Qui n’a jamais souhaité obtenir de super-pouvoirs ?

Survoler les embouteillages parisiens en traversant le ciel cheveux, cape et slip au vent, lire les pensées de votre examinateur en plein oral de droit constitutionnel ou bien encore faire léviter la bouteille de bière jusqu’à vous sans avoir à quitter le canapé… autant de rêves qui, jusqu’ici, restaient du domaine de l’impossible, réservés qu’ils étaient à une élite de super-héros qui s’en servaient pour sauver leur voisine & le monde deux à trois fois par semaine. Les nazes.

Mais aujourd’hui, voici venir la démocratisation du surnaturel, la république du parabanal, bref, l’accès égal aux supers-pouvoirs pour tous :

Le phosphénisme et ses machines !

Alors évidemment, mécréants que vous êtes, vous allez vous montrer dubitatifs « Des supers-pouvoirs, vraiment ? Vous ne pipeauteriez pas un peu, là ? » ; nenni mes bons !  Lisez plutôt ce que nous dit ce beau site :

Avant les travaux du Docteur LEFEBURE, on pensait que les pouvoirs supranormaux n’étaient accessibles qu’à de très rares individus, et seulement après une ascèse longue et difficile.
Or, les résultats obtenus par les pratiquants de la méditation gyroscopique ont été si importants que les observations et expériences, effectuées dans le monde entier, ont permis au Docteur LEFEBURE de mettre au point de nouveaux modes d’utilisation encore plus puissants.

Voilà, c’est dit : dans le monde entier, enfin, les gens peuvent avoir accès grâce au phosphénisme, à des « pouvoirs supranormaux« , autrefois réservés à « de très rares individus » (les X-Men, donc, probablement). D’ailleurs, les résultats de ces pratiques ont été « si importants« , avec des « observations et expériences, effectuées dans le monde entier » qu’aucun média n’a souhaité en parler. Probablement un complot de journalistes de 13h jaloux de ne pas avoir de supers-pouvoirs à mettre au service de leurs reportages sur la fabrication du chabichou.

Dans tous les cas, oui : vous allez avoir facilement accès à des talents surnaturels « EN UNE OU DEUX SEMAINES, A RAISON D’UNE HEURE D’UTILISATION PAR JOUR » (oui, en majuscules s’il-vous-plaît), même si le site ne garantit pas les résultats à 100% ; après tout, les supers-pouvoirs, c’est quand même toujours un peu une question de bol, on peut se retrouver avec des aptitudes de merde. Prenez l’araignée qui a mordu Peter Parker, faisant de lui Spiderman, l’homme qui crée de la toile à volonté et grimpe au mur : juste après avoir attaqué le fameux héros, toujours prise dans sa furie radioactive, elle a aussi planté ses crochets dans Patrick Boussier, le voisin du bon Peter ; résultat, Patrick a obtenu comme seule caractéristique arachnide une pilosité des fesses incroyablement développée. Voyez Bruce Wayne : mettons que dans sa jeunesse, il soit tombé, non pas dans un nid de chauves-souris, mais dans celui de castors : il ne serait donc pas devenu Batman mais Beaverman, le justicier qui emprisonne les méchants dans des barrages de branches et de morve, après qu’il les eut assommé de sa queue plate. Enfin, passons les divers super-héros disparus de l’industrie tant leurs pouvoirs ne leurs procuraient aucun succès : Paprika, la jeune étudiante hongroise capable de parfumer au paprika n’importe quel aliment dans un rayon de 5 mètres autour d’elle (in « Superman contre la bouteille de palinka hantée« , 1968), Scatotor, le méchant disposant du pouvoir de contrôler la matière fécale (in « X-Men : Le mystérieux tuning de fauteuil du professeur Xavier« , 1993) ou encore Jean-sans-fil, le hacker pouvant connecter son esprit aux Minitels (in « Batman & la SNCF« , 1987).

 

M. Fatjoke, le héros qui peut créer des calembours gras à volonté

Bref, si les héros les plus connus ont tous hérité de pouvoirs bien utiles, je ne puis rien garantir pour vous. Tout au mieux puis-je vous souhaiter bonne chance.

