Aujourd’hui, Luc, 53 ans, de Paris me fait suivre ce courrier

"Bonjour Monsieur Connard,

Je suis très déçu : bien que suivant avec attention votre site, je note que cela fait presque plus d’un mois qu’il n’y a pas eu de spoiler. Or, étant très intéressé par les productions cinématographiques de qualité (particulièrement la série des Taxi), je dois vous dire que je trouve relativement peu d’intérêt à vos autres articles. Pourriez-vous m’expliquer, Monsieur, pourquoi vous passez plus de temps à taper sur les féministes en ce moment qu’à aller, je ne sais pas moi, voir Skyfall par exemple ? Je dois vous avouer que je suis plein de désarroi. De gras aussi, mais là n’est pas la question.

Espérant une prompte réponse,

Cordialement,

Luc

P.S : je vous interdis de critiquer Yamakazi"

Cher Luc, je comprends tout à fait votre désarroi (laissons le gras de côté, vous avez raison) : moi-même, je suis fort triste de ne pas avoir plus l’occasion de me rendre au cinéma ces derniers temps, mais si vous voulez mon bon, le problème est aussi qu’il semble que depuis la mort de Jean-Luc Delarue, un petit groupe de femmes se soit emparé de sa réserve de coke (il a fallu louer un camion chez Kiloutou pour l’occasion) et ait commencé à en faire une consommation abusive. Puisque vous connaissez mon mépris pour tout ce qui ne porte pas un chromosome Y, vous imaginez bien qu’il y a certaines choses que je ne peux laisser impunies, puisqu’il semblerait que ces derniers temps, il y ait quand même une sacrée production de n’importe quoi venant de certains groupes. Tenez, par exemple, regardez ce que l’on m’a envoyé l’autre jour :

Supprimons le 1 et le 2 dans le numéro de Sécu

Une merveilleuse tribune publiée dans Libération écrite par Chris Blache, membre du collectif féministe "La barbe" en hommage aux sapeurs de la légion je suppose, et accessoirement, ancienne conseillère d’Eva Joly. Et vous allez voir que lorsque l’on tombe sur ce genre de chose, on commence à mieux comprendre certains scores à l’élection présidentielle.

Mesdames : voici l’ennemie. Non, pas la dame : le carré vert. Concentrez-vous un peu sinon on ne va jamais y arriver.

Mais assez disserté : disséquons l’animal et écoutons donc Mme Blache nous expliquer pourquoi nombre d’entre vous ont dans leur portefeuille une carte crypto-fasciste dont le seul but est d’assister le pouvoir dominant mâle à écraser sous sa botte les droits des femmes. Si, si. Mais chut, vous allez voir, il n’y aura pas besoin de faire de calembours, tant finalement, cet article est une sorte de stand-alone guère complexe, comme on dit dans le milieu des joueurs à boutons. Bref : en route.

L’attribution des chiffres 1 ou 2 dans le numéro de la Sécurité sociale impose, dès la naissance, une hiérarchie explicite : en tête, le masculin, en éternel second, le féminin.

Oui, jeunes gens, vous ne le saviez sûrement pas, mais dès la naissance, dans une quelconque administration, une créature faite de testostérone et de flammes éclate d’un rire diabolique en choisissant de vous attribuer un numéro de sécurité sociale, car de cette manière, elle va vous hiérarchiser, et rappeler à chaque petite fille qui naît qu’elle n’est qu’une victime, un numéro deux, une roue de secours comparée à un mâle.

Bon, on inverserait les numéros, vous pourriez être sûr que l’article commencerait par "mathématiquement, le 2 est supérieur au 1 : comme toujours, les mâles se le sont donc attribués, pour rappeler à la femme sa sous-valeur…". Mais évidemment, ce n’est qu’une théorie, hein, ce n’est pas comme si cet article était déjà du n’importe quoi. Mais, allez-y : Mesdemoiselles, regardez bien votre carte Vitale. Concentrez-vous.

Ça y est, vous la voyez l’oppression masculine ? Bon, alors continuons.

Cet héritage installe avant même nos premiers pas dans la vie, d’un côté la confiance, de l’autre le doute.

Ne me demandez pas pourquoi : 1, c’est la confiance, 2, c’est le doute. Nous n’en sommes qu’à la deuxième phrase, et nous avons déjà quitté l’argumentation logique pour entrer dans les terres enchantées du pipeau.

Remarquez, si : 2%, c’est le score d’Eva Joly à la présidentielle. Avec des conseillères pareilles, pour sûr que ça ferait douter à peu près n’importe qui. Ça se tient, au temps pour moi.

Numéro «signifiant», c’est-à-dire non aléatoire, ce numéro nous qualifie dès notre inscription à l’état civil, et impose à travers sa première colonne déterminant le sexe, une hiérarchie symbolique et une dualité qui range les unes et les autres dans deux catégories étanches, que l’on oppose.

Oui, des catégories que l’on oppose. C’est important de le préciser, parce qu’en fait, on aurait pu penser que 99,9% de la population n’en avait strictement rien à faire. Mais ouvrir de nouveaux supposés fronts de guerre entre les sexes au nom de la lutte contre le sexisme, on sent là-dessous une puissante cohérence, que dis-je, un monument de réflexion et de schnouf. Heureusement qu’il n’y a pas d’autres sujets plus intéressants à traiter, ouf.

Et, en dépit de la création récente d’un chiffre 3 pour représenter les identités transitoires, cette première colonne n’en reste pas moins un outil de classification à la fois, suspect dans sa volonté de nous identifier à tout prix comme «appartenant à», et stigmatisant dans sa façon de nous définir selon des critères binaires et hiérarchiques.

Pire encore, Chris va bientôt découvrir que sur sa carte d’identité, les autorités du IIIe Reich Of The Balls ont fait tamponner un imposant "F" comme Francis Lalanne à côté de la case "sexe" alors que dans le même temps, les hommes ont le droit à un "M" comme Moriarty, ce qui une fois encore, relègue la femme comme inférieure à…

Hem, pardon. De la stigmatisation donc ! Oui ! Un apartheid ! On attend avec impatience le moment où l’auteur va expliquer fièrement la puissance de son combat à sa coiffeuse, avant de repartir en ayant payé trois fois le prix que paie un homme au motif qu’elle est une femme sans poser de questions.

Le Führer du Reich of the Balls, sentant bien que son complot maléfique vient d’être éventé

Elaboré en 1934 et mis en place en 1941 à des fins militaires par la Société nationale des statistiques – devenue l’Insee en 1946 –, ce numéro de matricule est né asexué, ou plus exactement, masculin. Le numéro Carmille – du nom de son concepteur – avait pour fonction de recenser les hommes valides pour une mobilisation rapide. La colonne qualifiant le sexe, avec les chiffres 1 pour les hommes et 2 pour les femmes, fut rajoutée a posteriori pour cacher sa fonction stratégique et lui donner une apparence civile. En 1945, le numéro Carmille devient le numéro de Sécurité sociale, outil au service de l’économie planificatrice de l’après-guerre.

Ou outil au service du recensement, allez savoir. Mais c’est beaucoup plus rigolo dit comme ça.

En transformant l’unité familiale, avec l’homme comme chef de famille, en produit statistique, l’Insee installe durablement dans notre ADN un «signifiant sexué» qui calcifie aujourd’hui encore notre modèle social.

Continuez de regardez votre carte Vitale très fort les enfants : vous la sentez, la puissance rayonnante du chef de famille ? Messieurs, essayez : rentrez dans un lieu essentiellement fréquenté par des femmes, comme leurs vestiaires à la piscine ou le rayon "littéraire vampirique" à la Fnac, puis brandissez votre carte en hurlant "PAR LE POUVOIR DU CHROMOSOME Y, JE TE DOMINE !" ; aveuglées par la puissance de votre numéro de sécu, les pauvres femelles se mettront en boule au sol en implorant votre pardon, voire plus si vous avez exhibé en même temps vos abdominaux d’acier.

Mesdemoiselles, n’essayez pas de faire l’inverse : si vous brandissez votre carte au milieu d’une tribune de supporters du PSG par exemple, vous risquez juste de finir au fond d’un fût à bière. Mais là n’est pas le sujet, puisque notons que le raisonnement va jusqu’au bout : l’Insee installe des trucs dans notre ADN.

Ce qui signifie par exemple que si vous grattez le premier numéro sur votre carte et que vous le remplacez par un 1 ou un 2, vous changez instantanément de sexe. Et si vous le remplacez par un 4, probablement même que vous devenez un X-Men. L’Insee, c’est surpuissant.

Et l’on voit combien la formalisation de ces normes continue de faire obstacle à une transformation sociétale pourtant en marche depuis la fin des années 50. Nos modes de vie ont en effet remarquablement évolué. Solo, homo, en couple, avec ou sans enfants, les individus se marient ou non, se pacsent, divorcent. Les familles se recomposent, ou pas

C’est à cet instant précis que le lecteur malicieux s’exclame "Quel rapport avec la choucroute ?" (la lectrice est toujours en train de gratter sa carte pour remplacer le 2 par un 1 et ainsi gagner 25% de salaire en plus). Non parce que, jusqu’ici, on a rarement vu le numéro de sécurité sociale huler "JE M’Y OPPOSE !" durant un mariage, engager un avocat pour pourrir votre divorce, voire faire des remarques homophobes (enfin si, si vous tendez très fort l’oreille tout en reniflant du mazout, des fois, il murmure des obscénités quand même).

Une choucroute. Techniquement, cette image est plus pertinente sur n’importe quel sujet que l’auteure sur le sien.

L’unité familiale construite sur le modèle patriarcal a vécu, pourtant les normes ont survécu. A travers ces qualifiants, une histoire de domination a bien été organisée et officialisée par l’état civil.

Ce qui est tout de même formidable dans ce genre de phrase, c’est cette espèce de crypto-conclusions façon "Comme je viens de l’expliquer, j’ai raison". Oui ? A quel endroit quoi que ce soit a t-il été prouvé ? Ah bin nulle part en fait. Mais, c’est probablement un détail.

Une histoire à lecture unique qui rend non seulement irréaliste, mais souvent inimaginable, la possibilité pour les unes, comme pour les autres, de se projeter ailleurs que dans des rôles assignés.

"Inimaginable" Mesdemoiselles. Les filles, pour vous, il est impossible de penser à autre chose qu’à une vie de soumission passée entre cuisine et lit conjugal. Vous pouvez essayer, mais lorsque cela arrive, vous vous faites tabasser par votre numéro de sécu jusqu’à ce que vous n’ayez plus qu’une envie : aller faire la vaisselle en couinant.

Pour rappel, la personne derrière cet article veut lutter contre le sexisme. En expliquant qu’il est inimaginable pour une femme de faire des projets autres que d’être bobonne.

Nos identités dépassent pourtant largement ces deux catégories et ne sont conditionnées à notre sexe, que par des habitus, voire des diktats dont il s’agit de se débarrasser urgemment. En ce sens, nous sommes toutes et tous des 3. Des êtres complexes et en transition constante, dont aucune des trajectoires n’est identique, linéaire ou définitive. Alors, ni une ni deux, supprimons les classifications !

Cette conclusion ne me donne qu’une envie : celle de vous dire qu’en ce moment, j’ai l’impression que dès que je veux parler d’autre chose que de combats stupides étiquetés "féministes", il y en a toujours une pour pondre une nouvelle tartine façon appeau à bâches.

Alors, je vous en conjure Mesdames : pour le bien de ce blog, arrêtez. Occupez-vous sur des sujets moins importants, comme, je ne sais pas moi, l’égalité salariale ? Non parce que c’est sûrement un détail, mais il n’empêche que j’ai beau fouiller vos sites, ça fait un bail que vous n’en parlez plus. Tout a dû se régler pendant que vous étiez sur le "Mademoiselle/Madame" j’imagine, ou le complot de l’éclairage urbain.

Aussi, ne t’inquiète pas mon petit Luc : dès la semaine prochaine, nous revenons au cinéma, avec un film qui parle de ce qu’il se passe lorsque l’on utilise le mauvais shampooing durant 30 ans : Loopers.

Chhht. Savourez-moi cette bande-annonce, et comptez le nombre de fois où le scénario se vautre déjà lamentablement.

Maintenant, imaginez le film.

Oui : moi aussi, je crois que je suis impatient.

"Ah ! Monsieur le baron ! Nous n’attendions plus que vous et votre génie pour commencer !"

Saluant d’un sourire amusé la remarque de l’empereur, Georges Eugène Haussmann s’approcha de la vaste table entourée des conseillers impériaux pour y dérouler l’immense plan qu’il transportait jusqu’alors dans un tube sous son bras. Pendant que l’honorable urbaniste disposait aux quatre coin du papier divers objets pour en éviter le repli, le reste de l’assemblée se pencha sur la chose d’un mouvement souple pour en étudier le détail.

"Un nouveau Paris digne de sa grandeur", lança le baron en se redressant fièrement, les yeux rivés sur les visages des présents à la recherche de la moindre expression trahissant leurs premières impressions. Il y eut une série de murmures, de regards entendus, et finalement, toute l’attention se porta vers Napoléon III, suivant de son doigt chaque ligne sur le plan.

"Ma-gni-fi-que, baron. Vous avez bien mérité de l’empire : soyez assuré de toute sa reconnaissance. C’est brillant, astucieux, élégant, moderne… nous allons raser cette vieille cité médiévale et enfin emmener Paris au XIXe siècle ! Je vois que vous avez pensé à tout : les rues sont larges, donc difficiles à barricader, les avenues permettent de manoeuvrer canons et chevaux… c’en est fini des soulèvements ! Cette ville sera aussi droite dans sa forme que dans sa tenue ! Excellent, excellent..."

Le baron eut un mouvement de sourcil interrogateur.

"Pardon ?
- Hé bien, je disais tout simplement que vous aviez audacieusement conçu la ville pour enfin en finir avec les révoltes à répétitions qui…
- Mais, heu… non, en fait. Moi je pensais pas du tout aux soulèvements.
- C’est à mon tour de vous demander pardon – l’empereur se redressa, inquisiteur – à quoi pensiez-vous alors ?
- Bin aux meufs."
0

Il y eut une volée de soupirs indignés dans l’assemblée

"Que… baron ? Que dites-vous, enfin ?
- Et bin les meufs quoi, ça va ! Attendez, je suis urbaniste, vous croyez que je pense à quoi toute la journée, à observer des bâtiments toujours plus grands, plus massifs, plus hauts… et puis toutes ces avenues, droites et solides ! Et ces gros lampadaires turgescents je… enfin merde, votre altesse ! Tout le monde sait que l"urbanisme est un truc de machistes ! Regardez cette avenue par exemple : je l’ai conçue pour faire passer des chevaux, oui, mais pour de la chasse à courre de gonzesses : on les lâche, et hop ! Voyez, ainsi les rabatteurs peuvent amener les nanas jusqu’à la place de l’Opéra, et là, ha ha ! Nous autres arrivons sur nos montures par les boulevards, et voici les pauvrettes cernées ! A nous, chair fraîche ! Imaginez déjà, ces croupes galbées, ces seins fermes, la sueur de la course perlant le long des courbes tremblantes de ces… Ouch !"

0

Le baron s’effondra au sol inconscient, le visage encore tordu dans une expression de douleur alors que derrière-lui, un garde venait de lui asséner un sérieux coup du manche de son sabre sur le sommet du crâne. L’empereur bégaya brièvement avant de se reprendre, observant tour à tour le plan et l’urbaniste étalés devant lui.

