"Diego, couche-toi !"

Le serviteur se jeta au sol, esquivant de justesse la rafale de projectiles qui vint s’écraser en crépitant sur le véhicule voisin. Se relevant péniblement  pour s’adosser à la berline, Diego observa son maître occupé à jeter un coup d’œil par-dessus une portière entrouverte et malmenée.

"Bon sang Monsieur, comment nous ont-ils encerclés comme ça ?
- Je l’ignore Diego. A cette saison, les mauvais films sont plus nombreux, plus sauvages, mais tout de même. Je n’en ai jamais vu autant. Et pourtant, j’en ai vu des étés. Mais là : R.IP.D Brigade Fantôme, The Lone Ranger, Insaisissables, Crazy Joe…
- Oui mais… attention !"

0

Diego se baissa pour laissa la place à son employeur qui fit claquer son Maüser à plusieurs reprises pour repousser un assaillant qui recula en grognant.

"Bon sang, il est agressif celui-là ! C’est lequel ?
- World War Z, il essaie régulièrement de venir squatter celui-là. Mais je ne peux pas être partout, et encore moins là où il y a des zombies, c’est un blog sérieux ici. On va se contenter de le repousser. Tout au plus on dira que c’est un film dans lequel les zombies sont quelque part entre Dr House et Lassie et puis basta. 
- Mais il y a trop de merdes à spoiler Monsieur ! Il faut bien commencer par une !
- Alors on va faire celle-là là-bas."

0

Suivant le regard de son maître, Diego fronça les sourcils en voyant un mauvais film à quelque distance de là.

"Celui-là ? Wolverine : le combat de l’immortel ? Mais pourquoi ?
- Parce qu’il le faut Diego. Te souviens-tu du premier volet ?
- Je… je crois que j’en rêve parfois.
- Tu te rappelles ? Toute l’intrigue qui reposait sur une équipe scientifique qui a le choix entre deux cobayes, un volontaire et l’autre non, et qui choisit le second et du coup passe tout le film à s’emmerder ?
- C’est vrai que c’était pourri. 
- Alors on va commencer par celui-là. Tu es prêt Diego ?
- Non."
0

Hélas, comme il s’y attendait, son employeur se contenta de prendre son habituel sourire sadique puis de ricaner en lançant :

"Spoilons, mes bons !"

___________________________________

L’affiche : oooh, mais qu’est-ce que je lis tout en bas ? "En 3D". Et vous connaissez le proverbe : "If you can’t do it right, do it in 3D"

Notre film s’ouvre sur la paisible cité de Nagasaki un beau matin de 1945. Alors que le peuple japonais se prépare à une nouvelle grande journée à une époque bénie où la Japan expo n’existait pas encore, voici qu’un bruit de moteur trouble le ciel : un gros B-29 est en train de se traîner paresseusement jusqu’au dessus de la ville, ce qui n’inspire guère confiance aux locaux qui ont appris que l’autre jour, il s’était un peu passé la même chose à Hiroshima et que ça a provoqué un bond technologique local en matière de lyophilisation. C’est donc au son de "On avait dit qu’on attaquait pas les points de respawn !" que les soldats du cru lancent les sirènes et que tout le monde se met à courir dans tous les sens.

Tout le monde ? Non. Yashida, un jeune soldat affecté à un camp de prisonniers décide de libérer les soldats américains pour leur donner une chance de s’en sortir, et ce sans que ses officiers ne disent rien puisque c’est connu, les japonais étaient d’une courtoisie légendaire avec leurs hôtes. Seul un prisonnier occidental ne peut fuir : un certain Logan, alias Wolverine (je serais curieux de savoir comment ils l’ont capturé sachant que le film repose sur le fait que les armes ne lui font rien, mais passons, peut-être ont-ils utilisé un très gros collet avec un tapas comme appât), car il a été enfermé dans le seul bunker du coin puisqu’étant difficile à contrôler. Attendez, je me relis… oui, c’est ça : des types craignant des bombardements ont filé leur seul et unique bunker à un prisonnier qu’ils n’aiment pas trop.

D’accord. Remarquez, après Man of Steel, plus rien ne m’étonne sur le sujet.

Toujours est-il que le soldat Yashida brise les cadenas empêchant Logan de quitter sa planque, puis en bon soldat japonais, il court rejoindre ses petits camarades, occupés à se suicider avant même que la bombe américaine ne touche le sol (si l’on en croit ce film, il aurait donc suffi aux américains de larguer des trucs sur le pays pour que tout le monde se suicide : pourvu qu’ils ne connaissent jamais la famine, sinon ça va être le bordel en cas de largage de ravitaillement de l’ONU). Mais alors que le bougre hésite, ses petits camarades ayant déjà lancé une opération de trifouillage de leur propre bidou à coups de lame, la bombe atomique tombe sur Nagasaki et une énorme boule de feu se forme et commence à grossir jusqu’à atteindre le camp de prisonniers, un peu à l’écart.

Sauf que Wolverine étant un mec sympa, il ne veut pas laisser mourir ce pauvre petit soldat du soleil levant si gentil avec ses prisonniers : il court donc l’attraper, retourne avec lui dans son petit bunker, et alors que la température commence à monter si fort que les petits vieux dans un rayon de quelques kilomètres se sont instantanément transformés en pruneaux, Wolverine se couche sur son camarade et essaie de le protéger de son mieux avec des éléments du bunkers qui traînent, histoire d’éviter de le voir finir en grillade. L’apocalypse ne dure qu’un temps, et bientôt, c’est donc un Yashida un peu choqué qui ouvre les yeux pour découvrir son sauveur tellement brûlé qu’il ressemble à un steak trois poivres anthropomorphe mais… se régénère sous ses yeux !

"Mais… mais tu es… 
- Oui je suis un mut…
- Tu es le glouton !"

0

Oui, je sais. Car oui : évidemment, le japonais, le baptise aussitôt de l’équivalent japonais de Wolvérine, ou "glouton" en français. Non parce que c’est vrai : voir un type se régénérer suite à une explosion atomique, ça fait forcément penser à un animal dont la principale spécialité connue est de taper dans le panier de pique-nique des trappeurs ou déféquer entre les framboises. Alors de deux : soit au Japon, le glouton est un animal particulièrement dangereux et vaguement immortel ce qui est peut-être une conséquence de Fukushima, soit notre bon Yashida est tout simplement complètement con. Toujours est-il qu’en remerciement de ce sauvetage, il propose d’offrir son katana à Wolverine, qui refuse ne souhaitant pas s’encombrer. Mais comme l’asiatique insiste, il lui explique que bon, okay, il veut bien le sabre, mais c’est Yashida qui aura la garde, merde, éventuellement il viendra le voir une semaine sur deux. Après un dernier conseil de Yashida, à savoir "Si jamais ça devait te servir dans le film, sache qu’un sabre japonais se tient toujours à deux mains", les deux se séparent.

Bondissons dans le temps et retrouvons donc Logan au XXIe siècle, vivant désormais en vieil ermite hirsute dans une forêt canadienne. Enfin, quand je dis "vieux" : n’oubliez pas jeunes gens que notre héros se régénère en permanence et ne vieillit donc pas. Et coup de bol, son pouvoir ne s’est pas activé trop tôt, le bloquant dans un corps d’ado boutonneux. Bref, plutôt que d’être condamné à une éternité de Biactol, Logan s’est condamné tout seul à une vie de solitude : en effet, il est toujours poursuivi par les événements des précédents films X-Men, et particulièrement par le fait qu’il a dû péter la gueule à son seul amour, Jean Grey, qui était devenue un peu taquine et essayait par exemple d’exterminer l’humanité. Son seul ami est désormais Pompon, un grizzli coquin qui aime bien pêcher la truite à coups de griffes, chasser l’orignal à coups de dents, et faire de l’exhibitionnisme à proxmité des chemins de randonnée (quel coquin ce Pompon). Seulement voilà : un jour, Logan constate que les piles de sa petite radio (dont il se sert pour écouter de la musique classique, mais tout le monde sait qu’il écoute les Grosses Têtes et Nicki Minaj quand personne ne le regarde) sont en train de lâcher, et se rend donc en ville pour en acheter de nouvelles. Et note sur place que des chasseurs sont en train de préparer diverses armes pour aller pratiquer leur loisir préféré. Rien d’extraordinaire, donc.

Pour rappel, voilà ce qu’est un wolverine ou "glouton". Ah, ça fait moins son malin.

Sauf que la nuit suivante, Logan est réveillé par des cris comme "Aaaah !" "Ooooh !" ou "Pompoooon, enculéééééééé !" (ah, ces chasseurs) et allant chercher l’origine de tout ce bordel parce que merde, il y a des clodos sylvestres qui aimeraient bien pioncer, il découvre le campement des chasseurs ravagé. Et en suivant les traces d’ours voisines, tombe sur Pompon, visiblement bien mal en point quand bien même seul un carreau d’arbalète de chasse l’a touché : des carreaux empoisonnés ! Ni une, ni deux, Logan achève son ami condamné d’un bon coup de griffes puis s’en va en ville, quelque peu bougon pour tirer cette histoire au clair, voire péter quelques gueules, histoire de.

Dans le bar local, l’un des chasseurs est en train d’expliquer que le grizzli a tué tous ses amis, et que seul lui s’en est sorti, ce qui le rend très triste car il n’a plus personne avec qui chasser la galinette cendrée. Logan vient donc le trouver, et lui plante dans la main le carreau d’arbalète qu’il a ôté de son ami feu le nounours, comme ça, pour déconner, parce que ça brise la glace et permet de converser de manière plus posée. Puis le torture un peu pour lui faire reconnaître qu’il utilise des carreaux empoisonnés interdits, ce qui a rendu le grizzli fou et est donc à l’origine de la mort de ses copains chasseurs.

Et, oui, en plein milieu du bar. Parce qu’au Canada, torturer les gens dans un endroit public est autorisé entre 8h et 22h sauf à proximité d’un groupe scolaire, comme chacun sait.

Toujours est-il que le ton monte un peu quand même (il serait temps) et que Wolverine commence à mettre des claques aux quelques personnes qui viennent défendre le vilain chasseur. On frôle la boucherie grâce à l’intervention d’une jeune asiatique qui s’interpose et demande à tout le monde de se calmer. Et explique même à Wolverine qu’il est inutile de se fatiguer : les trois hommes avec qui il se battait dans le bar mourront dans très exactement une semaine dans un accident de voiture.

"Hein ?" fait Wolverine, intrigué, avant de fuir les lieux avec la jeune fille des fois que, à tout hasard, quelqu’un ait appelé la police. Et tous deux disparaissent donc dans la nuit à bord du véhicule de la damoiselle qui, lors des plans intérieurs est toutes lumières allumées, et lors des plans extérieurs, toutes lumières éteintes parce que la réalisation, c’est un métier difficile, voyez-vous. Dans tous les cas, la discussion s’engage.

"Bonjour Wolverine, je suis si heureuse de vous avoir trouvé !
- Je ne suis plus Wolverine parce que je suis un héros torturé. Appelle-moi Logan. 
- Si tu veux Wolverine. 
- Je… bon, je vais faire comme si de rien n’était. Qui es-tu ? Pourquoi me cherchais-tu ?
- Je suis Yukio, et mon employeur, Monsieur Yashida, voulait absolument vous revoir.
- Ce qui n’explique pas comment tu m’as trouvé sachant que je vivais dans les bois avec Pompon l’ours et pour seul contact avec la civilisation un achat de piles tous les trois mois. C’est Pompon qui m’a balancé c’est ça ? Je lui ai toujours trouvé un côté un peu pupute. Alors, comment ?
- Heu je… hem ce… ce n’est pas très intéressant.
- Ah nan mais si parce que du coup ça veut dire que tu es super forte et peux retrouver n’importe qui n’importe où ! Bon, alors, il est où Magnéto ?
- Hem, je propose de changer de sujet et de revenir au script. Vous ne voulez pas savoir pourquoi Monsieur Yashida veut vous revoir ?
- Okay : pourquoi Monsieur Yashida veut me revoir ?
- Hé bien parce qu’il va mourir, il est tout vieux, là on sent qu’il va claquer le papy. Du coup, il tient à vous revoir une dernière fois pour vous faire ses adieux. Ho, et il vous fait remettre ce splendide katana sur lequel il a veillé toute sa vie mais dont la propriété vous revient.
- Super. Bon, où je le retrouve ? 
- A Tokyo.
- Rooooh, relou. Bon, je veux bien, mais alors je n’y reste pas plus de 24 heures. 
- Paaarfait. Je vous conduis jusqu’au jet privé qui nous attend."

