La communication est un domaine qui m’échappe.

Non pas parce que mes tympans prennent feu à chaque fois que quelqu’un abuse des mots en -ing et autres anglicismes, choses répandues en ce domaine (avec le tutoiement à outrance, car le communicant sitôt qu’il vous a serré la main se prend aussitôt pour votre meilleur pote, y compris quand il s’agit de demander un service, prouvant ainsi que communication et empathie font deux), mais plutôt parce que les mystères produits par les sombres séides qui y travaillent me laissent pantois. La chose serait anodine, bien sûr, s’il n’y avait en ce moment une foire à l’absurde en direct dans tous les médias : les frémissements du début de la campagne présidentielle.

Alors évidemment, on pourra me rétorquer que nous n’en sommes plus ni aux frémissements, ni même au début, mais bon, hein, je vous rappelle que l’UMP n’a toujours pas de candidat et que nous n’avons aucune idée de qui ils vont présenter (même si personnellement j’hésite encore entre Dominique Le Sourd et Jean-Claude Mignon), aussi il parait difficile de dire que la campagne bat son plein. Et de toute manière, là n’est pas le sujet.

Non en fait, le vrai mystère, c’est comment la communication, qui repousse déjà régulièrement les frontières de l’absurde (les publicitaires particulièrement ont un certain don : feuilletez n’importe quel magazine et ensuite demandez-vous comment quelqu’un a pu déclarer "Et là, on mettrait une photo de nana morte de rire parce qu’elle mange une pomme pour dire que c’est sain et que les fruits sont connus pour raconter de formidables blagues" ou quel esprit malade a pu créer les publicités Orangina, truc tellement vide de sens qu’à chaque diffusion de spot, un philosophe meurt quelque part dans le monde. Mais curieusement, ça épargne toujours BHL, je ne comprends pas pourq… ah, si, en fait, je vois), peut parvenir à un tel niveau de n’importe quoi sitôt qu’elle s’engage dans le domaine mystérieux qu’est la politique.

Une image parmi des centaines : on constate clairement que la pomme raconte quand même super bien celle des deux Belges qui entrent dans un bistrot

Mettons-nous d’accord tout de suite : la politique n’est pas le sujet le plus facile à aborder ; chacun sait par exemple qu’en soirée, nombreux sont celles et ceux à dire "Non, on ne parle pas de politique" parce que a), ils trouvent ça chiant, b), ils ont peur de dire une connerie, c), il y a Maurice qui est présent et est toujours partant pour discuter du sujet, mais à condition que tout le monde soit d’accord avec lui parce que son camp a toujours raison et tous les autres sont des cons.

Mais franchement, ce n’est pas une raison pour nous pondre ça ou ça

Certes, je cite deux exemples du Parti Socialiste, mais c’est surtout parce que je viens de tomber sur la nouvelle chanson de campagne, aussi ai-je décidé de la citer en exemple ; croyez bien que si notre président se représentait, sur le thème dont il est friand de la vaillance de l’homme d’état luttant dans les instants difficiles, je serais le premier à lui proposer le thème de Kirikou comme hymne électoral. Or, il n’en est rien, et je n’ai encore rien aperçu des autres candidats, pas même de Marine, dont j’espérais au moins un hymne de campagne ("Marine, nous voilà !") ou un geste de ralliement ("Tend ton bras vers l’avenir !"). Bref, que disais-je ? Ah, oui.

Oui, donc : QUI peut penser, sérieusement, que l’un de ces trucs sert à quelque chose ? Combien de vis à bois faut-il s’enfoncer dans les narines pour commencer à penser, l’espace d’un instant, que ces créations ont d’autres intérêts qu’à décrédibiliser son propre camp ? Je veux dire : une campagne présidentielle, l’objectif, c’est de faire gagner son candidat, non ? Persuader qu’il est meilleur que les autres, que son programme est plus chatoyant, que la France sera heureuse avec lui et son gouvernement…

Alors quel rapport avec des clips et des chansons ? Non parce que depuis la sortie du premier, on peut lire et entendre un peu partout : "Hou, c’est ridicule" ; certes, j’entends bien, bouger les mains façon "Je scratche un baba-au-rhum, je suis DJ-pâtisser" n’est guère valorisant, mais attendez, la vraie question c’est : "Quelle est l’utilité de cette daube ?" ; imaginons que le signe de ralliement eut été formidable (ce qui, si j’en crois ce que je lis, qui ne s’arrête que sur la qualité de la chose, aurait suffi à faire taire les critiques) ; qu’on eut vu dans ces membres en mouvement une sorte de grâce majestueuse à en faire pleurer les danseuses du Bolchoï, et que chacun se soit levé pour applaudir pareille chorégraphie, mais dites-moi, en QUOI cela aurait eu un QUELCONQUE rapport avec le candidat/le programme/la campagne ?

