En cette radieuse journée du 26 juin, ce blog célèbre ses 5 années de vie.

Que vous célébriez l’événement en brûlant religieusement un cigare, un cierge ou un soutien-gorge, comme vous le savez, l’événement est l’occasion chaque année de se tourner vers le passé et de faire le point sur le chemin parcouru. Des sujets qui vous intéressent bien peu, petits sagouins, mais vous connaissez mon gros ego : je ne résiste jamais à la possibilité de parler de moi-même. Dans tous les cas, que vous soyez une lectrice baroudeuse qui suit ce vil site depuis ses débuts ou un lecteur tout frais qui n’a encore jamais entendu parler de la forêt de Jean-Jacques, mettons-nous en route si vous le voulez bien.

Et vous le voulez bien puisqu’en venant ici, nous ne le dirons jamais assez, vous prouvez que vous êtes des gens de goût.

Ainsi donc, désormais, le blog approche doucement des 300 articles (284 pour être exact), ce qui, tout de même, commence à faire beaucoup surtout si l’on considère qu’un certain nombre de personnes se plaignent d’avoir les rétines en feu avant d’arriver à la fin. Soit disant que ce serait trop long : est-ce ma faute si mon mépris a besoin de place pour s’étaler ? On notera par ailleurs cette année le succès de quelques articles, à commencer par les séries de gravures honteusement détournées pour parler politique, et qui prouvent encore une fois (si les fausses pages Facebook ne l’avaient déjà fait) que, monde ingrat, quand j’écris une tartine tout le monde s’en fout, mais quand je met des images, ça passe mieux. La prochaine fois, je ferai ça avec un album de Bigoudi. Enfin, et j’en félicite le peuple, vous êtes toujours plus nombreux à passer par ici, ce qui me permet d’entretenir mon orgueil, merci à vous, donc. Bien sûr, le quidam à la mémoire sans faille notera un ralentissement de l’activité du blog – ce qui arrive en fait chaque année, rien d’original – lié à un mystérieux projet (et non, ce n’est pas l’édition du blog, ou alors pas encore) sur lequel je n’ai pas encore le droit de m’exprimer sous peine de me faire abattre dans la minute par un tireur d’élite serbe.

Je me suis dit qu’une image de cupcake était parfaitement dans l’esprit de ce blog.

Mais puisque l’anniversaire du blog est aussi l’occasion d’annoncer les changements à venir, profitons-en.

  • Le changement de la charte du blog

Annoncé depuis le commencement de cet humble site, on sent bien que le gros flemmard que je suis a quelques difficultés à le mettre en exécution. Oui, j’ai entendu vos cris indignés : des articles mieux rangés, qui ne s’affichent pas forcément en entier quand on farfouille les archives, un système de classement qui permette de retrouver le spoiler d’une bouse de 2011 en un clin d’œil… tout cela a été entendu. Mais hélas pour vous, n’ayant pas la passion du code, et malgré de premiers essais hors-lignes prometteurs, rien n’a encore été fait.

Alors que moi aussi je suis d’accord : il serait temps que ça change. Je sens que je vais finir par déléguer à moins fainéant que moi. Mon côté patron.

  • Paris… ah, Paris !

Le maître des lieux, après des années de vie en province à profiter d’activités typiques aussi divertissantes que la recherche de nouveaux coins pour enterrer ses victimes ou la chasse aux lépreux qui hantent les routes secondaires, a décidé de remonter vers la capitale et sa riante région. Logiquement, mon auguste lectorat s’en fout (à moins qu’il ne soit agent immobilier ou autre fournisseur de logis je suppose), mais il a été évoqué l’idée de célébrer cela avec mes lecteurs et lectrices disponibles vers la rentrée (au lieu de proposer de déblatérer autour d’un verre en semaine), voire de s’essayer à une séance de cinéma commune avec des volontaires pour bitcher (mais à la sortie, que diable, soyons éduqués) sur Nicolas Cage de concert.

  • Toulouse… ah, Toulouse !

Ho, et comme chaque année, j’irai tenter cet été, sauf incident, de civiliser le sud sauvage en apportant avec moi dictionnaires et verroteries. Et si l’éducation des autochtones échoue, ce sera distribution de couvertures avec la petite vérole pour tout le monde, non mais.