0

Wolverine et Yukio se rendent donc à un aéroport du cru et sautent dans un jet de la compagnie Yashida, puisque le petit soldat que Logan a connu est devenu multimilliardaire depuis (jamais les héros ne connaissent de vulgaires ploucs : c’est comme les gens avec des vies antérieures déclarées, personne ne se souvient avoir été paysan dans les Deux Sèvres, tout le monde a été princesse, empereur ou courtisan). Dans l’avion en tout cas, Wolverine finit par poser une bonne question (si) :

"Au fait, dans le bar vous avez prédit la mort des trois mecs qui m’emmerdaient. Comment donc ?
- Bah en fait, je suis une mutante et j’ai le pouvoir de lire l’avenir. Mais je vois juste la mort des gens, c’est un peu pourri.
- Ça doit quand même être pratique pour faire des paris. Bon et alors du coup, je meurs quand moi ? Et papy Yashida ?
- Je propose de ne pas en parler. Histoire de ne pas pourrir le spectateur de suite.
- Okay."

0

L’avion se pose donc à Tokyo et alors que le soir tombe sur la ville, Wolverine est emmené à la résidence Yashida où des dizaines de vigiles montent la garde, puisque dernièrement, les Yakuzas, la mafia locale, ont tenté de s’infiltrer dans l’endroit et ont menacé le clan. Wolverine découvre donc les différents protagonistes peuplant l’endroit :

  • Papy Yashida : il a bien vieilli depuis Nagasaki, mais il est pété de thunes. C’est la Liliane Bettencourt du film.
  • Papa Yashida : c’est le fils de Yashida. Il ne sourit jamais et a l’air très jaloux en permanence. Spectateur, ne vois-tu rien venir ?
  • Pipounette Yashida : c’est la fille de Papa et petite fille de Papy. Elle semble a voir été conçue dans une cuve à niaiserie à partir de barbe à papa.
  • Jean-Jacques : c’est le fiancé de Pipounette. Il est ministre de la justice. Oh, vous ai-je dit qu’il portait un bouc et une moustache ? Vous savez ce que ça veut dire, vous pouvez ranger vos détecteurs de traîtres.
  • Je-suis-gentille-je-le-jure : c’est la cardiologue de Papy. Elle est blonde, russe et mystérieuse.

Misère, c’est moi ou tous mes détecteurs de poncifs sont dans le rouge ?

Je-suis-gentille-je-le-jure : ah non vraiment, on ne voit rien du tout venir. Elle sent tellement la gentillesse, l’innocence, la pureté et limite les carambars.

Bref : après avoir fait un brin de toilette (rasage de barbe & co : rappelons que les poils de notre héros repoussaient après une explosion atomique, mais ne le font pas après un passage chez le coiffeur, ne me demandez pas pourquoi, peut-être utilisent-ils du shampoing à la kryptonite) Logan est emmené voir Papy Yashida dans son infirmerie locale, où les dernières technologies des industries Yashida sont mises à sa disposition : un lit constitué de pistons métalliques super inconfortables (j’ignore qui a eu l’idée, mais ça a l’air fin nul et ne sert qu’à cramer du budget effets spéciaux) mais qui permet de surveiller tout ce qu’il se passe dans le corps du patient, moult écrans, et dans des bocaux, des sortes de minuscules poulpes métalliques dont un semble, si l’on en croit les écrans précédemment évoqués, être dans le corps de Papy Yashida, accroché à son cœur façon pacemaker futuriste. Papy semble très heureux de voir Wolverine.

"Logan… Logan, mon vieil ami… tu n’as pas changé, ton don est… fantastique !
- Ouais, c’est pas mal.
- Mais tu le considères comme une malédiction. Tu aimerais mourir, n’est-ce pas ? Enfin trouver le repos ? Je peux t’offrir cette mort que tu désires.
- Je… c’est vrai que j’y pense Papy ? Mais comment ?
- Hé bien j’ai fait moult recherches grâce à ma super fortune. J’ai découvert qu’il était possible que tu transfères ton don à quelqu’un d’autre…
- Comme ?
- Hem je… grmbll… je pensais à… heu…
- Nabila ?
- Nooooon, nooon… à… hem. A moi.
- Ah. Oui mais non, c’est pas possible.
- Ah bon ?
- Oui parce que ma capacité de régénération est connue pour éjecter les corps étrangers. 
- …
- Corps étranger. C’est une blague raci… rooh, bon, laissez tomber. Vous savez quoi ? Allez vous faire voir.
- Très bien. Tant pis Logan : adieu ! Ho attends, juste avant, t’ai-je montré cette tapisserie qui n’a rien à faire là expliquant que mon clan est protégé par des ninjas ? Oui ? Bon alors tu peux te casser maintenant."

0

Tout le monde est très déçu de savoir que Wolverine n’est pas prêt à sauver Papy, mais après tout, c’est son droit. Notre homme est donc invité à passer la nuit sur place, et après lui avoir prêté un pyjama en pilou, le bougre va faire dodo. Et comme toujours, rêve de son amour perdu à qui il ferait bien des bisous. Mais alors que ses songes deviennent toujours plus intenses et que l’on commence à être en droit de craindre pour les draps et les pyjamas de prêt, le rêve de Logan change et il rêve de Je-suis-gentille-je-le-jure qui lui roule un gros patin des familles contenant, entre autres, un des poulpes mécaniques qu’elle mettait dans le corps de Yashida.

Notre héros se réveille donc un peu paniqué puisque le Japon a l’air de changer jusqu’à ses songes : même ses rêves cochons se mettent à impliquer des poulpes histoire de tourner au hentai. Accessoirement, il y a aussi un peu de bordel dans la résidence : Papy vient de passer l’arme à gauche, et on annonce l’enterrement pour le lendemain : Logan accepte de rester le temps de celui-ci. L’occasion pour lui de se préparer et d’obtenir quelques informations :

  • Yukio n’a pas vu venir la mort de Papy, ce qui est louche. Et accessoirement, elle n’est pas une vraie Yashida. Elle est orpheline et Papy l’a adoptée parce que Pipounette n’arrivait pas à se faire des amies. Grosso modo, c’est donc le pokémon de Pipounette.
  • Pipounette semble n’être appréciée ni de son Papa, ni de son Jean-Jacques de fiancé. Elle est limite en nervous-breakdown.
  • Je-suis-gentille-je-le-jure a été recrutée par Papy, personne ne sait d’où elle sort et on insiste bien sur le fait qu’elle est super-über-mystérieuse.

Wolverine se contente de sourciller un peu en découvrant tout cela, mais sans plus. Il se rend donc avec le reste de la troupe directement à l’enterrement de Papy, dont personne n’a finalement vraiment vu le corps, d’ailleurs il ne sera pas exposé, d’ailleurs personne n’a eu le droit de s’y recueillir, d’ailleurs maintenant qu’on y pense, c’est quand même vaguement suspect, mais personne n’évoquera le sujet, pas même son fils ou sa petite-fille, parce que bon, hein, vous savez, ça a tellement peu d’intérêt.

Pendant que les spectateurs ont déjà deviné la fin du film en baillant, la cérémonie funèbre commence (un simple autel avec une photo dédicacée), le tout sous haute surveillance puisque le ministre de la justice est là, et qu’en plus le clan Yashida est menacé par les Yakuza. Sauf que non seulement les Yakuza ont infiltré la place, mais en plus, ils sont au moins 50 !

Tiens, on dirait un agent de sécurité. Vous voudriez dire que lui non plus n’a pas remarqué des dizaines de mecs surtatoués entrant avec, pour rappel, des fusils à pompe ?

Balaises les mecs.

En plein milieu de la cérémonie donc, les vilains gangsters se révèlent et commencent à mitrailler à tout va. Les 250 gardes du ministère de la justice ainsi que ceux du clan Yashida se font donc abattre en environ une milliseconde (ou plutôt : on en parle plus), pendant que Wolverine décide lui qu’il est temps de distribuer des baffes. Et en effet : il tabasse quelques Yakuzas, mais constate qu’il a un petit souci : son corps ne se régénère plus ! Remarquez, il le constate en se mangeant des coups de fusil à pompe, de mitraillette, de pistolet & co, mais il va bien quand même, c’est gentil de vous inquiéter, il se contente juste de boiter un peu (quel réalisme). Logan constate aussi que depuis un toit, un mystérieux archer l’aide à cartonner les brigands (mystérieux archer qui était là depuis le début de la cérémonie, bien visible, mais aucun garde ne pensait à regarder les toits à 2 mètres au-dessus du sol où il ne se cachait même pas, ou alors derrière une demi-tuile). La bagarre se poursuit, Logan tentant de protéger Pipounette comme il le peut, et finalement, il se retrouve à courir dans Tokyo, criblé de balles, en luttant contre les quelques méchants restants (les gentils, eux, genre les gardes, la police ou autre, sont tous partis cueillir des fleurs) jusqu’à parvenir à sauter dans le shinkansen, le TGV japonais en partance pour le sud.

L’occasion d’avoir quelques instants de répits, et de discuter avec Pipounette, dont les répliques ont été écrites par un élève de CM1 qui "doit faire des efforts ce trimestre" comme on dit dans les milieux autorisés (comprendre "est con comme une brique").

"Pipounette, bon sang, que s’est-il passé ?
- Je n’ai pas besoin de vous Monsieur Logan.
- Pardon ? On sort juste d’une scène où tous vos gardes sont morts et où sans moi, vous vous faisiez kidnapper par une hordes de Yakuzas grognons.
- Je ne vois pas le rapport. Je vais plutôt écouter mon baladeur car vous savez, je ne suis pas du tout choquée par une fusillade à l’enterrement de mon grand-père. Et ce qu’a à me dire l’homme qui m’a sauvé la vie et ses pouvoirs mystérieux ne m’intéresse pas.
- Okay, ce film est à chier. Bon, et maintenant ?
- Maintenant je vais aller me cacher dans une propriété familiale dans le sud du pays. Le premier endroit où l’on pensera à venir me chercher.
- Bon, vous êtes donc juste stupide. Vous savez quoi ? Je vais aux toilettes et on en reparle."

0

Wolverine s’absente donc dans les toilettes de la voiture pour découvrir qu’en effet : il ne se régénère plus (du coup ses blessures aux mains devraient rester quand il rentre ou sort ses lames, non ? D’ailleurs, ses lames, même si couvertes d’adamantium, c’est un pouvoir de mutant à la base, non, puisqu’elles étaient en os à l’origine ? Donc du coup, elles devraient aussi être bloquées, que je sache ? Bon, remarquez, je chipote : Wolverine n’est jamais que le titre du film et son personnage principal, c’est donc facile d’oublier ce genre de détails).  Bref, Logan s’exclame que roooh, bah crotte de bique, qu’est-ce qu’il se passe ? Bon, remarquez, il ne se demande pas du coup comment il a pu survivre a autant de balles, ça va, il n’est pas très curieux, et se contente de nettoyer ses blessures avec du papier toilette et une demi-bouteille de Volvic. Mais se passe alors l’événement le plus inadmissible qui soit :

Alors qu’il est dans le coin toilettes, des Yakuzas débarquent dans le train (ils sont probablement montés quand… heu… quand… mais siii, vous savez pendant que… bon, allez, ils sont là). Wolverine ne peut donc même pas faire caca en paix, il est obligé de sortir pour leur refaire la margoulette, ce qui est réglé au cours d’une séquence durant laquelle notre héros fait des trous gros comme les gens qu’il balance à travers dans un train allant à 500 kilomètres heures sans que personne ne le remarque, combat sur le toit sans jamais se faire électrocuter comme le premier galopin venu, saute dans tous les sens et plante ses griffes dans la structure sans que personne n’entende le moindre bruit, et regagne finalement l’intérieur tranquillement après avoir claqué tout ce qui était vaguement jaune et tatoué dans le coin (un certain nombre de japonaises ont donc pris cher, mais ont eu le temps de hurler "Sugoïïï !" en se faisant étriper par Hugh Jackman).