Ah, bah aucun en fait.

Bon, alors on pourra aussi me répondre que la chose est le fruit des Jeunes Socialistes, qui ont quand même pour président un type qui n’est pas choqué que, d’après ses calculs, la journée scolaire moyenne d’un petit français dure 52 000 heures (ça laisse peu de marge pour les devoirs à la maison après le goûter) et qui peut annoncer sans souci sur Facebook que non, il ne s’est pas présenté à une vraie élection pour être président du mouvement, qu’en fait, c’est la précédente occupante qui lui a proposé le poste (zut, moi qui croyais qu’il y avait une vague histoire de démocratie, tout ça), on comprend quelques trucs, mais quand même : comment les communicants qui encadrent la campagne ont pu laisser passer un truc aussi idiot que ce clip ?

Encore, ils auraient fait leur geste de ralliement un peu plus haut, ça aurait pu éventuellement protéger d’éventuels jets de farine, mais même pas. Heureusement que pour préserver l’équilibre cosmique, en face, chez les Jeunes Populaires, la présidence est à Benjamin Lancar, l’homme du lip-dub (oui, aujourd’hui, beaucoup de liens, mais il faut être documenté pour bien travailler) ce qui donne, en cas de débat présidence jeunes socialistes – présidence jeunes populaires, une sorte de conversation absurde digne de La Ferme Célébrités.

Mais bref ; la vraie question est donc "Comment ces gens peuvent-ils penser que l’on raisonne pour avoir des procédés pareils ?"

Pour que personne n'oublie jamais les exploits de certains dans le domaine

Je veux dire, oui, effectivement, dans l’antiquité, 50 clampins qui gueulaient sur le forum, ça devait avoir un intérêt (tout le monde se souvient du fameux hymne de campagne de Jules César pour les élections consulaire de -49 intitulé "Pompée, Pompée, enculé", désormais célèbre dans tous les stades du monde), mais maintenant, honnêtement ? Quel est l’objectif ? Gagner des voix à l’aide de chant et de chorégraphie ? Encore, Shakira se présenterait, je pourrais comprendre parce que bon, un déhanché pareil, ça doit avoir sa petite influence au G20, mais quand même, là, voir des péquins bouger les bras et/ou donner de la voix ? Mais enfin, dans quelle dimension vivent les gens à l’origine de ce genre de trucs ?

______________________________________

Nous interrompons ce blog pour vous proposer un flash d’une autre dimension.

Au même moment, dans la dimension X.

Le footman #124-B51 s’avança dans la petite salle du Technodrome, observant prudemment les blanches parois alentour sur lesquelles couraient divers câbles plus ou moins entretenus ; après s’être ainsi étonné de ne voir personne dans l’endroit, il s’avança doucement vers la petite table au centre de la salle où trônait une urne à demi-remplie, aux côtés de laquelle reposaient diverses renveloppes et bulletins. Alors qu’il n’était plus qu’à quelques centimètres de l’endroit et que les papiers étaient presque à portée de sa main, une trappe claqua au plafond et un petit écran au bout d’un bras mécanique en sortit ; une voix robotique se fit entendre.

"Bonjour citoyen #124-B51 – vous êtes un citoyen de classe footman – Votre nom civil est Alexander Francis Joshua Roudoudou – Validez-vous cette information ?
- Heu… oui ? – lança timidement le citoyen #124-B51
- Enregistrement validé – Nous vous rappelons que cette élection déterminera qui dirigera la forteresse roulante multi-dimensionnelle de classe Technodrome pour les 8 prochaines années – Validez-vous cette information ?
- Oui je… j’ai compris.
- Enregistrement validé – Vous avez le choix entre deux candidats : Shredder, un ninja qui combat avec une râpe à fromage,  ou Krang, un cerveau parlant qui se déplace à bord d’un robot anthropomorphe en slip – Souhaitez-vous plus d’informations sur les prétendants ?
- Oui, j’aimerais savoir lequel des deux propose de fermer la faille dimensionnelle au travers de laquelle des communicants de chez nous fuient pour se réfugier sur Terre ? Je suis sûr que ça va finir par nous attirer des…
- REQUÊTE ILLOGIQUE – Pour choisir, nous allons diffuser sur cet écran deux clips musicaux – Vous voterez logiquement pour celui qui a le meilleur.
- Moi j’aime bien Shredder quand même. On peut commencer par son clip ?
- Requête validée – CLIP UN : UN FAN DE SHREDDER FAIT DU BREAK DANCE"

