Internet répond à toutes vos questions.

Certes, il y a toutes les fois où il répond "C’est le cancer" à la plupart des interrogations pour le plus grand bonheur des hypocondriaques ; mais tout de même, il serait bien réducteur de ne pas parler de toutes les merveilles que nous offre le web. Ainsi, qui n’a jamais pu en apprendre plus sur un sujet donné en quelques clics sur un moteur de recherche ? Découvrir des images incroyables d’un phénomène rare à l’autre bout du monde ? Ou plus généralement, vérifier si une vedette des années 80 était morte ou vivante (tant que vous n’avez pas le réponse, on parle de vedette de Schrödinger) ?

Pourtant, internet c’est aussi le meilleur moyen d’apprendre bien des choses pratiques. D’où de nombreux sites, comme ausujet.com, (où nous apprenions à devenir un ninja), désormais rejoints par de plus riches encore, comme WikiHow, site qui vous apprend moult choses en moult langues.

Ce pourquoi, aujourd’hui, nous allons nous attarder sur une question tout à fait pertinente :

Comment être une fille féminine ?

marie_curie

Marie Curie, un modèle de fille féminine : elle aimait tant le gloss qu’à la fin elle brillait même dans le noir.

Et l’article qui va bien est ici.

Car en effet, dans un monde où tout le monde se bat sur la théorie du genre, oui, non, est-ce que je peux avoir des jouets Spiderman en rose ou est-ce que Game of Thrones ne serait pas un peu sexiste puisqu’on y voit pas de transgenre (si, si), on imagine bien que l’identité de mes lectrices est torturée. Aussi, et afin de les délivrer, que dis-je, les libérer, voyons donc ensemble comment faire pour enfin être une fille à qui on ne reproche rien et qui peut lire Biba aux toilettes en paix.

Oui, pour ça aussi je suis au courant.

Mais, fi de remarques, et allons donc voir de quoi il retourne !

Une fille féminine est une fille qui embrasse sa féminité de tout son cœur, sans sacrifier sa personnalité ou sa force. Elle surveille son comportement, son style et son apparence, sans jamais être égoïste ou méchante. Les autres filles la prennent pour modèle et veulent être son amie. Être féminine est un choix personnel, et personne ne devrait vous influencer pour que vous agissiez d’une façon qui vous met mal à l’aise. Cependant, si c’est l’attitude et le look que vous souhaitez adopter, vous n’aurez qu’à cultiver le bon comportement et la bonne apparence.

Notez bien que dès la première ligne, on vous explique qu’une fille féminine ne sacrifie pas sa personnalité, mais que bon, être féminine, c’est quand même faire des efforts sur – tiens donc – sa personnalité. On supposera donc, pour commencer, que la féminité débute là où la personnalité unique s’arrête. Ce qui expliquerait, Messieurs, pourquoi les filles sont des êtres si mystérieux aux yeux de bien des malandrins : elles sont plusieurs dans leur tête.

Ce qui ne fait que d’autant plus de monde pour les soirées ragots cela dit, et puis comme ça, on peut bitcher entre personnalités. C’est quand même bien fait.

Notons tout de même l’avertissement rajouté à l’arrache par un gourgandin qui a senti la moquerie arriver (alors que ce n’est pas le genre de la maison) :

Cet article est bien entendu un cliché divertissant et n’est pas à prendre au pied de la lettre.

"Mais dans le doute, on a quand même écrit une méthode numérotée en parlant de "bon comportement" et de "bonne apparence"".

Surtout que, pour rappel, on peut lire en gros en première page du site "Nous essayons d’aider chaque personne sur la planète à apprendre comment tout faire." et non "En fait, c’était pour déconner".

C’est ballot. Mais, c’était bien tenté, j’en conviens.

Commençons par "Se comporter en fille féminine."

Puisque la féminité, c’est plus qu’une simple attitude, un véritable art de vivre. Là où un être humain normal marche dans la rue, la fille féminine la traverse en flottant gracieusement, portée par une légèreté naturelle qui fait se retourner la plèbe sur son chemin. Là où quelqu’un d’autre sourirait, la fille féminine illumine son prochain en découvrant ses lèvres pulpeuses de ses dents éclatantes dans une moue mutine qui fera chavirer tous les cœurs. Et après une soirée tacos, là où d’autres risqueraient le coup de grisou s’ils venaient à fumer une cigarette trop près de la couette conjugale, la fille féminine peut secouer les draps de bon cœur : seuls des papillons multicolores en sortiront.

Cela dit, et dans ce dernier cas, si vous assistez véritablement à ce spectacle c’est soit que le gaz est hallucinogène, soit que quelqu’un élève des chenilles dans son gros intestin.

Dans les deux cas : fuyez. Vite.

Soyez gracieuse. Les filles féminines doivent se comporter comme des ladies et savoir être gracieuses en permanence. Évitez alors d’être maladroite et mal à l’aise.

C’est à peu près ce que je disais. N’oubliez donc pas : il s’agit d’être gracieuse en permanence. Non, il n’y a pas de temps mort pour vous relâcher un peu, désolé. Ce qui, je n’en doute pas, est un jeu d’enfant : la fille féminine étant par ailleurs toujours bien épilée (c’est évoqué plus loin dans l’article), n’oubliez pas de prendre des poses sensuelles tout en faisant la chose, histoire de bien être gracieuse en permanence. Il en va de même pour vos cris de douleur : travaillez-les un peu. Ils doivent sonner comme des soupirs de désir.

Et si vous pouviez être gracieuse en dormant, ce serait bien aussi.

Notez bien qu’il est aussi essentiel d’éviter d’être maladroite et mal à l’aise : deux choses que les filles non-féminines adorent faire, c’est connu. Ah, toutes celles qui se vautrent dans les escaliers pour se marrer, alors ! WikiLaPalice vous salue bien.

Ayez une super personnalité. Les filles féminines ont en générale une personnalité légère et vive. 

A opposer à "une personnalité profonde", je pense. Et si vous avez une personnalité de merde, n’oubliez pas : une fille féminine ne force pas sa personnalité : développez-en une deuxième si ce n’était pas déjà fait. Si vous ne savez pas comment faire pour vous inventer une nouvelle identité complète, je vous filerai des tuyaux : le fisc cherche encore qui est ce mystérieux "Francis Moustache" qui décroche sur mon téléphone à chaque fois qu’ils essaient de me joindre.

Les filles féminines sont aimables, douces et modestes, et constamment de bonne humeur ! Comme une princesse Disney.

Ainsi, même à l’enterrement de vos parents, votre devoir est de chanter pour attirer les oiseaux et les biches et danser avec eux au rythme des coups de patte des petits lapins.

Là encore, j’en déduis que le LSD et les gros pétards féminisent gravement. Vivement que la Manif pour Tous prône leur légalisation.

Souvenez-vous d’être gentille, et pas seulement avec vos amis ou les gens de votre groupe. Tout le monde mérite sa chance. N’excluez personne de vos jeux, cadeaux, etc. 

Ainsi, quand ce Monsieur tout nu sous son imperméable viendra vous aborder pour vous proposer d’être "gentille", n’oubliez pas d’accepter : tout le monde mérite sa chance.

Si.

Soyez romantique. On associe bien souvent les filles féminines à la romance. Lisez des romans à l’eau de rose et intéressez-vous à la poésie.

Notez bien : on ne vous dit pas de lire des livres romantiques, mais bien des romans à l’eau de rose. Il fallait donc bien sûr lire : "Lisez de la merde". C’est une coquille. On en déduira, par corollaire, que si lire des romans à l’eau de rose rend plus féminine, lire Kant rend plus couillu.

Je propose donc une grande opération "J’envoie ma bibliothèque au gouvernement".

Même vos vieux Pif devraient faire l’affaire vu d’où l’on part.

9782226240255g

Attention à ne pas envoyer des livres qui ne seraient pas compris. Commencez avec des ouvrages simples comme "Bigoudi le petit chat" ou "Martine à la montagne".

Mettez vos goûts musicaux à jour. Soyez au courant des nouveautés, des tubes du moment, etc. Être une fille féminine ne signifie pas que vous devrez écouter de la pop mielleuse en permanence : une fille féminine peut aimer la musique alternative, les comédies musicales, et le R&B. Mais vous ne pourrez pas vraiment détester la pop…

Le goût de la pop est donc sur le chromosome X, c’est prouvé. Merci, Wikihow. Maintenant, il faudrait retrouver dans quel coin du caryotype se planque le goût du dubstep, histoire de lancer une grande politique eugéniste (j’en profite pour rappeler à mes lectrices soucieuses de devenir féminines qu’à force de lectures pourries et de personnalité(s) légère(s), l’eugénisme doit pour elle signifier "Politique visant à produire des gens qui s’appellent Eugène". Si vous savez que ce n’est pas ça, vous en savez déjà trop et ne pourrez jamais être une vraie fille, je suis désolé).

Rassemblez un groupe de copines et partez en virée shopping, relookez-vous les unes-les autres, organisez des soirées pyjamas, une vente de gâteaux ou toute autre activité de filles.

Mangez de la glace, pleurez au téléphone durant des plombes, envoyez plus de SMS en une heure que l’ensemble du Togo en un an, et surtout, bitchez sur Marjorie qui a quand même pris du cul depuis qu’elle est avec Ludovic.

Il peut être difficile d’arrêter, mais jurer est vraiment l’une des pires choses que vous puissiez faire si vous essayez de développer votre féminité. Commencez par remplacer vos jurons habituels par des mots de remplacements comme ‘’punaise !’’, et vous arrêterez bientôt de jurer.

Soyez créatives ! Plutôt que de dire "Putain" ou "Punaise", vous pouvez dire "Petits lapins", "Guimauve" ou "Marc Lévy". Attention dans ce dernier cas : cela peut aussi être considéré comme un gros mot chez les gens normaux raisonnables intelligents pas aussi féminins que vous.

Vous pouvez améliorer votre vocabulaire en lisant beaucoup. Les journaux et livres de cours sont de bons débuts, mais vous apprécierez la lecture bien davantage en lisant des romans d’amour classiques écrits par des femmes, comme Charlotte Brontoë et Jane Austen.

Oui, enfin remarquez : puisque plus haut on parlait de Marc Lévy et pourquoi pas de Guillaume Musso, ça va vite devenir compliqué étant donné que je vous rappelle la sombre profondeur de leurs titres, comme Où es-tu ?, Et après.., Seras-tu là ?, ou encore La prochaine fois. Je vous laisse retrouver lequel a écrit quoi.

Et, oui, ce sont les titres véridiques.

Toujours est-il qu’une vieille légende Maya raconte qu’à chaque fois que vous passez un coup de fil à un copain pour aller en soirée, vous avez 38% de chances de citer l’intégrale de la bibliographie des deux auteurs dans la conversation sans le savoir.

J’en profite pour rappeler la sortie prochaine de leurs futurs livres :

  • Ça coupe, je te rappelle 
  • Arrives-tu bientôt ?
  • Il reste de la quiche.
  • Allô ? 