Un peu vexé par cette téléportation de Yakuzas directement dans le train, Wolverine décide de descendre avec Pipounette au premier arrêt, et d’aller prendre un hôtel pour la nuit avant de reprendre la route vers le sud. Mais si, vous savez, vers la propriété familiale connue de tout le monde où Wolverine ne voulait pas aller parce que ça lui paraissait stupide : hé bien il a oublié et trouve maintenant l’idée géniale. Soit.

Toujours est-il qu’à l’hôtel, Wolverine finit par se sentir un peu mal, probablement après avoir perdu son 17ème litre de sang coulant de ses blessures, et finit par obtenir quelques soins discrets l’obligeant pour la première fois à être recousu. Mais là n’est pas le sujet : pendant que lui et Pipounette discutent tranquillement du fait qu’il a perdu ses pouvoirs de régénération et qu’il commence fortement à soupçonner Je-suis-gentille-je-le-jure de lui avoir fait un truc qu’il n’aurait en fait pas rêvé (à noter que d’habitude, Wolverine est réveillé par un pet de poule à 500 mètres, mais quand c’est pour se faire rouler des patins à base de poulpe mécanique par la première cardiologue venue, il ne se réveille pas ou ne sort pas ses griffes par réflexe alors qu’on l’agresse, ce qu’il fait pourtant dans 100% des autres cas, c’est beau). Et ça tombe bien, puisqu’ailleurs en ville, Je-suis-gentille-je-le-jure se promène dans les rues bondées d’un quartier chaud quand elle est abordée par un homme d’affaire un peu enthousiaste qui lui propose de venir voir son stylo-plume. Mal lui en prend car la bougresse lui roule un patin sur le champ…

… et le type se met  alors à développer instantanément toutes les maladies possibles et imaginables, son visage se couvrant de pustules alors qu’il meurt, foudroyé.

Pour ceux qui douteraient : l’homme que vous voyez sur cette image et qui ne se régénère plus a pris deux balles de pistolet, une rafale de mitraillette, un coup de fusil à pompe et divers coups d’armes blanches et contondantes. Mais il court encore tranquillement, merci.

Oui, Je-suis-gentille-je-le-jure est en fait une méchante ! Vous ne vous y attendiez pas, hein ? Son nom de mutante est "Vipère" et son pouvoir est de pouvoir refiler toutes les maladies possibles et imaginables si j’ai bien compris. Et ce n’est pas peu dire : la dernière fois que j’ai vu autant de MST dans un seul endroit, c’était en ouvrant Closer, alors tout de même, ça fait peur !

Pardon ? Oui, elle vient de tuer quelqu’un au milieu d’une foule de plusieurs centaines de personnes, pourquoi ? Roooh, comme vous y allez. Le Japon a dû adopter la même loi que les bars canadiens sur la tolérance de la baston, torture et meurtre en public, que voulez-vous que je vous dise ? Vous voyez un établissement scolaire à proximité ? Alors suivez un peu, merde.

Bref : Vipère va donc retrouver dans un coin le mystérieux archer qui avait protégé Pipounette durant l’enterrement de son papy. Nous l’appellerons donc Bob histoire d’avoir des points de repère.

"Vipère… 
- Bob. Alors mon doux, as-tu retrouvé Pipounette et Logan ?
- Heu… on en discute vraiment en pleine rue ?
- Je viens de tuer quelqu’un au même endroit et tout le monde s’en fout, alors tu sais…
- Bon heu… bref, hé bien non. Ils se sont volatilisés.
- Tu ferais bien de les retrouver, Bob. J’ai déjà refilé à Logan un petit cadeau qui emprisonne ses pouvoirs. Méfie-toi que je ne te fasse pas aussi un cadeau.
- Ne t’inquiète pas Vipère, je ne t’aime guère mais je suis Bob, chef des ninjas ayant toujours protégé le clan Yashida, et je retrouverai Pipounette.
- Fort bien… fort bien… sur-ce, je te laisse, j’ai d’autres gens à aller embrasser pour leur filer des maladies.
- Moui. Ton pouvoir c’est de ne pas connaître le dentifrice en fait. Tu es sûre que tu es une mutante ?"

0

Dans tous les cas, les deux personnages se séparent. Et nous retrouvons Logan et Pipounette faisant un peu plus tard route vers le sud pour se rendre à Nagasaki, puisque c’est évident, personne ne penserait à surveiller l’endroit qui est le seul point commun entre Logan et Pipounette et où le clan Yashida a une résidence. Je vous passe les détails, mais sur place, il se passe diverses incohérences, comme par exemple cette vieille dame qui ignore que Logan est là mais vient quand même chercher Pipounette pour "dégager un arbre de la route". Ah oui c’est sûr qu’une princesse prout-prout de 38 kilos a toutes les qualifications pour ça. Ou alors mémé avait lu le script et savait qu’il y avait chez elle Super Bûcheron. Tout cela crée quantité de conversations entre nos deux larrons.

"Logan, tu cauchemardes souvent, tu cries la nuit. 
- Oui, c’est ma malédiction, je dois vivre avec mes fautes.
- Tes fautes ? Non parce que visiblement tu rêves surtout que tu vas à l’école en slip, rien de super torturé, hein, essaie pas de survendre.
- Hein ?
- Ah je ne sais pas, toutes les nuits en tout cas tu appelles ton pantalon : "Jean ! Jean !"
- Aaaaaah, nan, nan mais je vois. Non mais Jean c’est pas mon pantalon, il y a erreur. C’était le nom de ma copine. 
- Oh. Pardon. 
- Oui, bon, toujours est-il qu’elle s’était vaguement transformée en Hitler, j’ai donc dû la tuer et l’envoyer dans le pire endroit qui soit : le casting d’Hansel & Gretel.
- Dur. 
- Mais assez parlé de moi. Raconte-moi ta vie avec tous les détails.
- Hé bien pour commencer, j’ai toujours été la chouchoute de mon papy. Il m’a dit qu’il me léguait toute sa fortune et son empire. Alors que mon papa, lui il est méchant, il veut me marier de force au ministre de la justice pour avoir ses entrées dans le monde politique. Alors que moi, petite, je voulais épouser Bob, mon ami d’enfance et chef des ninjas ayant toujours protégé mon clan. 
- Mais alors ninja, c’est un vrai métier ? Ils vivent de quoi au quotidien ? Ils font leurs courses à Super U ? Ils ont une sécurité sociale ?
- Ecoutez Logan, vous ne voudriez pas plutôt qu’on se fasse des bisous ?
- Okay, vendu."

0

Logan et Pipounette se font donc des bisous. Du moins jusqu’à ce qu’évidemment, dès le lendemain, Logan soit réveillé par les cris de sa copine (encore une fois : selon les besoins de l’intrigue, il se réveille plus ou moins facilement) : celle-ci est en train de se faire kidnapper par des méchants qui l’ont très étonnamment retrouvée ici, ah bin ça ! Ni une, ni deux, Logan se rue sur les brigands mais ne parvient à n’en attraper qu’un avant que les autres ne s’enfuient en voiture avec leur otage, même pas dans le coffre. Quel manque de goût, on sent les débutants. Et la pelle, elle est où la pelle ?

Un peu contrarié, Logan va donc interroger le galopin dont il a réussi à se saisir qui, coup de bol, parle anglais. Il obtient donc l’information dont il a besoin : il travaille… pour Jean-Jacques, le ministre de la justice ! Logan appelle donc Yukio pour qu’elle vienne le chercher avec un voiture rapide et les deux repartent pour Tokyo. A noter que comme dans tous les mauvais films, personne ne sait exploiter le temps à disposition, puisqu’entre le moment où ils démarrent "Logan, je dois absolument vous parler – Pas le temps, en route !" et le moment où ils arrivent "Logan, je dois vraiment vous parler – Bon, okay, vous avez une minute !" visiblement, personne n’a pensé à exploiter les trois heures de route pour dire ce qu’il y avait à dire.

Non, mais sérieusement ? C’est si compliqué que ça de faire une scène de 30 secondes où les héros parlent au volant ?

Rappelons que le film est en fait le remake d’un plus ancien "Marmottine : le combat de l’immortel" et qu’il y a aussi de spectaculaires scènes en voiture. On a juste changé la marmotte en glouton et hop. Même si Marmottine rend moins bien torse-nu auprès de certains publics.

Toujours est-il que c’est entre deux portes que Yukio se retrouve à révéler que "Logan, j’ai vu votre mort ! Vous êtes en face de moi, le cœur dans la main, du sang partout et je ne me trompe jamais !" mais que ça n’intéresse que vaguement notre héros puisqu’il a déjà envoyé MORT au 8 38 38 et on lui a répondu que pas du tout, il mourrait en s’étouffant avec des macarons en lisant le blog de Pandora (un autre X-man dont la mutation est de pouvoir générer du bullshit à la fraise, mais là n’est pas le sujet).

Bref : la petite troupe se rend à la résidence de Jean-Jacques qui comme toute résidence de ministre japonais, n’est pas surveillée, fut-ce de loin. Après tous, les Yakuzas n’ont fait que mitrailler la foule à un enterrement où il se trouvait, pourquoi la sécurité serait renforcée, enfin ? Pfff, comme vous y allez. On va plutôt donner leur week-end à tous les agents de sécurité.

Notre héros se présente donc à l’appartement de l’homme politique pour le trouver en train de s’amuser avec deux filles qui s’écartent donc promptement en voyant arriver un X-man grognon prêt à meuler des margoulettes. L’homme a tôt fait de faire parler le ministre sans que, encore une fois, qui que ce soit n’intervienne, obtenant ainsi une info intéressante :

Papa et Jean-Jacques ont passé une alliance politique. Seulement, pour qu’elle ait de l’intérêt, il faut que Papa hérite de la société de Papy Yashida… et donc que sa propre fille disparaisse ! Pour ce faire, les deux larrons ont proposé aux Yakuzas de se charger de la chose. Yakuzas qui sont vraiment serviables puisque malgré toutes leurs pertes, visiblement, ils n’en veulent à personne et sont retournés à la pêche : nous ne les verrons plus du film.

C’est vraiment sympa de leur part.

Cette partie de l’intrigue dégagée, nos héros décident donc d’aller sauver Pipounette qui d’après le ministre, doit être à la résidence familiale prisonnière de son propre père. Ni une, ni deux, nos héros prennent leur voiture pour aller faire la justice à coups de phalanges, de katanas et éventuellement de petites blagues dans le feu de l’action parce que ça reste un blockbuster sacrebleu. Mais entre temps, il se passe des choses à la résidence, justement.

Papa Yashida est en train de discuter avec sa fille et de lui expliquer qu’il est très jaloux d’elle et de son futur héritage, quand soudain, l’une des pires attaques de ninjas de l’histoire a lieu : des dizaines de types en collant débarquent dans la résidence familiale, et tuent les gardes, qui ont la politesse de mourir sans bruit même lorsqu’ils ont une arme à la main. Les pauvres figurants sont d’ailleurs condamnés à regarder droit devant eux, donnant des situation où, mal synchronisés par une équipe du film visiblement n’en ayant plus rien à faire, des ninjas tuent un garde juste devant un autre sans que cela ne le fasse réagir. A noter aussi que les ninjas font des pirouettes pour un oui ou pour un non, spéciale dédicace à celui qui fait des saltos simplement pour franchir une porte alors qu’il irait plus vite à pied. L’un d’entre eux m’aurait probablement répondu que c’est le swag s’il avait pu, mais comme il porte des cagoules, ça donne juste "Mmgnn ffmmu fuuag". Tant pis.