Mais passons plutôt à la méthode. Car bon, c’est pas tout ça, mais c’est quoi, le phosphénisme ? Comme nous pouvons le lire ici, le phosphénisme consiste en l’art de se balancer tout en fixant une source lumineuse (lampe, phare de bagnole, soleil… je ne rigole pas), qui vous envoie tout plein de phosphènes, qui une fois synchronisés avec le rythme de balancement de votre cerveau, vous donneront des über pouvoirs comme, je cite la page d’accueil du site : « la télépathie« . Un bon début.  Surtout que l’inventeur de la chose, le Docteur Lefebure, ne s’est pas foutu de votre gueule, non, il a voyagé de par le monde pour chercher la meilleure manière de se balancer. Après des décennies à essayer le disco, le zouk et bien sûr la house, notre héros a fini par trouver :

En 1959, le Dr LEFEBURE rencontre un mage indonésien qui lui montre une façon nouvelle d’effectuer les balancements de tête. Arthème GALLIP, Zoroastrien, le premier initiateur du Dr LEFEBURE, lui avait préconisé la pratique des balancements avec un angle plus prononcé. De ces deux méthodes, laquelle était la meilleure ? La technique enseignée par le mage indonésien lui a inspiré l’expérience suivante :
En présence du phosphène le Dr LEFEBURE a pratiqué des balancements à des vitesses différentes. Il s’est aperçu que seul un rythme spécifique entraîne le phosphène, alors que pour tous les autres rythmes, le phosphène restait fixe par rapport à l’axe du corps :
Le rythme de 2 secondes était découvert.

Notez : en 1959, le mec rencontre un « mage indonésien » qui lui montre une nouvelle manière de balancer la tête (« Regarde mec, t’arrive à le faire d’avant en arrière ? » – « Ho, l’enfoiré, c’est un bon !« ). Non seulement ça sent déjà très fort la ganja, mais en sus, il y a tout un débat sur l’angle d’inclinaison de la tête ; heureusement, notre bon docteur trouve tout seul la solution en s’écriant « Ouais, quand je penche de cette manière là, je phosphène grave« , et hop, ça y est, le débat est réglé. C’est dire s’il devait passionner du monde.

Dans tous les cas, sachez que le phosphénisme va vous permettre d’ouvrir votre « Kundalini« , sorte de truc inconscient qui vous permettra d’obtenir les supers-pouvoirs tant attendus. Rien que ça les enfants. Vous avez bien compris le principe ? Balancement + lumière = éveil de votre Kundalini = supers-pouvoirs. Fastoche. A condition bien sûr de savoir comment procéder.

Alors voyons ensemble comment monter une Phosphenic Machine (je n’invente pas).

Lorsque j’ai découvert le phosphénisme j’ai tout d’abord commencé par acheter la lampe phosphénique et le livre Mixage Phosphénique en Pédagogie pour bien maîtriser toutes les bases indispensables du phosphénisme


Je vous coupe avant que vous ne me disiez « Un mixage quoi ? » : le mixage phoshénique en pédagogie, ce n’est non pas un bon vieux mix avec scratchage de platines façon Daft Kepon, mais le fait d’initier des enfants à la phosphénique pour les aider à réviser et devenir plus intelligent (oui, fixer une lampe en se balançant comme un autiste sous ecstasy rend les enfants plus intelligents, c’est comme ça). Exemple :

Pour une leçon de mathématiques, l’élève repense à la formule qu’il étudie pendant la présence du phosphène (NdOC : pendant qu’il regarde une lampe).

Oui, c’est fou : un élève qui se concentre sur un élément particulier longuement et se le répète en boucle l’apprend plus facilement que celui qui n’en a rien à foutre et ne relit rien. Mais ce sont sûrement les lampes à phosphènes qui font la différence : on révise tellement mieux avec une lampe dans la gueule. La Guestapo adorait d’ailleurs faire des interrogatoires phosphéniques, en mettant ses invités dans des conditions proches avant de hurler « Qui est la tête du réseau ? Schnell !« . Mais passons. Une fois qu’on a la lampe, pour la modique somme de 300€ (sinon elle phosphène pas assez), donc, que nous faut-il ?

Ayant été très rapidement convaincu du fort potentiel du phosphénisme j’ai tout de suite investi dans un gyrascope car mon objectif restait l’éveil de ma koundalini. Afin d’avoir une utilisation plus confortable j’ai rapidement agrandi les pâles du gyrascope avec du carton revêtu de papier d’aluminium.

Oui, nan, mais nous aussi l’objectif c’est l’éveil de notre koundalini, là, on veut pouvoir faire de la télékinésie sur les jupes en ce début de printemps. Le reste, on s’en tape : les supers-pouvoirs, bordel ! Alors on va aussi se prendre un… un « gyrascope« . Très curieusement, ce ventilo miteux que l’on peut agrandir avec « du papier d’aluminium » coûte la bagatelle de 1 000€. Mais quand on veut devenir surpuissant, on ne compte pas. Que seront mille euros quand vous disposerez de pouvoirs fascinants comme lancer des flammes, changer d’apparence ou faire tournoyer vos flatulences ? Vite, la suite !