Sur l’écran au bout du bras mécanique apparut un type aux cheveux longs s’évertuant à s’agiter en tous sens au son d’une beat box, alors qu’un choeur chantait "Shredder, Shredder, avec lui, ça va le faire". L’écran s’éteignit finalement et la voix robotique reprit.

"CLIP DEUX : LES JEUNES POUR KRANG FONT DU SMURF"

Une fois encore, la lucarne électronique s’illumina et apparurent quelques jeunes gens s’évertuant à tourner en tous sens alors qu’entre diverses trompettes on pouvait clairement entendre "Si tu veux pas que ça tangue, choisis Krang !"

Le footman #124-B51 resta un instant les yeux pleins de larmes, son regard changé sur Krang et son programme : oui, ce clip musical l’avait convaincu de voter pour lui de par la force de ses arguments. Et puis ce refrain… "Ho non, ça tangue ! Viteuh viteuh viteuh : Krang !" ; il fit un dernier pas vers la table, plia le papier au nom du cerveau amateur de robots géants et le glissa dans l’urne avant de retourner avec impatience travailler dans son secteur de l’immense forteresse mobile errante ; à la seconde où le sas de la salle se ferma derrière lui, il put entendre "CITOYEN SUIVANT !"

Après ce flash, le blog va reprendre, merci de votre attention.

______________________________________

Non vraiment, en quoi, à part à dépenser du pognon, ce genre de truc peut bien servir ? Qui pourrait changer d’avis en voyant cela ?

Et comme je l’évoquais plus haut, voilà qui me rend donc d’autant plus perplexe sur la réaction habituelle : "Ho, la chanson/chorégraphie, elle est ridicule" ; non mais en fait ce n’est pas ça le problème, hein, c’est le principe même qui l’est. Et le fait que du coup, à chaque élection, de gens se sentent obligés de pondre ce genre de productions comme un quelconque besoin gastrique soulagé à même nos yeux et nos oreilles.

Evidemment, tout aurait pu s’arrêter là, répétant encore et encore le même modèle incohérent jusqu’à ce que l’humanité connaisse son crépuscule dans le feu nucléaire, si en plus, quelqu’un n’avait pas eu la mauvaise idée d’expliquer à tout ce petit monde qu’il existait un nouvel endroit à souiller à grands coups d’étrons communicatifs : le Internet. Et depuis qu’en plus, on y trouve des réseaux sociaux, le Internet est devenu une sorte de cible formidable que tout le monde vise, mais personne ne sait vraiment trop comment ou pourquoi.

L'homme qui a le mieux compris internet au gouvernement : "C'est une sorte de truc où l'on va discretos au boulot pour poster des conneries sur Twitter"

Par exemple, en ce moment, sur Facebook, c’est un peu le bordel : impossible de vous connecter sans vous retrouver avec des gens relayant des tonnes de trucs sur "Pourquoi mon candidat c’est le plus gentil du monde" ou "Pourquoi les autres sont bêtes et méchants et sentent le prout" , et de préférence, le second (si vous avez un doute sur le sujet, je vous propose deux captures d’écran, l’une des jeunes populaires, l’autre des jeunes socialistes : c’est tellement caricatural que si vous regardez bien, pour savoir qui propose quoi, il faut consulter le site du camp d’en face ; les autres formations politiques me pardonneront de ne me concentrer que sur les deux principales, mais sinon, je risque de ne pas être couché de suite). Du coup, encore une fois, la question se pose :