Papa et Pipounette sont donc bien surpris de voir tous ces hommes en collant débarquer aussi loin du ballet de Moscou, plus encore lorsque non seulement ils embarquent la jeune fille mais que surgit… Vipère ! Qui explique à Papa qu’il a été bien gênant puisque Vipère a d’autres plans pour Pipounette, et le tue donc en lui plantant un stylo dans la jugulaire, le tout conjugué a tout un tas de MST. L’homme s’effondre donc dans le bassin local, mort et la tronche couverte de bubons guère ragoûtants. S’il lui restait encore un peu de vie, le bassin l’achève.

Aussi, lorsque Yukio et Logan arrivent dans la place, tout est déjà terminé : il ne reste que des cadavres, Pipounette a disparu et tout le monde est bien embêté. Qu’importe : Logan se rend à l’infirmerie de feu Papy Yashida et utilise les systèmes locaux pour voir ce qu’il se passe dans son corps. Il constate alors… qu’il a bien un poulpe mécanique accroché sur le coeur ! C’est lui qui bloque ses pouvoirs !

"Crotte de bique !" s’exclame notre héros "Bon, je vais m’opérer à coups de griffes, je suis sûr qu’une opération à cœur ouvert ne nécessite aucune connaissance spécifique." Et le bougre s’exécute.

Sauf qu’au même moment surgit dans la pièce… Papa Yashida ! Mais si, vous savez, celui qui était mort poignardé au stylo/bourré de MSTs/noyé dans la scène précédente ! Hé bien figurez-vous qu’il n’a plus un bubon sur la face, ne saigne même pas du cou, et n’a pas un pet de fièvre ! Je n’invente pas : les scénaristes avaient juste oublié qu’ils avaient tué le personnage juste avant.

C’est donc une incohérence sur pattes qui vient râler que l’empire Yashida lui revient, et que pour la peine, il va combattre nos héros à coups de katana. Wolverine étant occupé à jouer à Docteur Maboul, c’est donc Yukio qui le combat, alors que Logan finit lui de retirer le poulpe de son propre cœur… et de mourir, plus ou moins comme dans la vision que la jeune fille avait eu. Tout est-il perdu ? Les gentils vont-ils perdre ? Y croyez-vous une seule seconde ?

Evidemment que non : certes, Wolverine est mort, mais comme son dernier geste a été de se débarrasser du vilain poulpe qui bloquait ses pouvoirs, il se remet à se régénérer et se relève pour prêter main forte à Yukio. S’ensuit donc un long combat où les lames se croisent et font cling-cling, où le héros dit "Je ne suis pas Logan : je suis Wolverine !", et où après s’être combattus dans tous les sens…

… Wolverine range ses griffes et dit "Nan mais en fait c’est bon, tu devras vivre avec le fait d’avoir mis un contrat sur ta fille, c’est une punition suffisante."

Si.

Je… mais alors pourquoi avoir combattu Monsieur durant 10 minutes ? Bon hé bien, hein, de toute manière il va falloir faire avec ce genre de rebondissements, parce que c’est fait. En tous cas, le méchant papa décide qu’il n’en a pas fini et tente donc de tuer Wolverine qui lui tourne le dos, ce qui bien évidemment, ne marche pas (il est un peu con : il l’a déjà planté 11 fois et le mec n’est pas mort, il s’est dit que ça marcherait à la 12ème ? On dirait un peu les mamans qui disent "Chut" à leur affreux marmot dans le train en espérant qu’à la 83ème fois, ça l’arrête de hurler au lieu de lui filer un bon coup d’ether). Logan l’achève donc non sans obtenir une dernière information : Papy Yashida avait presque ruiné la société en dépensant des milliards pour réunir de l’adamantium, la matière quasi-indestructible qui couvre les os de Wolverine, pour faire on ne sait quel projet. Une fois Papa mort, Logan s’en retourne donc fouiller la résidence Yashida et trouve un papier :

"Viens chercher la fille ! Nous sommes au 12 rue des lilas dans le petit village de Yashida. Bisous."

Rappelons que comme dans tous les films du genre, TOUS les personnages savent se battre. Jamais il y en a un pour dire "Nan mais moi je suis nul en sport".

Alors que Wolverine réfléchit très fort et que dans la salle de cinéma, tous les membres de l’amicale des fans de l’amiral Ackbar ont envie de hurler très fort, Yukio prend le papier et sans aucune raison, le cloue à la tapisserie super cher et de grande valeur historique décorant l’infirmerie locale (non, ça ne sert à rien, oui, c’est très con) pour dire à Wolverine que ça sent l’embuscade, mais que bon, hein, bon. Merci Yukio, vraiment. Tiens, assieds-toi là, le docteur arrive bientôt pour ta lobotomie.

Logan s’en va donc trouver une moto et prend la direction du village d’origine du clan Yashida. Sur place, il remarque bien vite que quelque chose cloche : les villageois rentrent dans leurs maisons, apeurés, alors que sur les toits des ombres s’agitent : des ninjas ! Le clan qui protège la demeure Yashida ! Wolverine ricane car il connait la règle éternelle du mauvais cinéma : un ninja seul est redoutable. Un ninja au sein d’un groupe de ninja est juste de la chair à canon facile à tataner.

Et en effet, les ninjas surentraînés s’avèrent être de grosses buses.

Logan distribue donc des claques à une bonne partie d’entre eux, puis décide de tenter de cavalcader jusqu’au château Yashida. Sauf que, pas de bol, les ninjas disposent de flèches avec des cordes, qu’ils lui tirent dans le dos pour essayer de le retenir : au bout d’une bonne trentaine, effeeeeectivement, Wolverine commence à avoir du mal à avancer avec 30 câbles et le double de ninjas à traîner derrière-lui. Le spectateur attentif notera que la plupart des câbles ne sont pas tendus, parce qu’encore une fois, à 80 millions de dollars, c’était pas facile d’y penser. Les ninjas tirent donc probablement sur du rien. "Mmgnnnn fuuufg gnnhh !". Oui, oui, je sais.

Cela n’empêche pas notre héros d’être grognon, surtout lorsque Bob, en bon chef des ninjas, lui tire une flèche empoisonnée dans le dos histoire de bien le calmer. Il y a donc un bruit comme "Greuuuu" suivi de l’effondrement de notre héros, qui a besoin d’un peu de temps pour se remettre de ce genre d’attaque bactériologique.

Depuis la forteresse, Pipounette, en bonne princesse prisonnière, a assisté émue au spectacle de son nouvel amant se retrouvant dans une sorte de mauvais remake de Moby Dick (en même temps, on connait la passion des Japonais pour la pêche à la baleine), et se retourne donc vers Bob lorsque celui-ci revient au château.

"Boooob ! Pourquoi as-tu trahi mon clan ? Pourquoi as-tu aidé Vipère à tuer mon père ? Pourquoi m’as-tu kidnappée ? Pourquoi tes ninjas ont-ils tué nos vigiles ? Pourquoi s’attaquent-ils à mon ami Logan ?
- Allons, je suis ton ami d’enfance, fais-moi confiance.
- Je te reparle du passage où tu participes à la mort de mon père, tu sais, celui qui est mort dans deux scènes différentes ?
- Hmmm. Bon, je vais tout te révéler : j’obéis toujours au clan Yashida, tu vas bientôt comprendre. C’est le clan qui a voulu que je t’emmène ici et tue ton père. Le clan qui a voulu que l’on se serve de toi pour attirer Logan ici. Quant à Vipère, c’est une mercenaire, certes fourbe, mais elle sert actuellement nos intérêts.
- Je ne comprends pas ! Tu dois plutôt m’aider ! Toi et ton armée de centaines de ninjas que l’on vient de voir et que l’on voit monter la garde dans mon dos !
- Tu veux dire l’armée de ninjas qu’on ne verra plus du film à partir du plan actuel sur mon visage ?
- Ah oui tiens. Ils ont disparu ! Mais comment ?
- Ce sont des ninjas.
- En attendant, tu serais prêt à changer de camp et à m’obéir ?
- Non.
- Et si je te fais un bisou ?
- Allez okay."
0

Et en effet : d’un seul bisou, Bob change de camp et se dit qu’il va plutôt servir Pipounette. Mais allons plutôt voir ce qu’il advient de Wolverine pendant ce temps : car celui-ci se réveille au cœur de la forteresse Yashida, dans un laboratoire, attaché à une chaise de manière fort solide. Vipère vient un peu le provoquer pour qu’il sorte les griffes (par exemple en l’obligeant à regarder Louis la Brocante des heures d’affilée), et un système s’active dans la chaise empêchant notre héros de rentrer ses lames ! Mais qu’est-ce que c’est que ce bordel, se demande donc notre loulou ?

La réponse vient vite lorsque le samouraï-robot-géant qui était installé pour d’étranges raisons à côté de Logan s’active et va se mettre en position en levant un énorme sabre en adamantium chauffé à blanc au-dessus des griffes de Logan pour les trancher. Vipère ricane donc.

"Ahaha, Logan, nous allons te couper les ongles !
- Avec un robot géant ? Vous avez dépensé des milliards pour le construire ? Vous savez que si c’était pour faire ça, plutôt qu’un bordel de 15 tonnes, vous aviez juste besoin d’une roulette ou d’une scie ? 
- Tu oublies un détail Logan : nous avons affaire à des japonais, quoique nous leur filions, ils tenteront toujours de construire un robot géant avec !
- Damn it !"

0

Mais au moment où la lame du samouraï blindé va s’abattre sur notre héros, l’ennemi est déséquilibré par l’arrivée de Yukio qui lui colle un bon coup dans le dos, puis par le renfort de Bob qui, ayant changé de camp, se met à flécher le samouraï là où ça fait mal. Cependant, celui-ci étant en adamantium, rien ne l’arrête véritablement, et Wolverine commence bientôt à douiller, et se fait même carrément trancher les griffes d’une main ! Pendant ce temps, Vipère affronte Yukio (n’oubliez pas la règle : les filles affrontent les filles), et se fait tataner par cette dernière malgré les jets de poisons & co qui jusqu’ici tuaient tout le monde, ne me demandez pas pourquoi, mon cerveau était déjà parti dans un monde parallèle à ce moment là.

J’allais presque oublier : soudainement, c’est l’hiver alors que tout le film se déroulait jusqu’ici en plein été. Encore une fois : quel talent.

Logan finit cependant par arracher l’un des katanas que manipule le robot géant et se demande comment lancer le processus de chauffage à blanc pour pouvoir trancher dans l’adamantium jusqu’à ce que lui revienne une phrase de Papy Yashida : "Un katana se tient toujours à deux mains !"

Ah bin oui, tiens, tentons pour voir. Sitôt cela fait, hoooo, en effet, le sabre s’allume !

Le spectateur attentif sourcillera en se rappelant que jusqu’ici, le robot, lui, maniait un sabre dans chaque main : j’ai un peu de mal à déterminer à ce stade s’il s’agit d’incompétence crasse ou simplement de foutage de gueule.

Toujours est-il que Wolverine décapite le robot, que ce qui bougeait encore de Vipère prend aussi quelques coups, et que tout le monde est content. Du moins, jusqu’à ce que le robot se réactive à la surprise générale malgré son absence de tête, colle une mandale à Logan, lui coupe son autre série de griffes et lui enfonce différents bousins dans l’emplacements où autrefois se trouvaient ses lames.

Alors que les autres personnages sont sûrement partis chercher des champignons alors qu’ils étaient là encore 5 secondes auparavant (on peut même voir Bob le ninja descendre des escaliers à une vitesse digne d’une petite vieille arthritique quand bien même juste avant il faisait encore des sauts de 12 mètres, il a dû se luxer un truc, hein, c’est ce qu’on va dire pour sauver ce qui peut l’être en tout cas), Logan est donc seul avec le robot, et constate qu’il peut voir ce qu’il y a dedans. Et pas de mécanisme en vue : il s’agit… de Papy Yashida !