Soyez prêtes (puisque l’on parle de princesses Disney, je cite Scar pour me faire comprendre, je suis comme ça).

Pour paraître aussi normal que possible lorsque vous mangez, prenez une bouchée et comptez jusqu’à 20 dans votre tête alors que vous mâchez. N’avalez que lorsque vous arrivez à 20, puis prenez la bouchée suivante.

Apprendre à compter dans sa tête n’aura jamais été aussi salvateur pour votre voisin d’en face.

Tenez un journal. Tenir un journal intime est l’activité la plus féminine qu’il soit. Vous pourrez y noter chaque jour ce qu’il se passe dans votre vie, comme votre journée à l’école ou vos projets pour le week-end, ainsi que des détails plus intimes, comme votre béguin actuel ou vos rêves d’avenir.

Tenir un journal serait donc l’activité la plus féminine qui soit ?

Ah, tous ces soldats qui ont tenu des journaux sur le front, tous des femmelettes !

Ayez toujours des stylos et crayons mignons sous la main. De cette façon, vous pourrez facilement les prêter aux autres en cas de besoin.

Non parce qu’en plus, si vous commencez à écrire avec du matériel normal, pour qui allez-vous passer, hein ? Je suis très déçu que notre ministre de la justice, en tant que femme, ne signe pas l’essentiel de ses documents avec un stylo-nounours. Pour qui va-t-on passer, hein ? Je vous le demande.

Para239385

Angela Merkel au départ avait mis ce petit ours mignon sur ses stylos pour donner l’exemple, et puis on lui a dit que mmmff mouiiii en fait, non.

Lisez des magazines. Les magazines sont un bon moyen de vous tenir au courant de tout ce qui se passe dans le monde de la mode et à Hollywood.

Je crois qu’on avait pas assez insisté sur l’importance de lire du caca : n’oubliez pas, plus c’est mauvais, plus vous vous sentirez femme.

J’espère qu’aucune créature dénuée de chromosome Y ne vient ici, du coup, je pourrais mal le prendre.

Passons à la suite, essentielle : "S’habiller comme une fille féminine."

Comment, vous pensiez pouvoir vous fringuer comme vous l’entendiez ? Nenni, il y a des règles, que diable !

Essayez de lire davantage de magazines de mode pour apprendre quels vêtements s’associent bien. Commencez par les magazines pour ado, puis si vous le souhaitez, passez aux magazines pour adultes, comme Elle.

Très important : les magazines pour adultes, c’est la phase 2. Vous n’êtes pas encore prête pour ça, non mais ho, vous ne pensez pas être une grande personne tout de même ? Et pourquoi pas le droit de vote ? Ah mais ! Non, et puis par ailleurs, n’oublions pas que les magazines de mode regorgent de bons conseils sur comment se fringuer pour attirer tous les regards, tellement pertinents qu’aucun homme n’en achète pour pouvoir profiter des photos de filles présentées comme "superbes".

N’oubliez pas que la rédactrice de magazine de mode a cela de commun avec le capitaine de caravelle : pour eux, l’important, c’est de voir les côtes.

Portez des vêtements féminins. Le rose est la couleur féminine par excellence, mais n’ayez pas peur des noirs et des bleus, car ils peuvent aussi être très mignons. 

Alors que le blanc par exemple, c’est pour les hommes. Les robes de mariées, par exemple : on adore en mettre pour jouer au rugby.

Et puis le rose, c’est tellement passe partout.

Mais bon, mettons que vous ayez l’attitude et les vêtements : comment faire pour en finir avec votre grosse moustache que l’équipe du centenaire 1914-1918 a voulu labelliser tant elle rappelait plus d’un combattant passé ? Pas de problème, Wikihow a aussi la solution avec "Entretenir votre apparence féminine".

Maquillez-vous légèrement. Un petit peu de maquillage peut accentuer vos atouts et mettre en valeur votre féminité. Le gloss et le mascara sont idéaux au quotidien. Pour les fêtes et les sorties du week-end, vous pouvez aussi appliquer un petit peu de blush ou de poudre lumineuse sur vos joues et une jolie ombre à paupières d’une couleur féminine comme le rose claire ou le violet. Le fond de teint peut vous donner une peau parfaite, mais veillez à le choisir en fonction de votre couleur de peau, sinon le résultat sera peu naturel et parfois ridicule. Le correcteur permet de camoufler les boutons, l’eyeliner de faire ressortir vos yeux, mais sachez garder la main légère.

Du gloss, de la poudre lumineuse et du violet, histoire de partir "léger", j’ai du mal à imaginer ce à quoi ressemble un maquillage "chargé" pour eux. Mais non, visiblement, chez Wikihow, tant que vous êtes en-dessous de la peinture impressionniste, vous pouvez y aller.

Heureusement, bien d’autres conseils viennent compléter l’article :

Faites-vous autant d’amis que possible, n’excluez personne et ne vous comportez pas comme si vous étiez supérieure aux autres. Être une fille féminine signifie aussi être gentille, même avec les gens désagréables.

Puisque oui, votre rôle est de supporter tous les gros lourds de la Terre, et avec le sourire.

Proposer très courtoisement à quelqu’un d’aller, par exemple, se faire ouvrir les chakras de bien des manières, c’est un truc de mec. Chut. Et ne me dites pas que j’ai tort : ce ne serait pas très féminin.

Oui, c’est complètement formidable, je trouve aussi.

Une fille vraiment féminine sait qu’un sac à main est indispensable. Petit ou grand, votre sac à bain devrait contenir les basiques : chewing-gums ou pastilles à la menthe, téléphone portable, une lime à ongle, des mouchoirs, quelques produits de maquillage essentiels (mascara et gloss), une brosse à cheveux, des stylos et un carnet, et un petit miroir.

Messieurs, et Mesdames qui aimez les Mesdemoiselles, n’oubliez pas d’inspecter le sac de votre mie pour vous assurer que tout y est. Une simple absence de gloss, et qui sait : Amandine se prénomme peut-être en réalité Raoul.

Écrivez sur du joli papier rose/à fleurs. Faire de petits cœurs sur vos ‘’i’’ sera également très mignon. Si vous ne pouvez pas vous procurer ce genre de papier, contentez-vous d’avoir une jolie écriture.

Même pour vos lettres anonymes : "Tu vas crever, enculé" passe toujours mieux sur un post-it Hello Kitty. Dites-le avec des cœurs.

Ne soyez pas odieuse

Déjà, parce que c’est réservé.

Les filles féminines passent presque tout leur temps sur leur téléphone. Veillez alors à ce que le vôtre ait une jolie coque adaptée à votre style.

Les filles pauvres seront donc condamnées à se laisser pousser des testicules.

super-cute-sweet-girly-phone--large-msg-137493479807

Hurlez au monde à quel point vous avez du goût.

C’est d’ailleurs précisé plus bas :

Lorsque vous achetez un téléphone, choisissez une couleur féminine, comme du vert citron, du rose, du bleu clair, etc.

"Bonjour Monsieur le vendeur, je voudrais ce téléphone qui me plaît beaucoup. L’auriez-vous en rose ?
- Ah non, en noir seulement.
- Punaise de lapinou ! Mais il me plaît, je peux le prendre quand même ?
- Désolé Madame, il est réservé aux gens pas féminins. Par contre, j’ai cette sombre merde hors de prix en rose pour vous.
- Hmmm… je vois que vous me prenez pour une conne, mais en tant que fille, je dois rester gentille. Tant pis pour mon QI : je le prends. Bon, maintenant, où ai-je mis mon stylo Totally Spies ?"

0

Tenez, rien que ça : mon cœur bat déjà la chamade.

Si vous avez un talent ou un savoir-faire particulier, comme la danse, le dessin, le chant ou jouer d’un instrument, ne le dissimulez pas, travaillez ce talent. Montrez aux gens à quel point vous êtes douée en partageant votre art, ou en leur jouant un morceau.

Ainsi, si depuis votre plus tendre enfance, on salue votre interprétation unique de La digue du cul jouée à l’aisselle, n’hésitez pas. Aux soirées de l’ambassadeur, la plus en vue, ce sera vous.

Une fille féminine ne devrait pas avoir trop de poils sur les jambes (quelques poils sont acceptables), et devrait avoir les aisselles lisses.

"Acceptables" : si jamais vous oubliez et dépassez le niveau autorisé par WikiHow, vous êtes condamnée à mort par immersion dans la cire.

Aimez-vous. Toujours. Vous êtes parfaite dès le réveil, et tout ce que vous ajoutez ensuite est pour vous et personne d’autre.

Mais quand même : si vous êtes un peu poilue ou si vous ne mettez pas de gloss, vous êtes une sacrée merde.

Définitivement : merci, WikiHow pour tous ces bons conseils. Nul doute que mon lectorat féminin se sentira mieux après avoir accepté ces conseils aussi efficaces que pertinents. On vous attend.

Sur ce, et puisque WikiHow propose quantité d’autres articles, comme "Comment pratiquer la magie", je pense que je vais aller préparer un article "Comment invoquer Satan".

De toute manière, comment cela pourrait-il être pire ?

Mesdemoiselles, je vous laisse en débattre avec vos autres personnalités.

Parfois, la journaliste de presse féminine sent que sa fin est proche.

Mystère encore inexpliqué par la science actuelle, il semblerait que certaines rédactrices d’un nombre conséquent de magazines puissent sentir lorsque leur heure est venue. Un matin, après une longue carrière rythmée par les fashion weeks , les numéros spéciaux régimes de l’été ou les hors-série "Comment retonifier son gros cul après les fêtes", la journaliste (si, allez : Nikos Aliagas prétend bien en être un, pourquoi pas elle ?) sent que quelque chose dans l’air a changé. De petits détails lui mettent la puce à l’oreille : l’acteur qu’elle a en fond d’écran n’a plus eu de premier rôle depuis un moment, son placard ferme chez elle, et pire encore, elle se demande si, en fait, les über-franges, ce ne serait pas moche. Alors qu’elle s’interroge afin de savoir s’il ne serait pas temps de reprendre ses études, et qu’elle commence donc à chercher le numéro de sa directrice d’école primaire pour voir si elle peut faire la prochaine rentrée en CM2, elle lâche brutalement le combiné, et soudain, elle réalise l’odieuse vérité.

Le fond d’écran qui date, les fringues en quantité raisonnables, les franges qui ne lui plaisent plus : elle est devenue ringarde dans son milieu.

Ni une, ni deux, ses collègues repèrent instantanément sa manière inhabituelle d’agir (elle glousse 20% de moins que la normale) et sentent naturellement ce qu’il en est : avant qu’elle ne contamine tout le troupeau, les bougresses se ruent vers son bureau dans un tonnerre de semelles compensées, puis assomment la fautive à l’aide du classeur servant à classer les photos de Justin Bieber. Une fois la malheureuse ainsi estourbie, une camionnette faisant quotidiennement la tournée des journaux de ce calibre (un métier difficile) charge l’animal et l’emmène jusqu’à sa nouvelle destination : un vaste hangar de banlieue parisienne entouré de miradors, où se trouve un journal qui prendra soin d’elle, mais ne la laissera pas pour autant imprimer quoi que ce soit sur papier. Un lieu où l’on sent bien que si le coeur est encore à l’ouvrage, le reste ne suit plus.