Qui peut réellement penser que c’est en spammant tout le monde à répétition (oui, spammer à répétition, c’est un pléonasme, je sais mais il fallait appuyer la chose) que d’un coup les gens vont se dire "Ho, merci, à force de me spammer, j’ai envie d’être d’accord avec toi, tu m’as convaincu, et ce n’était pas du tout super lourd au point de me donner envie de tuer toute ta famille" ? Des gens qui au 114e "Enlarge your penis" quotidien, dévalisent toutes les pharmacies du net, désormais convaincus qu’en quelques pilules ils se retrouveront métamorphosés en crypto-éléphants (mais d’Asie, l’éléphant) ? Alors évidemment, on pourrait me dire que "Non non, hein, ça n’a rien à voir avec de la communication, ce sont les militants qui font ça de leur propre initiative !", mais attendez, ne parle t-on pas des mêmes militants à qui l’on file des "outils de partage" pour faire tourner tout et n’importe sur Facebook ? Qui ont des formations, je cite le programme d’une université d’été de 2011 "Comment devenir influent sur les réseaux sociaux ?" par des gens qui expliquent qu’il y a une formule magique pour ce faire, qu’ils la maîtrisent parfaitement, et qui sont payés pour la présenter, mais qui s’avèrent finalement aussi influents qu’une huître, et en plus, ont des profils Facebook intégralement consultables par le public avec photographies personnelles & co  (véridique) ? Qui ouvrent des sites "réseaux sociaux" qui se disent "copiés sur le modèle de Barack Obama" (la formule magique pour ne pas avoir à argumenter quoi que ce soit "Naaaan mais c’est un truc américain, mais américain cool"), en oubliant que leur propre camp avait ouvert exactement la même chose, pile deux ans auparavant, et qui oublient donc aussi de l’utiliser, payant donc deux fois la même chose ? Quel est le but ? Faire une campagne axée autour du thème "Regardez comme notre camp est relou, haïssez-le" ? ; "Tenez, si vous pensiez qu’on pouvait gérer un pays, sachez qu’on arrive même pas à gérer un mur Facebook" ?

Aussi, dans la même veine subtile et délicate que ces braves communiquant qui encouragent ces pratiques qui, non seulement n’ont aucun sens, mais en plus sont diablement contre-productives, je vous propose brièvement quelques solutions à des situations fréquemment rencontrées grâce à un habile recyclage de courrier de lecteurs évidemment parfaitement originaux. Jetons donc un oeil.

Cher Odieux,

Une amie à moi n’arrête pas de poster sur Facebook et Twitter des photos de son candidat préféré, mais je n’ai pas envie de bloquer son mur car des fois, elle poste quand même des photos d’elle en bikini, comment faire pour lui demander de cesser sans la froisser ?

Aurélien, 19 ans, Metz

Cher Aurélien,

Il convient d’expliquer à cette damoiselle que non, la politique, ce n’est pas Meetic et que du coup, ça n’a pas grand intérêt son affaire. Puisque c’est sympa un candidat bien fait de sa personne, mais en fait, ça n’a tout simplement aucun rapport avec la choucroute. Par exemple, Lucy Pinder rend mieux sur les photos que Robert Badinter, mais bon, un seul des deux pourrait éventuellement se pencher sur la mallette nucléaire sans que ça ne déclenche un tir vers Moscou d’entrée de jeu.

Et puis de toute manière, en cette saison, elle ne risque pas de poster des photos d’elle en bikini : bloquez-là aujourd’hui, débloquez-là en mai. Et éventuellement, déboîtez-là en juin.

Monsieur Connard, 

Je suis bien embêtée car un ami m’a demandé de participer à l’une des nombreuses campagnes sur les réseaux sociaux des candidats qui veulent le plus de "J’aime" possible. Je n’ai pas bien compris l’intérêt, mais bon, vous savez ce que c’est hein, je n’ai pas de chromosome Y, tout ça, alors je suis sûrement passée à côté d’un truc.

Raphaëlle, 31 ans, Toulouse

Chère Raphaëlle,

Vous abonneriez-vous à une newsletter dont vous ne voulez pas ? C’est le même principe : écrivez donc à Mark Zuckerberg de votre plus belle plume en lui demandant de bien vouloir rajouter l’option, juste à côté du "J’aime" Facebook "Je n’en ai strictement rien à foutre", avec un gros doigt comme illustration.

Vous découvrirez ainsi que non seulement cela vous permettra de répondre aux demandes insistantes de vos amis, mais qu’en plus, vous aurez enfin une option pertinente pour répondre à leurs statuts "Attends le train", "En cours de maths" ou "Ah, une bonne douche !"