"Papy Yashida ! Sale traître, alors que je t’ai sauvé la vie à Nagasaki ! Ah, si j’avais pu deviner qu’un personnage qui disparaît sans que l’on retrouve son corps puisse revenir plus tard, sacrebleu, ça ne se serait pas passé comme ça mon vieux !
- Logan ! Tu as refusé de me donner ta mutation… laisse moi la prendre ! Mes petits outils sont en train de fouiller ta moelle osseuse en profitant de l’ouverture faite dans l’adamantium là où on a coupé tes griffes pour me transmettre tes capacités… regarde, je rajeunis alors que tu vieillis ! Ça fonctionne ! Ça fonctionne ! Je sens à nouveau ma prostate !
- Hmm… attends, donc je résume : tu as dépensé des milliards pour construire un robot géant en adamantium, créer ce laboratoire, recruter Vipère, payer ton armée de ninjas, organiser un faux enterrement, faire tuer tes propres gardes ainsi que ton fils, pour kidnapper ta fille afin que je vienne ici, demander à Bob d’utiliser du poison pour m’anesthésier et me coller ici… des fois que je ne veuille pas te donner ma mutation volontairement ?
- C’est exact ! Ne suis-je pas génial ?
- Bah en fait, si je résume, il suffisait d’empoisonner mon thé quand je suis venu te voir, de me coller dans la chaise et de me couper les griffes avec juste un petit outil en adamantium et c’était bon. Ça pouvait être fait en 10 minutes et sans risques.
- Oh. Non mais la parte avec le robot géant, elle est bien quand même, non ?
- Attends, comment dit-on "puer du cul" en japonais ?
- On dit "évangélion".
- Okay : alors ton plan, c’est évangélion.
- Dur !"
0

Mais Papy n’a pas pensé à un détail : alors que Wolverine commence à se sentir un peu faiblard, Pipounette surgit et ramassant des bouts de lames de Logan tombés au sol, s’en sert pour planter son ancêtre dont la tête dépasse un peu de l’armure. Qui gueule que hééé dis donc, petite ingrate, et après tu veux l’héritage, hein ? Ah bravo ! Mais la margouline lui rétorque que son Papy est mort et qu’elle l’a enterré, qu’elle ne voit ici qu’un monstre. L’acte hostile envers Papy a permis à Logan de se libérer, et celui-ci recommence à se régénérer, alors que Papy, lui, se remet à vieillir et à sentir qu’il va à nouveau devoir raquer pour des Pampers s’il ne veut pas faire rouiller l’adamantium. Heureusement, Logan vient achever ses souffrances, car figurez-vous que si l’adamantium est indestructible et que jusqu’ici, rien n’ébranlait, Wolverine peut soudainement l’arracher à mains nues, comme ça, hop ! Pas de problèmes, probablement que les joints étaient simplement en caoutchouc. Mais qu’avant, ça ne se sentait pas.

Après quelques claques, Papy Yashida rend finalement l’âme, et la victoire est donc acquise pour les gentils.

Nous retrouvons donc nos héros un peu plus tard, sur une piste de décollage de Tokyo où attend un jet privé. Yukio est aux côtés de Wolverine : étant une mutante, elle va partir avec lui. Quant à Pipounette, elle est désormais la patronne de l’empire Yashida : elle aimerait que Logan reste, mais c’est un ouf, il veut repartir à l’aventure. Il ne pleure plus sur le passé grâce à Pipounette, qui lui a redonné goût à la vie (oui, il a suffi qu’elle couche avec, et hop, c’était bon : ah, les hommes !). Pipounette, bien que triste, comprend sa décision, et espère qu’il reviendra. En attendant, elle a mis à sa disposition le jet pour l’emmener où il le souhaitera.

"Où allons-nous ?" lui demande donc Yukio en montant à bord.

"Décollons : nous improviserons" répond donc ce gros rebelle de Logan et…

… FIN !

Et puisque vous avez été sage, un petit effort pour une fois avec l’une de ces insupportables séquences post-générique (en fait, j’étais bloqué dans la salle, sinon vous imaginez bien que je serais sorti en hurlant de bonheur à l’idée que c’était fini) : deux ans plus tard, Logan est dans un aéroport quand il sent que quelque chose ne va pas (mais si, je vous rappelle qu’il a un instinct à géométrie variable). Il fait surgir ses griffes – en os, les anciennes, puisque les versions en adamantium ont été coupées, et découvre de vieilles connaissances autour de lui :

"Magnéto ! Vous qui étiez supposé avoir perdu vos pouvoirs. Oh, et le professeur Xavier, qui étiez supposé être mort !
- Hééé oui. Surpris, Logan ?
- Non. Nous sommes dans l’univers Marvel. En-dessous de 12 morts/neutralisations/retours miraculeux, on n’est pas un vrai personnage.
- En effet. Nous avons besoin de vous car une menace pour tous les mutants se profile.
- Oh bin ça alors ! Ça sent la suite !
- Oui. Et le cliffhanger moisi. Mission accomplie !"

0

Et sur ce terrible rebondissement…

… RE-FIN

___________________________________

"Monsieur, il en vient encore !"

Diego se jeta au sol pour éviter une nouvelle attaque de mauvais films. Il leva la tête, inquiet, alors que son employeur lui tendait une arme à recharger toujours depuis l’abri de la berline prise en embuscade près du cinéma.

"On ne pourra jamais tous se les faire. 
- Alors c’est quoi le prochain ?
- Je… je crois bien avoir aperçu un Nicolas Cage. Il FAUT s’en occuper.
- Un Nicolas Cage ? Ça alors, mais ? Cela fait si longtemps !
- Oui mais d’abord, nous avons un article de retard Diego. Celui de la semaine dernière. Un article sur un film réclamé à corps et à cri au point qu’après m’avoir harcelé de mails, certains lecteurs ont commencé à essayer de se combiner pour former une sorte de robot géant. Ou bien est-ce juste une orgie, je ne suis pas sûr, mais tu connais notre public.
- Attendez, vous voulez dire que…"
0

Le serviteur leva des yeux terrorisé.

"Oui, nous allons enchaîner avec une seconde merde : nous allons nous faire Pacific Rim."

Et dans un long hurlement, Diego implora le ciel pour qu’il couvre ses rétines d’adamantium.

Ce qui est chouette avec les faits divers, c’est que cela engendre toujours quantité de réactions.

Or, les réactions sont probablement ce qu’il y a de mieux : c’est en effet là que s’exprime à peu près tout sauf les discours raisonnés, puisque le raisonnement nécessitant du temps et de la réflexion, c’est bien là une chose trouvant rarement sa place dans un reportage d’1mn30 dans un quelconque journal télévisé, entre un reportage sur les prix de l’essence sur la route des vacances et un autre sur pour ou contre le top-less (un sujet majeur, j’en conviens). On a donc le droit à ce qui se fait de mieux en terme de débat public : la réaction foireuse, celle pleine de pathos qui fait appel aux tripes et pas au cerveau : un seul des deux se déclenche au moins une fois par jour (sauf forte constipation).

Ainsi, il y a quelques temps encore, je continuais de m’émerveiller en constatant dans divers médias que le traitement de l’affaire Méric n’était pas terminé, et que continuaient donc de s’échanger les plus beaux arguments de la Terre. Pour celles et ceux qui n’auraient pas le bon goût de vivre sous les cieux enchanteurs du royaume de France, l’affaire Méric se résume ainsi : il y a quelques semaines un type d’extrême-droite n’aimant pas beaucoup les gens de l’extrême gauche a tué dans une rixe un type d’extrême-gauche n’aimant pas beaucoup les gens d’extrême-droite.  La conclusion fut donc la suivante : non seulement se taper sur la gueule et s’entretuer, c’est mal (jusqu’ici, l’analyse était déjà assez poussée), mais en plus, ça serait bien de dissoudre… les groupes d’extrême-droite.

D’accord. Et ce qui fut donc dit fut donc décidé.

C’est donc ici bon lecteur que votre serviteur sourcille. Non pas suite à un amour immodéré pour l’extrême-droite (même si chacun connait ma passion pour le char Tigre, toujours utile au péage en ces temps de vacances pour aider le type devant vous à se dépêcher de ramasser le ticket qu’il n’aura pas manqué de faire tomber, le gredin), mais simplement parce qu’il parait assez intéressant de noter que dans le cas présent, ce qui a posé problème n’est pas l’idéologie d’un camp (la gauche ou la droite) mais ses méthodes (à savoir l’extrémisme, qui est à la réflexion ce que Jean-Pierre Pernaut est au journalisme). Et ça tombe bien, de leur propre aveu, les deux camps ont recours aux même, et évoquent sans trop de problèmes le fait d’en venir aux mains, à la batte ou à tout autre objet contondant tel qu’une Twingo. Si ça vous intéresse, pas mal de journaux ont fait des portraits de membres d’un camp ou de l’autre, et tous deux revendiquent assez fièrement le fait de faire des "descentes" ou de distribuer des torgnoles à tire-larigot. Un hobby que je serais bien malvenu de critiquer cela dit, moi-même le pratiquant mais essentiellement sur les enfants (ils ripostent plus difficilement ou au mieux, vous giflent le genou en retour avant que ce dernier ne vienne les aider à perdre leurs dents de lait, mais je m’égare).

images

"Bon, et là on y va, on leur pète la gueule et on fait taire leurs idées ! Putain dire que ces cons pensent qu’ils ont raison !
- Ahaha, c’est clair ! Quand je pense qu’ils veulent nous péter la gueule pour faire taire nos idées alors qu’on a raison, faut vraiment être con."

Ainsi donc, quantité de groupes d’extrême-droite viennent d’être officiellement dissous, ce qui ne les empêchera probablement pas de se reformer sous d’autres noms plus discrets, comme par exemple l’Association Historique des Amis des Chorales Bavaroises de 1933.

Du coup, prenons les faits :

  • Des extrémistes se battent entre eux. Que ce soit pour savoir si Marx ou Adolf avait la plus belle pilosité faciale est sûrement fascinant, mais bizarrement, le problème est que s’ils n’avaient pas été extrémistes mais vaguement ouverts, ils auraient peut-être pu en discuter. Un détail, sûrement.
  • Suite à un Blitzkrieg no jutsu mal bloqué par un Lenin’s Dragon Skin, le militant d’extrême gauche tombe et meurt
  • D’ailleurs, oui, on a le droit à ce genre de blagues : n’oubliez pas les enfants, le premier des respects dû aux morts est d’en parler comme s’ils étaient vivants. Sinon, c’est un peu hypocrite, et comme même les candidates de télé-réalité connaissent ce mot, bon
  • Conséquence de la mort, tout le monde s’indigne et on décide d’interdire divers groupes d’extrême-droite
  • On sait très bien que ça ne sert à rien puisqu’ils vont se reformer ailleurs, mais on les punit symboliquement, pourquoi pas
  • L’autre camp impliqué dans la baston, lui, organise par contre des défilés en mémoire de leur camarade tombé et de ses idées
  • Le recul étant une notion un peu chiante, on écrit même des articles sur des lycéennes qui décident d’en parler dans toutes leurs copies au bac en comparant feu le militant d’extrême-gauche avec Stéphane Hessel ou Nelson Mandela, sans que personne ne fasse remarquer qu’ils étaient tous deux des diplomates n’ayant eu recours à la violence que lorsqu’ils ne pouvaient plus faire autrement et condamnant fermement l’extrémisme et l’irrespect des autres opinions, probablement un détail assez méconnu puisque ne représentant que l’ensemble de leur carrière

Parfois, le soir, en écrasant mon cigare sur le dos courbé de Diego pour avoir osé proposer de mettre du coca dans mon whisky, je me demande si lors de la prochaine rixe, si cette fois-ci c’est un type d’extrême droite qui meurt, on les laissera défiler dans les rues en hurlant leurs slogans magiques tout en disant à l’extrême-gauche qu’on ne veut plus la voir, la vilaine. J’imagine déjà ce spectacle avec bonheur, tant j’ai une certaine bienveillance pour les skinheads : au moins, eux vont jusqu’au bout en essayant par tous les moyens de ressembler à des glands. Mais je diverge une fois encore, si je puis me permettre. Enfin, je me comprends.

Bref, disais-je : j’ai une véritable admiration pour celles et ceux, qui, dans une baston entre extrême-gauche et extrême-droite, n’arrivent pas trouver dans ces deux appellations le mot commun qui pose vaguement problème. C’est vrai que c’est pas facile, pfou. Je crois que ça ferait une bonne énigme pour le Journal de Mickey (certains s’étant arrêtés à cette phrase avant d’aller lire la suite, on parle bien de méthodes, pas d’idéologie, c’est aussi marqué au début de l’article, en fait).