 

Même Plouffy le basset sait reconnaître un ventilateur quand il en voit un

 

Après quelques semaines d’exercices (NdOC : hé, ho, vous disiez qu’on éveillait son kudunlatruc au bout de deux semaines grand maximum, c’est quoi cette arnaque ? Votre site ne serait pas entièrement crédible et sérieux ?) j’ai rajouté un alternophone afin de faire des exercices de pensée rythmée au 1/6 ème de seconde. Un matratron est également venu se rajouter ce qui m’a permis de faire du 1/6 ème alterné en le branchant sur l’alternophone.

Un alternophone. Un mantratron. Je… dites donc, c’est moi ou il n’y a pas un seul truc crédible dans cette machine ? Bon, regardons donc : 800€ pour un alternophone, appareil pour vous aider à avoir une « pensée rythmée » (que vous pouvez vous fabriquer avec vos vieux écouteurs de baladeurs qui ne marchent qu’une seconde sur deux, et d’un seul côté à la fois, je pense), branché sur un « mantratron« . Un truc à mi chemin entre le mantra et les étrons, probablement. 250€. Donc pour 1050€, vous avez en combinant les deux bidules un appareil qui vous dit « Aooom » une seconde dans une oreille puis la suivante dans l’autre. Et même mieux : un bidule dont le son produit « se transmet télépathiquement très facilement« . Sachant que c’est une machine à utiliser seul, effectivement : je suis particulièrement télépathe quand il s’agit de transmettre des pensées à moi-même. Mais passons.

J’ai ensuite complété mon installation avec un gyropulsar afin de réaliser des phosphènes pulsant

Un gyropulsar. Pour gyropulser ses phosphènes. Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai l’impression que le mot « gyropulsar » aurait plus sa place dans une phrase comme « Capitaine Needa ! *kschhh* la flotte rebelle tente de s’échapper *kschhh* enclenchez le gyropulsar ! » Pour 250€, la bête crée donc un « phénomène pulsant » (?). Que l’on peut coupler à des « balles de ping-pong« . Je… hmmm… Amazing gyropulsar, là, quand même.

Maintenant que l’on gyropulse, que l’on lampe-à-phosphène et que l’on mantratronne par alternance, que rajouter pour obtenir la machine de nos rêves ?

Amateur de bricolage je décidais de poursuivre l’aventure en me lançant encore sur les conseils de Daniel Stiennon dans la réalisation d’un siège tournant que j’équipais tout de suite d’un vibreur au 1/6 ème de seconde.

Un siège de bureau rotatif vibrant. J’en veux un. Là, maintenant. Je suis sûr que ça aurait un grand succès devant mes employés.

« Patron, patron ! C’est le jour des augmentations, et vous aviez dit que…
- Attendez, les augmentations ? Il faut que je me concentre sur le sujet. Laissez moi rotato-vibrer sur mon siège.
- …
- Bvvvvvvvv….
- Alors ?
- Non, en fait, cassez-vous de mon bureau, vous n’aurez rien cette année. Et si je vois le moindre signe de grève, je vous gyropulse la gueule.
- Non ! Pas le gyropulsage ! »
0

Nom d’une pipe, non mais qu’es-ce que qu’on pourrait faire de plus ridic…

C’est vers cette époque que Daniel Stiennon me fit passer un système de génération de sons tournants que j’allais totalement recâbler pour pouvoir l’adapter au dessus du siège tournant.

Pouvoir écouter Justin Bieber tout en étant en rotation : deux raisons de gerber pour le prix d’une.

Toujours dans le but d’activer la vibration de ma kundalini je rajoutais un générateur de sons basses fréquences balayant les octaves supérieurs du 1/6 ème de seconde que je reliais à un subwoofer et à des bass-pumps.

Non parce que les basses, c’est important quand on écoute du Justin Bieber. Quelle machine perverse. Je ne vois guère comment on pourrait encore plus la…

Pour être vraiment complet dans la liste du matériel que j’utilise, je dois rajouter le vibro-masseur

Ok les gars, vous êtes trop forts.

Je résume tout de même : en vous balançant au rythme d’un mantratron alterné devant un gyrascope à lampe phosphénique, assis sur une chaise vibrante rotative elle-même placée sous un système de génération de sons tournants doublé d’un subwoofer et de bass-pumps, le tout gyropulsé, en vous aidant éventuellement d’un vibromasseur, vous devriez éveiller votre kundalini et obtenir des supers-pouvoirs.

 

Le résultat final. J'ignore si ça permet aussi de voyager dans le temps.