Le baron Haussmann, réfléchissant au réaménagement des quais de Paris pour l’organisation de soirées mousse géantes

"Bon sang… soldat ! Quel est votre nom ?
- Caporal Roudoudou votre altesse, de la garde impériale.
- Caporal, vous avez agi avec justesse. Maintenant, vous aller me virer ce malheureux de cette salle.
- Et pour les plans ? – demanda timidement un conseiller en toussotant à demi
- Les plans ? Ils sont bons : vous allez me reconstruire Paris en les suivant ; à défauts de justes desseins, l’homme a redessiné cette ville avec goût. Maintenant, tout le monde dans cette pièce oublie ces conneries : si on vous pose des questions, vous direz que oui oui, on fait un nouveau Paris avec des grosses rues pour emmerder les émeutiers, tout ça. Personne ne doit jamais savoir la vérité. Personne. J’ignore ce que nous réserve l’avenir, mais j’espère qu’il ne donnera jamais naissance à un esprit assez brillant pour réaliser quels sombres projets le baron ourdissait."

0

Hélas pour l’empereur, il ignorait que près de 150 ans plus tard, pareil esprit existerait. Et qu’avec un brio sans pareil, il prouverait qu’en fait, l’urbanisme a toujours été pensé pour emmerder les nanas, car cet esprit serait celui… d’une féministe !

_____________________________________________________

Si vous avez rigolé lors de l’utilisation groupée des mots "esprit", "brillant", et "féministe", je me vois dans l’obligation de vous faire les gros yeux, car comme vous allez pouvoir le constater, une fois encore, l’argumentation est tout simplement aussi incroyable que la pertinence du sujet. A l’heure où le magazine Elle explique doctement à ses lectrices qu’une petite pipe, même quand on est pas d’accord, c’est quand même la moindre des choses, et qu’on attend toujours la réaction d’Osez le féminisme sur le sujet, voici qu’un nouveau combat parait pour faire avancer les droits des êtres dépourvus de chromosomes Y. Et pas des moindres, mais, ah ! Assez parlé, passons à l’étude du sujet, qui doit tout de même être bigrement sérieux pour mériter sa place dans le supplément Culture du Monde.

Sur le trottoir ou dans le métro, on croise des vieux, des jeunes, des hommes, des femmes. A première vue, l’espace public est mixte. A première vue seulement. Car l’espace urbain demeure un espace où les déséquilibres entre les deux sexes restent profonds. De jour, ça se voit peu.

Oui : de jour, tout à l’air normal en ville. Mais lorsque vient le crépuscule…

On ne dirait pas comme ça, mais en fait, sachez-le ; sitôt la nuit tombée, à l’heure où les honnêtes gens ferment leurs portes à double tour, dehors, le sabbat machiste peut commencer : on fait péter les bières, tomber les ceintures et tourner les slips ; femme, sache qu’en hiver, passé 17h, la rue n’est plus à toi. C’est Le Monde qui le dit, alors ne rigole pas malheureuse : le prochain combat des féministes du XXIe siècle, toujours à l’avant-garde, sera de prouver que le trottoir est un endroit infiniment sexiste.

On ne sait pas encore trop pourquoi, mais ça doit être super important en tout cas.

Surtout, contrairement [aux hommes], "les femmes ne font que traverser l’espace urbain, elles ne stationnent pas", explique le géographe Yves Raibaud,

Hé bé non.

La femme, des fois, elle arrive en ville, elle essaie de s’arrêter et tout, mais elle ne peut pas. Pourquoi ? Implose-t-elle si elle le fait ? Est-elle poussée par une force mystérieuse, ou bien sont-ce simplement ses semelles compensées géantes qui l’empêchent de tenir en place plus de 15s sans risquer une double fracture des chevilles ? Allez savoir. En tout cas, cela explique pourquoi les femmes et les créneaux ne sont pas amis : stationner, ce n’est pas vraiment leur truc.

Très bien. Et bien, merci Yves (qui a probablement observé le mouvement de migration des femmes en espace urbain depuis le toit de sa maison, ou alors il faudra m’expliquer comment il a noté cela) pour ce rapport à la fois pertinent et audacieux.

"On constate que les femmes traînent moins souvent dans la rue sans avoir quelque chose de précis à y faire et se déplacent rapidement d’un endroit à un autre", confirme Patricia Perennes, d’Osez le féminisme.

Chez Osez le féminisme, on a toujours un regard pertinent sur la société (non, mais ho, ça suffit au fond, je vous vois au fond, mais soyez un peu charitables sacrebleu). On va prendre un exemple précis : mettons une femme, allant d’un endroit à un autre dans une rue sans but précis, du genre de bâtiment en bâtiment le long d’un trottoir. Appelons ce mouvement du… du lèche-vitrine, comme ça, au hasard : et bien sachez que ça n’existe pas. De la même manière, la femme ne se promène pas, ne fait pas de tourisme, ou ne donne jamais rendez-vous à qui que ce soit en-dehors de chez elle. Non : lorsque la femme sort, c’est uniquement en courant, pour rester le moins de temps possible dans la rue, hurlant l’intégralité des dialogues de Braveheart jusqu’à arriver à destination. Si jamais la femme doit s’arrêter pour une raison X ou Y, elle se met à suer très fort, a très chaud, et si jamais elle a une arme sur elle (pour se défendre contre les millions de violeurs qui l’attendent en bas de chez elle), elle la vide dans la foule.

En fait, Osez le féminisme, des fois, j’ai un peu l’impression que c’est une sorte de café du commerce dopé au mojito pêche.

Ou à la ganja de l’espace, mais je sais que je suis lu par les douanes, alors je ne vous dénoncerai pas les filles, pas d’inquiétude.

Femme se rendant chez une amie en tentant de passer le moins de temps possible dans la rue de peur d’y croiser un homme

Allez vite pour éviter les ennuis… Car une femme seule est trois fois plus abordée dans la rue qu’un homme. Parfois sympathiques, ces rencontres peuvent s’avérer désagréables et provoquer un sentiment d’insécurité.

Notez bien : on ne vous parle pas d’insécurité mais de sentiment d’insécurité. Vous savez, le genre de truc qui naît par exemple, et à tout hasard, en publiant des articles qui se veulent crypto-scientifiques dans lesquels on explique à ces dames qu’elles DOIVENT avoir peur dans la rue, qu’il y a d’excellentes raisons à cela. Enfin je dis ça comme ça, hein. Moi ça me donne surtout un sentiment de gastro-entérite, mais l’INSEE s’y intéresse encore peu, c’est vrai.

Les parents en tirent des conséquences en disant très tôt à leurs filles comment se comporter et s’habiller. "Toute la journée, on t’explique ce que tu dois être en tant que femme, les télévisions et les journaux font de même, et tu finis par ne plus te définir en tant qu’être humain", explique l’urbaniste Louise Montout.

Louise, ma bonne amie, je t’entends.

Du coup, je suis assez d’accord : il faut arrêter avec les articles de supposés grands journaux qui expliquent que l’on est une femme avant d’être un être humain comme les autres, et qu’à ce titre, il est légitime de flipper dans la rue et d’être décrite comme une proie pour prédateurs sexuels à longueur de temps.

Attention à bien éteindre vos détecteurs de non-sens, on pourrait bloquer l’aiguille, là.

Jusqu’à la puberté, on demande aux filles davantage de déplacements que les garçons, car on les considère plus dégourdies. Mais après, le viol devient la peur structurante des femmes en milieu urbain, alors que la ville est bien plus le lieu des incivilités que des agressions physiques.

La nature est bien faite (les explications sans citer aucune source aussi) : les garçons sont moins dégourdis que les filles, c’est comme ça et c’est indiscutable. Par contre, sitôt que les bouboules tombent, paf : le brushing leur pousse, ils rejoignent la fondation Phoenix et en fait, ils deviennent tous Mac Gyver. Alors que dans le même temps, il faut barricader la petite dernière dans sa chambre, devenue un appeau au sexe avec ses yeux de brebis égarée. Continuer de la laisser sortir, c’est la condamner à la découverte de plaisirs exotiques et variés dans une cave quelconque d’une banlieue chaude (ex : Neuilly-sur-Seine).

D’ailleurs, femmes de milieux urbains (je sais, il y en a parmi vous qui ont survécu dans ce milieu machiste jusqu’ici en courant très vite dans les rues), sachez-le : ce qui vous "structure" ce ne sont pas des projets, des idées, ou même le simple fait d’être des membres du genre humain : c’est la peur du viol. La réflexion, tout ça, ce n’est pas un truc pour vous : vous n’êtes unies que par la peur du prochain loup.

Voilà : votre nature, c’est d’être des victimes. Merci, Osez le féminisme et autres fameux intervenants.

Pourtant, et même si la révolution sexuelle a atténué les choses, la représentation sociale fait du foyer le havre de paix et, de l’extérieur, un espace dangereux. Allons plus loin : une femme seule, dans un parc, la nuit ? C’est une prostituée, pense-t-on souvent. Et le jour ? Une mère de famille.

Oui, d’ailleurs c’est pour ça que nous les hommes nous recommandons aux femmes de rester dans la cuisine pour les protéger. Et ainsi pouvoir user de nos préjugés en paix une fois la nuit venue (chez Osez le féminisme, on doit penser que Twilight est un documentaire : les hommes, tout comme Edward, sortent la nuit). Tenez par exemple : saviez-vous que tout homme qui croise une fille dans un parc la nuit pense obligatoirement "Tiens, une prostituée" ? Car non, l’homme ne pense jamais "Tiens, une fille dans un parc la nuit" : il est forcément bourré de préjugés (contrairement aux auteurs de cet article du Monde, donc). Et idem le jour : toute fille qu’il croise est une mère de famille. Même si elle a 6 ans, c’est bon : on cherche la poussette.

Apprenez à reconnaître cette femme : Simone de Beauvoir, suppôt de l’ordre machiste, qui pensait que les femmes pouvaient exister autrement qu’en tant que proies, être unies par autre chose que la peur, et vivre leur vie ailleurs que dans leur foyer. Brrrr, quelle vile créature.

Bon cela dit, il est vrai que depuis l’avènement des blogueuses modes, distinguer la tenue des prostituées de celles de ces maîtresses du bon goût est devenu un exercice complexe et a brouillé par mal de lignes (la CNIL n’a toujours pas accepté ma demande pour la création d’un site "pute ou pas pute"). Mais là n’est pas la question.

Le métro, le soir, est fréquenté en moyenne par deux femmes pour huit hommes. Les parents ont autant peur du métro la nuit pour leurs filles (leur imposant le taxi) que les filles elles-mêmes, y compris majeures

Mesdemoiselles, si vous avez un jour pris le métro pour rentrer de soirée, sachez qu’en fait, tout ça n’est en fait qu’un souvenir implanté artificiellement pour vous faire croire que vous êtes libre. Dans ce cas, faites-moi signe, donnez-moi votre adresse et je viendrai frapper à votre porte avec mes lunettes de soleil et mon manteau en cuir pour vous proposer de sortir de la matrice en avalant une petite pilule.

A ce qu’il parait qu’un effet secondaire de la pilule est de se réveiller dans un terrain vague de la matrice sans souvenirs du monde réel, mais hein, bon, c’est quand même pas grand-chose, non ?

Ah oui, et sinon, notez : penser qu’une femme seule la nuit dans un parc c’est une prostituée, c’est un préjugé à la con, mais penser qu’un homme la nuit soit automatiquement un violeur potentiel, c’est tout à fait normal. Chapeau les enfants

Ces dernières mettent en place des stratégies pour réduire le danger : porter un pantalon, maquillage sobre, se déplacer en groupe, se rapprocher d’autres filles isolées, avoir un baladeur sur les oreilles en fuyant tout regard.

Transporter une baïonnette, disposer d’un drap gris pour se coller contre un mur et disparaître comme un ninja, louer un char Leclerc pour la soirée : lecteur, si vous aussi vous avez déjà croisé des filles en jupe passé 17h sans les retrouver deux heures plus tard découpées dans une poubelle, sachez que vous pouvez appeler le Vatican : miracle il y a eu.

Sinon, avec la description, je ne suis pas sûr tout de même : ils ont observé des femmes ou un troupeau de marmottes ? Est-ce qu’il y a une femme qui siffle à l’approche d’un prédateur ? Diable, ça m’a l’air complexe tout cela. Heureusement que nous avons de grands experts pour nous expliquer comment les choses fonctionnent en réalité.

Ces stratagèmes entraînent une réduction des libertés. "Les filles sont confrontées à une tension entre les attentes placées dans les sorties festives, souvent associées à un habillement plus sexualisé, et un contrôle des parents plus marqué que pour les garçons", constate Clément Rivière, doctorant à l’Observatoire sociologique du changement (Sciences Po). Ainsi, des normes s’imposent, parfaitement intégrées, invisibles et intériorisées.

Dixit l’article qui dix lignes au-dessus expliquait que le monde extérieur était un monde super dangereux, et que rentrez vos filles messeigneurs car voici venir les vikings venus prendre vertus, richesses et troupeaux entre divers gras ricanements, c’est intéressant.

Les décideurs de la ville ne font rien pour réduire ce fossé entre garçons et filles. Ils font même le contraire. Ainsi, 85 % du budget des équipements programmés dans les zones prioritaires vont aux garçons. Pour "canaliser la violence", dit-on. Les skate-parks poussent comme des champignons un peu partout, alors qu’il n’existe presque rien pour les adolescentes.

Ah, les salauds ! Des skate-parks ! Ces structures phallocrates réservées aux garçons ! Ah, si ça continue à ce rythme, on va demander aux filles de jouer au football, au basket, voire au handball ! Enfin, Mesdemoiselles ! Qu’attendez-vous pour réclamer des poneys-parks ou des concours de couture ? Des trucs de fille peints en rose, quoi ! Non mais attendez, si on commence à proposer les mêmes choses aux filles et aux garçons ce serait… rah, ce serait presque les considérer au même niveau ! Vite, Osez le féminisme, il faut agir !

Dans la revue Traits urbains, en mai, Yves Raibaud prend l’exemple de la construction de stades de football, investis presque uniquement par des hommes : "Imaginez un équipement public pour 43 000 femmes !"

Oui, là encore, on ne construit jamais des équipements accueillant des gens de tous les sexes : c’est soit pour 43 000 hommes, soit pour 43 000 femmes, mais alors 43 000 "personnes", ah, ça, plutôt mourir ! D’ailleurs, à l’entrée des stades, on procède à des tests du genre demander aux larrons qui s’y présentent de roter : les femmes étant des princesses, elles en sont incapables et sont donc aussitôt détectées et éjectées. Mais raccompagnées à leurs cuisines, pour ne pas les laisser dehors, puisque comme l’explique l’article, c’est trop dangereux pour elle.

Des ennemies des femmes posant fièrement dans un stade, symbole du pouvoir de l’oppresseur couillu.

Est-ce pour des raisons économiques, voire écologiques, ou parce qu’ils imaginent les femmes au foyer le soir, que 5 000 communes de France ont récemment décidé d’éteindre l’éclairage public entre minuit et 5 heures du matin ?