Jeu : essayez de savoir si ces gens sont fascistes ou antifascistes. Histoire de savoir s’il faut les interdire ou les applaudir.

Ainsi, on tolérerait l’utilisation arbitraire de la force par un camp et non par l’autre, puisque tous deux reconnaissent bien volontiers l’utiliser l’un contre l’autre au nom de leurs idéaux, ce qui laisserait entendre qu’il y aurait un côté lumineux de celle-ci et que donc, celui-ci ne poserait pas de problème. Après tout, c’est bien normal de péter la gueule de quelqu’un à partir du moment où il véhicule des idées différentes des vôtres, aussi nauséabondes soient-elles. Nan passque tu vois, moi, ch’uis un défenseur de la liberté, s’pour ça que j’laisse pas les autres s’essprimer, t’vois. Un raisonnement tout à fait intéressant, puisque vous pouvez faire le test : mettez n’importe quel extrémiste amateur de claques à côté d’un Choco-BN, au bout de 10 minutes d’entretien, c’est curieusement le Choco-BN qui a l’air le plus malin. Pour un peu vous le verriez fumer la pipe d’un air méprisant. Même si lui aussi commence à fondre devant la masse de non-sens et d’absurdités historiques débitées à la minute. Que l’on parle de politique, de religion ou d’autre chose, d’ailleurs.

Mangez le BN quand même ensuite, ce serait ballot de gâcher. Laissez juste la pipe de côté.

En tout cas visiblement, là encore, malgré les centaines de personnes invitées à débattre de l’affaire, le mot extrémisme n’a jamais posé problème. D’ailleurs, lorsqu’une paire de petits malins a dit "Hep ! Et pourquoi dans cette affaire, on ne dissout pas l’extrême-gauche aussi ?"  notre premier ministre a eu le bon goût "d’appeler à la retenue". Hmmm, "retenue" comme dans "faire preuve d’extrémisme serait mauvais" ? C’est moi ou il y avait un énorme contresens dans ce raisonnement ? C’est intéressant. Quand on aime les mauvais scripts, du moins.

Cependant, allez, mettons que la décision soit parfaitement pertinente. Prenons les faits, un truc d’ailleurs pas très intéressant.

Car en effet, si tout le monde couine à la montée de l’extrême-droite en France et en Europe voire au-delà, chacun estime que hohoho, non, il n’est pas responsable. Sûrement que tout cela est la faute de farfadets nazis qui viennent la nuit déposer des exemplaires de Mein Kampf sous les oreillers. Sacrés farfadets, quels taquins.

Non parce que, pour ceux qui ne l’auraient pas remarqué, depuis 40 ans, du moins en France, l’extrême-droite a une seule stratégie : se poser en victime. Et depuis 40 ans, elle progresse. Avec d’ailleurs, dans la plupart de ses discours, des références à des affaires de justice où le Front National, là encore, explique être du côté des victimes de l’injustice. Hmmm, un peu comme si on essayait d’attirer à soi :

  • les bonnes gens, en se disant du côté des opprimés (même votre voisin a un paladin de niveau 2 qui sommeille en lui)
  • les théoriciens du complot, en disant que l’on est opprimé soi-même

Du coup, comment combat-on l’extrême-droite ? Ho bin tiens, si on leur donnait plein de prétextes pour crier à l’injustice ? Et au complot ? Et au pouvoir qui tente de les museler et pas les autres ? Ou tiens, si on utilisait exactement les méthodes qu’on leur reproche en se disant antifacho ? Comme le disait Winston Churchill, qui s’y connaissait probablement bien moins en fascisme qu’une lycéenne passant son bac : « les fascistes de demain seront les antifascistes » (on me souffle que c’est un hoax dans les commentaires, je m’en remettrai donc à son perroquet, qui parlait aussi de fascisme et bien d’autres mots en f) . Mais c’est probablement notre passion commune pour le cigare et les aventures du Bismarck qui trouble ma pensée.

Et puis bon, c’est un personnage historique assez obscur, personne n’en a entendu parler et il disait sûrement ça pour déconner.

Du coup, je ne dis pas que dissoudre les groupes des deux camps aurait été plus efficace : leurs membres ne vont pas subitement disparaître ou se dire qu’ils vont se mettre au macramé et à l’amour de la nature, mais qu’au moins, quitte à punir, autant être juste et vaguement sérieux, a minima ça ne donne pas de biscotte. Sinon, c’est non seulement incohérent, mais en plus contre-productif. Mais bon, hein, si en plus il faut s’intéresser à ce que l’on fait, merde alors !

Conjugaison

Pour les plus jeunes, un extrait du tableau de conjugaison du verbe "convaincre" qui à ce qu’il parait, est vaguement plus efficace que le verbe "Tabasser comme un blaireau bas du front". En fait, c’est même comme ça qu’une idéologie progresse, flûte alors.

Bref, la démocratie, finalement, ça a l’air d’être un truc vachement compliqué, puisque visiblement même ses défenseurs n’ont pas bien pigé les règles.

C’est vachement plus simple avec des gentils et des méchants quand même.

Alors qu’en fait, la première loi est simple : tout le monde a le droit d’être un gros con.

Sinon, une bonne partie de l’humanité vivrait dans l’illégalité.

François ajusta son fusil, abrité derrière la portière de la voiture 17.

Au milieu des autres véhicules de police en désordre, lui et plusieurs dizaines de ses collègues scrutaient attentivement les fenêtres du lycée en ajustant carabines et pistolets, guettant le moindre mouvement. Au milieu du brouhaha des radios et talkies-walkies qui crépitaient en bruissant d’informations sur l’évolution de la situation, il peinait à se concentrer, espérant que l’on vienne bientôt prendre sa relève ; ses bras étaient douloureux, son cou tendu : voilà bien deux heures que lui et son coéquipier étaient arrivés là. Ils avaient été les premiers sur place, quelques minutes à peine après le début de l’incident. Et puis, en moins d’un quart d’heure, une dizaine d’autres voitures et fourgons vinrent s’arrêter pour vomir leur flot de renforts et commencer l’évacuation des lieux. Tout s’était passé dans un calme relatif, malgré la tension qui…

"François, voici notre homme"

Le gardien de la paix se retourna en entendant la voix du lieutenant derrière lui ; à côté de ce dernier, un type en costume et trois-quarts avec un badge d’accès réajustait une cravate rouge en plissant les yeux en direction des fenêtres que ses collègues continuaient de braquer. Il regarda brièvement sa montre, avant de gratter une de ses tempes blanchissantes.

"François, voici Monsieur Connard, consultant. Il est là pour nous aider à régler cette situation, il connait leurs faiblesses. Faites-lui un topo."

Le jeune policier gonfla son poitrail, bouffi d’orgueil à l’idée d’être celui qui en savait le plus sur la situation. Prenant une grande inspiration, il fixa le consultant d’un air hardi avant de commencer son résumé.

"Tout a commencé à environ 9h05. D’après les témoignages des élèves évacués, il semblerait que Sophie Talon, 32 ans, professeur de mathématiques, soit arrivée dans l’établissement à 8h55 pour prendre sa première heure de cours en remplacement de Monsieur Geoffray, en stage. A 8h59, elle pénètre dans la salle 105 et fait rentrer sa classe de terminale "TS-2" ; après avoir attendu que les élèves soient installés et que le silence se fasse, elle se présente à la classe en tant que "Mademoiselle Talon". Il est environ 9h03. A 9h05, un commando armé de 6 femmes défonce la porte de sa salle à coups de rangers, avant de battre à mort l’enseignante avec ces mêmes chausses en hurlant "On dit Madame, salope !". L’alerte est donnée par un élève, et mon collègue et moi arrivons sur place à 9h09. De là, l’évacuation des lieux est lancée, et tout le personnel quitte l’établissement, à l’exception de la salle où le commando est retranché. Nous procédons à l’encerclement de celui-ci et à l’interrogatoire des élèves pour les premiers éléments. Jusqu’ici, elles ont refusé tout contact et ont baissé tous les stores."

Le consultant prit une gorgée de thé dans la tasse qu’une jeune recrue venait de lui amener depuis le bâtiment administratif scolaire voisin servant de QG improvisé, contemplant son breuvage dans une moue écoeurée avant de regarder à nouveau François.

"Combien de personnes reste t-il là-dedans ?
- 15. Les 6 membres du commando, ainsi que 9 élèves. De jeunes filles, uniquement, elles ont laissé sortir les garçons. Je crois qu’elles tentent de les convertir à leur cause.
- Bon. Dites à tout le monde de se préparer et amenez-moi le matériel, je vais négocier."
0

La même recrue qui avait amené le thé s’empressa de ramener un mégaphone, qui siffla lorsque l’homme l’alluma, provoquant un léger mouvement de tête vers le bas chez l’ensemble des fonctionnaires présents, surpris par l’arrivée impromptue de ce bruit désagréable.

"Un, deux, un, deux, test… test… est-ce qu’on m’entend ? Allô ?"

Il y eut un long silence. François haussa épaules et sourcils, signifiant que le refus de contact des terroristes était prévisible. L’expert repris.

"Houhou, les filles, vous ne voulez pas parler ? C’est étonnant. D’habitude, vous ne faites que ça. C’est parce que vous êtes entre filles à lire Public en vous gavant de Haagen Daz ? Vous ne voulez pas vous montrer à la fenêtre parce que vous êtes dans vos pyjamas en pilou mauve ?"

Une voix résonna depuis une fenêtre entrouverte, faisant rapidement regretter le son strident du mégaphone.

"On t’entend, porc sexiste !"

L’homme tapota sur le haut de son mégaphone, l’air satisfait.

Les négociations allaient pouvoir commencer.

_________________________________________________

Mademoiselle Agnès, victime collatérale d'un conflit aveugle

"Mademoiselle" est un gros mot. Une atteinte aux libertés. Un instrument du sexisme moderne.

Vous ne le saviez peut-être pas, mais nos amies les féministes d’Osez le Féminisme (un nom qui sent bon le courage et l’engagement ; la première proposition, "Il faut de big balls pour être féministe" ayant été rejetée lors de l’assemblée générale constituante) et des Chiennes de garde, elles, l’ont bien vite réalisé. C’est pourquoi elles ont mis sur place toute une campagne contre cette scandaleuse appellation, à commencer par un site internet résumant leurs arguments : madameoumadame.fr.

Et là, attention, on trouve de la grande qualité. Lisons donc ensemble, ce que nous y trouvons, voulez-vous ?

Donc, voici le problème, nous dit le site :

Vous ne vous êtes jamais demandé pourquoi on n’appelait pas un homme célibataire « Mondamoiseau », voire « jeune puceau » ? Pas étonnant, ce type de distinction est réservé aux femmes…
En effet, en France, en 2011, les femmes et les hommes ne sont toujours pas logés à la même enseigne : civilité unique pour les hommes, double civilité pour les femmes !

Osez le féminisme et les Chiennes de garde lancent donc une campagne intitulée « Mademoiselle, la case en trop » pour rappeler que la distinction Madame/Mademoiselle n’est ni flatteuse, ni obligatoire. Et surtout, qu’elle est le signe du sexisme ordinaire qui perdure dans notre société.
Cette campagne a vocation à mettre fin à cette inégalité, mais aussi à informer les femmes de leurs droits et à  mettre à leur disposition des outils pour faire changer leur civilité.

Les femmes et les hommes ont, aujourd’hui, en France, un traitement différencié de leur civilité ! Les hommes sont appelés toute leur vie «monsieur». À l’inverse, les femmes sont «mademoiselle», puis «madame». Et le passage de l’un à l’autre ne dépend ni de leur âge, ni de leur statut professionnel, mais bien de leur statut marital. «Mademoiselle» a donc un caractère intrusif, que «monsieur» ou «madame», plus neutre, n’ont pas. 