Ce lieu, c’est Elleraconte

Et lorsque l’endroit déborde, l’excédent est directement envoyé au Grand Journal

Cimetière des éléphants des rédactrices fatiguées, on peut ainsi y trouver quantité de conseils de séduction que, comme il se doit, je ne puis m’empêcher de partager avec vous tant leur qualité est tout simplement formidable. Ainsi Mademoiselle, vous pouvez découvrir en ces lieux maudits de précieuses astuces pour attirer l’attention d’un homme tout en évitant quelques erreurs classiques, et même apprendre à repousser de potentielles concurrentes. Evidemment, pour celles déjà en couple, vous trouverez tout de même de quoi enrichir votre quotidien.

Ainsi, prenons un exemple précis : Mademoiselle, vous êtes timide. Si. Vous aimeriez bien attirer l’attention de ce bel homme, là bas, au bar, cravate rouge au col et cheveux blancs en bataille, occupé à expliquer à la serveuse pourquoi elle a deux minutes pour monter dans son coffre si elle tient à ne pas faire couler son maquillage. Comment faire ? Pas de problème : la rédaction d’Elleraconte a la solution pour vous.

Le regard 

En effet, le regard est le premier contact que vous devez effectuer pour attirer son attention. Lancez-lui quelques regards furtifs, il comprendra. Il faut instaurer un contact visuel avant le contact physique.

Je sais, ce n’est pas évident évident comme ça, mais si : il faut d’abord regarder quelqu’un avant de le toucher. Non parce que si vous touchez les gens au hasard dans un bar, cela peut vite créer quelques malentendus. Evidemment, ce conseil ne s’applique pas si vous êtes dans un club échangiste, auquel cas, à vous douces folies si le coeur vous en dit. Idem si vous êtes par exemple Amadou et Mariam, mais pour d’autres raisons.

Bien. Vous avez repéré votre cible, et il vous a aperçue en train de le regarder brièvement ? Que faire maintenant, vous dites vous, rougissante ? Passons à la suite des opérations.

L’indifférence 

Une fois les petits regards lancés, faites comme s’il n’existait pas. A ses yeux, vous devez représenter un challenge pour lequel il doit se battre.

Oui, mais si vous n’avez pas le physique d’un challenge façon grand prix de Monaco mais plutôt du genre coupe champignon de Super Mario Kart ? Qu’importe : Elleraconte vous dit que ça marche ; en faisant du rien, ils tomberont tous à vos pieds. En fait, si vous merdiez avant, c’est parce que vous essayiez de faire un truc comme, je ne sais pas moi, parler. Quelle idée, auriez-vous oublié votre nature de femelle ? Bref : restez immobile, ne le regardez pas et ne réagissez à rien.

Ce qui explique les statistiques de la nécrophilie : les mortes sont de sacrées allumeuses si j’en crois ce magazine. Ce qui explique aussi d’ailleurs la présence de feux follets dans les cimetières du même coup. Balaise. On s’instruit par ici, dites-moi.

Mais trois autres sages conseils vous sont par la suite prodigués pour compléter ces deux-ci et laisser la magie agir :

  • prendre soin de soi
  • sourire
  • être naturelle

Parce que comme ça, ce n’est pas forcément évident du premier coup : mettre en avant son herpès est par exemple déconseillé par Elleraconte, et faire la gueule, voire insulter la grosse mère (vous supputez au pied levé) de votre cible, à mettre au rancard. Le "être naturelle" ne s’adresse bien évidemment qu’aux vampires, loups-garous, lectrices de Marc Lévy et autres créatures surnaturelles qui doivent ranger leurs éléments les plus effrayants pour ne pas faire fuir les habitants de notre plan si tristement banal. Je pense sérieusement que la donzelle qui a écrit ça regardait L’Exorciste tout en rédigeant sa chronique.

Evidemment, d’autres astucieux conseils vous sont prodigués en ces lieux, comme donc, les erreurs à éviter :

- La tenue provocante.
Les hommes aiment ça c’est vrai mais si vous l’êtes trop ils penseront à vous comme un objet sexuel et non comme une personne sensible. Si vous ne voulez pas d’une relation primaire ou d’une seule nuit évitez cela.

Du coup, ne pensez même pas à draguer à la plage : vous serez tout le temps un objet sexuel puisqu’en bikini. D’ailleurs, chacun sait que sitôt au contact du sable, le mâle se transforme en dangereux prédateur qui ne voit plus d’êtres sensibles autour de lui, mais uniquement des proies sexuelles. Ce qui a provoqué beaucoup de malentendu sur le tournage de "Bonne nuit les petits", Nicolas devenant plus d’une fois berserk en fonçant sur Pimprenelle. Seule l’intervention de Nounours, ex-instructeur de close combat de la légion étrangère, a permis à la jeune fille de rester en un seul morceau durant de nombreux épisodes.

- La vulgarité.
Ne faites pas d’allusions sexuelles ou tendancieuses, vous passerez pour une gourde nymphomane.

C’est un domaine réservé aux hommes.

-Pas de politique.
Ne parlez pas de sujet comme celui la. Imaginez qu’il ne soit pas d’accord avec vous, cela mettra un froid entre vous. Préférez les sujets anodins mais pas superficiels. Lui raconter comment vous brossez vos cheveux ne fera que vous rendre superficielle à ses yeux.

Oui hein, c’est pareil : réservé aux hommes. Attendez, vous êtes une femme, vous n’allez quand même pas parler d’un sujet aussi complexe ? Je veux dire : parler de politique de manière ouverte et intéressante, c’est strictement impossible pour vous. Alors laissez ça aux grandes personnes, voulez-vous ? On vous a déjà filé le droit de vote, vous n’allez pas en plus débattre ou évoquer des idées, quoi, merde.

Je cherche Elleraconte sur Osez le féminisme… voyons voir… hmmm, non, rien. Visiblement, c’est parfaitement normal.

"Holala, moi vous savez, sortie de la cuisine et des poneys, hein, hihihuhuhuhuhihi"

-Ne parlez pas trop.
En dire trop c’est perdre votre attrait. Si vous racontez tout d’un trait que lui restera t-il à découvrir de vous ? Il n’y aura plus aucun mystère.

Bin oui, hein : s’il vous connait, vous ne serez plus intéressante, en fait. Vous n’êtes pas un être complexe et intriguant, le site insiste bien. En fait, je crois qu’il sous-entend depuis un moment que votre meilleure chance reste de fermer votre gueule.

Résumons : vous devez rester immobile, ne rien faire et ne rien dire. Et avec ça, ils vont tous tomber.

Mais pour votre beauté intérieure, hein, évidemment.

Cela dit, mettons : alors que vous étiez en train de faire votre autiste, comme Elleraconte vous le recommandait avec goût, voici que parait une autre donzelle qui elle, n’a pas lu le site et fait donc n’importe quoi, comme par exemple, aborder votre cible. Comment faire pour redevenir le centre de son attention autrement qu’en ayant les plus gros seins de la pièce ?

Aucun problème : Elleraconte dresse le portrait de vos ennemies potentielles, et vous donne d’astucieux conseils pour les bouter loin de là.

La marrante

Une fille marrante, c’est sournois. On la voit, bouille sympa, couettes au vent, faire la fofolle ou la bouffonne de service. On le voit, lui, rigoler de toutes ses (belles) dents. Dans votre tête, vous vous dites qu’il n’y a pas d’embrouille, qu’il trouve cette fille sympa, point barre. Jusqu’au moment où vous la voyez, pliée en deux (et sur lui), la main dans la sienne !

Visiblement, chez Elleraconte, une fille marrante a visiblement l’apparence d’une enfant de douze ans tirée d’un épisode de Corky. Bien que la chose soit intrigante, ce qui l’est encore plus, c’est que vous puissiez la voir "pliée en deux (et sur lui), la main dans la sienne" : en général à ce moment précis, on vous demande ce que vous foutez dans la chambre, sale perverse. Mais qu’importe, car voici venir une solution adaptée :

Comment l’éliminer ?

Ne venez pas sur son terrain, à moins d’avoir fait, vous aussi, l’école du rire. Inutile pour autant de vous la jouer cassante, n’est pas « Brice de Nice » qui veut ! Devenez plutôt sa copine. Eh oui, il est bien connu que les filles raflant la mise sont souvent celles de l’arrière garde. S’il est malin, il apercevra juste derrière la comique qui gesticule, une fille discrète, au minois charmant… c’est à dire, vous !

Voilà ; la stratégie ne change pas : faites du rien. Et priez fort pour que la jeune fille rigolote succombe à un arrêt cardiaque brutal, vous laissant ainsi le champ libre pour être repérée par le mâle que vous convoitez. Oui, parce que sinon, c’est mort (sans mauvais jeu de mot) : merci, Elleraconte.

Votre concurrente est d’un autre type ? Pas de problème.

L’intello

Mais de quoi parlent-ils ? Ça vous agace, à la fin ! Voilà une demi-heure que vous faites l’hippocampe, immobile et muette, à mater le ping-pong verbal entre elle et lui. Cette fille n’a pas les lunettes de la première de la classe, elle semble ni coincée ni gonflante… et elle peut parler des heures de jazz ou de cinéma iranien. Le pire c’est que Roméo semble accroc ! 

Oui, parce que normalement, une fille intelligente est coincée/gonflante/à lunettes, c’est connu.

Comment l‘éliminer ? 

Puisqu’il semble attiré par les filles « cérébrales », renseignez vous sur ses centres d’intérêts… et potassez ! Il aime l’opéra ? Révisez vos classiques ! L’écologie l’intéresse ? Blindez-vous en surfant sur des sites spécialisés… L’idée n’est pas d’être aussi calé que lui, au contraire : montrez-vous juste séduite par ce qui le touche. Il se fera un plaisir de vous initier à ses passions et devenir votre mentor ! Et il finira par délaisser « Gros Q.I. » !

Personnellement mon grand jeu consiste à fréquenter des lectrices de Elleraconte puis à faire des calembours nazis en soirée. Mes victimes potentielles suivant les précieux conseils de ce site féminin de qualité, je suis toujours heureux de les voir m’aborder d’un "Hey, salut, toi aussi tu aimes Himmler ?" "Aaaah, j’adorerais visiter Munich !" "Tu sais, je trouve qu’Eva Braun était vraiment une femme très courageuse." Il n’y a plus alors qu’à sourire en savourant ce délicieux flot de belles paroles, tel un délicieux nectar de manipulation de mauvais goût. Hmmm, c’est si bon.