La deuxième option est que vous vous mettiez à gerber en tournoyant.

Heureusement, le site propose aussi des témoignages de personnes ayant essayé la machine et étant forts heureuses du résultat (curieusement, toutes les personnes ont le même style d’écriture), lisons plutôt ce qu’en dit Alain69

Après 2 mn de rotation sur la Phosphénic Machine, j’ai senti une énorme colonne d’énergie très dense de 10 à 15 cm de diamètre qui s’est mise à monter d’un coup en partant du bas de ma colonne vertébrale

Une colonne d’énergie très dense de 10 à 15 centimètres qui s’est mise à monter d’un coup en provenance du bas de la colonne ? Appelons la « vibro-masseur » pour aujourd’hui. Tournons nous alors vers Photon69 (notez les pseudonymes qui varient eux aussi en originalité ; Photon69 revient d’ailleurs 2 fois pour raconter deux versions différentes de sa « première expérience ». Quelle coïncidence !) :

Effets ou résultats : Deux jours après la journée d’entraînement, je ressens plusieurs fois par jour, des vibrations au niveau du périnée. En conséquence, je mets mes sens en éveilles sur la sensation. Après analyse, je peux dire que les vibrations sont au niveau du chakra du périnée (Mooladhara), que le phénomène dure généralement entre 5 et 15 secondes. Je n’ai toujours pas identifié le facteur initiateur.

Je pense que le « facteur initiateur » est le même que ci-dessus en fait. Heureusement, Martine (la même qui va à la plage, à la mer, à la montagne, va aussi dans les Phosphenic Machine) relève promptement le niveau :

En visite chez Alain je n’ai pas résisté au plaisir de découvrir la Phosphénic Machine qu’il avait installé pour l’été dans son garage.

Sacré Alain : l’été, il aime bien installer sa Phosphenic Machine ailleurs, pour la promener un peu, qu’elle profite des beaux jours… et Martine a tout de suite succombé lorsque, appuyant son propos d’un lourd clin d’oeil, Alain susurra à Martine « Ça te dirait de me suivre dans mon garage que je te montre ma Phosphenic Machine ?« 

Allez, un petit dernier témoignage pour la route ? Christian, ingénieur, nous raconte :

J’ai vu Dieu.
Comme tous les soirs depuis un mois et demi, je me couche tout de suite après ma séance de méditation avec le Gyrascope virtuel.
Quel ne fut pas mon étonnement quand, au petit matin, je fus réveillé par une lumière intense qui semblait baigner tout mon cerveau et mon champ visuel. Cette illumination a été suivie du sentiment aigu de la notion de Dieu. [...] le fait d’être entré en contact avec la lumière divine, ou Dieu, me permet d’aborder mon chemin d’existence avec une toute autre optique.

C’est bien normal. Après avoir suffisamment médité, un matin, Christian s’est réveillé et il a senti une lourde odeur de tabac. Tiens ? Lui qui ne fume pas ? Tournant la tête vers la droite de son lit, quelle ne fut pas sa surprise de tomber sur Dieu en train de fumer sa clope ! « Alors, heureux ? », lui aurait dit le créateur de toute chose avant de se lever en se grattant le fondement pour se faire un café. Christian a gardé de cette nuit magique, tout comme Alain69, le souvenir d’une « énorme colonne d’énergie très dense de 10 à 15 cm de diamètre qui s’est mise à monter d’un coup en partant du bas de ma colonne vertébrale ». Du moins, je suppose.

Je rappelle ce que nous disait la page d’accueil :

Les lecteurs pressés, incrédules ou sceptiques pourront se rendre directement à la page des “ témoignages ” pour se faire une idée de ce qu’il est possible d’obtenir avec ce genre de machines. Ils seront alors, je pense, convaincus par le sérieux de la méthode et par l’extraordinaire potentiel de toutes ces machines.

Alors lecteurs ? Convaincus par les témoignages, bande d’incrédules ?

Et puis n’oublions pas tout de même le premier témoin : le mec qui a écrit le site et qui explique que ça marche doit donc, en conséquence, disposer au moins d’un super-pouvoir ! D’après mes premières estimations, ce serait « Le pouvoir de générer des animations de merde pour les coller partout ». Un pouvoir partagé avec beaucoup d’utilisateurs de Powerpoints.

Quelle chance. Allez, à vos outils les bricoleurs : je suis sûr que vous êtes déjà impatients d’obtenir vos propres super-pouvoirs.

Vous me raconterez, hein ?

P.S : Merci au lecteur qui m’a indiqué ce fabuleux site. Vraiment.