Tout à fait, Le Monde : entre minuit et 5 heures du matin, les hommes enclenchent leur vision nocturne, et pouf, la nuit leur appartient. Éteindre les lumières, c’est forcément un complot pour emmerder les femmes : aaah, quel grand journalisme. Je crois d’ailleurs que le groupe qui milite pour l’extinction des enseignes commerciales la nuit est lui-même dirigé par Henri Désiré Landru.

Pourquoi nombre de lieux festifs et nocturnes sont-ils construits sans toilettes ? Parce que la nuit est un espace jugé masculin.

Et les hommes ne font pas caca. Aucun rapport avec le fait que dans l’évènementiel, certains font des économies en se disant "Allez, les gens se retiendront bien 2h". Non, c’est un type maléfique qui éclate d’un grand rire derrière son bureau en hurlant "Ho ho ho ! Je ne vais pas installer de toilettes, puis je servirai des cocktails de gonzesses à volonté ! La vessie des femmes gonflera, puis, ne pouvant se soulager, elles imploseront toutes l’une après l’autre ! Et alors, elles regretteront de m’avoir appelé "Pieds qui puent" en classe de 6eB, me rejetant au ban de la société !". En général, c’est à ce moment précis que l’auteur de la maxime se met à jouer d’un orgue massif en continuant de rire, mais dans certains cas, il peut aussi juste avoir un xylophone  Bontempi, auquel cas il rigole, mais moins fort sinon ça masque les notes.

D’un autre côté, les décideurs et urbanistes n’oublient pas les couloirs à poussettes, ni d’installer des crèches à côté des lieux de travail majoritairement féminins. "Les urbanistes vont répondre que, lors des réunions, on leur demande ces couloirs à poussettes !", rétorque Louise Montout.

C’est vrai : d’ailleurs, on ne trouve jamais de papa derrière une poussette (ou alors ils volent 2 à 3 mètres au-dessus du trottoir, un de leurs autres pouvoirs avec la vision nocturne), et ces derniers n’emmènent jamais leur enfant à la crèche : il existe sur le chromosome Y un gène qui permet de phaser l’enfant, l’envoyant dans une dimension parallèle semblable aux limbes durant les heures de travail. Tout ça, c’est vraiment pour les nanas uniquement. Et puis c’est vrai quoi, il faudrait du mobilier urbain pour les femmes comme heu… des… heu… du… enfin voilà quoi, merde ! Des trucs rose bonbon ou des bancs en forme d’arc-en-ciel. Tous avec Louise !

Tout le monde est d’accord : la ville est pensée par et pour l’homme,

J’ai toujours eu un goût certain pour les affirmations lancées comme ça, hop, et contenant "Tout le monde est d’accord". Je propose donc, en suivant le même principe journalistique, d’ajouter "Tout le monde est d’accord : cet article du Monde est un étron gras qui ne mériterait même pas d’être publié sur Girls.fr".

Car l’espace n’est pas interdit aux femmes, ce sont elles qui s’interdisent l’accès à une rue, un bar, un lieu de fête… Les interdits sont tels, montre l’étude de Bordeaux, que les lieux qu’elles trouvent répulsifs sont les plus nombreux.

Elles se l’interdisent peut-être aussi parce que, je me répète, il y a des gens assez idiots pour pondre des articles leur expliquant que, holala, tout ça vous savez, c’est des trucs de mecs, faudrait pas s’en mêler, hein, pfiou. Si c’est pas une réunion tupperware ou un cours de cuisine, fuyez Mesdemoiselles, ce n’est pas pour vous ! D’ailleurs, les exemples donnés sont bons : aller boire un verre dans un bar, par exemple, c’est typiquement une activité de mec. Tout comme les rues ou les "lieux de fêtes" : les salles de concerts sont légendaires pour l’interdiction faite aux femmes d’y entrer. Les concerts de Justin Bieber sont d’ailleurs réputés pour être des nids à moustachus, par exemple.

En fait, les femmes érigeraient ce que le géographe Guy Di Méo appelle des "murs invisibles" dans l’espace urbain. Ces barrières sont inconscientes. Elles varient d’une personne à l’autre et d’un jour à l’autre en fonction des émotions. Elles sont le fruit de facteurs comme l’âge, le niveau socio-économique, la situation personnelle ou l’environnement culturel.

Et la connerie ambiante, aussi, un peu. Un facteur vaguement intéressant.

L’homme la nuit selon le Monde

Les femmes ne ressentent pas non plus l’insécurité de la même façon selon leur éducation et leur classe sociale. On croit qu’il est difficile pour une femme riche d’aller dans un quartier pauvre. Mais, inversement, les femmes du 19earrondissement de Paris interrogées par Clément Rivière témoignent d’un malaise lorsqu’elles se rendent dans le 16e arrondissement.

J’ose penser que cet article n’est en fait qu’une énième variation de la blague "A Monaco, les milliardaires n’osent plus sortir après 22h : il y a des millionnaires plein les rues".

La mairie de Paris mène des actions pour rendre plus visibles les femmes dans l’espace urbain. Des marches exploratoires ont lieu la nuit (des femmes se promènent en ville pour réfléchir à ce qui exacerbe leur sentiment d’insécurité) et neuf stations de tram porteront des noms de femmes. "Quand nous sommes arrivées à la mairie, seuls 3 % ou 4 % des équipements parisiens et des rues étaient dédiés aux femmes célèbres ; on est a plus de 13 % maintenant ", se réjouit Fatima Lalem, adjointe au maire chargée de l’égalité hommes-femmes.

Ah oui. Quand même. Allez, prenons des exemples :

Germaine est poursuivie par le gang de Stringer Balls, un terrible meneur de troupe. Lui et ses amis sont bien malheureux car depuis plusieurs semaines, malgré leurs habiles techniques de drague à base de "Ho Madmazeule tu suces ?" (ils ont appris ça dans Elle), aucune jeune fille n’a succombé à leur charme. Bien décidés à donner de l’amour, ils ont décidé que ce soir, ils feraient un câlin à Germaine, dont l’attitude à base de tremblement peureux les a confortés dans le fait qu’il y avait là une victime potentielle.

S’engouffrant dans une bouche de métro, voici que Germaine déboule sur le quai d’une station. Lisant le panneau de celle-ci, la bougresse peine à retenir ses pleurs affolés : il s’agit là de Stalingrad. Du coup, Stringer Balls et ses hommes vont probablement la prendre comme tout un régiment de conscrits soviétiques : c’en est fini d’elle.

Alors qu’à en croire la logique de cet article, si la station s’était appelée "Larusso", les malheureux assaillants auraient instantanément pris feu, protégeant ainsi la pauvrette.

Non, mais vraiment : est-ce que c’est moi qui suis de plus en plus conservateur ou simplement est-ce de plus en plus con ?

Sinon, les avancées sont presque inexistantes. L’Egypte a mis en place au Caire des rames de métro réservées aux femmes. Mais ça ne résout pas le problème de fond.

Ho oui ! Ça c’est une avancée !  Séparons les femmes des hommes au nom de la lutte contre le sexisme ! Tenez, vous savez ce qui serait encore mieux ? Carrément séparer les villes. Ho et puis on pourrait appliquer ces "avancées" à d’autres trucs du genre "Holala, moi la nuit j’ai peur des gens de couleurs, on pourrait avoir un métro pour les blancs ?" Je suis sûr que le programme de Marine Le Pen est plein "d’avancées" du même genre. Chapeau, vraiment.

Ces réponses sont incertaines tant les collectivités s’attaquent plutôt aux violences domestiques. Aussi, Marylène Lieber invite les femmes au sport de combat.

Personne n’invite juste les femmes à vivre leur vie, en fait ?

Reste que les femmes passant plus de temps "dehors" savent mieux se défendre face aux incivilités. Savoir répondre, avoir une grande gueule, faire le poids face à l’agression, ça ne s’improvise pas…

Le journalisme et les préjugés foireux non plus.

Vraiment, merci le Monde.

Lorsqu’un célèbre journal présente ceci comme une avancée, on peut se poser quelques questions.

_____________________________________________________

Londres, 10 octobre 1940, 21h52

Au-dessus des toits, elle monte doucement, lugubre ; d’abord vrombissement sourd couvrant doucement le bruit des moteurs en gagnant en intensité, elle devient un hurlement terrible alors que les têtes, unes à unes, s’élèvent dans toutes les rues : ça y est, la sirène d’alerte aérienne résonne au-dessus de la capitale britannique.

En quelques secondes, les rues semblent se vider : quelques cris, mouvements de paniques, dérapages d’automobiles pressées et chacun va trouver l’abri le plus proche. La main serrée dans celle de son amie Lucy, Gisèle s’engouffre dans une station de métro en compagnie de dizaines d’autres civils, découvrant le quai d’ores et déjà couvert de passants, de réfugiés et d’officiers de police. Toutes les têtes sont tournées vers le plafond, la sirène continuant de hurler à la surface, bientôt mêlée à un autre son : celui des bombardiers allemands. Un claquement sec, un étrange sifflement, et ça y est : l’électricité est coupée dans toute la ville. Vue du ciel, Londres vient brutalement de disparaître, ne laissant deviner que la sombre silhouette de quelques ponts lancés au-dessus de la Tamise. C’est le black-out.

"Tu sais Lucy, je commence à en avoir assez.
- Des Allemands ? On les aura Gisèle. On les aura, il faut juste tenir.
- Mais ? Non, je m’en fous des Allemands ! Je parlais du black-out ! Quel truc sexiste ! 
- Qu’est-ce que tu racontes ? 
- Et bien tu sais ! Plonger la ville dans le noir ! Et bin c’est un truc contre nous les filles !
- …
- Parce que après, hop, nous on voit plus rien ! Et puis en plus, tu te rends compte ? On est même pas dans une station de métro avec un nom de femme ! Trop nul !
- … Gisèle, écoute moi bien, il va falloir être forte : je crois que tu es complètement conne."

0

Et après avoir copieusement giflé son amie, Lucy continua de tendre l’oreille pour tenter de savoir si les bombes ennemies se rapprochaient ou non de l’abri où elle et d’autres s’abritaient. Elle ignorait, hélas, qu’à quelques mètres au-dessus de sa tête, dans une allée de Piccadilly Circus, un homme s’appuyait contre un mur en ricanant, urinant des restes d’alcool en-dessous d’une affiche invitant à la prudence en cas de bombardement. Il manqua de peu d’arroser les chaussures du type derrière lui lorsque ce dernier lui tapota l’épaule, le surprenant au coeur de l’obscurité.

"Bin alors Roger, qu’est-ce que tu fous ?
- Je pisse, ça se voit pas ?
- Tu viens pas au pub ?
- Si, ça va, j’arrive, j’arrive, merde, j’ai trempé mon pantalon avec tes conneries David. Allez, la ville est à nous !"

0

Au-dessus d’eux, les haut-parleurs de la sirène aérienne diffusaient maintenant de faux bruits de bombardements. Les deux hommes regardèrent un véhicule militaire du génie les dépasser, se dirigeant vers un quelconque endroit où simuler l’explosion d’une bombe sur la chaussée.

"Dis David, tu crois que les femmes se rendront compte un jour qu’on coupe les lumières juste pour les emmerder ? Et qu’on fait tout pour que la ville soit à nous ? Merde, on en est à simuler une guerre pour leur faire le coup du black-out !
- Boh, tu sais. Elles croient ce qu’on veut bien leur dire.
- Oui mais… tu imagines si un jour, des journalistes particulièrement brillants et courageux révélaient tout cela ? Genre des vraies féministes décomplexées qui réaliseraient que nous organisons tout cela non pas pour des raisons objectives mais uniquement à l’occasion d’un grand complot mondial machiste contre elles ?"

0

David étouffa un petit rire avant de taper un grand coup dans le dos de son ami. "Allez, viens, on va se saoûler dans un pub entre hommes !"

Et plissant tous deux les yeux, ils activèrent leur vision nocturne.

Paris, octobre 2059

Le verre de synthé-scotch claqua sur le comptoir du bar lorsque Richard Dequart le reposa sans précaution après l’avoir vidé cul-sec. Derrière le zinc, l’hôtesse lui jeta un regard légèrement méprisant avant de s’emparer de l’objet, hésitant quelques secondes lorsqu’elle aperçut le type en trench-coat lui commander d’un geste de la main hésitant de le remplir à nouveau. Sitôt qu’elle eut glissé le verre aux glaçons craquant à l’air libre sous le nez de son client, Richard s’en saisit et le vida à nouveau d’un trait.

"Ancore.
- Je croit que vous aver assez bu pour ce soir, Runner."
  

Richard releva péniblement la tête pour fixer la jeune fille de ses yeux vitreux ; en grattant le mauvais rasage descendant de sa chevelure désordonnée aux tons châtains, il se demanda l’âge que pouvait avoir la serveuse. Probablement la moitié du sien : il se sentait vieux et hors-jeu rien qu’à la regarder ; elle n’avait probablement jamais connu les émeutes de 2038, et les épidémies de 2022 devaient être d’ennuyeuses histoires de ses parents.

"J’ai dis ancore. Je payes assez d’eurocrédits pour sa. 
- Vous connaisser les règle : pas de F5 après le second sans un alcootest d’abord."
  

"Sociéter de mairde", marmonna Richard. Il détestait l’expression "F5", petit truc rétro supposé vouloir dire "rafréchissemment" sans qu’il comprenne bien pourquoi. Truc rentré dans le dictionnaire en 2019 en référence à des pièces de vieilles machines du XXe siècle dénommées "clavier", ou quelque chose du genre, si ses souvenirs de l’académie étaient bons.

Richard était un Runner, un membre d’une force d’élite chargée de faire respecter les nouvelles conventions grammaticales et orthographiques. Depuis les grands combats des années 2010, la langue n’avait eu de cesse d’évoluer pour devenir plus belle, plus égalitaire ; hélas, dans l’ombre, des hommes et des femmes d’obédience fasciste continuaient de vouloir préserver les règles de l’ancien monde et prétendaient que tout cela, c’était "de la connerie". Les Runners étaient là pour les empêcher d’agir ; formés dans une académie spéciale au tir, au combat au corps à corps et aux règles de grammaire passées et présentes pour savoir tant ce qu’ils défendaient que comprendre leur ennemi, ils pourchassaient sans relâche les membres de ces groupuscules pour les renvoyer en rééducation à Skyblog Bay, un centre de coercition grammaticale tenu par une corporation privée travaillant main dans la main avec l’Etat.

En 2041, le rouge a été remplacé par le rose, parce que "Les garçons ont le droit au bleu sur le drapeau, alors pour avoir l'égalité, il nous faut le rose, sinon c'est machiste"

Derrière les persiennes qui couvraient les vitrines du bar, Richard pouvait apercevoir sur le vieux mur en face de l’établissement des tags de ses ennemis, qui bien qu’invisibles la plupart du temps, n’avaient de cesse de couvrir la cité de règles de grammaires et de conventions orthographiques dictatoriales et passéistes. Là, sur ce mur de résidence fatigué, on pouvait lire à la lueur d’un lampadaire grésillant "Dilemme, pas dilemne !" ou "L’infinitif, c’est pas impératif !" juste au-dessous d’une inscription officielle "Afficher ici se que vous vouler" certifiée par le Ministère de le Francophonie.