Cela dit, après, si vous êtes vraiment joueur, vous pouvez proposer discrètement un petit anschluss à la jeune fille, mais là, chacun fait bien ce qu’il veut.

Si j’en crois Elleraconte, voici la photographie exacte d’une fille intelligente ET drôle

La pouf

Dans toutes les classes, il y en a une : on la voit, on la sent de loin… Habillée provoc, parfumée provoc, maquillée provoc, elle marche en reproduisant les mouvements d’un balancier de pendule. Tous les mecs se retournent, même LUI.

Comment l’éliminer ?

Patience est mère de sûreté ! Laissez aller. Jouez-la discrète, attendez votre heure. Car les filles qui plaisent à tous, et très vite, sont aussi celles qui lassent les premières. C’est comme une fraise Tagada posée sur une table : elle est là, disponible… trop disponible ! Vous pouvez, mais c’est mal, ébruiter le fait qu’elle s’est déjà emballée plein de mecs cette année. La vérité si tu mens ! La rumeur fera ensuite son travail, pour arriver jusqu’aux oreilles de Roméo…

La comparaison avec la fraise Tagada laisse rêveur. En tout cas, là encore, notez : surtout, ne faites rien. Attendez simplement votre tour, comme tout le monde, merde. Avec un peu de bol, et si vous êtes assez patiente pour attendre que Monsieur se lasse (au bout de 3 ans et 2 enfants, méfiez-vous tout de même), peut-être aurez-vous la joie de profiter de l’une des nombreuses MSTs qu’il aura ainsi récupérées.

Il n’y a pas à dire : tout cela vend terriblement du rêve.

La sportive

Qui dit sportive, dit corps de rêve. C’est elle qui saute le plus haut, court le plus vite, marque le plus de buts au hand. Elle a ce côté sain, belle des champs, qui peut plaire. Vous, vous n’êtes pourtant pas grosse, mais bon… la flemme, les gâteaux au chocolat…

Comment l’éliminer ?

Vous n’avez que deux possibilité : sois vous vous inscrivez dans un club de gym, sois vous emmenez le garçon sur un autre terrain : le vôtre. Invitez-le à goûter votre fameuse tarte au chocolat. S’il se resserre c’est bon signe ! A terme, il risque fort de préférer la paresse gourmande avec vous aux parcours de santé avec la folle du stade !

Attention tout de même : sportive = corps de rêve est une équation qui a été depuis longtemps prouvée comme étant fausse par la plupart des anciens pays du bloc de l’Est. Après, personnellement, offrir des confiseries et pâtisseries pour attirer votre cible, c’est une riche idée. Quantité de gens le font, nus sous leurs imperméables devant les écoles, et à ce qu’il parait que ça ne marche pas trop mal. Bonne idée.

Allez, soyons fous : vous avez réussi à harponner votre cible, mais maintenant, vous voulez la garder. Comment faire ? Et bien c’est simple, nous dit Elleraconte, il suffit de pimenter un peu le quotidien avec des idées qui font rêver. Comme quoi par exemple ?

Et bien avec, je cite "son propre jeu de l’oie"

Je… ah oui tout de même. Moooui. Et donc ?

Un jeu de l’oie coquin compte 63 cases comme son modèle original, il se joue avec un dé et deux pions, un par joueur et se joue en couple. Sa règle est simple, le premier arrivé à la case "arrivée" remporte la partie, il doit s’arrêter précisément sur celle-ci avec le chiffre de son dé. Si ce chiffre est trop haut, il reviendra en arrière du reste de celui-ci.

Vous le voyez arriver, cet affreux moment où vous vous faites horriblement chier devant un plateau de jeu avec l’être aimé ? Pourquoi pas un Scrabble coquin ? Ou un bingo coquin ? Et puis ensuite mater un épisode de Derrick coquin et aller se coucher aussi, non ?

Sans compter que Mesdemoiselles, ne faites pas les innocentes : on sait très bien comment vous jouez. Ho, et Messieurs, j’en connais aussi chez vous, des mauvais joueurs puissance 12 façon "Ah putain non tu relances le dé, il est cassé sur le bord du plateau, ça compte pas là naaaan t’as pas gagné arrête tout à l’heure moi j’ai dû relancer alors tu relances !". Je pense que ni la notion de "ludisme" ni celle de "coquin" n’ont été assimilées dans le coin. Ce truc est juste une sorte de rituel d’invocation de situation gênantes, mais avec un plateau moche en guise de pentacle.

Au départ, chaque joueur se place sur la case départ. A tour de rôle, vous allez lancer un dé pour définir le premier à jouer : celui qui aura fait le plus grand nombre commencera et les autres suivront dans le sens des aiguilles d’une montre. 

Oui, dans le sens des aiguilles d’une montre hein : sachant que ce jeu se joue à deux, il faut le préciser, sinon, pfiou, tiens je sais plus à qui c’est de jouer moi.

Joueur d’échecs mimant une montre avec le doigt pour savoir à qui c’est de jouer

Une fois que l’ordre de passage est établi, la partie peut commencer. Chacun son tour, le joueur lancera un dé et avancera de tant de cases que le dé l’indique. Votre chemin sera parfois paisible (cases simple passage), d’autres fois il sera bénéfique pour vous (cases récompense) mais aussi les autres fois, sera synonyme de dette que vous rendrez à votre partenaire ou d’effeuillage où vous devrez ôter un vêtement.

"Pourvu que je tombe sur la case fellation", se dit Philippe en faisant rouler le dé dans sa main, notant que Valentine avait rajouté des cases "Vaisselle" drôlement érotiques à vue de nez. L’expression "piper ses dés" n’aura jamais été mieux employée.

Rah, mais fi des grivoiseries : poursuivons.

- En dehors des cases "départ" et "arrivée", le plateau contient 15 cases de simple passage où vous êtes en sécurité puisqu’il ne se passe rien. Elles correspondent aux numéros : 2 ; 5 ; 8 ; 11 ; 17 ; 20 ; 23 ; 28 ; 35 ; 37 ; 39 ; 43 ; 48 ; 51 ; 57.

Sachant que c’est un jeu pour faire des choses avec son ou sa partenaire, voir que l’on parle en termes si positifs du fait qu’il ne se passe rien est déjà assez inquiétant en soi.

- 13 cases sont des pénalités où vous devrez alors exécuter un gage à votre partenaire. Elles correspondent au numéros : 6 ; 9 ; 12 ; 18 ; 19 ; 27 ; 31 ; 36 ; 42 ; 45 ; 52 ; 54 ; 58.

- 12 cases sont des récompenses où vous aurez le plaisir de vous faire bichonner par votre partenaire. Elles correspondent aux numéros : 4 ; 7 ; 15 ; 16 ; 24 ; 29 ; 32 ; 40 ; 44 ; 49 ; 55 ; 61.

- 13 cases sont des cases effeuillage où vous devrez retirer un vêtement et le confier à votre partenaire (quand la personne est entièrement nue, cette case n’a plus d’effet). Elles correspondent aux numéros : 3 ; 10 ; 13 ; 21 ; 22 ; 26 ; 34 ; 38 ; 47 ; 50 ; 56 ; 59 ; 62.

Et quand vous vous retrouverez nus comme deux andouilles à jouer au jeu de l’oie, en sachant que Madame d’habitude a froid aux pieds même sous une couette d’un mètre trente d’épaisseur, provoquant dans le cas présent un refroidissement instantané de toute sa personne, vous pourrez sérieusement commencer à vous demander "Mais ? Mais qu’est-ce qu’on fout, là ? Germaine, qu’est-ce qui nous arrive, sommes nous devenus si cons ?"

En fait, c’est tellement nul que je pense que Klaus Barbie a utilisé ce jeu durant ses interrogatoires (une variante sobrement appelée "Jeu du pas de l’oie") :

"Ach ! Ch’ai encore eu la ponne case, ja ? Je rechoue !
- Noooon… arrêtez, c’est odieux… lâchez ce jeu de merde ! C’est insupportable !
- Neiiiin, mein kleine freund, che rechoue, z’est le cheu. Ein, zwei, drei… hooo ch’ai ein gage ! Che tire ein carte !
- Pitié je… d’accord, je… je fais bien partie du réseau Liberté & Gratin dauphinois, mon supérieur s’appelle le Colonel Petipas, il a une chambre à l’auberge juste au sud d’ici mais j… pitié… lâchez ce dé…
- Ho ! Che rechoue encore ! Che m’amusse tellement !"

0
Mais ce n’est pas fini.

- 5 cases sont des retours de cases où vous reculerez du même nombre de cases que le dé vous l’indiquera en le lançant.

- 3 cases sont des retours à la case départ, si vous vous arrêtez dessus, vous êtes obligé de vous placer sur la case départ et de recommencer le parcours

Voilà : vous pouvez donc, au nom de l’érotisme, passer encore 45 minutes nus comme des vers, grelottant, à chopper la crève autour d’un plateau de jeu de l’oie fabriqué avec de vieux cartons de yaourts. Autant vous le dire : l’excitation sera à son comble à ce moment là, et, Mesdemoiselles, nul doute que pareille idée fera de vous une véritable déesse pour votre compagnon qui ne pourra même plus imaginer se passer de vous.

Ou alors, on retrouvera votre corps à demi-calciné au milieu de cartons non-identifiables, des dés coincés dans les narines, sur un terrain vague du côté de Mourmelon.

Voilà, définitivement, je crois que j’ai envie de dire : merci, Elleraconte.

Mesdemoiselles, vous savez ce qu’il vous reste à faire pour nous faire rêver.

Paris, octobre 2059

Le verre de synthé-scotch claqua sur le comptoir du bar lorsque Richard Dequart le reposa sans précaution après l’avoir vidé cul-sec. Derrière le zinc, l’hôtesse lui jeta un regard légèrement méprisant avant de s’emparer de l’objet, hésitant quelques secondes lorsqu’elle aperçut le type en trench-coat lui commander d’un geste de la main hésitant de le remplir à nouveau. Sitôt qu’elle eut glissé le verre aux glaçons craquant à l’air libre sous le nez de son client, Richard s’en saisit et le vida à nouveau d’un trait.

"Ancore.
- Je croit que vous aver assez bu pour ce soir, Runner."
  

Richard releva péniblement la tête pour fixer la jeune fille de ses yeux vitreux ; en grattant le mauvais rasage descendant de sa chevelure désordonnée aux tons châtains, il se demanda l’âge que pouvait avoir la serveuse. Probablement la moitié du sien : il se sentait vieux et hors-jeu rien qu’à la regarder ; elle n’avait probablement jamais connu les émeutes de 2038, et les épidémies de 2022 devaient être d’ennuyeuses histoires de ses parents.

"J’ai dis ancore. Je payes assez d’eurocrédits pour sa. 
- Vous connaisser les règle : pas de F5 après le second sans un alcootest d’abord."
  