Mark, si tu me lis, voici le bouton dont je rêve

Cher Monsieur,

Est-ce vrai que toutes les civilisations ne se valent pas ?

Bien à vous,

Jean-Marie, 88 ans, Paris

Cher Jean-Marie,

En effet : tous les Civilizations ne se valent pas. Surtout le 4 qui rame pas mal en fin de partie.

Cher Connard,

Vous prétendez suivre, mais j’ai bien vu que vous ne suiviez personne sur Twitter ; or, la campagne se passe aussi là-bas ! C’est ça, le Internet ! 

Nadine, 5212 ans, Toul

P.S : Vous ai-je déjà dit que le Président était génial ?

Chère Nadine,

A partir du moment où l’on estime que l’on peut discuter sérieusement de politique sur un site qui limite l’argumentation à 140 caractères, il faut commencer à se poser de sérieuses questions sur la richesse de son propre propos.

Par contre, pour raconter que Truc a dit ceci ou cela sans vérifier les sources avant d’ajouter les mots "Honteux", "Caniveau" ou "Boue" dans un coin, c’est super.

Cher Monsieur,

Je pense que vous avez tort. Vous n’avez rien compris à la notion de partage sur internet

Maxime, 29 ans, Limoges

Cher Maxime,

C’est faux. D’ailleurs, j’aurais bien répondu avec quelque chose d’argumenté, mais il est vrai que nous sommes sur internet, où les gens sont forcément des cons à en croire ce qu’on leur propose, et où donc on peut leur balancer n’importe quoi  pour faire du "buzz" ; j’aurais pu passer deux jours à élaborer une réponse, à la mettre sous forme de vidéo avec chiffres et schémas à l’appui pour présenter de manière simple et pédagogique ma réponse à votre problématique, voire quelques idées, mais je me suis dit que j’allais plutôt passer ce temps là et l’argent allant avec dans une chanson de la même durée qui ne vous apprendra rien, n’est même pas bonne à écouter et n’est, finalement, ni une chanson, ni un discours, mais juste du rien.

C’est débile et absurde ? Personne de sensé ne pourrait laisser passer quelque chose d’aussi gros ?

Bravo : vous avez compris le problème.

Sa table était discrète, dans un coin du bar, à peine éclairée par une minuscule lampe. 

Elle était assise sur un petit siège au cuir probablement aussi soigneusement entretenu que le sien. Là, on la voyait lire silencieusement un minuscule ouvrage, probablement un recueil de nouvelles ou de poésies trouvé dans l’une des nombreuses librairies à qui parsemaient la rue. Son visage aux traits fins semblait serein et balançait parfois brièvement au son de la légère musique qui flottait dans l’air de ce coin de zinc réputé du tout Paris. A plus d’une reprise, je surpris l’un des mâles du lieu lui jeter un discret regard lorsqu’elle passait sa main au travers d’une longue mèche de fins cheveux châtains avant de la redéposer avec délicatesse sur sa table, faisant bien attention à ne pas renverser son cocktail ce faisant. La chaleur de ce refuge dans un hiver qui ne semblait jamais finir de l’autre côté de la vitrine l’avait poussée à retirer son manteau pour révéler une tenue choisie avec soin, mariant une veste aux tons sombres et un chemisier clair, où derrière quelques boutons détachés, l’on devinait un ouvrage fort convaincant de Mère Nature. 

Lorsque je me suis assis en face d’elle, son sourire a révélé une rangée de dents d’une blancheur impeccable, contrastant à la perfection avec son discret rouge à lèvres. Nous ne nous connaissions pas réellement, seuls quelques échanges électroniques nous avaient mis en contact, et ce soir, nous nous rencontrions pour la première fois. Elle s’appelait Maud et était belle et douce, comme l’un de ces flocons, là, dehors. 

Nous avons longuement discuté : elle aimait Bach, j’aimais Beethoven. Elle avait fait partie d’une chorale, j’avais chez moi l’intégrale des cantiques latins du chœur de Notre Dame. Elle jouait au golf, je jouais au polo. Elle n’habitait pas loin, je n’avais pas envie de reprendre ma voiture. 

Nous nous sommes levés et sommes retournés dans le froid mordant d’un mois de février à Paris. 

______________________________________________________ 

C’est fou le nombre de personne que l’on peut rencontre sur Gauche Rencontre et Droite Rencontre.