Et pour ceux qui m’écrivent "Ah bon, vous buvez des coups avec les gens ? Non parce que moi je voulais vous parler de…/ je souhaitais vous proposer de… / je fais un bonnet… " oui, cela arrive parfois et c’est généralement annoncé sur Twitter et Facebook. Ce qui donne l’occasion aux volontaires d’aborder des inconnus au point de rendez-vous en demandant "C’est vous le connard ?". Une sorte de Meetic en mode Hardcore si je puis dire (pour la partie rencontre du moins, puisque… moui, non, j’aurais dû choisir une autre formulation). Mais mes lecteurs et lectrices s’en sont jusqu’ici toujours tirés avec brio : quelle élite.

Tradition toujours, profitons-en pour passer en revue les mots clés qui amènent jusqu’à ce blog rien qu’aujourd’hui pour illustrer le grand n’importe quoi de ces lieux :

rrrrrrrrruuuuu

Je suis lu par des chats (qui en plus, ont fait deux fois cette recherche, c’est troublant). Durant toutes ces années, vous avez cru que la bête aimait juste dormir sur votre clavier ? Nenni. Elle tape en douce des recherches quand vous avez le dos tourné. La mauvaise nouvelle, c’est que les 10 kilos de Ronron que vous allez recevoir, ils ont été payés avec votre carte de crédit. La bonne, c’est que vous avez enfin à accuser pour toutes ces occurences de Youporn dans votre historique.

[vidéo choquante] fille est morte après avoir cet acte avec le chevalpauvre fille n’avait aucune idée qu’elle mourra après cela. elle essayait juste…

Elle essayait juste de lui faire plaisir, je pense. Mais comme on dit à la SNCF "Le train était trop large pour les quais". C’est bête.

tentacul abué

L’ennemi juré de tentacul avapeur.

formule magic pour draguer

Taper deux manas et jouer l’artefact "GHB".

quelle kaiju sui je

Le moche.

Il n’en reste pas moins qu’avec tout ça, on atterrit sur cet humble blog, mes excuses, donc, à ceux qui voulaient en savoir plus sur des sujets passionnants mais se sont perdus céans.

Et enfin, éternel rappel en ce jour anniversaire :

La page Facebook est ICI, la page Twitter (je cherche toujours à quoi sert ce truc) LA, je rappelle qu’il y a une FAQ, et qu’enfin, pour me crier votre amour, votre haine ou m’envoyer votre plus beau CV, il y a la page de CONTACT. Et comme les années précédentes, sur cet article, j’essaierai d’être plus présent dans les commentaires.

Maintenant, n’oublions pas : c’est l’été, les bouses vont trouver la fraîcheur dans les salles obscures, j’ai donc du travail qui m’attend.

Ooooh oui.

Ce blog a eu 4 ans ce 26 juin.

En temps normal, cela serait l’occasion pour le maître des lieux de profiter d’une semaine de vacances, mais la période étant chargée, il serait scandaleux d’abandonner son poste alors que nos salles obscures regorgent de bouses en ce début d’été. Bien sûr, certains argueront du fait que des périodes chômées, il y en a déjà eu ces dernières semaines alors hein, ho, au boulot un peu, dites, mais sachez que si mon mépris était parpaing, il serait classé monument national par la République Populaire de Chine.

Bref, comme chaque année, profitons-en pour faire le point.

Déjà, oui, nous allons revenir bien vite à des articles hors-cinéma, mais que voulez-vous : avec l’arrivée des premières chaleurs, le public se rue dans les salles obscures climatisées, aussi les bouses y attendent-elles en nombre de nouvelles victimes. Il faut donc bien s’en occuper un peu, tout de même ! Vous n’imaginez tout de même pas que Man of Steel va s’en tirer comme ça ? Mais faisons plutôt le bilan de l’année écoulée.

Cette année, donc, le rythme du blog s’est ralenti – ce qui est scandaleux, j’en conviens bien volontiers- passant régulièrement à 8 – 9 jours au lieu de 7 entre deux articles. Les râleurs sont bien évidemment invités à joindre un gros chèque à leur complainte, afin de me permettre de passer plus de temps à écrire des âneries et moins à fouetter des employés en insultant leurs familles en allemand, ah mais. Cependant, donnons des chiffres : au lieu des 50 articles annuels, 46 ont été publiés, ce qui reste tout de même l’équivalent, en termes de caractères, de 8 romans complets. Enfin. Quant à l’arrivée d’une nouvelle charte, véritable serpent de mer de ce blog, si celle-ci est bien avancée, il convient d’arrêter de l’annoncer et de laisser les choses se faire à leur rythme : nul doute qu’un jour de désœuvrement, celle-ci sera achevée et viendra rayonner de mille feux devant vos petits yeux émerveillés.

En tapant "4 années", je découvre que des lecteurs sympas ont même fait un badge. Vraiment, je suis touché.