"Sociéter de mairde", marmonna Richard. Il détestait l’expression "F5", petit truc rétro supposé vouloir dire "rafréchissemment" sans qu’il comprenne bien pourquoi. Truc rentré dans le dictionnaire en 2019 en référence à des pièces de vieilles machines du XXe siècle dénommées "clavier", ou quelque chose du genre, si ses souvenirs de l’académie étaient bons.

Richard était un Runner, un membre d’une force d’élite chargée de faire respecter les nouvelles conventions grammaticales et orthographiques. Depuis les grands combats des années 2010, la langue n’avait eu de cesse d’évoluer pour devenir plus belle, plus égalitaire ; hélas, dans l’ombre, des hommes et des femmes d’obédience fasciste continuaient de vouloir préserver les règles de l’ancien monde et prétendaient que tout cela, c’était "de la connerie". Les Runners étaient là pour les empêcher d’agir ; formés dans une académie spéciale au tir, au combat au corps à corps et aux règles de grammaire passées et présentes pour savoir tant ce qu’ils défendaient que comprendre leur ennemi, ils pourchassaient sans relâche les membres de ces groupuscules pour les renvoyer en rééducation à Skyblog Bay, un centre de coercition grammaticale tenu par une corporation privée travaillant main dans la main avec l’Etat.

En 2041, le rouge a été remplacé par le rose, parce que "Les garçons ont le droit au bleu sur le drapeau, alors pour avoir l'égalité, il nous faut le rose, sinon c'est machiste"

Derrière les persiennes qui couvraient les vitrines du bar, Richard pouvait apercevoir sur le vieux mur en face de l’établissement des tags de ses ennemis, qui bien qu’invisibles la plupart du temps, n’avaient de cesse de couvrir la cité de règles de grammaires et de conventions orthographiques dictatoriales et passéistes. Là, sur ce mur de résidence fatigué, on pouvait lire à la lueur d’un lampadaire grésillant "Dilemme, pas dilemne !" ou "L’infinitif, c’est pas impératif !" juste au-dessous d’une inscription officielle "Afficher ici se que vous vouler" certifiée par le Ministère de le Francophonie.

Faire respecter le Francophonie était relativement complexe dans ce monde qui n’avait de cesse d’évoluer : chaque mois, l’assemblée passait de nouveaux mots et nouvelles règles pour suivre des lobbys influents ; régulièrement, de nouveaux messages tombaient sur l’I-Plant de Richard, son implant crânien de dernière génération lui permettant d’enregistrer directement dans sa mémoire les nouvelles règles à appliquer. Parfois, il se demandait comment on faisait, avant tout cet équipement. Son mentor, Matthéo rOkssOr_18 lui racontait souvent comment les choses étaient difficiles, au début, quand les gens se montraient encore tellement conservateurs qu’il fallait se battre pour appliquer la moindre nouveauté à la langue. Richard ricana en repensant à la première fois où il avait rencontré Matthéo, la légende des Runners, les yeux embués par l’émotion : c’était rOkssOr_18 qui avait abattu Bernard Pivot, l’un des leaders fascistes alors qu’il réunissait en secret des gens dans les catacombes de Paris pour donner… des dictées. Brrr.

"Poke !
- Poke."
 

La clochette au-dessus de la porte du bar tinta lorsque le nouvel arrivant la passa, saluant la salle de la manière traditionnelle imposée par la Grande Réforme de 2030, dites "Facetweet", du nom de la corporation ayant soutenu son passage à l’assemblée et fait rentrer "J’aime" comme nouvelle manière d’approuver un propos dans le dictionnaire. Richard observa le type aller s’asseoir sur l’un des tabourets près du zinc, faisant craquer le faux-cuir de tout le poids de son embonpoint. Derrière eux, une femme âgée qui savourait jusqu’alors son sojakawa en lisant le journal s’approcha du I-Juke pour lancer un bon vieux morceau du début du siècle, du Justin Bieber. Y’a pas à dire, les vieux morceaux étaient toujours les meilleurs. On savait faire de la musique en ce temps-là.

"Allez Runner, oublier l’alcootest, vous m’aver l’air bien nostalgique. Raconter-moi ce qui vous rends triste comme sa."
  

Richard se retourna vers la serveuse, notant que celle-ci s’était accoudée sur le comptoir, ouvrant ainsi un formidable point de vue sur l’intérieur de son débardeur ; le Runner se concentra pour fixer ses yeux, se répétant intérieurement qu’il aurait pu être son père.

"Vous saver, je ne fait pas un métié facile. Des fois, je me dit que je me fait vieux, que je n’arive plus à suivre.
- LOL c’et normal, vous saver. Depuis qu’ons ont nommé Cyber-Xavière Tibéri en tant que ministresse de le Francophonie, c’est vrai qu’il y a pas mal de loi chaque semaine, sa dois être dur à suivre.
- J’aime. Les conservateurs sons d’ailleurs de plus en plus actif ; un nonbre croissant d’illuminer de leur secte considère le Bescherelle comme un livre sain ; l’autre jour, ons ont carrément tenter de posé une bonbe station Loovre-Rivaulee, au motif que la nouvelle plaque apposer après les réfexions ne serait pas conforme au nom original de l’endroits. Quel bande de passéiste !
- Oui, les mêmes qui ont refuser que l’on transforme des noms masculins en féminins et inversement afin d’obtenir la pariter dans le dictionnaire. Foutus rétrograde ! S’est pas avec des gens comme eux que nous les femmes, on aura un jour l’égaliter. 
- Je sait, vous n’imaginer pas à quel point ons considèrent les textes comme importans. L’autre jour, on en a encore choppé une dizaine qui dealé des texte d’un certain "Maître Eolas" directement au pied de la tour Eifelle. Ons osent tout."
  

En 2059, la suppression des cours d'histoire-géographie a persuadé l'ensemble de la population que la tour Eiffel avait été érigée en hommage au groupe de musique éponyme

L’implant crânien de Richard tourna à plein régime tout du long de la conversation, analysant la prononciation et l’élocution de son interlocutrice pour confirmer qu’elle utilisait les règles officielles de le Francophonie ; c’était à ça que l’on reconnaissait les conservateurs, ces fichus terroristes : aux détails. Mais tout du long, l’hôtesse avait utilisé les règles officielles correctement : du LOL (intégré au dictionnaire en 2018), un refus des accords (considérés comme sexistes en 2015), une utilisation aléatoire de l’orthographe et de la grammaire (la chute des notes de français avait alerté en 2023 Steevy Boulay, ministre de l’éducation lors du second mandat de Jean-François Copé, et afin de redresser les notes des élèves, avait fait supprimer les cours de français permettant ainsi de satisfaire tant les bambins que les journalistes qui critiquaient les statistiques des échecs au bac français, ainsi que l’on réglait tous les problèmes d’éducation depuis 2002). Bref : cette jeune fille était une citoyenne exemplaire, véritable Molière moderne quant à sa maîtrise de la langue ; cela faisait toujours plaisir de discuter avec des gens éduqués, qui savaient utiliser correctement la nouvelle personne du pluriel, "Ons", remplaçant avantageusement "Ils" et "Elles", pronoms porteurs de préjugés.

"Vous parler drolement bien, belle maitrise de la langue. Dite-moi: d’ou vous viens cette éducacion ?
- Ho, j’étudis un peu… je voudré ètre conservatrisse au Musée de l’Homme ET DE LA FEMME. Serveuse, s’est juste le tant de payé mes étude. 
- Beau projais. 
- Merci. Maintenent, excusé moi, je vai servir l’autre cliant."
   

Elle s’éloigna d’un pas rapide jusqu’à son voisin, prenant la commande pendant que Richard se demandait ce qu’il en aurait été de lui si le monde n’avait pas tourné ainsi. Aurait-il sacrifié autant pour son travail ? Se serait-il marié ? Aurait-il pu voir grandir une fille comme celle là, et l’aider à poursuivre ses ambitions ? Tout avait commencé avec la loi sur la libre orthographe des prénoms et le choix de ceux-ci, et ensuite, tout s’était enchaîné : fin de certains mots, apparition de nouveaux, mise en place de lois précises… parfois, il se demandait ce qu’il se serait passé si, au lieu de changer les règles pour s’adapter aux nouvelles générations qui prétendaient ne pas arriver à les apprendre, on avait amélioré l’éducation des dites générations pour qu’elles puissent apprendre au moins aussi bien que leurs ancêtres ? Il chassa brièvement cette idée de son esprit, se disant que c’était probablement comme cela que l’on devenait un vieux conservateur.

Soudain, sa vision devint rouge, et de nombreux messages d’alerte s’affichèrent sur son holo-rétine, l’informant d’un danger immédiat. Bondissant en arrière en faisant choir son tabouret dans le mouvement, Richard tira de son holster son pistolet, braquant le laser de visée vers le type obèse qui s’était assis à sa droite tout en tirant son badge de sa poche.

"Dit donc toi, le gros !
- Pardon ? Moi Moncieur ? Que… qu’aisse que j’est fait ?
- Regarde mon badge ! Runner d’Etat, division des crime ortografiques ! Allonge toi sur le saule ! 
- Mer enfin je… je venez juste…
- Tu t’ai trahi ! Passe encore ton accent, mais tu vient d’appelé la dame "Mademoiselle !" Tu c’est très bien que c’et interdis, car sexiste !"
  

Le type à l’épatant embonpoint baissa doucement les mains, observant la sueur couler sur les tempes du Runner.

"Bravo Runner, pour ce coup, vous m’avez eu. Mais vous aviez raison sur un point : nous sommes de plus en plus actifs. Grammaire vaincra !"

Le temps que Richard appuie sur la gâchette, le type avait déjà ouvert en grand sa veste, révélant que son large bourrelet n’était pas constitué de gras, mais de bien autre chose.

"Du Tekssmeksse !"

Hurla le Runner avant qu’une explosion ne le réduise, ainsi que l’intégralité du café "Le Facebar", à l’état de chaleur et de lumière.

Le bon côté, c'est qu'en 2059, tout le monde trouve les blagues sur le 21 décembre 2012 absolument nulles.

___________________________________________________

Louise bondit en hurlant dans le lit, apposant ses mains partout sur elle-même pour s’assurer qu’elle était bien réveillée ; la sensation de la sueur sur sa peau coulant entre ses doigts lui confirma que tout cela n’était qu’un mauvais rêve.

"Grmmmbllll…. c’que c’est ?" – dit une voix pâteuse à côté d’elle.

Elle hésita quelques instants, cherchant à se rappeler les détails de son rêve.

"Je… j’ai rêvé que la langue française était régie par des lobbys plus ou moins idiots qui demandaient des modifications de la loi pour un oui ou pour un non. Hoooo, si tu savais, c’était affreux ! 
- Hmmmm…. pffff… du genre ?
- Et bien par exemple, les féministes avaient demandé à ce que l’on féminise des accords, ou des mots en pagaille pourvu de donner l’impression de faire avancer la cause… c’était bizarre."
  

Son voisin se redressa dans le lit.