Faire respecter le Francophonie était relativement complexe dans ce monde qui n’avait de cesse d’évoluer : chaque mois, l’assemblée passait de nouveaux mots et nouvelles règles pour suivre des lobbys influents ; régulièrement, de nouveaux messages tombaient sur l’I-Plant de Richard, son implant crânien de dernière génération lui permettant d’enregistrer directement dans sa mémoire les nouvelles règles à appliquer. Parfois, il se demandait comment on faisait, avant tout cet équipement. Son mentor, Matthéo rOkssOr_18 lui racontait souvent comment les choses étaient difficiles, au début, quand les gens se montraient encore tellement conservateurs qu’il fallait se battre pour appliquer la moindre nouveauté à la langue. Richard ricana en repensant à la première fois où il avait rencontré Matthéo, la légende des Runners, les yeux embués par l’émotion : c’était rOkssOr_18 qui avait abattu Bernard Pivot, l’un des leaders fascistes alors qu’il réunissait en secret des gens dans les catacombes de Paris pour donner… des dictées. Brrr.

"Poke !
- Poke."
 

La clochette au-dessus de la porte du bar tinta lorsque le nouvel arrivant la passa, saluant la salle de la manière traditionnelle imposée par la Grande Réforme de 2030, dites "Facetweet", du nom de la corporation ayant soutenu son passage à l’assemblée et fait rentrer "J’aime" comme nouvelle manière d’approuver un propos dans le dictionnaire. Richard observa le type aller s’asseoir sur l’un des tabourets près du zinc, faisant craquer le faux-cuir de tout le poids de son embonpoint. Derrière eux, une femme âgée qui savourait jusqu’alors son sojakawa en lisant le journal s’approcha du I-Juke pour lancer un bon vieux morceau du début du siècle, du Justin Bieber. Y’a pas à dire, les vieux morceaux étaient toujours les meilleurs. On savait faire de la musique en ce temps-là.

"Allez Runner, oublier l’alcootest, vous m’aver l’air bien nostalgique. Raconter-moi ce qui vous rends triste comme sa."
  

Richard se retourna vers la serveuse, notant que celle-ci s’était accoudée sur le comptoir, ouvrant ainsi un formidable point de vue sur l’intérieur de son débardeur ; le Runner se concentra pour fixer ses yeux, se répétant intérieurement qu’il aurait pu être son père.

"Vous saver, je ne fait pas un métié facile. Des fois, je me dit que je me fait vieux, que je n’arive plus à suivre.
- LOL c’et normal, vous saver. Depuis qu’ons ont nommé Cyber-Xavière Tibéri en tant que ministresse de le Francophonie, c’est vrai qu’il y a pas mal de loi chaque semaine, sa dois être dur à suivre.
- J’aime. Les conservateurs sons d’ailleurs de plus en plus actif ; un nonbre croissant d’illuminer de leur secte considère le Bescherelle comme un livre sain ; l’autre jour, ons ont carrément tenter de posé une bonbe station Loovre-Rivaulee, au motif que la nouvelle plaque apposer après les réfexions ne serait pas conforme au nom original de l’endroits. Quel bande de passéiste !
- Oui, les mêmes qui ont refuser que l’on transforme des noms masculins en féminins et inversement afin d’obtenir la pariter dans le dictionnaire. Foutus rétrograde ! S’est pas avec des gens comme eux que nous les femmes, on aura un jour l’égaliter. 
- Je sait, vous n’imaginer pas à quel point ons considèrent les textes comme importans. L’autre jour, on en a encore choppé une dizaine qui dealé des texte d’un certain "Maître Eolas" directement au pied de la tour Eifelle. Ons osent tout."
  

En 2059, la suppression des cours d'histoire-géographie a persuadé l'ensemble de la population que la tour Eiffel avait été érigée en hommage au groupe de musique éponyme

L’implant crânien de Richard tourna à plein régime tout du long de la conversation, analysant la prononciation et l’élocution de son interlocutrice pour confirmer qu’elle utilisait les règles officielles de le Francophonie ; c’était à ça que l’on reconnaissait les conservateurs, ces fichus terroristes : aux détails. Mais tout du long, l’hôtesse avait utilisé les règles officielles correctement : du LOL (intégré au dictionnaire en 2018), un refus des accords (considérés comme sexistes en 2015), une utilisation aléatoire de l’orthographe et de la grammaire (la chute des notes de français avait alerté en 2023 Steevy Boulay, ministre de l’éducation lors du second mandat de Jean-François Copé, et afin de redresser les notes des élèves, avait fait supprimer les cours de français permettant ainsi de satisfaire tant les bambins que les journalistes qui critiquaient les statistiques des échecs au bac français, ainsi que l’on réglait tous les problèmes d’éducation depuis 2002). Bref : cette jeune fille était une citoyenne exemplaire, véritable Molière moderne quant à sa maîtrise de la langue ; cela faisait toujours plaisir de discuter avec des gens éduqués, qui savaient utiliser correctement la nouvelle personne du pluriel, "Ons", remplaçant avantageusement "Ils" et "Elles", pronoms porteurs de préjugés.

"Vous parler drolement bien, belle maitrise de la langue. Dite-moi: d’ou vous viens cette éducacion ?
- Ho, j’étudis un peu… je voudré ètre conservatrisse au Musée de l’Homme ET DE LA FEMME. Serveuse, s’est juste le tant de payé mes étude. 
- Beau projais. 
- Merci. Maintenent, excusé moi, je vai servir l’autre cliant."
   

Elle s’éloigna d’un pas rapide jusqu’à son voisin, prenant la commande pendant que Richard se demandait ce qu’il en aurait été de lui si le monde n’avait pas tourné ainsi. Aurait-il sacrifié autant pour son travail ? Se serait-il marié ? Aurait-il pu voir grandir une fille comme celle là, et l’aider à poursuivre ses ambitions ? Tout avait commencé avec la loi sur la libre orthographe des prénoms et le choix de ceux-ci, et ensuite, tout s’était enchaîné : fin de certains mots, apparition de nouveaux, mise en place de lois précises… parfois, il se demandait ce qu’il se serait passé si, au lieu de changer les règles pour s’adapter aux nouvelles générations qui prétendaient ne pas arriver à les apprendre, on avait amélioré l’éducation des dites générations pour qu’elles puissent apprendre au moins aussi bien que leurs ancêtres ? Il chassa brièvement cette idée de son esprit, se disant que c’était probablement comme cela que l’on devenait un vieux conservateur.

Soudain, sa vision devint rouge, et de nombreux messages d’alerte s’affichèrent sur son holo-rétine, l’informant d’un danger immédiat. Bondissant en arrière en faisant choir son tabouret dans le mouvement, Richard tira de son holster son pistolet, braquant le laser de visée vers le type obèse qui s’était assis à sa droite tout en tirant son badge de sa poche.

"Dit donc toi, le gros !
- Pardon ? Moi Moncieur ? Que… qu’aisse que j’est fait ?
- Regarde mon badge ! Runner d’Etat, division des crime ortografiques ! Allonge toi sur le saule ! 
- Mer enfin je… je venez juste…
- Tu t’ai trahi ! Passe encore ton accent, mais tu vient d’appelé la dame "Mademoiselle !" Tu c’est très bien que c’et interdis, car sexiste !"
  

Le type à l’épatant embonpoint baissa doucement les mains, observant la sueur couler sur les tempes du Runner.

"Bravo Runner, pour ce coup, vous m’avez eu. Mais vous aviez raison sur un point : nous sommes de plus en plus actifs. Grammaire vaincra !"

Le temps que Richard appuie sur la gâchette, le type avait déjà ouvert en grand sa veste, révélant que son large bourrelet n’était pas constitué de gras, mais de bien autre chose.

"Du Tekssmeksse !"

Hurla le Runner avant qu’une explosion ne le réduise, ainsi que l’intégralité du café "Le Facebar", à l’état de chaleur et de lumière.

Le bon côté, c'est qu'en 2059, tout le monde trouve les blagues sur le 21 décembre 2012 absolument nulles.

___________________________________________________

Louise bondit en hurlant dans le lit, apposant ses mains partout sur elle-même pour s’assurer qu’elle était bien réveillée ; la sensation de la sueur sur sa peau coulant entre ses doigts lui confirma que tout cela n’était qu’un mauvais rêve.

"Grmmmbllll…. c’que c’est ?" – dit une voix pâteuse à côté d’elle.

Elle hésita quelques instants, cherchant à se rappeler les détails de son rêve.

"Je… j’ai rêvé que la langue française était régie par des lobbys plus ou moins idiots qui demandaient des modifications de la loi pour un oui ou pour un non. Hoooo, si tu savais, c’était affreux ! 
- Hmmmm…. pffff… du genre ?
- Et bien par exemple, les féministes avaient demandé à ce que l’on féminise des accords, ou des mots en pagaille pourvu de donner l’impression de faire avancer la cause… c’était bizarre."
  

Son voisin se redressa dans le lit.

"Louise allons : les féministes ne sont pas si bêtes ; je veux dire : même en féminisant les accords, du genre en utilisant la règle du "l’adjectif s’accorde avec le dernier nom dans une suite, et pas automatiquement le masculin s’il n’y a pas uniquement des termes féminins", ce serait complètement idiot : il resterait le "Ils" et le "Elles" : 999 filles et 1 garçon font "Ils". Alors à moins qu’elles décident de demander à ce qu’on applique cette règle en comptant les participants pour dire si il y a une majorité de "Ils" ou de "Elles" et en cas d’impossibilité de le déterminer, du genre ils sont un nombre égal ou inconnu, utiliser un nouveau pronom "Ons", ce serait un combat non seulement inintéressant mais parfaitement stupide puisque ne changeant rien.
- Oui, mais dans mon rêve, pour elles, c’était la langue française qui était sexiste.
- Allons, te dis-je ! Si c’était vrai, et si une langue influençait vraiment les gens, alors les féministes en question ne pourraient pas exister, puisqu’elles parleraient le français expliquant que quiconque parle français a une vision des choses machiste ! Leur simple existence serait donc la preuve de l’absurdité de leurs arguments. Allez, calme-toi.
- Oui… tu as raison…
- Maintenant, en parlant d’égalité hommes-femmes, je ne me souviens pas avoir entendu ces dames hurler sur le fait que les hommes ne peuvent pas avoir autant d’orgasmes qu’elle, alors hop, au boulot mademoiselle."
  

Louise fit brièvement la moue avant de disparaître sous les draps.

M’allumant un cigare, je me félicitais de ne pas être féministe : si je l’étais, je n’ose pas imaginer à quel point je deviendrais fou si des gens prétendant l’être sortaient ce genre d’énormité.

 

François ajusta son fusil, abrité derrière la portière de la voiture 17.

Au milieu des autres véhicules de police en désordre, lui et plusieurs dizaines de ses collègues scrutaient attentivement les fenêtres du lycée en ajustant carabines et pistolets, guettant le moindre mouvement. Au milieu du brouhaha des radios et talkies-walkies qui crépitaient en bruissant d’informations sur l’évolution de la situation, il peinait à se concentrer, espérant que l’on vienne bientôt prendre sa relève ; ses bras étaient douloureux, son cou tendu : voilà bien deux heures que lui et son coéquipier étaient arrivés là. Ils avaient été les premiers sur place, quelques minutes à peine après le début de l’incident. Et puis, en moins d’un quart d’heure, une dizaine d’autres voitures et fourgons vinrent s’arrêter pour vomir leur flot de renforts et commencer l’évacuation des lieux. Tout s’était passé dans un calme relatif, malgré la tension qui…

"François, voici notre homme"

Le gardien de la paix se retourna en entendant la voix du lieutenant derrière lui ; à côté de ce dernier, un type en costume et trois-quarts avec un badge d’accès réajustait une cravate rouge en plissant les yeux en direction des fenêtres que ses collègues continuaient de braquer. Il regarda brièvement sa montre, avant de gratter une de ses tempes blanchissantes.

"François, voici Monsieur Connard, consultant. Il est là pour nous aider à régler cette situation, il connait leurs faiblesses. Faites-lui un topo."

Le jeune policier gonfla son poitrail, bouffi d’orgueil à l’idée d’être celui qui en savait le plus sur la situation. Prenant une grande inspiration, il fixa le consultant d’un air hardi avant de commencer son résumé.

"Tout a commencé à environ 9h05. D’après les témoignages des élèves évacués, il semblerait que Sophie Talon, 32 ans, professeur de mathématiques, soit arrivée dans l’établissement à 8h55 pour prendre sa première heure de cours en remplacement de Monsieur Geoffray, en stage. A 8h59, elle pénètre dans la salle 105 et fait rentrer sa classe de terminale "TS-2" ; après avoir attendu que les élèves soient installés et que le silence se fasse, elle se présente à la classe en tant que "Mademoiselle Talon". Il est environ 9h03. A 9h05, un commando armé de 6 femmes défonce la porte de sa salle à coups de rangers, avant de battre à mort l’enseignante avec ces mêmes chausses en hurlant "On dit Madame, salope !". L’alerte est donnée par un élève, et mon collègue et moi arrivons sur place à 9h09. De là, l’évacuation des lieux est lancée, et tout le personnel quitte l’établissement, à l’exception de la salle où le commando est retranché. Nous procédons à l’encerclement de celui-ci et à l’interrogatoire des élèves pour les premiers éléments. Jusqu’ici, elles ont refusé tout contact et ont baissé tous les stores."

Le consultant prit une gorgée de thé dans la tasse qu’une jeune recrue venait de lui amener depuis le bâtiment administratif scolaire voisin servant de QG improvisé, contemplant son breuvage dans une moue écoeurée avant de regarder à nouveau François.

"Combien de personnes reste t-il là-dedans ?
- 15. Les 6 membres du commando, ainsi que 9 élèves. De jeunes filles, uniquement, elles ont laissé sortir les garçons. Je crois qu’elles tentent de les convertir à leur cause.
- Bon. Dites à tout le monde de se préparer et amenez-moi le matériel, je vais négocier."
0

La même recrue qui avait amené le thé s’empressa de ramener un mégaphone, qui siffla lorsque l’homme l’alluma, provoquant un léger mouvement de tête vers le bas chez l’ensemble des fonctionnaires présents, surpris par l’arrivée impromptue de ce bruit désagréable.

"Un, deux, un, deux, test… test… est-ce qu’on m’entend ? Allô ?"

Il y eut un long silence. François haussa épaules et sourcils, signifiant que le refus de contact des terroristes était prévisible. L’expert repris.

"Houhou, les filles, vous ne voulez pas parler ? C’est étonnant. D’habitude, vous ne faites que ça. C’est parce que vous êtes entre filles à lire Public en vous gavant de Haagen Daz ? Vous ne voulez pas vous montrer à la fenêtre parce que vous êtes dans vos pyjamas en pilou mauve ?"

Une voix résonna depuis une fenêtre entrouverte, faisant rapidement regretter le son strident du mégaphone.

"On t’entend, porc sexiste !"

L’homme tapota sur le haut de son mégaphone, l’air satisfait.

Les négociations allaient pouvoir commencer.

_________________________________________________

Mademoiselle Agnès, victime collatérale d'un conflit aveugle

"Mademoiselle" est un gros mot. Une atteinte aux libertés. Un instrument du sexisme moderne.

Vous ne le saviez peut-être pas, mais nos amies les féministes d’Osez le Féminisme (un nom qui sent bon le courage et l’engagement ; la première proposition, "Il faut de big balls pour être féministe" ayant été rejetée lors de l’assemblée générale constituante) et des Chiennes de garde, elles, l’ont bien vite réalisé. C’est pourquoi elles ont mis sur place toute une campagne contre cette scandaleuse appellation, à commencer par un site internet résumant leurs arguments : madameoumadame.fr.