Tradition oblige, il convient aussi de parler aujourd’hui des formidables recherches menant à cet humble blog, qui ne cessent de m’étonner. Tenez, rien qu’aujourd’hui, nous avons eu :

  • Jean-Marc Ayrault (je n’en ai jamais douté)

je suis professeur d’allemand et je veux me reconvertir

  • Des gens au goût exquis

steevy boulay en slip

  • Celui qui doit taper vite vite sur son clavier avant que la dame du CDI ne l’attrape

video sexse avec sa mer l’orsque dormie dans chambre

  • Celui qui est tombé ici parce qu’il a merdé avec son datajack

shadowrun scénario

  • Arthur qui prépare son prochain spectacle

c’est l’histoire d’un canard qui leva la patte il trouva sa drôle donc il leva l’autre et la pouf il tombe

  • Un modérateur du Monde.fr qui cherche à comprendre ce qu’il se passe chez lui

comment se reproduisent les trolls

  • Celui qui se demande si ce jeu qu’on vient de lui offrir est bien un simulateur de danse contemporaine

est ce que dans call of duty ghosts il y aura des scenes violentes ou pas

  • Emile Louis qui tente de se faire passer pour Hagrid

auxerre sorcellerie

  • Et enfin, comme chaque année, le poète scatophile

être excité par les bruits de chiasse

Pour ce dernier, je pense que le malheureux est atteint de priapisme à chaque fois qu’il entend une cornemuse dans le lointain, souhaitons donc pour ses slips qu’il ne soit pas breton. Cela étant dit, il me revient pour ce post annuel de remercier celles et ceux qui n’hésitent pas à cliquer sur contacter l’auteur en haut de ce blog pour me signaler qu’il y a une faute à la troisième ligne du quatrième paragraphe, et que c’est intolérable, m’indiquer la découverte d’un site web merveilleux n’attendant qu’une bonne bâche, me dire qu’ils m’aiment fort ou plus simplement, me faire suivre une quelconque actualité sur Nicolas Cage (qui manque terriblement à nos écrans), et je dois dire que vous êtes tout de même nombreux sur ce dernier point. Je rappelle par ailleurs qu’une F.A.Q est disponible, évitant ainsi de s’embêter à écrire un mail pour demander "Mais, vous aimez des films en fait ?", ou pour savoir quelle est la procédure à suivre pour les demandes en mariage. Enfin, pour rappel, la page Facebook est ici, et le Twitter, .

Une dernière chose : la tradition veut que sur l’article célébrant l’année écoulée, je sois plus présent dans les commentaires. J’essaierai donc de m’y plier.

Pour le reste, nous nous retrouvons bientôt pour un ultime spoiler avant de repasser à d’autres sujets, avec Man of Steel si tout va bien.

Sauf le film, bien sûr.

Ce blog a eu 3 ans ce 26 juin.

Si vous n’en avez pas grand chose à faire, fieffés fripons, sachez que ce n’en est pas moins pour le maître des lieux une excellente occasion pour se laisser aller quelques jours ; il ne faudra donc guère vous attendre à un article avant la semaine prochaine parce que bon, hein, ho, ça va,  on a bien le droit de glandouiller pour son anniversaire tout de même ! En fait, c’est même vous qui devriez travailler pour le coup, m’envoyant divers présents tels des boîtes de cigares exotiques, des tonneaux de brandy ou des caisses de cravates (un accessoire qui s’use très vite sitôt que l’on apprend à s’en servir pour stranguler autrui lors des soirées où des gens proposent de jouer au Time’s Up), ou pour les moins aisés, en surchargeant mon auguste boîte mail de messages débordant d’amour, de réalisations graphiques à ma gloire, ou même de CVs de candidates pour ma cave. Enfin, je vous connais, petits ingrats, et je vous pardonne par avance, car ma mansuétude est grande.

Bref, faisons le point.

Cette année, le rythme n’a guère ralenti, se maintenant à 1 article par semaine comme le veut désormais la tradition, ce qui est plutôt pratique car permettant à l’auteur de tapoter quelques âneries avant de s’en retourner à d’autres activités, comme par exemple, la chasse à courre sur blogueuses mode, ce qui prend plus de temps qu’on ne le croit tant il faut entraîner ses chiens à bien rabattre la bête sans tenter de dévorer ses poches pleines de macarons dans l’affaire. Vous n’imaginez pas, mais passons. Oui, disais-je : ce rythme d’écriture a permis à ce blog d’atteindre un total de 200 articles, ce qui, lorsque l’on connait la longueur moyenne de l’un d’entre eux, laisse supposer qu’il vaut mieux aller chercher un opticien comme sponsor avant de se lancer dans l’exploration des archives.