"Louise allons : les féministes ne sont pas si bêtes ; je veux dire : même en féminisant les accords, du genre en utilisant la règle du "l’adjectif s’accorde avec le dernier nom dans une suite, et pas automatiquement le masculin s’il n’y a pas uniquement des termes féminins", ce serait complètement idiot : il resterait le "Ils" et le "Elles" : 999 filles et 1 garçon font "Ils". Alors à moins qu’elles décident de demander à ce qu’on applique cette règle en comptant les participants pour dire si il y a une majorité de "Ils" ou de "Elles" et en cas d’impossibilité de le déterminer, du genre ils sont un nombre égal ou inconnu, utiliser un nouveau pronom "Ons", ce serait un combat non seulement inintéressant mais parfaitement stupide puisque ne changeant rien.
- Oui, mais dans mon rêve, pour elles, c’était la langue française qui était sexiste.
- Allons, te dis-je ! Si c’était vrai, et si une langue influençait vraiment les gens, alors les féministes en question ne pourraient pas exister, puisqu’elles parleraient le français expliquant que quiconque parle français a une vision des choses machiste ! Leur simple existence serait donc la preuve de l’absurdité de leurs arguments. Allez, calme-toi.
- Oui… tu as raison…
- Maintenant, en parlant d’égalité hommes-femmes, je ne me souviens pas avoir entendu ces dames hurler sur le fait que les hommes ne peuvent pas avoir autant d’orgasmes qu’elle, alors hop, au boulot mademoiselle."
  

Louise fit brièvement la moue avant de disparaître sous les draps.

M’allumant un cigare, je me félicitais de ne pas être féministe : si je l’étais, je n’ose pas imaginer à quel point je deviendrais fou si des gens prétendant l’être sortaient ce genre d’énormité.

 

Février est un mois gnan-gnan.

C’est comme ça, que voulez-vous : avec la Saint Valentin, vous avez pu constater que bien avant la semaine dernière, tout le monde vous ennuyait avec de sombres histoires de cadeaux, de bisous et autres fleurs. Rien à voir avec le commerce, comme toujours. Par ailleurs, comme si un malheur sirupeux n’arrivait jamais seul, voici que c’est aussi la saison des Enfoirés, qui comme chaque année, reviennent se battre et lutter contre la pauvreté avec toute leur "générosité" (terme générique dont j’ignore la signification tant on le met à toutes les sauces sitôt que l’on parle d’artistes). Générosité qui s’arrête dès qu’il faut prendre plus de 5 minutes pour composer une chanson soi-même : nous avons donc pour la saison 2011 une énième reprise, tant de la musique que des paroles, avec seulement quelques phrases de changées, parce que sinon c’est trop fatigant. A noter aussi que, comme à chaque fois, on trouve parmi les Enfoirés de fabuleux personnages, comme Michèle Laroque, qui vous demande de filer votre pognon pour aider les plus pauvres, mais qui jusqu’en 2010, était en exil fiscal à Las Vegas, parce que donner du fric pour aider les autres, d’accord, mais à condition que ce soit justement le fric d’autrui.

Bref ; en ce mois rose et sucré, laissez-moi faire preuve d’un peu de parité, et me tourner vers nos amies les femmes pour leur proposer de traiter un sujet qui jusqu’ici, n’avait été vu que d’un point de vue masculin : la séduction.

Car les conseils de drague sur internet ne sont pas l’apanage des mâles velus ; moult sites proposent à ces dames de comprendre ces créatures à la fois mystérieuses et peu discrètes que sont les hommes. D’où viennent ils ? Que veulent ils ? Pourquoi s’acharnent ils toujours à pisser debout et à en mettre partout plutôt que de s’asseoir ? Et il y a l’embarras du choix ! Aussi, permettez-moi de vous proposer ce jour un pot pourri de quelques articles trouvés de-ci de-là sur la vaste toile, qui vous donneront, mesdemoiselles, car vous êtes nombreuses à fréquenter ces lieux, les clés pour que les possesseurs de chromosomes Y vous tombent dans les bras. Au moins ça, oui. Hmmm. Mais commençons plutôt.

 

L'homme : subtil, délicat, complexe, léger... un vrai mystère.

Tout d’abord, intéressons-nous à "Comment séduire un homme", fabuleux site qui affiche ainsi d’entrée de jeu le thème central qui est le sien.

Et le site est prévoyant ; en effet, avant de séduire un homme, comment en trouver un de bien ? Excellente question, à laquelle est fournie une toute aussi formidable réponse.

Du coup, comment trouver un mec bien? Sachez qu’il y a des signes qui ne trompent pas. Le mec bien a des qualités bien particulières et il y a des endroits où on a plus de chances de le rencontrer que d’autres.

"Des signes qui ne trompent pas". C’est du sûr à 100% les filles, alors suivez bien, surtout qu’on ne trouve pas le mec bien partout, attention, il a des endroits bien particuliers où traîner. En général, le mec bien défèque aux quatre coins de son territoire pour bien marquer que ce n’est que pour lui et ses congénères. Attention donc à ne pas marcher avec vos sandalettes dans l’un des coprolithes laissés par ces charmants garçons. Mais comment reconnaître le bougre au premier coup d’oeil ?

Le mec bien fait attention à lui. Il a une belle peau: pas d’UV à outrance (signe distinctif d’un homme superficiel) ni de boutons infectés (signe distinctif d’un homme négligé) et encore moins le teint pale (signe distinctif d’un pseudo artiste torturé)

Attention donc : le mec bien n’a rien à voir avec le fait d’être bien. Il a forcément un rayonnement de sa bonté sur son physique. Méfiance donc : si ses cheveux ne sont pas blonds et qu’il n’a pas un cheval sous lui, c’est probablement un fourbe. Et s’il a une rougeur sur la peau, c’est forcément un sinistre enculé. Parfois, le matin, le mec bien a un bouton de fièvre, et il ne peut que constater qu’aujourd’hui, il sera un connard. Et je ne vous parle pas des lépreux.

Tout comme ses ongles. Il ne se les ronge pas (signe distinctif des hommes stressés) et ils sont toujours propres.

L’homme bien n’est pas stressé, et ne travaille pas dans un milieu où il se salit les mains. L’homme bien travaille dans un bureau. Les ouvriers, ça reste quand même de potentiels suppôts de Lénine : autant les éviter comme la peste. Et puis bon, ils sont rarement riches : vous n’allez quand même pas coucher avec un pauvre !

Il n’a pas la pupille dilatée (signe distinctif d"un fan de substances illicites) et n"a pas de cernes (signe distinctif d"un accroc aux jeux vidéos)

Le mec bien n’a pas de cernes, il ne travaille donc jamais tard. Le mec bien est un branleur.

Le mec bien se cache partout. Il ne se fait pas remarquer donc les filles ne le voient pas forcement. Il est vrai que les filles fantasment davantage sur un bad boy ou un beau gosse.

Hé ho ! En début d’article, on nous vendait qu’il se cachait dans des endroits bien particuliers ; c’est quoi ce revirement, là, hop ? On nous aurait menti ? Il serait donc partout ? A noter que le mec bien ne fait pas fantasmer les filles. Allons donc jusqu’au bout du raisonnement : le mec bien, gentil et attentionné, il finit "meilleur pote", et il écoute Micheline pleurer que Brandon est un con 5 fois par mois, tout en sachant que cette dernière restera avec "pour ne pas être toute seule", et que si jamais Brandon la plaque pour Sylvie, celle avec les gros seins, elle viendra pleurer chez le mec bien qu’elle en a marre des salauds et qu’elle veut un type bien, avant d’aller entamer dès le lendemain une relation avec Gunthar, le vigile serbe psychotique du Franprix.

Justement, le site a aussi prévu le coup : Quels sont les bad boys à éviter ? 3 exemples !

 

Les Bad Boys : un gage constant de qualité

Non parce qu’il y a des bad boys fréquentables. Comme celui en photo pour illustrer l’article, le bien nommé Robert Patachon, alias Edward, le vampire dark-mais-kikinou-qui-boit-pas-de-sang-humain-et-qui-brille-au-soleil. Il est assez clair qu’il n’y a pas grand-chose à en craindre. A part ses sourcils, peut-être. Bref, quels sont les trois types de galopins à éviter, mesdemoiselles ?

Au début de votre relation, vous avez eu la surprise de constater qu’il vous avait menti sur certains « petits » points. Il avait des excuses plus ou moins convaincantes et vous avez laissé passer. Aujourd’hui, les mensonges sont de plus en plus gros et les excuses deviennent de moins en moins crédibles, si ce n’est inexistantes

Il faudrait donc éviter les menteurs ? Vous voulez dire, les mecs à qui, un jour vous demanderez "Mon choubidou, qu’est-ce que tu as regardé chez moi en premier ? Qu’est-ce que tu as préféré ?" et qui vous répondront "Tes yeux mon amour. Et j’ai beaucoup aimé ton sens de l’humour".

Hé bin, ça va faire un sacré tri dans l’humanité.

La bonne réponse étant "Tes loches" suivi de "Quand tu as enfin arrêté de causer". Ingénues que vous êtes. Mais donc, second bad boy à éviter ?

Le séducteur n’a qu’une chose en tête: entrer en contact ou être contacté par la gent féminine. C’est une obsession chez lui, il aime plaire, il sent que cela lui donne de l’importance. Il a comme un radar: dès qu’il voit ou qu’il sent qu’une fille lui plait un peu, il ne peut s’empêcher d’essayer de la faire craquer. Forcement, il en veut toujours plus et, un jour, il finit par vous tromper.

Le séducteur serait donc à éviter, tant il a l’habitude de foncer sur tout ce qui est vaguement féminin : en soirée, il bondit sur vos amies. En vacances, il passe son temps à offrir des verres au bar. A la montagne, il poursuit les chèvres en poussant des râles de jouissance ; en un mot comme en cent, il n’est pas sortable. A noter qu’il peut essayer de vous tromper discrètement, en vous pipotant un peu.

Il va également créer une espèce de  routine comme allonger sa journée de travail. Et quand il rentrera, il vous donnera plein de détails sur ce qui se serait passé au travail, ou pas. Un homme qui n’a rien à se reprocher ne s’amuse pas à raconter des choses très précises.

Notez la dernière phrase : un mâle innocent ne peut être précis. Il a beau essayer, il y a un champ de force qui l’en empêche ; s’il raconte une anecdote précise, c’est qu’il vous trompe. Par exemple, s’il vous explique que quand il était gamin, il avait un teckel prénommé Schnaps, c’est incroyablement suspect : ce petit enfoiré s’amuse à vous raconter des choses précises ! Il y a forcément baleine sous gravier ; était-ce un teckel ou bien une top-model suédoise ? S’appelait-elle vraiment Schnaps ? Avait-elle réellement uriné contre la balançoire du jardin ? Autant de question qui en disent long : une histoire trop précise est une histoire suspecte. Un homme est forcément grossier en toutes choses.