Comment ? Vous ne connaissez pas ? Sots que vous êtes, tenez : 

 

Gauche- Rencontre

Droite-Rencontre

 

"On est déjà d’accord sur un point !" vous explique la petite page d’accueil sur chaque site. 

C’est vrai ; bien s’entendre politiquement est un bon début pour les bases d’une relation saine. Du coup, de droite ou de gauche, voilà au moins un centre d’intérêt commun qui vous unira à votre ami(e) et ne sera pas source d’engueulade. 

Essayons de voir ce que cela peut donner, en donnant tout d’abord la priorité à la droite, sécurité routière oblige.

Va faire bosser pour faire avancer la France au lieu de surfer sur le net, non mais

Tout d’abord, sur droite rencontre, les gens sont grands, blonds et aux yeux bleus, ce qui est bien naturel tout de même : mettre Mamadou N’Gomma en tenue de chantier son gros outil à la main aurait pu donner une mauvaise représentation de la frange conservatrice de la population (conservateur, c’est pas moi qui le dit, c’est la presse internationale. Il n’y a que dans le Figaro que la droite est l’aile progressiste du pays, et encore). Et surtout, on peut trouver cette petite légende au bas de la photographie : 

"Rencontrez de gens qui ont la même conception de la vie que vous. La famille, l’éducation, le travail, la culture, la tradition…Construire sur la même base pour se donner toutes les chances de réussites. On est tous responsable de son bonheur, autant s’arranger pour que ça marche.

C’est vrai que c’est important tout ça. A noter que lorsque l’on aime vraiment les traditions, on rencontre son futur époux au bal des débutantes ou en demandant à papa quel est le meilleur parti de la ville ("La petite de chez Darty, elle est bien", disait un célèbre papa à son fiston). Mais bon. 

Cependant, je sens qu’une question vous taraude : "Bon alors, c’est une bonne idée ou pas ce genre de site ?" ; vaste question. Pour ce faire, essayons d’analyser tout ça scientifiquement à l’aide de personnages que nous connaissons vous et moi, évitant ainsi tout parti pris. Bon, il nous faut donc commencer avec un(e) candidat(e) appréciant la famille, l’éducation, la tradit… ha, c’est bon je sais, vous bilez pas. 

Kristine Boot-1 vient de se connecter 

Erik B-Son. vient de se connecter  

Erik : Bonjour Kristine ! Je viens de cliquer sur ton profil : moi aussi j’aime les belles et grandes familles !
Kristine : Bonjour Erik, tu es nouveau ? Je ne t’avais jamais vu ici !
Erik : Oui, j’ai fait une fausse manip’, j’étais sur gauche-rencontre jusqu’ici. Mais me voilà.
Kristine : Bienvenue ! Je note que toi aussi tu parles un français correct. Ca fait plaisir sur internet !
Erik : Oui, c’est le minimum lorsque l’on est en France de parler français, mdr.
Kristine : Pas comme tous ces bicots bougnouls rastacouères sudistes au teint hâlé
Erik : En effet Kristine. Ces gens là, il faudrait les renvoyer dans leur pays. Et leur retirer des droits, ils en ont déjà trop.
- Erik B-Son vient de modifier son statut en "travaille sur un nouveau projet de loi pour réduire les droits des immigrés, ces nantis"
Kristine : J’aimerais bien te rencontrer, tu as l’air intéressant.
Erik : Si tu veux, je serai sur le tarmac de Roissy ces prochains jours ; on pourrait regarder les charters partir ensemble ?
Kristine : Ho, ce serait tellement romantique ! Tu es un vrai français, le romantisme est partie intégrante de notre identité nationale !
Erik : En effet ; et après Roissy, si tu veux, on pourra aller chez moi que je te démonte la boîte à schtroumpfs montre ma collections de Pins UMP ?
Kristine : Si tu penses au péché de chair, c’est non. Pas avant le mariage en tout cas, sans union de nos âmes et de nos coeurs devant notre Seigneur Tout Puissant, il est impossible de concevoir l’idée de se reproduire ensemble.
0

Erik s’est déconnecté  

Erik a changé son statut en "Put1 fé iéch’ jvé ancor dormir sur la békille

Erik est en effet fort déçu : les vrais conservateurs ne fonctionnent pas comme ça, ils ne vont pas copuler gaiement sur le premier site de rencontre venu. Ce qui forcément, laisse peu d’intérêt au site. A noter que par ailleurs, il aurait pu tomber sur Navy_Le_pN, et discuter longuement avec elle. Voire entamer un t’chat à trois avec Arlet_it_be-ChabiChabo, mais il a joué de malchance. C’est le jeu, Erik, sur droite rencontre, la réussite ça se mérite. 