Par ailleurs, et à titre informatif, ce blog risque de se draper d’une nouvelle charte après trois ans de bons et loyaux services de celle-ci, ne vous étonnez donc pas si vous venez à tomber prochainement au milieu d’un joyeux bazar qui durera probablement seulement quelques minutes (du moins,  faut-il l’espérer), c’est normal. Vous pourrez donc derrière lancer des "Hooo !" et des "Haaa !" en découvrant la nouvelle version une fois que celle-ci aura vu le jour, un peu comme les candidats de D&Co lorsqu’ils découvrent leur nouveau salon (avec un petit effet spécial de paillettes pour la transition), un peu avant de pleurer. Probablement parce que les choix esthétique de Valérie Damidot font réagir les canaux lacrymaux plus que le bon goût, mais là n’est pas le sujet.

3 ans, c’est par exemple la durée de vie moyenne du hamster. Vous ne pourrez pas dire que vous ne vous instruisez pas avec ce blog, ah mais.

J’en profite, amis lecteurs, pour parler un peu de vous, en citant tout comme l’an dernier quelques-uns des pervers mots-clés que vous avez tapé dans les moteurs de recherche pour atterrir ici, et qui ne cessent de m’émerveiller. Parfois, je me pose de sérieuses questions sur la nécessité d’instaurer un permis de circuler sur internet. Tenez, rien qu’aujourd’hui, nous avons eu :

  • Le type qui déclare sa flamme à Google, parce que c’est une sacrée coquine

tu es comme la musique pour moi. je suis devenu accro, t’as voix m’a envouté et porté comme une note de musique qui venait d’être jouée. je me suis 

  • Le trépané qui tente d’écrire avec des lunettes 3D ((fanfaron, si tu me lis, regarde : mon mépris est si grand qu’il sort de l’écran, ton voeu est exaucé !)

j ai une tèlephision avec l apllication 3d et les luneete je veux un film 3d pour que je puise voir lles choses sortirte de l ecran

  • Le garnement qui n’a pas fait ses devoirs, et c’est très mal

transformer cette phrase au style direct : qui avait mis ce carton la , sur son lit ? peut-etre qu’un autre gars de la chiffre avait décidé de s’installer ici , sous 

  • La damoiselle qui a compris le seul intérêt d’un jeu bien connu

se masturber avec un totem de jungle speed

  • Le psychopathe qui a des problèmes tout à fait contemporains (Philippe le Bel approuve cette recherche)

comment buter les connard de templier

  • La cinéphile qui ne se rend pas compte que sa recherche va lui renvoyer plus de pornos qu’autre chose

comment s’appelle le film ou une fille recoit une pluie d or

  • Et enfin, pour terminer, le poète scatophile

la vie d’un etron me calme comme le bruit de la mere

Chhhhht. Ça se passe de commentaire. Savourez (si je puis dire), tout simplement.

Et tant qu’à parler d’exploits de certains sur internet, j’en profite comme chaque année pour remercier les courageux qui n’hésitent pas à envoyer par mail les coquilles qu’ils ont repérées dans les articles publiés ici, voire à me signaler que j’ai confondu un T-1000 avec un T-800, ce qui est proprement scandaleux même s’il parait que le fait qu’un homme ne soit pas un expert en modèles de robots du futur est plutôt bon signe pour sa vie sexuelle, mais ne nous engageons pas sur des sentiers qui pourraient nous renvoyer à des requêtes de moteurs de recherche précédemment évoquées. Non, tant qu’à parler de mails, je rappelle aussi qu’il y a une F.A.Q pour vous éviter bien des efforts quant à savoir si je prends des notes au cinéma ou pour savoir quelle procédure suivre pour une demande en mariage, et qu’il y a toujours possibilité pour le reste de passer par la rubrique contact. Par ailleurs, la page Facebook est toujours ici, et le Twitter de toujours , même si je n’ai toujours pas compris si les propos concernant mon manque de bavardise sur ces supports tenaient de la critique ou du compliment. Dans le doute, je choisirai le second. Pour tout le reste, les commentaires sont là ; à noter que comme le veut une fois encore la tradition, j’essaierai d’être plus présent dans ceux de ce post. Ce sera moins festif qu’une soirée brandy, mais on fait ce que l’on peut les enfants.

Voilà !

Et à la semaine prochaine pour une reprise du rythme habituel du blog, et probablement un peu de mauvaise foi (attention, un discret euphémisme se cache dans cette phrase, saurez-vous le retrouver ?).

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 6 158 autres abonnés