Chaque année sur ce blog, la tradition veut qu’il y ait un petit mot de Noël.

En effet, à l’heure où certains sortent du coma en se demandant ce qu’ils font dans un caniveau avec une demi-bûche sur la joue, et où les statistiques du nombre de cirrhoses dans le monde viennent drastiquement d’augmenter, il n’y a pas de raison que le lecteur repu ne puisse pas avoir un mot tendre et doux. Aussi, et comme il se doit, je me permets de vous donner une fameuse citation d’un Noël passé :

« Non, la couronne, c’est le cadeau de papa, tu n’y touches pas. Continue de brailler et j’invente l’école, ça va te calmer petit morveux !« 

Charlemagne s’adressant à son fils Pépin durant son sacre, 25 décembre 800

Mais où est donc passée cette époque bénie où, plutôt que d’offrir des cravates, on offrait des empires ? Le Noël actuel manque diablement de panache.

En attendant, joyeux noël et bon courage pour retirer tout ce vomi du tapis.