  1.  Les livrer à la vindicte populaire, parce qu’ils ne méritaient pas mieux façon "Moi, je suis contre la peine de mort, à part pour les violeurs et les pédophiles"
  2. Faire que tout flic occupé à surveiller le réseau pour attraper ce beau monde à ce moment là a eu la joie de se voir fiché comme pédophile
  3. Faire que tout pédophile qui traînait dans le coin a eu l’opportunité de voir qu’il était repéré par des amateurs, et a donc pu se barrer et prendre les mesures qui s’imposaient

Et donc, de faire échouer à peu près toute tentative de faire un truc efficace. Les bougres s’en sont donc non seulement vantés, mais en plus, ont été applaudis pour ça par leurs supporters.

"Bravo les gars, ce que vous venez de faire, ça revenait à peu près à repérer une réunion de criminels dans une grange et à rentrer dedans en tirant en l’air pour disperser tout le monde. Encore une mission réussie."

Idem, l’une des actions phares de nos amis d’Anonymous fut une bataille rangée contre les scientologues, suite à une sombre histoire de retrait d’internet d’une vidéo de Tom Cruise (alors que moi, je suis prêt à payer pour que l’on fasse pareil avec ses films), sur laquelle les scientologues avaient les droits, et qui avait été publiée sans leur autorisation (ils demandaient donc son retrait des sites l’ayant publié). Du coup, la guerre a été déclarée, et les Anonymous n’ont pas hésite à s’opposer aux scientologues en faisant par exemple planter leurs sites. A l’occasion, ils firent aussi le coup contre le Vatican, parce que là encore, ils n’étaient pas d’accord avec eux. Ah, les enfoirés !

Planter les sites d’autrui au nom du "combat contre la censure" et la "liberté d’expression", c’est vraiment beau. Chapeau, les Anonymous (et pourtant, je n’ai pas vraiment d’amitié pour les scientologues).

Avant V comme Vendetta, on était Anonymous avec d'autres films cultes

Evidemment, l’une des techniques de défense du groupe consiste à dire "C’est pas nous, c’est des gens qui se revendiquent de nous", ce qui est très pratique lorsque l’on est pas structuré. Parfois, un Anonymous ajoute "C’est un mec de chez nous qui a joué les loups solitaires", mais on lui tape derrière la tête très vite en faisant les gros yeux parce que merde, si on distribue des techniques de piratage aux gens et après qu’ils s’en servent, c’est pas notre faute. Cela permet aussi de faire des revendications à géométrie variable, afin de s’assurer le soutien constant du public.

Par exemple, l’an dernier Anonymous s’en est supposément pris au Playstation Network. Ce qui a donné la stratégie de communication suivante :

"PSN : Ho non ! On a planté ! Et quelqu’un a eu accès aux informations privées des joueurs !
Anonymous : Hahaha, ça vous apprendre à récupérer des données utilisateurs sans autorisation ! Pour la peine, nous avons volé les données de vos utilisateurs sans autorisation !
PSN : Heu… attendez, mais c’est con ? 
Anonymous : Oui bon, on a fait pareil que vous mais en pire puisque personne ne peut savoir ce qu’on fait de ce qu’on a récupéré, sauf que nous, on l’a fait parce que… heu… on est gentils ?
PSN : Okay. Bon, le public, c’est Anonymous qui a tout planté le système.
Le public : BOUUUUUUUUUH ! Nos jeux ! BOUUUUUH Anonymous !
Anonymous : Ho merde, on va être impopulaires ! Ho ho ho, non mais en fait, on va dire que c’est pas nous, qu’on a rien à voir avec tout ça, parce qu’on a pas d’organisation et que ça doit être quelqu’un utilisant notre nom. Voilà. Allez, reprenons et répétez après nous : nous sommes les gentils."

0

Et quelques mois plus tard…

"PSN : Bon, on a trouvé un des piratins qui nous a attaqué, on va lui faire un procès. 
Anonymous : BOUUUUUUUUH !
PSN : Je croyais que vous n’aviez rien à voir avec ça ? Vous n’auriez pas dit ça JUSTE pour continuer d’avoir la sympathie du public alors que vous avez fait n’importe quoi, par hasard ?
Anonymous : PAS DU TOUT ! Pour la peine, et au nom de la liberté d’expression et au nom du refus de la censure, on va planter vos sites. Ca vous apprendra à ne pas être d’accord avec nous."

0

Et malgré tout, ces milliers de gens de par le monde continuent de mettre un beau masque de Guy Fawkes persuadés qu’il s’agit là du symbole de la liberté libre et pure, quand bien même c’est en fait un peu l’opposé de ce principe. C’est beau.

Evidemment, on me rétorquera qu’Anonymous n’a pas hésité à se mobiliser à plusieurs reprises pour lutter contre des choses aussi vilaines qu’Hadopi ou la fermeture de Mégaupload au nom du partage de la culture (piratage de moult sites, dont l’Elysée), en participant à la mise en place d’une vaste mobilisation contre ces scandales honteux. Ce qui reste d’ailleurs l’un des grands mystères d’internet : si un projet de loi pourri est proposé pour limiter le téléchargement illégal, on se dresse et on s’insurge au nom de la libre circulation de la culture, par contre, quand il s’agit de la libre circulation des gens ou des richesses, on s’en branle un peu. On s’insurge contre ce qu’on peut, merde.

Héroïque, comme dans "J'ai cliqué sur un lien sur Twitter, tremble monde libre"

Alors, vraiment, si vous aussi, vous aimez le principe d’empêcher l’expression de ceux qui ne sont pas d’accord avec vous et de censurer les censeurs car la loi du talion a toujours été une réponse de qualité, et si en sus, vous pensez que c’est aux citoyens de faire la justice en tant que juge et partie, alors je vous en prie, n’hésitez pas à vous sentir fiers et rebelles comme une lycéenne avec Che Guevara sur son sac parce que c’est "la révolution" en affichant votre soutien aux Anonymous et leurs doctrines de qualité. Surtout que c’est grave à la mode.

Sinon, pour les autres, vous pouvez m’aider à participer à mon grand projet "Passons pour les sauveurs du monde à peu de frais", en demandant à HBO de distribuer la prochaine saison de Game of Thrones uniquement sur des galettes de riz qui seront balancées dans les zones de grande famine.

Allez savoir pourquoi, mais je parie que soudainement, les Anonymous sentiront le vent de la justice gonfler leurs voiles, et qu’ils mobiliseront tout le net s’il le faut pour que l’on nourrisse ces pauvres jusqu’à ce qu’enfin, ils arrêtent de manger les galettes gravées pour qu’elles puissent être récupérées et lues en paix.

Ah, le combat pour la justice et la liberté. C’est simple comme la défense de ses petits intérêts, en fait.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 5  824 followers