A noter que sur droite rencontre, on prend soin de cacher tout ce qui ressemble de près ou de loin à un minaret : dans les conditions générales d’utilisation (CGU), vous pourrez trouver un endroit expliquant les différentes applications disponibles, parmi lesquelles le "salam", expression que tous les membres connectés peuvent lire (on le trouve dans le CGU quasi-identique de la version "de gauche" du site). Sonnant un poil trop barbu, le terme s’est mystérieusement mu en "expression" sur droite rencontre. Évidemment, cela n’est qu’une coïncidence. 

Bien, quittons notre droite et allons vers notre gauche en passant par le centre. Pas encore mis en place, je vous propos de découvrir Centre Rencontre, le futur site de rencontre des centristes en quête de rencontres molles (un centriste tout dur devient aussitôt un paradoxe pour lui-même et disparait instantanément). 

Un flan. Je vous assure, cette légende se suffit à elle-même.

"Sur Centre Rencontre, nous prenons le meilleur de Gauche Rencontre et de Droite Rencontre !" ; tout comme en politique, Centre Rencontre respecte le vieil adage qui fait tenir la maison branlante centriste : "Nous, on prend le meilleur de la gauche et de la droite" ; principe un peu nouille, puisqu’on imagine mal la gauche ou la droite se dire "Hey les gars ! On a une idée de merde, il faut absolument qu’on la prenne, puisqu’elle est de chez nous ; ah, et dire que si l’on était au centre, on ne garderait que les meilleures…

La page d’accueil n’est pas encore en ligne, mais nul doute qu’elle représentera tout ce que le centre a de meilleur : un flan au caramel faisant floutch-floutch lorsque vous passez votre souris dessus, un portrait de François Bayrou ou tout autre objet mou et profondément centriste. Mais observons plutôt ce t’chat de 1997 issu d’une version beta. 

VGE Sexyboy vient de se connecter 

Lady :-D vient de se connecter 

VGE : Bonchoir Lady
Lady : Good evening VGE !
VGE : Hooo, mademoijelle, vous êtes très chéduijante chur votre photo de profil.
Lady : Thanks VGE.
VGE : J’adore l’Angleterre et l’anglais. Ch’est une très jolie langue.
Lady : Do you like music ?
VGE : Je joue de l’accordéon. Ch’est funny.
Lady : lol, you’re so nice, and you look sooo cute ! Could we meet somewhere soon ?
VGE : A Paris ?
Lady : Yes !
VGE : Et bien oui… Rendez-vous sur la rive droite de la Cheine ; elle est chi belle en chette chaison.
Lady : Okay ! See you soon !
VGE : Pachez par le pont de l’Alma, vous éviterez bien des embouteillages. Et n’oubliez pas : ch’est pas parche qu’on est chentriste qu’on doit rouler au chentre ! Ho ho ho. Est-che drôle !
Lady : LOL ! Here I come ! <3
0

Lady s’est déconnectée 

Cette conversation entre deux anonymes semble démontrer qu’au Centre, la séduction se ferait plus naturellement ; d’ailleurs, si ce t’chat ne le montre pas, Lady a elle même finie très ouverte et relativement molle, comme une vraie centriste de l’extrême ; mais c’est une autre histoire. A noter que dans les conditions générales d’utilisation, les "expressions" ou "salams" sont ici remplacées par des "Pfouiiiit", qui permettent "d’envoyer un message mou à tous les connectés".  J’en conclus donc que Centre-Rencontre aurait bien plus d’avenir que Droite-Rencontre, précédemment étudié.

Maintenant que nous avons abordé le centre, terminons sur notre gauche, avec Gauche Rencontre. On peut y noter que les jeunes de gauche sont des fous qui portent des boucs et refusent de partager jusqu’à la couleur des yeux de leurs ennemis héréditaires de droite. Quelle bande de joyeux rebelles, alors. 