Et là, attention, on trouve de la grande qualité. Lisons donc ensemble, ce que nous y trouvons, voulez-vous ?

Donc, voici le problème, nous dit le site :

Vous ne vous êtes jamais demandé pourquoi on n’appelait pas un homme célibataire « Mondamoiseau », voire « jeune puceau » ? Pas étonnant, ce type de distinction est réservé aux femmes…
En effet, en France, en 2011, les femmes et les hommes ne sont toujours pas logés à la même enseigne : civilité unique pour les hommes, double civilité pour les femmes !

Osez le féminisme et les Chiennes de garde lancent donc une campagne intitulée « Mademoiselle, la case en trop » pour rappeler que la distinction Madame/Mademoiselle n’est ni flatteuse, ni obligatoire. Et surtout, qu’elle est le signe du sexisme ordinaire qui perdure dans notre société.
Cette campagne a vocation à mettre fin à cette inégalité, mais aussi à informer les femmes de leurs droits et à  mettre à leur disposition des outils pour faire changer leur civilité.

Les femmes et les hommes ont, aujourd’hui, en France, un traitement différencié de leur civilité ! Les hommes sont appelés toute leur vie «monsieur». À l’inverse, les femmes sont «mademoiselle», puis «madame». Et le passage de l’un à l’autre ne dépend ni de leur âge, ni de leur statut professionnel, mais bien de leur statut marital. «Mademoiselle» a donc un caractère intrusif, que «monsieur» ou «madame», plus neutre, n’ont pas. 

Il est vrai que voilà une injustice qu’il est grand temps de combattre. Certes, certains seraient tentés de dire qu’il s’agit là d’un combat gadget, mais ce seraient de bien mauvaises langues : c’est très important. Encore cet après-midi, j’ai appelé une jeune fille Mademoiselle, et elle s’est empressée de se tirer une balle à sanglier dans la bouche pour en finir avec cette vie scandaleuse dans laquelle elle était rabaissée. Imaginez-vous le choc que j’ai subi : j’ai dû attendre 5 minutes de plus à la caisse qu’ils la remplacent. Inconcevable.

Surtout que le combat a l’air aussi sérieux que ses arguments : s’il est vrai qu’il n’y a aucune case "Mondamoiseau" sur les formulaires administratifs, il est normal qu’on y trouve pas "jeune puceau" ; ou alors , il va falloir me trouver le formulaire où l’on peut trouver "jeune pucelle" dans les cases à cocher, puisqu’il est affirmé ici que c’est un traitement réservé aux femmes (en dehors de l’industrie du porno et des formulaires de recrutement des troupes de Jeanne d’Arc) ; commencer une campagne par un argument foireux dès la première ligne est souvent le signe d’un site de qualité. Poursuivons donc notre exploration, puisque diverses rubriques s’ouvrent à nous, chacune argumentant sur les raisons pour lesquelles "Mademoiselle" n’a pas lieu d’être. Je vous les donne de suite :

- Ce n’est pas flatteur

- Ce n’est pas tendance

- Ce n’est pas marrant

- Ce n’est pas obligatoire

- Ce n’est pas une fatalité

et même une rubrique "Nom de jeune fille"

Autant de chapitres de votre nouveau site de chevet qui vous permettront, mesdemoiselles mesdames d’enfin lutter contre ces gros sexistes qui ne vous appellent pas Madame à tout bout de champ, mais Mademoiselle comme de vulgaires petits sagouins sans éducation. Les rustres. Et pour bien comprendre pourquoi ce site est une sorte de gigantesque n’importe quoi, nous allons commencer par un petit tour dans la rubrique "ce n’est pas obligatoire", qui débute ainsi :

Contrairement à l’idée reçue, l’emploi des termes « Madame » et « Mademoiselle » ne repose sur aucune disposition législative ou réglementaire. Il résulte exclusivement de l’usage et ne constitue pas un élément de l’état civil. Aucun document ne peut donc être réclamé à une femme qui souhaite qu’on utilise à son endroit l’appellation « Madame ».

En plus, c’est écrit en gras, pour que tout le monde comprenne bien ; vous avez donc tous lu ? "Mademoiselle" ou "Madame", c’est de l’usage, ça n’a aucune valeur légale (non, vous ne pouvez pas faire un procès à un mec qui vous appelle "Mademoiselle" au lieu de "Madame" pour gagner du pognon, mais s’il est vieux et riche, vous pouvez toujours l’épouser, en plus, tout le monde vous appellera Madame par coutume si j’en crois ce qui est dit ici). Vous pouvez donc être mariée et vous faire appeler "Mademoiselle" dans les formulaires administratifs, ou être célibataire et vous faire appeler "Madame" si le coeur vous en dit. Bref, vous avez le choix et êtes libres de la chose. Retenez bien que c’est votre droit et que c’est ici intelligemment mis en avant, et allons voir le reste du site.

Tenez, la rubrique "Ce n’est pas flatteur" par exemple.

Une distinction bien anodine en apparence

La distinction madame / mademoiselle parait en apparence bien anodine. On va encore dire que les féministes chipotent…

Non, ce n’est pas le genre de la maison. Ne vous inquiétez pas. Ici, on est bien plus rabouin.

Certaines femmes apprécient en effet de se faire appeler « mademoiselle » : c’est flatteur, ça renvoie l’image de la jeune femme jolie, fraiche, séduisante, et peuvent considérer que c’est une marque de politesse et de galanterie de la part de leur interlocuteur. 

En effet ; les filles, vous pouvez avez le droit de penser ça. Mais comme nous allons le voir, d’après nos amies de la liberté, si vous le faites, c’est que vous êtes stupide, non mais :

En vérité, qu’y a t-il de poli à nous intimer l’ordre de dévoiler notre vie privée ? 

Voilà ; l’argument est beau : les filles, vous avez le droit de penser que c’est flatteur, mais si vous le faites, vous faites le jeu du sexisme, parce que ce faisant, vous "dévoilez votre vie privée". Et ça, c’est vraiment dégueulasse, petites dévergondées ! Vous n’avez pas honte ? Ce n’est pas à Madame Bruni que ça arriverait !

Tiens ? Mais que lisait-on en gras ailleurs sur ce site ? Mais oui : que chacun pouvait se faire appeler comme il voulait, donc du coup, on peut être une mademoiselle mariée, ou une madame célibataire ; et encore, je ne parle pas des PACS ! Bref, en disant "mademoiselle", vous ne révélez rien du tout. Et c’est le site lui-même qui le dit en citant la loi, tout en affirmant le contraire en se basant sur du rien 50 mètres plus loin.

Haaa… entre baser mon raisonnement sur la loi ou sur le néant absolu cité ici… j’hésite… hmmm… rah, c’est dur. En tout cas, ça commence fort.

Cela voudrait dire qu’une femme n’ a de vrai statut dans la société que parce qu’elle est mariée  ? Et toutes les femmes qui ne seraient pas mariées – célibataires, pacsées, en union libre, homosexuelles…- ne seraient pas des vraies femmes ?

Là encore, c’est sympa : des féministes expliquant que quelqu’un qui se fait appeler "Mademoiselle" (ce qui est sa liberté) plutôt que "Madame" serait une sous-personne, une citoyenne de seconde zone. Là encore, qui a déclaré ça ? Tiens, personne… personne à part… ho ! Laurence Waki, participante à la campagne et auteure du livre Madame ou mademoiselle ? dont la couverture ci-dessous met bien en évidence le "Madame, c’est une femme, Mademoiselle, c’est un truc pas fini". Combattre un raisonnement que l’on a soi-même mis en place en prenant des airs outrés, ça me rappelle un peu nos amis les pompiers pyromanes. Et les blaireaux ici. Mais je dis ça parce que le blaireau est un animal majestueux, hein, aucun rapport avec une insulte. Non, sinon j’aurais dit "Mademoiselle".

Madame, c'est sérieux, Mademoiselle, c'est pas fini et écrit façon pouffiasse : bravo, c'est subtil. Heureusement que c'est une femme qui l'a écrit.

Bref, vous, femmes qui aimez vous faire appeler "Mademoiselle", vous êtes de vilaines collabos du régime machiste, et si les féministes vous attrapent, elles vous tondront (mais en vous emmenant papoter chez le coiffeur : ça reste des nanas avant tout). Et si vous en doutez, je cite :

L’usage de la civilité « mademoiselle » n’est rien moins qu’une marque de sexisme, un sexisme diffus, accepté… un sexisme ordinaire ! 

Contrairement aux hommes, vous avez le choix entre deux appellations, sans aucune implication légale (souvenez-vous du passage en gras ; raaah, je vous avais dit de le retenir !) mais si vous ne faites pas le même choix que certaines féministes, vous serez une salope de machiste et elles lanceront une campagne avec site internet pour vous retirer ce choix parce que ce n’est pas le même qu’elles. Qu’ils sont bêtes, tous ces gens qui ont le choix mais qui ne font pas le même que le nôtre ! Quelle bande de crypto-anarchistes !

Relevons au passage le paradoxe : être appelée « mademoiselle » rassure sur le fait d’être soit jeune et jolie, alors qu’être appelé « madame » ferait se sentir vieille et moche… Cela en dit long sur la représentation du mariage….

Moi je relève plutôt le raccourci foireux. Mais bisous quand même.

Le terme « demoiselle » vient du Moyen-Age et signifie jeune fille noble, puis à partir du XVIIIème siècle jeune fille vierge, non mariée. Faudrait-il informer le moindre homme qui se trouverait dans un rayon de 10 kilomètres à la ronde de ce qu’on est une « demoiselle », peut-être plus vierge certes, mais du moins célibataire, disponible, en un mot « draguable ». Alors à vos clignotants ! En revanche, pas de possibilité de repérer les hommes célibataires…

Oui, parce qu’encore une fois, une Mademoiselle mariée se faisant appeler ainsi, ou tout simplement, une Mademoiselle pacsée, ça n’existe pas. Si jamais ça arrive, un trou béant vers l’enfer s’ouvre et des démons tirent par les jambes la bougresse jusqu’au fin fond d’un lac de lave en éclatant d’un rire diabolique. C’est soit ça, soit quelqu’un est en train de raconter n’importe quoi. Ho, et non : ce n’est pas moi (je précise parce qu’il y a peut-être des gens qui ont trouvé le site pertinent qui me lisent : il faut les aider un peu).

Au passage, puisque "Mademoiselle" aujourd’hui n’a plus de valeur juridique, et qu’il peut indiquer une jeune fille mariée ou non, l’argument ne tient pas. Non, c’est juste un "Ouais alors à la base c’est classe, mais comme au XVIIIe siècle, ça servait à désigner une jeune fille célibataire, il faut l’interdire parce que c’est insultant". Oui ma louloute ("ma louloute", ça va ? C’est moins méprisant que "mademoiselle" ?), et tu sais d’où vient le mot "tête" ? D’une insulte : testa, en latin, désignant une cruche ou un vieux pot. Vite ! Interdisons le mot "tête", qui est méprisant ! Et là, depuis son origine, pas juste "Au début non, mais à un moment si, mais maintenant non, donc interdisons-le !".

Et puis,  c’est tout de même difficile de gagner en crédibilité dans notre vie professionnelle, quand on est appelée  « mademoiselle ». Bizarrement, on appelle systématiquement une femme "Madame" quand elle est plutôt en responsabilités. Et mademoiselle, est plutôt attribuée aux "jeunes premières" ou moins expérimentées dans son domaine et revêt un caractère souvent condescendant.

C’est tellement vrai et systématique qu’on se souvient qu’en cette époque pas du tout sexiste qu’était le début du XXe siècle, une certaine Coco Chanel se faisait appeler "Mademoiselle". Et il est vrai qu’elle n’a jamais eu de responsabilités ou réussi quoique ce soit. L’honneur est sauf.

Alors aujourd’hui, pensez-vous : c’est tout simplement impossible.

Sinon, pour perdre en crédibilité, je crois que vous avez trouvé un moyen efficace avec cette belle campagne. C’est assez balaise, je le concède.

Si l’on veut résumer, la civilité Mademoiselle perpétue la domination masculine : une femme est ainsi désignée dans sa valeur d’objet, objet « sexuel » ou « ventre porteur », obligatoirement en attente d’un homme pour « accéder à la vraie vie ». C’est pour cela qu’il est important d’être appelée « madame », ça ne fait pas de toute femme une femme mariée, une femme vieille ou moche, dont la vie serait toute tracée ou pour l’essentiel derrière elle mais ça en fait une femme libre. Tout simplement…

Voilà voilà. A part ça, nos amies féministes sont là pour combattre les préjugés. Lectrices, vous qui n’êtes pas choquées de vous faire appeler "Mademoiselle", ou pire, qui préférez, sachez que vous êtes de simples objets sexuels en attente d’être engrossées. Et en demandant à ne plus avoir la liberté de vous faire appeler Mademoiselle, vous serez plus libre. C’est heu… complètement con beau.

Enfin, allons jusqu’au bout du concept pour prouver son absurdité. Donc, je résume (moi aussi, sauf que moi je ne mets pas de mots en gras): il y aurait des gens qui auraient des préjugés sur l’appellation "Mademoiselle" ; il faut donc, pour combattre ces idées, supprimer le mot. Plus de mot, plus de problème ! C’est vrai que c’est une manière intéressante de régler les problèmes sociaux.

——————————–

Flashback historique

Munich, 1921

"Aaach… j’en ai assez de l’antisémitisme ! 
- Oui, c’est terrible Adolf, je sais. Les juifs sont victimes de beaucoup d’idées préconçues. Mais nous allons lutter.
- Lutter contre les préjugés ? Non ! Il faut éradiquer les juifs ! Plus de juifs, plus d’antisémitisme !
- Je… mais le problème, c’est plutôt les préjugés, non ? 
- Non, non, c’est génial ! Vite, j’ai un plan pour rendre le monde plus tolérant ! Je vais monter un Reich d’amour !"

0

Fin du flashback historique

——————————–

"Et che ne tolérerai pas non plus l'homophobie ! Ja ?"

Bon allez, je crois que nous avons déjà fait le plus gros de cet argumentaire absurde. Allons plutôt voir la page "Ce n’est pas tendance".

Notez : comme on s’adresse à des donzelles, on leur parle de "tendances". Ce qui signifie que si c’était la mode, au même titre que les Wayfarer ou les chemises à carreaux, alors il n’y aurait aucun souci sur la question. Diable ? Vous voudriez dire que les revendications évoluent en fonction des modes ? Qu’il en va de même de la place de la femme dans la société que de celle des pantalons slim ?

Ça expliquerait le curieux silence de nos amies sur la question des jeunes filles qui s’appellent entre elles "Bitch" ou "Biatch" : c’est à la mode, et c’est vrai que c’est un terme pas du tout connoté. Petit rappel : les filles, vous pouvez donc vous appeler entre vous "Ma grosse bitch", mais pas "Mademoiselle", parce que Mademoiselle, c’est sous entendre que vous êtes une pute à matelots. Et ça, ce n’est vraiment pas très correct. Vous devriez avoir honte.

D’ailleurs, autre curiosité : parler de "tendances", c’est reconnaître qu’un terme évolue dans le temps. Et donc, se baser, comme ce fut fait précédemment, sur une évolution partant du XVIIIe siècle pour appuyer son argumentaire du XXIe, ça revient à dire "Oui ça évolue dans le temps, mais en fait, c’est figé dans le temps". Ce qui est, comment dire… enfin… disons que même Steevy n’a pas ce genre d’argumentaire.