Contrairement à cette analyse, qui est très subtile.

Heureusement, dernier conseil pour vous mesdemoiselles, et dernier bad boy à éviter comme un rabouin dans le métro :

Le dealer ment sur ses journées de travail et sur la manière dont il règle ses factures. A part si vous êtes du même monde que lui, il ne vous avouera pas facilement ses activités. Il en va de même avec tous ceux qui ont des activités dangereuses et illégales (impliquant armes, prostitution etc.)

Le dealer. Oui, les filles, il faut éviter les dealers et les gens qui trempent dans des activités illégales, puisque curieusement, la relation devient vite compliquée, surtout lorsque Pedro vous demande si, par amour, vous ne voudriez pas prendre l’avion pour aller voir ses cousins colombiens en vacances à Londres, le tout en vous collant 600 grammes d’une mystérieuse poudre blanche dans le rectum.

Ça peut vous paraître une lapalissade, mais tout le monde ne lit pas "Comment séduire un homme" ; sinon, Florence Cassez se serait méfiée de ce mystérieux vendeur de voitures mexicain qui roulait en véhicules de luxe et disposait d’une formidable villa qui la nuit, résonnait de curieuses voix en provenance de la cave (un peu comme chez moi, en fait). Maintenant, vous voilà prévenues, mesdemoiselles.

 

Ah, si Florence avait lu "Comment séduire un homme" !

Alors évidemment, si jamais vous vous étiez déjà mise en couple avec un fameux dealer, et qu’un soir, après vous avoir avoué sa flamme, il avait ajouté "et si tu tentes de me plaquer, je te balance au fond de la Seine avec des chaussures en béton", "Comment séduire un homme", qui est décidément un site bien prévoyant, vous propose 5 façons pour larguer son mec par SMS. Classe.

La manière la plus pratique de mettre un terme à une relation – surtout si elle fut de courte durée – c’est d’envoyer un texto.

Le texto, arme ultime : ainsi, on peut en quelques lignes, faire passer un message simple comme "Jean-Jacques, tu es une merde ;-)" ou "Boris, c’est fini entre nous, lolilol xptdr". Le site n’explique pas comment, par la suite, réagir aux textos vengeurs ou demandant des explications plus poussées que des mâles pourraient envoyer. Ah si : il explique qu’il faut éteindre son portable.

Et donc, ça arrête les textos ? Je… heu… hem. Bon, on va faire comme si on avait rien lu.

A noter que dans les exemples de SMS types, visiblement, il y a obligation de faire des rimes ; bordel, plaquer son mec par texto, c’est déjà pas bien glorieux, mais alors en faisant du slam, c’est pire : on doit avoir l’impression de se faire jeter par Grand Corps Malade. Exemple :

J’eu aimé un homme autrefois mais depuis de l"eau a coulé sous les ponts

et je vais devoir lui faire part de ma désillusion.

Désolée mais l’envie de continuer à marcher à tes cotés

me manque désormais.

Bonne route.

Formidable SMS, qui permettra en sus de montrer à votre désormais ex que non seulement vous ne voulez plus de lui, mais visiblement vous avez aussi décidé de rejeter le passé antérieur en même temps. Si c’était un SMS pour plaquer Maître Capello ou Bertrand Renard, c’est donc doublement cruel. Sans-coeur !

Mais le SMS n’est pas seulement un outil de rupture, non, c’est désormais l’instrument culte de toute une génération (les filles ne niez pas : on sait que vous dragouillez par SMS, et pire encore, que vous relisez 20 fois chaque texto pour en faire 30 interprétations différentes – "Han il a dit "bises" et pas "bisous" !"); il suffit pour s’en convaincre d’aller voir le site girls.fr, que vous aviez déjà découvert au travers d’un formidable roman photo ; cette fois-ci, figurez-vous que le diable de site prodigue aussi de formidables conseils pour que nos jeunes damoiselles arrivent à trouver l’homme qu’il leur faut, même en terrain difficile.

 

Je vous ai dit qu'il y avait un nouveau roman photo chez girls.fr ?

En effet, comment draguer en classe ? Il existe une méthode simple qui…

Attendez, attendez, on est en train d’apprendre à nos chères têtes blondes à dragouiller en cours plutôt qu’à écouter fidèlement les exploits de nos ancêtres les gaulois ? Voyons voir ça…

La meilleure technique de drague en cours est celle du texto.

Ho bordel. Avec en plus une petite illustration sur "Comment cacher son portable discretos derrière son agenda relevé pour que le prof, il puisse pas voir, hihihi". Bon, je ne sais pas ce qui est le plus ennuyeux : qu’un site s’adressant aux adolescents leur recommande de ne rien branler en cours, ou qu’il ne soit pas foutu de savoir que les adolescents sont beaucoup trop bêtes pour être capables de se servir d’un téléphone discrètement en classe. On retrouve pêle-mêle :

- la méthode "huhu, j’ai mis le vibreur BZZZZZ y a que BZZZZZ moi BZZZZ qui BZZZZZ l’entend, BZZZZZ", méthode qui ne laisse que deux solutions à l’enseignant : soit un élève a un téléphone sur lui en vibreur, soit une élève est en train de prendre bien du plaisir avec son ami Yucki le petit canard. Attention : l’un et l’autre ne sont pas fondamentalement incompatibles.

- la méthode "hihi, je vais relever mon livre discrètement pour envoyer des textos de derrière", méthode qui suppute qu’il existe un seul élève au monde qui ait besoin de poser son livre sur sa table de manière parfaitement verticale pour travailler et non pour planquer un truc louche.

- la méthode "héhé, je vais mettre le téléphone sur mes genoux, trop la feinte", méthode qui s’arrête sitôt qu’on entend le cliquetis du clavier ou le bruit du gros doigt plein de gras de l’adolescente contre son écran tactile, ou simplement que l’on constate qu’elle regarde incroyablement discrètement sous sa table en permanence.

Je rappelle aux enseignants la méthode brevetée : attendre que l’élève range discrètement son portable dans sa pochette/chaussette à votre approche (les adolescents trouvent cela à la mode, profitez-en) et dire "Je suppose que c’est votre gomme dans cette pochette ?" ; l’élève étant fondamentalement bête et mauvais menteur, il répondra "Heuuu oui, c’est ma gomme". Dès lors, vous n’avez plus qu’à vous en saisir en vous exclamant "une si grosse gomme doit formidablement rebondir contre les murs !". Ne vous reste plus qu’à savourer le cri de terreur du marmot, suivi de ses sourds sanglots qui compléteront à merveille le bruit de plastique explosant contre le mur où vous avez accroché cette si belle carte de l’Union Européenne. En cas d’élève rebelle, n’hésitez pas à vous défendre en invoquant le fait que vous étiez persuadé que c’était une gomme, puisqu’il vous l’avait dit. Et que vous ne pensiez pas qu’en sus d’amener du matériel interdit dans l’enceinte de l’établissement, ce brave élève oserait vous mentir. Vous pouvez dès lors vous poser en victime, en enseignant brisé à la confiance trahie. Avec un bon jeu d’acteur, vous pourrez même obtenir un congé pour vous en remettre.

Mais revenons à nos moutons : la drague. Puisque girls.fr vous propose des conseils pour séduire dans un autre lieu original : le cinéma.

Draguer au cinéma ?
Le cinéma est un lieu propice au rapprochement. C’est sans doute le contexte le plus adapté pour un premier baiser… à condition de déjà connaître son partenaire ! Comment faire alors ? C’est simple : avant que le film ne soit commencé, achète un pot de pop-corn salé et va t’asseoir à côté de ta cible. Croques-en un, et exclame-toi : « Beurk, je me suis trompée, ils sont salés! », tout en lui tendant ton pot : « Tu les veux ? Moi je n’aime pas quand ils sont salés… »

Excellent conseil. Même si c’est un coup à se prendre une balle dans la tête. Et ce n’est que justice. Par ailleurs, n’hésitez pas à choisir un film propice à l’emmerdement maximum : pour séduire, mieux vaut que l’autre ne vous réponde pas "ta gueule, j’écoute" lorsque vous lui susurrerez que vous l’aimez depuis toujours. La plupart des films français feront l’affaire, mais ceux impliquant Romain Duris sont d’autant plus recommandés.

 

Parce que parfois, "Chuuuut !" ne suffit pas

Mais girls.fr dispose de bien d’autres articles de qualité comme comment draguer un mec ? Et je ne résiste pas à l’envie de vous citer ce passage :

Parle par négations !
La suggestion ne concerne pas seulement le physique, cela vaut aussi pour ce que tu dis. Une petite technique, c’est de parler en utilisant la forme négative. Au lieu de lui dire : « Tu me plais », dis-lui « Je ne suis pas insensible à tes charmes. » Plutôt que « Tu veux boire un verre ce soir ? », dis-lui « Sache que je ne suis pas opposée à boire un verre avec toi… » Tu fais ainsi le premier pas, tout en lui donnant l’impression que c’est lui qui est en train de te conquérir.

Ça promet d’être compliqué.

"Bonjour mademoiselle, comment vous…
- Je ne vous salue pas.
- Je… ha. Il y a un problème ?
- Il n’y a pas de problème.
- Bon, alors ça va. Je me présente, je m’appelle Kevin, et vous ?
- Je ne m’appelle pas Jacqueline."
0

Etc. Espérons que jamais ce site ne tombe entre de mauvaises mains.

"B’soir mad’moiselle, ça vous dirait une petite partie de jambes en l’air avec mes douzes potes et moi dans la cave de mon immeuble ?
- Non !
- Vas-y, comment tu nous chauffes avec tes négations ! Aaah, je l’ai toujours dit, elles disent non mais elles pensent oui ! Merci, girls.fr !
- Mais, mais au viol bordel !"

0

Rassurez-vous, dans la série "Comment maquer votre adolescente avec un psychopathe", girls.fr continue de faire très fort avec son test "ton mec est-il un manipulateur ?" ; une petite liste de question est proposée à la lectrice, et si elle répond "oui" à 16 interrogations sur 20, alors elle doit "se méfier". En dessous , c’est tout bon, inutile d’avoir le moindre doute, la confiance est de mise. Même à 15 questions positives sur 20.

Misère.

Heureusement, d’autres sites relèvent le niveau, comme aufeminin.com et sa section pour les d’jeun’z, teemix. Ainsi, on trouve divers conseils pour que ces damoiselles attirent l’attention de nos jeunes éphèbes

La bonne attitude ?
Fais-toi remarquer grâce à de petits détails. Va dans votre café fétiche avec un bouquin (si possible que tu es vraiment en train de lire !), porte des boucles d’oreilles rigolotes ou un sac aux couleurs de ton groupe préféré…

Objectif ? Donner au garçon-de-tes-rêves un prétexte pour débuter la conversation. Tu es une fille qui a des passions (= tu es donc passionnante).