Le site toujours saturé par les hordes d'assistés qui passent leurs journées sur le net

A noter que contrairement à droite rencontre dont le sous-titre est : "Site de rencontre pour ceux qui veulent bien discuter politique, mais pas se disputer toute leur vie !", gauche rencontre se légende "Site de rencontre pour ceux qui veulent bien discuter politique, mais pas au lit !" ; apparemment, ce serait donc une mystérieuse habitude des non-gauchistes que de parler politique au plumard : 

"Ha !
- Ho !
- Haaa !
- Hooo !
- Haaaaaa !
- Hooo… attends…attends pas tout de suite j’y suis pres…
- Haaaaaaaaaaa ! Trop tard, haaa… houuu… pfou….
- Mais ? Petit salopard, et moi alors ?
- Haha, 49-3, je ‘n’ai pas besoin de l’assemblée pour jouir. Et puis le plaisir, ça se mérite, tu n’avais qu’à travailler plus, sale assistée."
0

Un monde mystérieux, donc. En attendant, comment se déroule parade amoureuse du gauchiste en rut ? C’est un bien grand mystère, qui tourne autour de notions comme "congrès", "motions", "parti" et "de toute façon t’es de droite" (l’insulte préférée de l’homme sauvage de babord) ; on dit qu’en général, les gauchistes se reconnaissent entre eux lors de grands rassemblements appellés "manifestations" durant lesquels les mâles dominants se font reconnaître grâce à leurs mégaphones. 

Tout se finit bien souvent dans un petit local ombragé, où vautré dans des affiches "Sarko est méchant" (la gauche a souvent de fameux slogans), de longues étreintes se font entre fiers combattants de la liberté, qui n’hésitent pas à vouloir collectiviser tant les entreprises que les femelles lorsqu’ils commencent à avoir faim.

Pourtant, Gauche-Rencontre est inutile car il en existe une version gratuite et tout aussi navrante (bien que très officielle) : 

La CooPol

La CooPol, c’est le Facebook de gauche, nouvelle arme du PS pour rassembler ses troupes et gagner en 2012. Dans la CooPol, tu peux te faire des "CooPains" et des "CooPines" (les jeux de mots sont authentiques, hélas) ; il reprend ainsi tout le principe du plus célèbre des réseaux sociaux, mais en moche (ho, comme le vert fluo se marie bien au rouge pétard !), pas pratique et avec des fautes d’orthographe qui se promènent de-ci de-là. Et uniquement bourré de crypto-marxistes, oui madame, parce que bon, quelle idée d’utiliser Facebook, là où il y a des gens à convaincre pour militer… ils sont forts.

Sur la CooPol, tu pourras donc draguer comme un dingue qui tu le souhaites sans dépenser un euro, tout en te tapant des milliards d’invitation à des évènements aussi passionnants que "Présentation du nouveau tract contre Sarkozy à Tinqueux" ou "Pour une flash-mob devant la mairie de La Française jeudi prochain". Quelle puissant outil quand on y pense tout de même.

Alors mesdames, messieurs, soyez sympas : évitez que la CooPol ne serve à rien à nos amis de Gauche, utilisez la comme un site de rencontre gratuit.

C’est pas dit que ça les fasse gagner en 2012, mais au moins ça leur permettra de se détendre un peu entre deux branlées.

________________________________________________________ 

Lorsque Maud se réveilla, la place à côté d’elle dans le lit était vide ; elle se couvrit chastement d’un simple drap et chercha des yeux des vêtements masculins, parmi les siens trainant au sol. Il n’y en avait pourtant plus. La seule trace du passage de son amant d’une nuit était ce verre de whisky encore plein au tiers qui reposait sur la table basse du salon de son loft du XVIe arrondissement de Paris. Et peut-être un je ne sais quoi dans l’air, une odeur musquée rappelant la nuit agitée qu’elle venait de passer. 

Ce n’est que lorsqu’elle se rendit dans la salle de bain qu’elle constata que l’odeur qu’elle sentait n’avait rien du musc : sur le miroir, là où elle espérait un numéro de téléphone, elle avait trouvé écrit avec quelque matière fécale probablement issue de la litière féline renversée juste à côté du bidet : 

"Une de plus ! Merci droite-rencontre !" 

Dans le cadre de la glace, quelqu’un avait glissé une carte d’un parti politique de gauche. 

Elle fondit en larmes. 

 

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 5  816 followers