Autre argument de qualité : Comment fait-on ailleurs ?

Et ailleurs ?

La distinction madame/mademoiselle n’existe pas ou bien est tombée en désuétude dans beaucoup de pays (Allemagne, PortugalDanemark…). Au Québec, ce terme témoigne d’une pensée si archaïque qu’appeler une femme « mademoiselle » est très très mal perçu.

Il est vrai que cela parlera à chacun : si un autre coin, comme par exemple le Québec (prendre le pays qui a produit Garou et Céline Dion comme référence, c’est assez révélateur), utilise le terme de manière péjorative, alors nous devons faire de même. Donc en se basant sur le même argument, on peut aussi se rappeler que dans le reste du monde, "Madame" est le terme qui signifie "patronne de maison close" ; pas sûr que ce soit le truc le plus élégant qui soit.

Vraiment, arriver sur un même site à mettre en avant autant d’éléments visant à se décrédibiliser, c’est de l’art. On dirait un site de campagne de Ségolène Royal.

Autre argument : "ce n’est pas marrant". Non, parce que, ça le serait, il n’y aurait aucun souci. Du coup, j’imagine que les membres des Chiennes de Garde et d’Osez le féminisme adorent les blagues sexistes ; après tout, si l’aspect "rigolade" est un argument en soi, alors ça ne doit pas poser de problèmes.

Cette rubrique est, d’ailleurs, une mine de réflexion, puisque constituée de copiés/collés tirés du site Vie de Meuf, qui tout comme son homologue fécal, est en fait juste une compilation d’anecdotes d’internautes invérifiables. C’est vrai que du coup, c’est un moyen béton d’appuyer son avis que de citer des trucs sortis de nulle part. Je vais créer "Vie de Personne Tout à Fait Objective", avec plein d’anecdotes du genre "L’autre jour, l’Odieux Connard m’a sauvée d’un tigre enragé à Borneo – Elsa21 #VDPTAFO" , "Avant j’étais pauvre et laid. Puis, j’ai connu l’Odieux Connard, qui m’a bidouillé un petit business en ligne pour que je survive. Je suis toujours laid, mais ça va mieux. Mark Z #VDPTAFO" ; "L’Odieux Connard t’aide à trouver l’amour, l’argent, la richesse, fait revenir l’être aimé puis lui pète la gueule pour lui apprendre à partir sans autorisation. Marabou N’Golo #VDPTAFO".

Mais assez digressé ; contemplons un florilège issu de notre beau site féministe :

Premier témoignage, et donc, j’imagine, le plus frappant.

Ce matin, au marché, le vendeur de fruits et légumes m’a alternativement appelée "ma puce", "ma chérie", puis "mademoiselle", avec tutoiement. Quand je lui ai dit que c’était "madame", il est passé au vouvoiement et a arrêté les petits surnoms. En fait, quand on pense que vous n’êtes pas mariée, le respect, c’est secondaire. #viedemeuf

ThB

Pas mal : "ma puce", ça passe, "ma chérie", aucun souci, le tutoiement aussi, mais mademoiselle, ah, ça non, espèce d’enfoiré ! Et c’est là dessus que notre héroïne a réagi. Si ma boulangère m’appelle "ma puce", elle mâchera ses molaires et le bout de ma chaussure droite avant d’avoir fini d’articuler "mon chéri".

J’ai quarante ans et je ne suis pas mariée. Alors suis-je "Mademoiselle" ou "Madame" ?

La question se pose chaque jour. Même l’administration me demande de choisir. C’est usant.
Je suis Madame car je suis majeure. Point. La question ne devrait pas exister.
#viedemeuf
Madame S

Putain, c’est vrai, avoir le choix c’est trop dur à vivre, surtout quand en plus on a la réponse. Comme le disait mon ami Jean-Luc "Les choix sont souvent difficile ; parfois, j’aimerais passer ma vie sur un rail."

Mon ex : "oui, je t’appelle Mademoiselle même si tu trouves ça ringard. Parce que tant que tu n’as pas eu d’enfant, tu n’es pas vraiment une femme"

Oui, ce n’est plus que mon ex… ouf !
#viedemeuf
NO

Ah bin oui, là, clairement, le problème c’est le "Mademoiselle", et pas le Monsieur. Je comprends mieux. Merci, Vie de Meuf, tu es tellement pertinent. En plus, c’est absurde : chacun sait que pour devenir une femme, il faut coucher avec un blogueur autosatisfait.

A l’occasion de mon mariage, j’ai gardé mon nom de naissance comme nom d’usage. Au travail, un collègue m’a interrogée sur mon mari en l’appelant monsieur "mon nom" ; visiblement, il ne pouvait imaginer qu’une femme, lorsqu’elle se marie, n’abandonne pas son identité. #viedemeuf
Sophie

Ou alors il a pensé que vous portiez le même nom sans chercher à savoir qui a donné son nom à qui, puisque le mari peut prendre le nom de sa femme. #viedelobotomisée. Bon, puis soyons positif : il a essayé de connaître ton nom. Personnellement, je n’ai pas compris l’intérêt de cette pratique.

Alors, Madame ou Mademoiselle ? Attention, il y a un piège

Allez, rassurez-vous les filles : tout cela n’est pas une fatalité. Vite, la rubrique éponyme !

Marre d’être appelée mademoiselle et par son nom de "jeune fille" ?

Vous avez le droit d’être appelée madame quel que soit votre âge ou votre situation personnelle. Vous avez le droit de refuser de parler de "nom de jeune fille" pour votre seul vrai nom. Personne ne peut vous l’imposer.

L’administration persiste à privilégier Mademoiselle, quand elle s’adresse à une femme qui n’est pas mariée, malgré les deux circulaires et nombreuses réponses des ministres aux questions de parlementaires.

Ici, le site a tout à fait raison : vous avez ce droit. C’est comme ça. Et oui, l’administration utilise par défaut "Mademoiselle" pour les femmes non mariées. Jusqu’ici, il fallait donc écrire à l’organisme concerné pour lui dire de mettre "Madame" si vous préfériez la chose, qu’importe votre situation, et particulièrement si vous n’avez que ça à foutre.

Heureusement, comme ce n’est pas une fatalité, le site propose un "kit" sous la forme d’un courrier tout prêt pour enfin en finir avec cela ! Et comme le veut la politique du site, il s’agit d’un courrier visant à demander à l’administration d’arrêter de vous appeler Mademoiselle, avec argumentaire sur l’historique du terme à la clé, sur le fait que c’est sexiste, etc, et que le prochain qui vous appelle comme ça, vous allez lui éclater la gueule contre le lavabo.

Bref : cela revient à écrire à l’administration en disant "Tout le monde doit être appelé Madame, et non Mademoiselle, sale sexiste". Oui, et donc, l’appellation par défaut deviendra "Madame". Et celles qui voudront se faire appeler "Mademoiselle" devront écrire à nouveau pour réclamer ce droit qui est le leur… bref : le problème restera là, il aura juste été inversé dans sa manifestation. Et l’administration qui aura été sensibilisée par les courriers de madameoumadame se dira "Tiens, en voilà une qui veut se faire appeler Mademoiselle : quelle petite traînée !", chose que personne ne se disait jusqu’à l’apparition de ce site ; bravo : c’est avec ce discours que le féminisme avance.

Et nul doute que naîtra dans quelques années un site "mademoiselleoumademoiselle", dans lequel des militantes rappelleront que non, on a pas envie de porter un nom allant à l’origine aux femmes mariées passant sous l’autorité d’un homme et servant à désigner les patronnes de maisons à filles de joie, que c’est indécent, dégradant et que c’est avoir "une drôle d’image du célibat". Et elles proposeront même des kits militants pour revenir au terme automatique "Mademoiselle".

Pour le reste, je vous laisse vous-même explorer ce fabuleux site, qui je le rappelle, part du dogme suivant : bien que choisir son appellation civile soit un droit pour les femmes, puisque les deux associations n’aiment pas l’appellation "Mademoiselle", elles veulent tout simplement supprimer cette petite liberté pour imposer leur choix à toutes, au nom du fait de devenir une "femme libre".

Alors non, je ne dirai pas que c’est un combat "gadget".

Je dirais juste que c’est complètement con.

_________________________________________________

L’après-midi était bien avancée lorsque la dernière des 9 otages courut depuis le bâtiment désert d’où elle venait d’être relâchée jusqu’aux policiers venant la récupérer dans la cours du lycée.

Cela avait demandé beaucoup d’efforts : les négociations avaient été beaucoup plus compliquées qu’avec les autres terroristes. Là où il était possible en d’autres circonstances de récupérer un otage en échange de quelques pizzas, il avait ici fallu proposer des macarons pour récupérer deux jeunes filles. Nenni d’hélicoptère avec pilote : une Mini Cooper avec un plein garée dans la cour avait suffi à obtenir trois autres otages. L’expert connaissait son métier : il obtint la libération de trois autres filles en donnant sa promesse qu’il y aurait une nouvelle saison de Grey’s Anatomy à la rentrée, mais dut négocier un peu plus dur contre la dernière. Ce fut lorsqu’il menaça de tremper un sac Vuitton dans du goudron que les portes du lycée s’ouvrirent à la volée, laissant paraître la dernière otage.

"Maintenant, il faut encore qu’on aille les cueillir. Elles sont bien barricadées. Si on entre, ce sera une boucherie."

François manifestait vivement son inquiétude ; il voulait que cette histoire se finisse vite, mais sans perdre de copains dans un assaut. Dans l’immédiat, les terroristes étaient bien retranchées et pourvues en macarons : cela ressemblait diablement à une impasse. Peut-être que si ce soi-disant consultant ne les avait pas ravitaillées, elles se seraient déjà rendues.

"Erreur, jeune homme : grâce aux régimes, la femelle est habituée à de longs jeûnesMais pas d’inquiétude : on va régler ça proprement et sans bavures. Donnez-moi votre talkie-walkie, vous allez voir."

Le type s’approcha du lycée, et porta à nouveau le mégaphone à ses lèvres. Il articula avec lenteur et mauvais jeu, tel un Francis Huster :

"Ho ! Ca alors ! Il y a Margaux Motin dans la cour !"

6 têtes apparurent aussitôt à la fenêtre de la salle de classe, se bousculant et criant en cherchant du regard la célèbre blogueuse.

L’expert attrapa le talkie-walkie que François lui avait prêté.

"Dites aux snipers que c’est bon."

Sophie n’existe pas.

En fait, paradoxalement, si : elle est tangible. Mais c’est à peu près tout. Elle n’est pas laide, sans être particulièrement belle, une sorte de Madame Tout-le-monde qui passe inaperçue dans la plupart des cas ; quelque part, Sophie aurait pu sombrer dans l’illégalité et s’y faire une place, tant il est presque impossible de se souvenir d’elle après son passage : cependant, elle n’a jamais pu s’y résoudre. Ou plutôt n’y a t-elle jamais pensé.

Sophie n’est ni bonne, ni mauvaise : elle se décrit comme franche et détestant l’hypocrisie, défonçant les portes ouvertes de son puissant bélier de lapalissades, avec une bonne foi et une candeur ravissantes qui tendent à pencher vers une véritable méthode Coué. Bien sûr qu’elle bave sur le dos d’autrui, mais jamais beaucoup. Et puis, uniquement sur ceux qui l’ont mérité. Elle aime bien Scène de Ménage sur M6. Ca lui rappelle Chouchou et Loulou, là, le truc sur la 2, avec Alexandre Dujardin. Elle ne s’intéresse pas à la politique, et réagit plutôt aux faits divers ; elle adore les détails, mais n’aime pas quand ils montrent des morts ou des gens faméliques au 20h, parce qu’elle mange devant la télévision et que ça lui coupe l’appétit.

En fait, vous pourriez remplacer Sophie par Valérie ou par Laure, ce serait la même chose. Ce sont de purs fruits de notre société, dont le seul but dans la vie est de ne surtout, surtout pas sortir du lot. D’être normaux. De suivre les conventions. D’être en couple, d’avoir une maison, une barrière blanche, deux enfants qui s’appelleraient Théo et Zoé, et pourquoi pas un Chien.

Vous ne vous êtes jamais demandé si vous n’étiez pas le seul être conscient du coin ? Que tous les autres n’étaient que des personnages inconscients peuplant votre vie pour lui donner un semblant de réalisme ? Sophie et consorts ont choisi leur voie : si Shakespeare voyait le monde comme une scène, de fait il aurait là pléthore de figurants ne demandant qu’à être oubliables à merci.

To bitch or not to bitch, that is the question, hein, dites.

Alors bon sang de bois, pourquoi cette truie sans personnalité continue t-elle de la ramener sur comment vous devriez mener votre vie ?

Notre société comporte en son sein une mystérieuse brigade de gens particulièrement ennuyeux qui ne perdent pas une opportunité de vous expliquer que vous faites de mauvais choix, ou mieux, que vous avez un problème. Par exemple, le grand hobby de Sophie va être d’aller trouver ses copines célibataires pour leur demander pourquoi elles sont seules, et leur donner quelques bon conseils pour réussir, comme elle, à avoir un couple incroyablement chiant dans lequel le plus grand moment d’excitation qui soit est quand Monsieur pète sur le sofa avant de demander si on baise, parce que bon, on est vendredi, et que le vendredi soir, logiquement, ça copule.

Aussi, magie d’internet, on peut donc trouver quantité de conseils de Sophie et consorts traînant de-ci de-là visant à expliquer à leurs semblables (mais pas trop) comment faire pour rejoindre la secte des gens qui ont une vie de merde.

Aujourd’hui, donc, nous nous arrêterons sur un bel article crypto-rebelle de "elle raconte" portant le titre plein de folie de "Célibataire… et alors ?" ; puisque chacun sait que "célibataire" est un gros mot chez Sophie & co (que diraient les gens s’ils savaient ! Vite, il faut retrouver quelqu’un ou je serai la risée de Brenda et Gertrude ! Je dois me marier et avoir des enfants avant elles !) ; aussi, découvrons ensemble ce que signifie "célibataire" par opposition à "couple" chez nos amies du coin.

Après plusieurs années en couple et de concubinage, vous voici de retour sur "le marché". Fini les soirées en amoureux devant un bon film, les sorties romantiques à deux, les textos fougueux (enfin au début en tout cas)..

Voilà : votre couple a déjà intérêt à avoir duré plusieurs années, hein, parce que sinon c’est tout pourri, mais bon : on constate surtout que c’est la fin d’activités passionnantes comme "les soirées en amoureux devant un bon film" ; parce que comme chacun sait, les gens amoureux adorent se faire des soirées cinéma, afin de se prouver leur amour. "Je t’aime mon choubidou – moi aussi mon amour, maintenant ta gueule, j’adore ce passage". Comme premier exemple à citer, il y en avait peut-être d’autres, mais on fait avec ce que l’on peut. Passons.

En attendant de retrouver chaussure à votre pied (quitte à devoir mettre une semelle…), un conseil : profitez!!

Conseil typique de Sophie : retrouvez quelqu’un, quitte à ce qu’il ne vous aille pas. Mesdemoiselles, on s’en tape que vous soyez heureuses ou pas, hein, l’important, c’est que vous ayez un couple qui tient à peu près la route, et de préférence rapidement. Parce que merde, vivre seule, c’est vraiment trop la honte, quoi ! Vous imaginez ? Devoir réussir à ne reposer que sur vous-même, prendre un peu confiance en vous, ne pas dépendre d’autrui… non, quelle situation merdique. Ce serait proprement intolérable.