Il y a quand même des livres avec lesquels on ne rencontre personne

Mais oui, tout à fait ! Excellent conseil ! Attention en effet à bien choisir le livre que vous allez prendre, histoire de savoir de quoi il parle ; le coup classique est de se saisir à la volée d’un ouvrage de la bibliothèque familiale et de se retrouver bien embêtée ; cependant, cela n’empêche pas les rencontres :

"Salut, je peux m’asseoir là ?
- Oui, hihihi (vous êtes une fille qui lit Teemix, vous devez glousser)
- J’ai vu que tu lisais le même bouquin que moi. Il te plaît ?
- Heu… oui, je… j’aime bien le personnage central. Ses réactions, son point de vue, tout ça.
- Oui, moi aussi, il a un côté attachant. Je ne connais pas beaucoup de filles qui pensent comme toi."
0

De là, la conversation s’engage doucement, les premiers échanges se font, on rit, on rêve, on parle de longues heures… Ah, vous avez bien fait votre choix avant de partir ! Ce "Mein Kampf" a l’air d’être un livre sympa pour être lu par un garçon si mignon!

Mais, tout cela parait bien loin de vous, et je vous comprends : à l’heure qu’il est, vous me lisez sur un ordinateur ou un quelconque support numérique et vous vous interrogez légitimement : depuis votre terminal, comment séduire, là, tout de suite ? Pas d’inquiétudes mesdemoiselles, tout est prévu : elleraconte.com vous propose 9 trucs pour draguer via le net !

Conseil N°4 :
Personne ne vous interdira de chasser plusieurs lapins à la fois, au contraire multipliez vos chances, en revanche, n’hésitez pas à vous noter toutes les infos sur chaque profils. Car rien de plus désolant de se mêler les pinceaux ou de plus se souvenir dès le lendemain. (ex : Thomas aime les voitures et le rnb, mais déteste l’hypocrisie…)

Ah oui, prenez des notes, parce que je ne sais pas qui est ce Thomas, mais il m’a tout l’air d’être un personnage fondamentalement complexe ; les voitures, le rnb… ah, que de songes érotiques vous attendent à l’idée de le retrouver à bord de sa 206 tunée ! Par ailleurs, n’oubliez pas mesdemoiselles : une personne qui se définit, comme 98% des candidats de télé-réalité par "je déteste l’hypocrisie" est une personne qui n’a aucune existence tangible. Non parce que ce poncif, mine de rien, revient à se définir comme "détestant se faire attaquer au lance-flamme" ou "ne pas aimer se faire traiter de porc borgne dans le dos". On appelle ça une lapalissade. Pour le coup, je pense qu’il y a moyen de se passer de notes pour Thomas. En fait, je pense qu’il y a même moyen de se passer de Thomas.

Conseil N°8 :
Ne bluffer pas votre futur conquête par une fausse photo d’une top modèle. Mettez une vraie photo de vous.

C’est vrai. Vous devriez avoir honte de faire ça les filles, c’est quand même scandaleux, et le respect de l’autre ? Laissez-moi vous copier/coller ma dernière conversation avec une jeune fille qui avait essayé de me faire le coup.

"Puce74 – Tu me trouv joli sur mon avatar ?
Odin_Connor – Pour une fille de 16 ans, tu me parais un peu vieille.
Puce74 – …
Odin_Connor – Tu me fais surtout penser à Anna Semenovitch. Je pense que tu bluffes.
Puce74 – k lol c pas ma vrai foto. Atta je la met.
Odin_Connor – Hmmm.
Puce 74 – Tu aime pas ?
Odin_Connor – Si, tu es splendide. Dis donc, tu fais plus que 16 ans, mais pas de partout, c’est rigolo
Puce74 – *smiley lol qui clignote*
Puce74 – C’ ta vrai photo toi ossi ?
Odin_Connor – Bien sûr que c’est ma vraie photo.
Puce74 – On s’est déjà vus ?
Odin_Connor – Oui, je passe à la télé des fois. Je fais une pub dans laquelle John Malkovitch essaie de me tirer mes capsules de kawa. Là sur l’avatar, c’est une photo prise par un pote pendant que je bois mon café.
Puce74 – Jon ki ?
Odin_Connor – Un mec qui connait Justin Bieber. Sinon, tu aimes le café ? Je t’invite à en prendre un. Tu vas voir, j’ai toujours un super sucre en poudre sur moi. Une fois dans ton café, tu verras, tu vas adorer."
0

La liste des conseils est encore longue et nous pourrions continuer des heures ; mais je vous laisse découvrir la suite seules, mesdemoiselles.

Comme quoi, on pourra dire que les sites de conseils de drague pour les hommes sont ridicules et sexistes.

Mais finalement, il semblerait que les femmes aient enfin réussi à atteindre la parité, au moins dans ce domaine.

Bravo, mesdames.

 

Il pleut.

Une de ces pluies froides d’hiver qui glace jusqu’au travers des vêtements, chutant en une titanesque constellation de gouttes molles depuis un ciel d’un gris invariable ; de l’aube au crépuscule, jamais le soleil n’est paru. Le temps s’écoule différemment lorsque qu’il n’y a aucun disque lumineux pour parcourir l’azur ; il semble comme suspendu, patientant jusqu’à la délivrance du crépuscule, promesse d’un lendemain que chacun espère meilleur.

Sous le porche d’un magasin proposant divers produits supposés eux aussi suspendre le temps cette fois sur le derme de la gent féminine,vous regardez votre montre pour la dixième fois en deux minutes. Oui, vos amis sont en retard, comme toujours. Lorsqu’ils donnent un rendez-vous, on pourrait légitimement supposer qu’ils ont choisi une heure qui leur convenait, mais il n’en est rien. Un signe de ponctualité chez eux serait une trahison de tout ce qu’ils sont depuis bien des années. Leur manque de respect pour Chronos et son domaine mériterait presque de figurer sur leur passeport à la rubrique "signes distinctifs", mais l’administration  – elle aussi très douée en matière de gestion du temps – s’y refuse obstinément depuis des années, malgré vos courriers répétés.

Fiche 1 : en arrivant à l'heure, par exemple

Et puis, finalement, au travers du rideau aqueux, vous les avez aperçus se dirigeant à grands pas vers vous, regroupés sous quelques parapluies peinant à conserver leur forme sous le vent. Quelques saluts, une bise ici, une virile poignée de main là… les formalités peuvent commencer : ça va ? Oui et toi ? Bin oui, oui. Quoi de neuf ? Rien et toi ? Rien. Ha (en effet, il semblerait qu’il n’arrive rien aux gens. Jamais. Mais ils aiment quand même le demander, des fois que.). Et sinon, on mange où ?

Les avis s’échangent, certains veulent ceci, d’autres cela, d’autres votent contre telle ou telle idée parce qu’ils en ont mangé cette semaine… et puis il y a ceux qui font les flans, qui n’ont pas d’avis ; on a beau leur demander "Non, non, choisissez" répondent ils en agitant la main d’un vigoureux signe de désistement. Et les autres choisissent, innocemment ; une fois leur choix arrêté et le restaurant choisi, celui qui avait laissé les autres décider de la destination attend d’être assis et d’avoir commandé pour se plaindre : c’est pas super ici. Et puis le service et pas top. Puis la déco, j’aime pas trop trop. En plus j’étais venu une fois, et la se…

J’étais là. Je me suis levé, j’ai pris ma chaise et je lui ai abattu sur la gueule. Une fois. Deux fois. Trois fois. Je ne compte plus les coups répétés avec ce fabuleux assemblage de menuiserie qui me permet de transformer la tête de l’importun en une sorte de pulpe mêlée d’os fragmentés dont plus aucun son ne sort, si ce n’est celui que produit la rencontre entre le bois de pin de mon siège et la sorte de masse glaireuse qui se dresse là où était autrefois son visage.

Une fois cela fait, je me rassois sur mon écarlate assise avec la satisfaction du devoir accompli et fait remarquer que tout de même, il est vrai que le service est relativement lent ici.

Attention à bien choisir votre chaise : ici, les pieds sont trop fins pour une bonne prise en main.

Oui, en toute circonstance, les abstentionnistes me font chier.

Non pas rapport à une quelconque leçon sur qui s’est battu pour quoi, ou quelle importance a ceci ou cela : je n’ai pas une tête à enseigner l’Histoire ou l’éducation civique de toute manière.

C’est juste que, comme le savent les lecteurs de ce blog, j’aime ce qui est cohérent est ordonné d’où mon goût pour le IIIe Reich. Aussi, lorsque l’on demande à quelqu’un de s’exprimer et qu’il refuse de le faire et préfère laisser les autres choisir, il ne faut pas derrière qu’il se plaigne des décisions d’autrui. Comme le disait Pline le Jeune en constatant une forte abstention sur le forum un jour de Jeux "Qui ne se prononce pas ferme sa gueule".

Alors évidemment, c’est ici que certains me diront "Ha oui ? Et si aucun choix ne me convient, hein, dis, gros malin ?". Je leur répondrai que je n’aime pas trop qu’on me tutoie comme ça, au pied levé, et qu’accessoirement, dans ce cas il faut le dire. C’est pour ça qu’on a inventé le vote blanc. Certes, il n’est pas comptabilisé (ce serait bien qu’il le soit, mais c’est un autre débat qui avait déjà eu lieu il y a quelques temps dans les commentaires, et qui reprendra sûrement dans ceux de cet article), mais il est tout de même plus utile sur deux points :

  • Vous vous êtes exprimés pour dire qu’il n’y avait que des choix de merde. Vous pourrez donc par la suite librement dire "Vous avez choisi de la merde" sans risquer de vous prendre quelque objet contondant sur l’arête nasale.
  • Vous pouvez mettre ce que vous voulez dans l’enveloppe : un petit mot gentil, la couverture d’un livre des frères Bogdanoff, un doigt de la femme du dépouilleur (il faut alors bien calculer son coup)… en plus, ça vous fera quelque chose à raconter quand on vous dira "Quoi de neuf", la prochaine fois. Attention cependant à ne pas glisser de cartes Pokémons, la carte Rondoudou (numéro 39) peut ainsi être considérée comme une voix pour certains candidats dans quelques cas.

Je sais qu'il est tentant, mais prudence.

Pour rappel, voter ne prend qu’entre 5 et 10 minutes, soit approximativement :

  • une vidéo pas drôle sur youtube
  • une douche
  • un gros caca
  • un passage à la machine à café
  • la préparation complète d’un pain d’épice perdu
  • l’écriture d’un scenario (source : Luc Besson)
  • la lecture de cet article

Bref, puisqu’il n’est pas ici question des personnes qui comptent aller voter (pour ou contre quelqu’un, c’est vous qui voyez), je résume : si vous avez envie de vous plaindre, soyez un peu cohérent : plaignez vous aussi quand on vous le demande.

Pour ma part, c’est une photo dédicacée de Jean Roucas que je glisserai dans l’enveloppe. Autant vous dire que j’assisterai au dépouillement.

Bon week-end les enfants.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 6 153 autres abonnés