Il est vrai que voilà une injustice qu’il est grand temps de combattre. Certes, certains seraient tentés de dire qu’il s’agit là d’un combat gadget, mais ce seraient de bien mauvaises langues : c’est très important. Encore cet après-midi, j’ai appelé une jeune fille Mademoiselle, et elle s’est empressée de se tirer une balle à sanglier dans la bouche pour en finir avec cette vie scandaleuse dans laquelle elle était rabaissée. Imaginez-vous le choc que j’ai subi : j’ai dû attendre 5 minutes de plus à la caisse qu’ils la remplacent. Inconcevable.

Surtout que le combat a l’air aussi sérieux que ses arguments : s’il est vrai qu’il n’y a aucune case "Mondamoiseau" sur les formulaires administratifs, il est normal qu’on y trouve pas "jeune puceau" ; ou alors , il va falloir me trouver le formulaire où l’on peut trouver "jeune pucelle" dans les cases à cocher, puisqu’il est affirmé ici que c’est un traitement réservé aux femmes (en dehors de l’industrie du porno et des formulaires de recrutement des troupes de Jeanne d’Arc) ; commencer une campagne par un argument foireux dès la première ligne est souvent le signe d’un site de qualité. Poursuivons donc notre exploration, puisque diverses rubriques s’ouvrent à nous, chacune argumentant sur les raisons pour lesquelles "Mademoiselle" n’a pas lieu d’être. Je vous les donne de suite :

- Ce n’est pas flatteur

- Ce n’est pas tendance

- Ce n’est pas marrant

- Ce n’est pas obligatoire

- Ce n’est pas une fatalité

et même une rubrique "Nom de jeune fille"

Autant de chapitres de votre nouveau site de chevet qui vous permettront, mesdemoiselles mesdames d’enfin lutter contre ces gros sexistes qui ne vous appellent pas Madame à tout bout de champ, mais Mademoiselle comme de vulgaires petits sagouins sans éducation. Les rustres. Et pour bien comprendre pourquoi ce site est une sorte de gigantesque n’importe quoi, nous allons commencer par un petit tour dans la rubrique "ce n’est pas obligatoire", qui débute ainsi :

Contrairement à l’idée reçue, l’emploi des termes « Madame » et « Mademoiselle » ne repose sur aucune disposition législative ou réglementaire. Il résulte exclusivement de l’usage et ne constitue pas un élément de l’état civil. Aucun document ne peut donc être réclamé à une femme qui souhaite qu’on utilise à son endroit l’appellation « Madame ».

En plus, c’est écrit en gras, pour que tout le monde comprenne bien ; vous avez donc tous lu ? "Mademoiselle" ou "Madame", c’est de l’usage, ça n’a aucune valeur légale (non, vous ne pouvez pas faire un procès à un mec qui vous appelle "Mademoiselle" au lieu de "Madame" pour gagner du pognon, mais s’il est vieux et riche, vous pouvez toujours l’épouser, en plus, tout le monde vous appellera Madame par coutume si j’en crois ce qui est dit ici). Vous pouvez donc être mariée et vous faire appeler "Mademoiselle" dans les formulaires administratifs, ou être célibataire et vous faire appeler "Madame" si le coeur vous en dit. Bref, vous avez le choix et êtes libres de la chose. Retenez bien que c’est votre droit et que c’est ici intelligemment mis en avant, et allons voir le reste du site.

Tenez, la rubrique "Ce n’est pas flatteur" par exemple.

Une distinction bien anodine en apparence

La distinction madame / mademoiselle parait en apparence bien anodine. On va encore dire que les féministes chipotent…

Non, ce n’est pas le genre de la maison. Ne vous inquiétez pas. Ici, on est bien plus rabouin.

Certaines femmes apprécient en effet de se faire appeler « mademoiselle » : c’est flatteur, ça renvoie l’image de la jeune femme jolie, fraiche, séduisante, et peuvent considérer que c’est une marque de politesse et de galanterie de la part de leur interlocuteur. 

En effet ; les filles, vous pouvez avez le droit de penser ça. Mais comme nous allons le voir, d’après nos amies de la liberté, si vous le faites, c’est que vous êtes stupide, non mais :

En vérité, qu’y a t-il de poli à nous intimer l’ordre de dévoiler notre vie privée ? 

Voilà ; l’argument est beau : les filles, vous avez le droit de penser que c’est flatteur, mais si vous le faites, vous faites le jeu du sexisme, parce que ce faisant, vous "dévoilez votre vie privée". Et ça, c’est vraiment dégueulasse, petites dévergondées ! Vous n’avez pas honte ? Ce n’est pas à Madame Bruni que ça arriverait !

Tiens ? Mais que lisait-on en gras ailleurs sur ce site ? Mais oui : que chacun pouvait se faire appeler comme il voulait, donc du coup, on peut être une mademoiselle mariée, ou une madame célibataire ; et encore, je ne parle pas des PACS ! Bref, en disant "mademoiselle", vous ne révélez rien du tout. Et c’est le site lui-même qui le dit en citant la loi, tout en affirmant le contraire en se basant sur du rien 50 mètres plus loin.

Haaa… entre baser mon raisonnement sur la loi ou sur le néant absolu cité ici… j’hésite… hmmm… rah, c’est dur. En tout cas, ça commence fort.

Cela voudrait dire qu’une femme n’ a de vrai statut dans la société que parce qu’elle est mariée  ? Et toutes les femmes qui ne seraient pas mariées – célibataires, pacsées, en union libre, homosexuelles…- ne seraient pas des vraies femmes ?

Là encore, c’est sympa : des féministes expliquant que quelqu’un qui se fait appeler "Mademoiselle" (ce qui est sa liberté) plutôt que "Madame" serait une sous-personne, une citoyenne de seconde zone. Là encore, qui a déclaré ça ? Tiens, personne… personne à part… ho ! Laurence Waki, participante à la campagne et auteure du livre Madame ou mademoiselle ? dont la couverture ci-dessous met bien en évidence le "Madame, c’est une femme, Mademoiselle, c’est un truc pas fini". Combattre un raisonnement que l’on a soi-même mis en place en prenant des airs outrés, ça me rappelle un peu nos amis les pompiers pyromanes. Et les blaireaux ici. Mais je dis ça parce que le blaireau est un animal majestueux, hein, aucun rapport avec une insulte. Non, sinon j’aurais dit "Mademoiselle".

Madame, c'est sérieux, Mademoiselle, c'est pas fini et écrit façon pouffiasse : bravo, c'est subtil. Heureusement que c'est une femme qui l'a écrit.

Bref, vous, femmes qui aimez vous faire appeler "Mademoiselle", vous êtes de vilaines collabos du régime machiste, et si les féministes vous attrapent, elles vous tondront (mais en vous emmenant papoter chez le coiffeur : ça reste des nanas avant tout). Et si vous en doutez, je cite :

L’usage de la civilité « mademoiselle » n’est rien moins qu’une marque de sexisme, un sexisme diffus, accepté… un sexisme ordinaire ! 

Contrairement aux hommes, vous avez le choix entre deux appellations, sans aucune implication légale (souvenez-vous du passage en gras ; raaah, je vous avais dit de le retenir !) mais si vous ne faites pas le même choix que certaines féministes, vous serez une salope de machiste et elles lanceront une campagne avec site internet pour vous retirer ce choix parce que ce n’est pas le même qu’elles. Qu’ils sont bêtes, tous ces gens qui ont le choix mais qui ne font pas le même que le nôtre ! Quelle bande de crypto-anarchistes !

Relevons au passage le paradoxe : être appelée « mademoiselle » rassure sur le fait d’être soit jeune et jolie, alors qu’être appelé « madame » ferait se sentir vieille et moche… Cela en dit long sur la représentation du mariage….

Moi je relève plutôt le raccourci foireux. Mais bisous quand même.

Le terme « demoiselle » vient du Moyen-Age et signifie jeune fille noble, puis à partir du XVIIIème siècle jeune fille vierge, non mariée. Faudrait-il informer le moindre homme qui se trouverait dans un rayon de 10 kilomètres à la ronde de ce qu’on est une « demoiselle », peut-être plus vierge certes, mais du moins célibataire, disponible, en un mot « draguable ». Alors à vos clignotants ! En revanche, pas de possibilité de repérer les hommes célibataires…

Oui, parce qu’encore une fois, une Mademoiselle mariée se faisant appeler ainsi, ou tout simplement, une Mademoiselle pacsée, ça n’existe pas. Si jamais ça arrive, un trou béant vers l’enfer s’ouvre et des démons tirent par les jambes la bougresse jusqu’au fin fond d’un lac de lave en éclatant d’un rire diabolique. C’est soit ça, soit quelqu’un est en train de raconter n’importe quoi. Ho, et non : ce n’est pas moi (je précise parce qu’il y a peut-être des gens qui ont trouvé le site pertinent qui me lisent : il faut les aider un peu).

Au passage, puisque "Mademoiselle" aujourd’hui n’a plus de valeur juridique, et qu’il peut indiquer une jeune fille mariée ou non, l’argument ne tient pas. Non, c’est juste un "Ouais alors à la base c’est classe, mais comme au XVIIIe siècle, ça servait à désigner une jeune fille célibataire, il faut l’interdire parce que c’est insultant". Oui ma louloute ("ma louloute", ça va ? C’est moins méprisant que "mademoiselle" ?), et tu sais d’où vient le mot "tête" ? D’une insulte : testa, en latin, désignant une cruche ou un vieux pot. Vite ! Interdisons le mot "tête", qui est méprisant ! Et là, depuis son origine, pas juste "Au début non, mais à un moment si, mais maintenant non, donc interdisons-le !".

Et puis,  c’est tout de même difficile de gagner en crédibilité dans notre vie professionnelle, quand on est appelée  « mademoiselle ». Bizarrement, on appelle systématiquement une femme "Madame" quand elle est plutôt en responsabilités. Et mademoiselle, est plutôt attribuée aux "jeunes premières" ou moins expérimentées dans son domaine et revêt un caractère souvent condescendant.

C’est tellement vrai et systématique qu’on se souvient qu’en cette époque pas du tout sexiste qu’était le début du XXe siècle, une certaine Coco Chanel se faisait appeler "Mademoiselle". Et il est vrai qu’elle n’a jamais eu de responsabilités ou réussi quoique ce soit. L’honneur est sauf.

Alors aujourd’hui, pensez-vous : c’est tout simplement impossible.

Sinon, pour perdre en crédibilité, je crois que vous avez trouvé un moyen efficace avec cette belle campagne. C’est assez balaise, je le concède.

Si l’on veut résumer, la civilité Mademoiselle perpétue la domination masculine : une femme est ainsi désignée dans sa valeur d’objet, objet « sexuel » ou « ventre porteur », obligatoirement en attente d’un homme pour « accéder à la vraie vie ». C’est pour cela qu’il est important d’être appelée « madame », ça ne fait pas de toute femme une femme mariée, une femme vieille ou moche, dont la vie serait toute tracée ou pour l’essentiel derrière elle mais ça en fait une femme libre. Tout simplement…

Voilà voilà. A part ça, nos amies féministes sont là pour combattre les préjugés. Lectrices, vous qui n’êtes pas choquées de vous faire appeler "Mademoiselle", ou pire, qui préférez, sachez que vous êtes de simples objets sexuels en attente d’être engrossées. Et en demandant à ne plus avoir la liberté de vous faire appeler Mademoiselle, vous serez plus libre. C’est heu… complètement con beau.

Enfin, allons jusqu’au bout du concept pour prouver son absurdité. Donc, je résume (moi aussi, sauf que moi je ne mets pas de mots en gras): il y aurait des gens qui auraient des préjugés sur l’appellation "Mademoiselle" ; il faut donc, pour combattre ces idées, supprimer le mot. Plus de mot, plus de problème ! C’est vrai que c’est une manière intéressante de régler les problèmes sociaux.

——————————–

Flashback historique

Munich, 1921

"Aaach… j’en ai assez de l’antisémitisme ! 
- Oui, c’est terrible Adolf, je sais. Les juifs sont victimes de beaucoup d’idées préconçues. Mais nous allons lutter.
- Lutter contre les préjugés ? Non ! Il faut éradiquer les juifs ! Plus de juifs, plus d’antisémitisme !
- Je… mais le problème, c’est plutôt les préjugés, non ? 
- Non, non, c’est génial ! Vite, j’ai un plan pour rendre le monde plus tolérant ! Je vais monter un Reich d’amour !"