J’en profite pour rappeler que si un mec écrivait "Les filles, il vous faut retrouver un mec… quitte à vous forcer un peu !", on le qualifierait d’enfoiré de machiste et on ouvrirait la cage d’Isabelle Alonso, non sans l’avoir précédemment titillée avec des tasers pour l’exciter et nourrie uniquement de yaourts durant plusieurs semaines. Mais là, comme c’est un truc de filles, hihihi, c’est "tellement vrai".

Heureusement, l’article nous propose de découvrir toutes les choses bien qu’une célibataire peut faire, contrairement à lorsqu’elle est en couple, et effectivement, c’est tout de même assez révélateur :

1/ Vous allez avoir un "chez-vous". Un petit nid douillet que vous aurez patiemment aménagé pour vous y sentir le mieux possible. Il n’aimait pas vos tentures ? Vous allez enfin pouvoir en remettre !

En effet : si vous habitez avec un mec, c’était forcément "Chez lui" et pas "Chez vous" : manquerait plus qu’une femelle se croie chez elle. Par ailleurs, c’est forcément le mâle qui choisit la déco : si une damoiselle essaie ne serait-ce que d’accrocher un cadre au mur, elle se prend aussitôt une chaise sur la gueule dans un hurlement guttural, et doit promptement s’excuser et ne surtout pas essayer d’aménager un petit chez soi. Non, ça, c’est pour les célibataires. A partir du moment où on a un mec, il faut fermer sa gueule, car le son de la voix d’une femme est sur une fréquence qui énerve naturellement le mâle.

Cela dit, il est vrai que Valérie Damidot a été une femme battue. Remarquez, vu comment elle décore, moi aussi je… hmmm, non rien, rien.

2/ Vous allez avoir le rythme de vie que vous voulez ! Envie de rentrer d’une soirée à 2h du matin sans prévenir qui que ce soit ? Pas de problème ! Vous voulez vous coucher à 20h si vous en avez envie, faites-le, il n’y a plus personne à attendre.

Envie de vous coucher tôt ? C’est interdit quand on est avec Monsieur ! C’est lui qui décide à quelle heure tout le monde va au lit, ce qu’on y fait, et dans quel ordre (non parce que des fois, il y en a qui inversent un peu tout et ça devient vite le bordel). Par ailleurs, le fait d’avoir votre propre vie est aussi particulièrement mal vu, puisque ça supputerait que vous prenez des initiatives, ce qui est très mal.

Mieux vaut donc "attendre" le retour de l’être aimé chez soi, et de préférence, en faisant chauffer la popote. Parce que, hein, c’est pas comme si vous aviez un travail.

3/ Il vous reprochait de trop laisser trainer vos affaires ? Désormais, même si vous étiez loin d’être une bordélique, vous n’êtes plus obligée de ranger le moindre vêtement laissé par hasard sur un bout de canapé.

Car non, la femme ne peut pas être bordélique : le rangement est dans ses gènes. Des équipes de scientifiques n’ont pas hésité à faire des tests, en observant à l’abri derrière une vitre sans tain ce qu’il se passe lorsqu’une femme est lâchée dans une pièce contenant divers objets connus pour faire réagir les doubles chromosomes X : naturellement, elle va rabaisser la lunette des WC (même si elle ne s’en sert pas), ramasse les slips sales, repasse les chemises et passe la serpillière. Alors que dans le même cas, le mâle lâché dans le même milieu hostile va pisser deux mètres à côté de la cuvette, humer les slips pour voir s’il peut les remettre, s’asseoir sur la chemise pour l’aplatir un peu et se mettre la serpillière sur la tête avant de chanter l’intégrale des cantiques de l’OM.

Définitivement, le gène du bordel est sur le chromosome Y. Mais comme la femme est là pour ranger, il faut quand même reconnaître que la nature est bien faite.

Ah bah il peut vous reprocher de laisser traîner un pull

4/ Vous allez pouvoir discuter avec votre meilleure amie tout au long de la nuit si ça vous chante sans avoir peur de gêner votre copain (ex).

Votre "besta", pour rappel, puisque les femmes sont obligées d’avoir une hiérarchie de leurs amies avec une place unique pour une amie désignée par le titre honorifique de "meilleure", celle à qui il faut ab-so-lu-ment raconter toute sa vie (et celle des autres) en détails. Mais par contre, il ne faut pas oublier que votre meilleure amie n’est peut-être pas une grosse pintade, contrairement à vous, et que si vous lui envoyez toute la nuit des "Ma bestouye, sava ? Hihihi ! :)", vous risquez de recevoir en retour "Tu me réveilles encore une fois, je t’explose le museau. T’es peut-être célibataire mais moi la nuit je dors parce que j’ai un métier et une vie, je n’ai plus 14 ans. Maintenant, étouffe-toi avec ton oreiller s’il te plaît ;)".

5/ Vous vous cassiez la tête pour trouver LE cadeau d’anniversaire ou de Noël pour lui faire plaisir ? Plus besoin de courir les magasins ou d’organiser des weekend surprises qui tombent à l’eau. OUF !

Oui parce que, c’est un fait relativement méconnu, mais en cas de célibat, vous perdez aussi tous vos amis. Vous devenez seule au monde, et vous vous inventez juste un ami imaginaire que vous appellerez Wilson pour passer le temps et lui raconter plein de chose la nuit pendant qu’il essaie de pioncer (il finira d’ailleurs lui aussi par vous quitter). Ho, et non, les femmes n’ont pas de parents à qui faire des présents en dehors de leur copain, car comme chacun sait, lorsqu’une famille voit naître une fille au lieu d’un garçon désiré, la bougresse est déposée sur un radeau et envoyée sur le fleuve le plus proche en attendant d’être recueillie par un magasin Pimkie pour lui faire son éducation.

La vie est décidément impitoyable.

6/ Ses potes venaient au moins une fois par semaine jouer à la console ou regarder un satané match de foot. Vous êtes enfin libérées de ceux que vous qualifiez comme "parasites" !

Ah, les ordures ! Cet enfoiré invitait des potes que vous n’aimiez pas… quel dommage que vous n’ayez jamais appris à vous servir d’une poignée de porte ! Sinon, vous auriez pu aller squatter chez vos copines pour regarder des films en bouffant de la glace dans votre pyjama en  pilou. Mais, ah ! A la place, il vous faut supporter ces parasites. Ce n’est pas comme si vous aviez votre avis à donner, ou que vous puissiez vous aussi inviter des gens.

Vous êtes une femme : votre rôle dans ces moments là est de servir de table basse et de ne pas faire tomber le saladier de chips d’un malheureux coup de cul, sinon ça va très mal se finir.

7/ Fini les déjeuners de famille à rallonge. Le neveu de 4 ans qui hurle mais que tout le monde trouve A.DO.RAAABLE, la nièce de 6 ans qui ne connait pas le mot "bonjour". Plus de questions "A quand un petit bébé?" ou "Tu t’occupes mal de mon fils, regarde comme il est pale !"

Décidément, ne pas savoir utiliser une poignée de porte est toujours un handicap relativement nase : sans l’aval de monsieur et de sa famille, impossible de s’enfuir ! Si seulement vous saviez dire "A 14h, on décolle, ta famille me lourde". Par ailleurs, sachez qu’il existe des solutions simples à vos problèmes :

- Pour les neveux, il suffit d’une bonne bouteille d’éther et d’un peu de coton, nul doute que vous passerez un moment de calme lorsque les marmots seront en train de voir leurs neurones se désintégrer à petit feu en ronflant (la dose que vous avez mise était peut-être un peu forte, mais la tête qu’ils ont faite en reniflant valait le coup, ils ne sont plus à 5 points de QI près de toute manière)

- Pour belle-maman, répondez lui dans l’ordre "Je m’occupe déjà d’un gros bébé, dès qu’il aura coupé le cordon, j’y penserai" puis "Dis donc radasse, j’suis ni sa bonne, ni ta gouvernante" ; nul doute que vous passerez beaucoup moins de temps à table dans sa famille.

A noter que les gens comme Sophie sont capable d’écrire ce genre de choses, mais sont les premiers à ennuyer tout le monde à table en disant "Hihihi, à quand le bébé ?" ou "Huhuhu, c’est pour quand le mariage ?" . En effet, ce sont deux étapes obligatoires dans le monde des gens à la vie pré-calculée. D’ailleurs, si mesdemoiselles, vous répondez "Je ne veux pas d’enfants", on vous répondra "Tu n’aimes pas les enfants ?" ; auquel cas, n’oubliez pas de renchérir : "Quand vas-tu héberger une famille de roumains ?" , et lorsque l’on vous dira "Bah, non, j’ai pas envie !", continuez d’un "Pourquoi, tu as quelque chose contre les roumains ?"

Les gens qui ont une vie programmée à l’avance s’étonnent toujours de trouver des gens qui n’ont pas décidé de vivre entre des bornes pour les 70 prochaines années. Ce n’est pas "normal".

8/ Il détestait vos sous-vêtements Petit Bateau alors que vous, vous vous trouviez trop sexy dedans. Vous allez enfin pouvoir vous faire plaisir !

Encore une fois, notons : si Monsieur n’aime pas, il ne faut pas. La femme célibataire a le droit de prendre des décisions. La femme en couple, non : elle se contente de baisser les yeux et d’obéir, avant d’aller faire les carreaux avec sa peau de chamois. C’est bien normal.

J’insiste, mais tout cela est formidablement beau : un homme eut écrit cela, de sombres nuées empliraient le ciel, et bientôt, le tonnerre du féminisme se ferait entendre. Mais là, comme c’est une nana, aucun souci : après tout, comment pourrait-on accuser une demoiselle de tenir des propos rabaissant ses semblables ? Je ne sais pas, ce serait comme un homme féministe, ce serait tout bonnement ridicule. Heureusement que tout cela est impossible, ouf.

Pourquoi aller chez Ikea quand vous avez tout ce qu'il vous faut à disposition ? Et tellement plus classe.

9/ Vous mouriez d’envie de faire un piercing sur la langue mais lui trouvait ça "vulgaire"…surtout vis à vis de beau papa et belle maman. Plus besoin de jouer la petite fille modèle.

C’est vrai, votre but dans la vie est avant tout de faire plaisir à monsieur et à ses parents. Il ne faudrait pas que vous essayiez de faire des choses qui vous plaisent mais qui puissent être désapprouvées, malheureuses. Je tiens à le préciser, si vous doutiez encore une fois de ma théorie, voici qui est fait : on ne parle pas des parents de la damoiselle dans le propos, car elle n’en a tout simplement pas. Élevée chez Pimkie on vous dit.

On dirait un épisode de "Rémi sans famille", mais coaché par une sorte de Vitalis Hilton, dirais-je, et dans lequel Joli-Coeur serait plus une grosse pintade qu’un petit singe.

Mais je m’égare.

10/ Vous allez voir qui vous voulez : mecs, filles, vous êtes libre. Envie d’être seule avec un mec ? Plus de comptes à rendre !

Et vous pouvez même faire autre chose avec que jouer à la marelle ou raconter des blagues à Toto, ce que l’auteur semble mystérieusement avoir oublié dans le passage qui s’ensuit :

Alors, ça ne vous donne pas envie ? Et si vous me dites "Mais..qui me prendra dans ses bras le soir avant de m’endormir ?" ou "Avec qui je retrouverai une vie sexuelle aussi riche ?"

J’ai bien une réponse, mais elle est très égocentrique.

 je ne dirai qu’une chose : tout vient à point à qui sait attendre. Si ce n’était pas lui, c’en est un autre.

Parce qu’encore une fois, votre seul but dans la vie mesdemoiselles, c’est d’attendre qu’un homme vienne faire tout ce qui a été indiqué ci-dessus : vous prendre chez lui sans que ce soit chez vous, imposer sa loi, vous faire fermer votre grande bouche et vous trimbaler partout avec lui en vous demandant de rendre des comptes si vous faites ou dites quoi que ce soit.

Bref, à avoir une belle vie de merde (enfin vous, hein, moi ça me va tout à fait de vous avoir comme table basse).

Mais dans le monde magique des figurants du monde réel, ce qui est important, ce n’est pas de faire des choses qui vous plaisent : c’est d’être à tout prix avec quelqu’un parce que c’est ça qui est "normal", juste avant le bébé et le chien, et que la réussite de sa vie se calcule à l’aune de sa banalité.

En fait, la prochaine fois que vous croiserez Sophie en soirée, soyez-sympa ; quand elle vous sortira ses énormités sur le modèle social à suivre, pensez à lui présenter vos amies les pinces crocodiles et votre batterie de R19 :

Pour une fois dans sa vie, il lui arrivera quelque chose d’étonnant.

Frotte-frotte.

Le petit bruit de Martha s’employant à faire resplendir le parquet du bureau n’est qu’à peine audible lorsque l’on est concentré. Et je le suis : froissant le papier du Monde entre mes mains, bien installé à mon bureau, je m’applique à faire défiler devant moi les derniers articles sur l’actualité, prétexte scandaleux pour en réalité jeter de discrets coups d’oeil à la croupe rebondie de la jeune femme appliquée à cirer une latte de plancher récalcitrante. De temps à autres, je feins tout de même un certain intérêt pour ma lecture supposée être l’un des journaux les plus réputés de France, tentant d’oublier que c’est de son ventre maudit qu’est sorti le site de non-information Le Post, sorte d’allégorie de l’absence complète de talent, de goût et d’éthique.

Or, cette semaine, comme tous les organes de presse de France et de Navarre, Le Monde a longuement disserté sur l’affaire  Dominique Strauss-Khan, sujet qui a en a passionné plus d’un : crime odieux ? Machination galactique ? Irrespect de la présomption d’innocence ? Mépris de la plaignante ? Une foule immense s’est jetée dans l’arène des commentateurs et des théoriciens, chacun y allant de son avis sur le sujet. Personnellement, mon opinion sur la chose est assez limitée : on pourrait la résumer à "Méfiez-vous des femmes de ménage".

Souvenez-vous, Dreyfus ! L’histoire d’un français accusé d’un crime monstrueux qui se retrouve au trou pendant que la presse nationale se déchaîne autour de sa culpabilité ou de son innocence, le pays tout entier se divisant sur la question : vous allez me dire que ça n’a aucun rapport, mais, hé ! Qui se souvient de comment toute l’affaire a commencé ? En septembre 1894, c’est Marie Bastian, une femme de ménage, tiens donc, qui alors qu’elle nettoie consciencieusement les bureaux de l’ambassade d’Allemagne, trouve dans une poubelle un mystérieux bordereau déchiré indiquant que quelqu’un balance des infos aux teutons (informations sur le frein hydraulique du canon de 120, recette du pain perdu, etc). C’est de sa trouvaille que partira toute l’affaire.