0

Fin du flashback historique

——————————–

"Et che ne tolérerai pas non plus l'homophobie ! Ja ?"

Bon allez, je crois que nous avons déjà fait le plus gros de cet argumentaire absurde. Allons plutôt voir la page "Ce n’est pas tendance".

Notez : comme on s’adresse à des donzelles, on leur parle de "tendances". Ce qui signifie que si c’était la mode, au même titre que les Wayfarer ou les chemises à carreaux, alors il n’y aurait aucun souci sur la question. Diable ? Vous voudriez dire que les revendications évoluent en fonction des modes ? Qu’il en va de même de la place de la femme dans la société que de celle des pantalons slim ?

Ça expliquerait le curieux silence de nos amies sur la question des jeunes filles qui s’appellent entre elles "Bitch" ou "Biatch" : c’est à la mode, et c’est vrai que c’est un terme pas du tout connoté. Petit rappel : les filles, vous pouvez donc vous appeler entre vous "Ma grosse bitch", mais pas "Mademoiselle", parce que Mademoiselle, c’est sous entendre que vous êtes une pute à matelots. Et ça, ce n’est vraiment pas très correct. Vous devriez avoir honte.

D’ailleurs, autre curiosité : parler de "tendances", c’est reconnaître qu’un terme évolue dans le temps. Et donc, se baser, comme ce fut fait précédemment, sur une évolution partant du XVIIIe siècle pour appuyer son argumentaire du XXIe, ça revient à dire "Oui ça évolue dans le temps, mais en fait, c’est figé dans le temps". Ce qui est, comment dire… enfin… disons que même Steevy n’a pas ce genre d’argumentaire.

Autre argument de qualité : Comment fait-on ailleurs ?

Et ailleurs ?

La distinction madame/mademoiselle n’existe pas ou bien est tombée en désuétude dans beaucoup de pays (Allemagne, PortugalDanemark…). Au Québec, ce terme témoigne d’une pensée si archaïque qu’appeler une femme « mademoiselle » est très très mal perçu.

Il est vrai que cela parlera à chacun : si un autre coin, comme par exemple le Québec (prendre le pays qui a produit Garou et Céline Dion comme référence, c’est assez révélateur), utilise le terme de manière péjorative, alors nous devons faire de même. Donc en se basant sur le même argument, on peut aussi se rappeler que dans le reste du monde, "Madame" est le terme qui signifie "patronne de maison close" ; pas sûr que ce soit le truc le plus élégant qui soit.

Vraiment, arriver sur un même site à mettre en avant autant d’éléments visant à se décrédibiliser, c’est de l’art. On dirait un site de campagne de Ségolène Royal.

Autre argument : "ce n’est pas marrant". Non, parce que, ça le serait, il n’y aurait aucun souci. Du coup, j’imagine que les membres des Chiennes de Garde et d’Osez le féminisme adorent les blagues sexistes ; après tout, si l’aspect "rigolade" est un argument en soi, alors ça ne doit pas poser de problèmes.

Cette rubrique est, d’ailleurs, une mine de réflexion, puisque constituée de copiés/collés tirés du site Vie de Meuf, qui tout comme son homologue fécal, est en fait juste une compilation d’anecdotes d’internautes invérifiables. C’est vrai que du coup, c’est un moyen béton d’appuyer son avis que de citer des trucs sortis de nulle part. Je vais créer "Vie de Personne Tout à Fait Objective", avec plein d’anecdotes du genre "L’autre jour, l’Odieux Connard m’a sauvée d’un tigre enragé à Borneo – Elsa21 #VDPTAFO" , "Avant j’étais pauvre et laid. Puis, j’ai connu l’Odieux Connard, qui m’a bidouillé un petit business en ligne pour que je survive. Je suis toujours laid, mais ça va mieux. Mark Z #VDPTAFO" ; "L’Odieux Connard t’aide à trouver l’amour, l’argent, la richesse, fait revenir l’être aimé puis lui pète la gueule pour lui apprendre à partir sans autorisation. Marabou N’Golo #VDPTAFO".

Mais assez digressé ; contemplons un florilège issu de notre beau site féministe :

Premier témoignage, et donc, j’imagine, le plus frappant.

Ce matin, au marché, le vendeur de fruits et légumes m’a alternativement appelée "ma puce", "ma chérie", puis "mademoiselle", avec tutoiement. Quand je lui ai dit que c’était "madame", il est passé au vouvoiement et a arrêté les petits surnoms. En fait, quand on pense que vous n’êtes pas mariée, le respect, c’est secondaire. #viedemeuf

ThB

Pas mal : "ma puce", ça passe, "ma chérie", aucun souci, le tutoiement aussi, mais mademoiselle, ah, ça non, espèce d’enfoiré ! Et c’est là dessus que notre héroïne a réagi. Si ma boulangère m’appelle "ma puce", elle mâchera ses molaires et le bout de ma chaussure droite avant d’avoir fini d’articuler "mon chéri".

J’ai quarante ans et je ne suis pas mariée. Alors suis-je "Mademoiselle" ou "Madame" ?

La question se pose chaque jour. Même l’administration me demande de choisir. C’est usant.
Je suis Madame car je suis majeure. Point. La question ne devrait pas exister.
#viedemeuf
Madame S

Putain, c’est vrai, avoir le choix c’est trop dur à vivre, surtout quand en plus on a la réponse. Comme le disait mon ami Jean-Luc "Les choix sont souvent difficile ; parfois, j’aimerais passer ma vie sur un rail."

Mon ex : "oui, je t’appelle Mademoiselle même si tu trouves ça ringard. Parce que tant que tu n’as pas eu d’enfant, tu n’es pas vraiment une femme"

Oui, ce n’est plus que mon ex… ouf !
#viedemeuf
NO

Ah bin oui, là, clairement, le problème c’est le "Mademoiselle", et pas le Monsieur. Je comprends mieux. Merci, Vie de Meuf, tu es tellement pertinent. En plus, c’est absurde : chacun sait que pour devenir une femme, il faut coucher avec un blogueur autosatisfait.

A l’occasion de mon mariage, j’ai gardé mon nom de naissance comme nom d’usage. Au travail, un collègue m’a interrogée sur mon mari en l’appelant monsieur "mon nom" ; visiblement, il ne pouvait imaginer qu’une femme, lorsqu’elle se marie, n’abandonne pas son identité. #viedemeuf
Sophie

Ou alors il a pensé que vous portiez le même nom sans chercher à savoir qui a donné son nom à qui, puisque le mari peut prendre le nom de sa femme. #viedelobotomisée. Bon, puis soyons positif : il a essayé de connaître ton nom. Personnellement, je n’ai pas compris l’intérêt de cette pratique.

Alors, Madame ou Mademoiselle ? Attention, il y a un piège

Allez, rassurez-vous les filles : tout cela n’est pas une fatalité. Vite, la rubrique éponyme !

Marre d’être appelée mademoiselle et par son nom de "jeune fille" ?

Vous avez le droit d’être appelée madame quel que soit votre âge ou votre situation personnelle. Vous avez le droit de refuser de parler de "nom de jeune fille" pour votre seul vrai nom. Personne ne peut vous l’imposer.

L’administration persiste à privilégier Mademoiselle, quand elle s’adresse à une femme qui n’est pas mariée, malgré les deux circulaires et nombreuses réponses des ministres aux questions de parlementaires.

Ici, le site a tout à fait raison : vous avez ce droit. C’est comme ça. Et oui, l’administration utilise par défaut "Mademoiselle" pour les femmes non mariées. Jusqu’ici, il fallait donc écrire à l’organisme concerné pour lui dire de mettre "Madame" si vous préfériez la chose, qu’importe votre situation, et particulièrement si vous n’avez que ça à foutre.

Heureusement, comme ce n’est pas une fatalité, le site propose un "kit" sous la forme d’un courrier tout prêt pour enfin en finir avec cela ! Et comme le veut la politique du site, il s’agit d’un courrier visant à demander à l’administration d’arrêter de vous appeler Mademoiselle, avec argumentaire sur l’historique du terme à la clé, sur le fait que c’est sexiste, etc, et que le prochain qui vous appelle comme ça, vous allez lui éclater la gueule contre le lavabo.

Bref : cela revient à écrire à l’administration en disant "Tout le monde doit être appelé Madame, et non Mademoiselle, sale sexiste". Oui, et donc, l’appellation par défaut deviendra "Madame". Et celles qui voudront se faire appeler "Mademoiselle" devront écrire à nouveau pour réclamer ce droit qui est le leur… bref : le problème restera là, il aura juste été inversé dans sa manifestation. Et l’administration qui aura été sensibilisée par les courriers de madameoumadame se dira "Tiens, en voilà une qui veut se faire appeler Mademoiselle : quelle petite traînée !", chose que personne ne se disait jusqu’à l’apparition de ce site ; bravo : c’est avec ce discours que le féminisme avance.

Et nul doute que naîtra dans quelques années un site "mademoiselleoumademoiselle", dans lequel des militantes rappelleront que non, on a pas envie de porter un nom allant à l’origine aux femmes mariées passant sous l’autorité d’un homme et servant à désigner les patronnes de maisons à filles de joie, que c’est indécent, dégradant et que c’est avoir "une drôle d’image du célibat". Et elles proposeront même des kits militants pour revenir au terme automatique "Mademoiselle".

Pour le reste, je vous laisse vous-même explorer ce fabuleux site, qui je le rappelle, part du dogme suivant : bien que choisir son appellation civile soit un droit pour les femmes, puisque les deux associations n’aiment pas l’appellation "Mademoiselle", elles veulent tout simplement supprimer cette petite liberté pour imposer leur choix à toutes, au nom du fait de devenir une "femme libre".

Alors non, je ne dirai pas que c’est un combat "gadget".

Je dirais juste que c’est complètement con.

_________________________________________________

L’après-midi était bien avancée lorsque la dernière des 9 otages courut depuis le bâtiment désert d’où elle venait d’être relâchée jusqu’aux policiers venant la récupérer dans la cours du lycée.

Cela avait demandé beaucoup d’efforts : les négociations avaient été beaucoup plus compliquées qu’avec les autres terroristes. Là où il était possible en d’autres circonstances de récupérer un otage en échange de quelques pizzas, il avait ici fallu proposer des macarons pour récupérer deux jeunes filles. Nenni d’hélicoptère avec pilote : une Mini Cooper avec un plein garée dans la cour avait suffi à obtenir trois autres otages. L’expert connaissait son métier : il obtint la libération de trois autres filles en donnant sa promesse qu’il y aurait une nouvelle saison de Grey’s Anatomy à la rentrée, mais dut négocier un peu plus dur contre la dernière. Ce fut lorsqu’il menaça de tremper un sac Vuitton dans du goudron que les portes du lycée s’ouvrirent à la volée, laissant paraître la dernière otage.

"Maintenant, il faut encore qu’on aille les cueillir. Elles sont bien barricadées. Si on entre, ce sera une boucherie."

François manifestait vivement son inquiétude ; il voulait que cette histoire se finisse vite, mais sans perdre de copains dans un assaut. Dans l’immédiat, les terroristes étaient bien retranchées et pourvues en macarons : cela ressemblait diablement à une impasse. Peut-être que si ce soi-disant consultant ne les avait pas ravitaillées, elles se seraient déjà rendues.

"Erreur, jeune homme : grâce aux régimes, la femelle est habituée à de longs jeûnesMais pas d’inquiétude : on va régler ça proprement et sans bavures. Donnez-moi votre talkie-walkie, vous allez voir."

Le type s’approcha du lycée, et porta à nouveau le mégaphone à ses lèvres. Il articula avec lenteur et mauvais jeu, tel un Francis Huster :

"Ho ! Ca alors ! Il y a Margaux Motin dans la cour !"

6 têtes apparurent aussitôt à la fenêtre de la salle de classe, se bousculant et criant en cherchant du regard la célèbre blogueuse.

L’expert attrapa le talkie-walkie que François lui avait prêté.

"Dites aux snipers que c’est bon."

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 6 240 autres abonnés