Fanny Kaplan, celle qui tira sur Lénine, et dont le chemisier devint le symbole de quantité de femmes de ménage de par le monde

Quelques années plus tard, rebelote ! Le 2 février 1933, Christine et Léa Papin, deux braves bonnes, probablement en mission commandée pour une puissance étrangère, tuent leurs patronnes : là encore, hop, la France s’émeut, disserte autour de ce qu’il s’est passé, la presse puis le cinéma s’en empare, et le crime est si terrible qu’il retentit jusqu’à l’étranger ; incroyable coïncidence, c’est le même jour qu’Adolf Hitler fait interdire tous les journaux opposés au régime en Allemagne, probablement pour éviter que l’on ne découvre qu’encore une fois, les bonnes étaient en mission commandée pour le pays de la choucroute. Dans les années qui suivent, certains soldats retrouvés à moitié fou sur le bord de diverses routes d’Europe jurent avoir été attaqués par une Panzerdivision totalement féminine aux uniformes alambiqués qui aurait pour héraldique un bouclier frappé d’un plumeau et d’une saucisse marqué "Groß Ménache !". Bien que l’on trouve trace de tels récits de la guerre d’Espagne à l’opération Wacht am Rhein, aucun document officiel n’a jamais permis de confirmer l’existence d’une telle armée. Pendant presque 70 ans, soucieuses de ne pas se dévoiler plus avant, les bonnes se font oublier.

Jusqu’à cette semaine, donc : au même moment, une femme de ménage accuse le président du FMI de viol, alors qu’une bonne de l’autre côté des Etats-Unis expliquait qu’elle manipulait le gouverneur de Californie grâce à un fameux chantage autour d’un enfant illégitime.

Coïncidence ? Complot mondial ? Je laisse ce débat à tous les experts qui se sont succédés sur les plateaux de télévision cette semaine pour disserter sur du rien ("J’y étais pas mais je sais comment ça s’est passé"). Car le plus intéressant, c’est en fait la méta-affaire, c’est à dire, tout ce qu’il s’est dit autour : faut-il parler de la vie privée des hommes politiques, quel rôle ont les médias, et quelle place pour les femmes, dans tout ça, bordel…

Et c’est donc Christophe Deloire, directeur du centre de formation des journalistes (ça veut déjà en dire beaucoup), dans Le Monde, qui a ouvert les hostilités avec classe et bon goût (au point d’amener plus de 4200 lecteurs à relayer l’article sur Facebook) en traitant de "l’omerta des médias sur DSK"  :

 Pour parler de la vie politique, les médias français alignent traditionnellement une cohorte d’éditorialistes, rebaptisés depuis peu "commentateurs", là où les Anglo-Saxons, avec tous leurs défauts, préfèrent lancer leurs enquêteurs pour livrer au public le maximum de révélations. Or de la soif de vérité factuelle les démocraties ne se portent jamais mal.

Voilà ; la "soif de vérité factuelle" , c’est le terme poli pour parler des critiques faites à la France ces derniers jours : si vous n’avez pas suivi, sachez que le grand reproche qui a été fait a été que nos grands médias ne s’intéressent pas à la vie sexuelle des hommes politiques, que ce soit DSK ou autre. Il est tout de même bon de lire sous la plume d’un type en charge de former des journalistes que oui, la vie sexuelle des gens est un facteur important dans la vie démocratique. Auquel cas, on pourrait donc qualifier Gala, Voici ou Closer de "journaux d’investigation", à ranger  sur la même étagère que le New York Times, le Spiegel ou le Canard Enchainé.

Et c’est là que l’affaire DSK est belle : certains petits malins ont décidé de s’en servir de cheval de Troie pour faire passer leurs idées, expliquant que si depuis des années, ils s’intéressaient à qui mettait son trilili dans qui (ou dans quoi, soyons fous : souvenez-vous de cette folle nuit passée avec Renato le poulpe sur le sable humide de la plage de la Baule), c’était UNIQUEMENT pour le bien de la Démocratie, avec un grand D comme Devoir.

Voilà : ça c'est du vrai journalisme !

Aucun rapport avec du racolage pourri pour inciter les collégiennes et les salons de coiffure à s’abonner.

J’espère que Public aura le prix Pulitzer cette année, dites donc.

La décence commune en l’espèce, c’est le respect des personnes, bien entendu, mais surtout le refus de l’hypertrophie verbale, une obsession de la soumission aux faits. Cette décence devrait prohiber le commentaire vaseux qui se croit libre parce qu’il ne s’autorise que de lui-même.

En tout cas, il faudra m’expliquer où commence le respect des personnes si on ne les autorise pas à avoir une vie privée. "Nan mais Michel, on te respecte et on respecte ta vie, tout ça, mais faudrait que tu nous dises quelle position tu as effectué avec Sonia, la petite stagiaire de la compta. Arrête de dire qu’on est de gros obsédés : oui, on l’est, mais juste par les faits. Bon, reprenons : est-ce que tu l’as prise sur la photocopieuse, et si oui, est-ce que tu as activé la copie couleur ou noir et blanc ? ".

Quant à l’hypertrophie et aux commentaires vaseux, venons-y.

En 2006, je fus l’auteur avec Christophe Dubois d’un livre d’enquête sur le caractère aphrodisiaque du pouvoir, Sexus politicus (Albin Michel), qui traitait aussi des coups bas sous la ceinture dans la vie politique. Pour la première fois, un chapitre intitulé "L’affaire DSK" évoquait le comportement hors normes de celui qui n’était pas encore directeur général du FMI, et révélait ses risques inconsidérés pour un homme d’Etat, ses vulnérabilités. Les scènes racontées ne relevaient pas que de la séduction de salon.

C’est beau. Critiquer l’hypertrophie et les commentaires vaseux pour se fendre d’une tribune qui est prétexte à rappeler qu’on a sorti un livre sur le sujet. Ouvrage qui parlait "pour la première fois" de "l’affaire DSK" dès 2006. Si la Modestie décide un jour de s’incarner sur Terre, nul doute qu’elle prendra la forme de Christophe Deloire.

A noter que paradoxalement, l’apôtre des "faits" explique que son ouvrage traite de "risques" et de "vulnérabilité", ce qui, par définition, consiste à traiter de choses qui ne sont pas arrivées. Mais, faisons fi de la mauvaise foi, et allons jusqu’au bout du raisonnement, en nous disant que ces théories dignes de "commentateurs" devaient donc être basées sur des faits avérés et étudiés. Oui, puisque "Les scènes racontées ne relevaient pas que de la séduction de salon". Comment ça "que" ? Vous voudriez dire que vous auriez aussi disserté sur des scènes de séduction de salon, c’est-à-dire révélatrices de rien mais qui permettaient de tartiner le bouquin de détails intimes n’ayant d’autre intérêt que jouer de voyeurisme ? Voilà qui fait rêver.

Enfin, puisque le brave homme dit cela, c’est donc qu’il y a aussi autre chose, des faits probablement plus révélateurs, qui eux, éclairent sous un jour nouveau toute cette affaire et… tiens ? Tiens, c’est curieux : ces faits si révélateurs, qui justifieraient tout, il n’en parle pas. Il dit juste qu’ils sont dans son livre : comme c’est subtil ! Enfin pas aussi subtil que le fait suivant : le bon monsieur s’étend dans Le Monde pour expliquer qu’il savait depuis 2006 des choses incroyables ; mais alors peut-il nous expliquer pourquoi il ne s’est pas étendu de la même dans la presse de l’époque pour révéler ces faits qui, semble t-il, impliquaient des choses bien plus graves que de simples amourettes intimes ?

Je vous résume la chose : "Ahaha, je suis journaliste ! Et j’ai un scandale énorme à révéler : vite, n’en parlons surtout pas aux journaux !". Pour rappel, nous sommes bien en train de parler du directeur du centre de formation des journalistes. Je crois que je commence à comprendre bien des choses sur la crise du métier.

Depuis dimanche 15 mai, j’ai décliné toutes les propositions d’interviews, ne voulant pas ajouter mes commentaires à ceux de spécialistes n’ayant rien vu, rien su, rien lu, ni bavarder sur la séduction en politique (hors sujet), ni resservir des informations publiées il y a cinq ans.

"C’est pour ça que j’ai décidé d’écrire une tribune entière dans laquelle j’explique que j’avais tout vu, su et lu, et que je bavardais de le séduction en politique (le thème de mon livre) dans des informations que j’ai publiées il y a cinq ans."

Mon héros.

Rien que le bandeau résume le niveau de la chose.

Mais une nouvelle fois l’actualité nous oblige à poser la question de l’utilité des journalistes. A quoi servent-ils ?

C’est en lisant ce genre de personnes qu’en effet, je me pose la question. J’hésite entre "Présenter Euromillions" ou "Parler du dernier fabricant de santons de La Creuse". Enfin, non, je suis mauvaise langue : ils font aussi d’excellentes tables basses.

En publiant Sexus politicus, Christophe Dubois et moi avons transgressé un tabou. Le fallait-il ? La question mérite débat, et il est parfaitement concevable de s’offusquer sur le principe.

"En écrivant notre livre, nous avons franchi toutes les frontières, nous étions jeunes et fougueux ; le lendemain du jour de parution, je me souviens avoir traversé Paris en skate ; alors que je taguais "Prout" (vous ai-je dit que je ne respectais aucune convention ?) sur le Sacré Coeur, j’entendis les cris de la foule offusquée par les limites politiquement correctes que nous avions franchies : les hommes hurlaient de colère, les femmes s’évanouissaient, et le Pape s’était mis en tête d’appeler à la Croisade contre nous."

Mais oui les enfants : vous aviez franchi tous les tabous. Ou alors, vous aviez juste fait une compilation d’anecdotes plus ou moins privées et plus ou moins connues. Présenter les faits derrière les ragots. Si ma concierge me parle durant trois plombes de qui a couché avec qui, que la personne soit connue ou non, elle ne brise pas de tabous (par contre elle me les brise un peu).

Introduisions-nous en France les méthodes du journalisme anglo-saxon et/ou crevions-nous une bulle de secrets privés ? Les lecteurs, y compris les responsables politiques, par leur nombre et leurs réactions, ont manifestement considéré que le dévoilement était légitime, notamment si on ne le recouvrait pas d’une couche de morale.

J’aime les gens qui font les questions et les réponses. "Changions nous la face du monde avec nos actions ? Oui. Ça vous dérange si je me caresse un téton pendant que je vous parle ?"  Et de préférence, en expliquant que les gens ont lu en "nombre" et en ont eu moult "réactions", du simple quidam au responsable politiques, tous trouvant que pareille production était oeuvre de salut public. C’est vrai que ça a méchamment fait avancer la Démocratie.

A la parution du livre, les médias, quoique diserts sur l’ensemble du livre, se sont montrés plus que discrets sur les informations concernant Dominique Strauss-Kahn. Bien sûr, il eût fallu le cas échéant vérifier, pousser plus loin les enquêtes. Beaucoup, là encore, ont préféré le commentaire au scoop. Comme en témoignent les taux d’audience ou les ventes des médias qui privilégient les révélations, le journalisme plaît lorsqu’il nous révèle le monde, les gens, plutôt que de poser devant nos yeux et nos oreilles un voile de logorrhée subjective.

Tous les médias de l’époque en ont évidemment parlé… et incroyable : aucun n’a évoqué DSK alors qu’il y avait dedans, je cite "un scoop".

C’est connu : les médias détestent les scoops. Quand ils en reçoivent un, ils font "Rhooo, pffff, non, c’est nul, je préférerai qu’on parle de rien, c’est bien, le rien ; en plus les scoops, c’est naze, puisque ça nous attire de l’audience et donc du pognon, et ça, ça nous intéresse vraiment pas". En 2006, en plus, je rappelle le contexte : l’UMP est au pouvoir (ah, ça nous rajeunit pas !), Dominique Strauss-Khan est candidat pour avoir l’investiture du Parti Socialiste, et là, pouf, selon notre bon monsieur Deloire, un énooooorme scoop permettant de le discréditer atterrirait sur la table et… personne ne l’exploiterait. Y compris les médias opposés à lui.

C’est tellement crédible. "Ce n’est pas que nos informations étaient sans intérêts, c’est une omerta vous comprenez ! Un complot !"

Si demain les Français, lecteurs ou électeurs, nous accusent une nouvelle fois d’avoir gardé un secret entre soi, d’avoir accepté chez les puissants ce que nous refusons aux humbles, que leur répondrons-nous ? Que nombre d’entre nous ne savaient pas ou n’ont pas cherché à savoir ? Nous ne pouvons pas donner aux citoyens des raisons de penser que nous leur mentons, même par omission. Il ne s’agit pas ici de trancher l’affaire de la chambre du Sofitel, simplement d’affirmer, une fois encore, que nous devons avoir l’ambition de dire rien que la vérité, mais toute la vérité.

Si demain, les français posent ce genre de question, je sais ce que notre héros pourra leur répondre : "Ouais, nan mais ouais, je savais, mais en fait j’ai préféré ne rien écrire dans les journaux pour plutôt en faire un livre ; quand j’écris dans les journaux comme aujourd’hui, c’est justement pour vous informer que j’ai écrit un livre, vous comprenez." et là, si les français ne le brûlent pas sur le champ en faisant cuire des merguez sur sa dépouille rôtie, ils répondront sûrement "Tu te foutrais pas un peu de notre gueule dis-donc ?". Et ensuite, ils le brûleront quand même, parce que bon, hein, faut pas déconner, et puis les merguez, c’est bon.

"Si personne ne parle de ce que je raconte, ce n'est pas parce que c'est nul, mais parce que c'est un complot"

Enfin d’ailleurs, ce raisonnement n’a pas lieu d’être, si on suit la logique du Monsieur :

- soit comme il l’affirme, son bouquin a été lu partout en France, auquel cas, les français n’ont aucune raison de penser qu’on leur a caché l’information, et il n’y a donc aucune omerta (une loi du silence imposée par une mafia à tout le monde sans exception, pour rappel), auquel cas, Christophe Deloire est en train de mentir.

- soit personne n’a lu son bouquin, et dans ce cas, le seul mec en tort, c’est celui qui a écrit son supposé scoop dans un bouquin intimiste plutôt que dans un journal et qui raconte derrière que son livre a été un succès qui a créé le débat. Auquel cas, Christophe Deloire est en train de mentir.

Hmmm… j’hésite.

Les médias doivent-ils lever le pied sur les révélations, afin d’éviter un accident électoral, ou au contraire accélérer en plein carrefour ? C’est une question essentielle pour la démocratie. Donner un coup de frein serait une faute de conduite, avec le risque de donner le sentiment qu’on protège le "système". Bien conduire, pour un journaliste, c’est avancer vite sans donner de coups de volant. En tout cas, le dérapage incontrôlé "lécher, lâcher, lyncher" nous fait risquer la sortie de route.

Voilà la morale de cette histoire : il faut toujours plus de révélations. Soit !

Mais entre les lignes, il faut donc lire "brisons le tabou sur la vie privée !" (si vous avez encore un doute, je vous rappelle que tout l’article disserte autour d’un livre qui soi-disant était une grande avancée puisque parlant du sexe et de la dragouille chez les politiciens). C’est vrai que c’est ça, la vraie révolution dont la démocratie a besoin : savoir si X a trempé sa biscotte avec Y. Et si Z préfère les filles ou les garçons, et en sus couche avec plusieurs personnes à la fois.

Toute cette histoire est donc au final supposée expliquer que si on s’était plus intéressé à la vie sexuelle des hommes politiques, on en serait pas là. Tiens ?  Un type qui court à droite à gauche (dans le cas de DSK, je vous laisse profiter des mille sens de lecture possibles) serait donc automatiquement un violeur potentiel ? A l’inverse, un filou n’ayant jamais eu les faveurs des gueuses serait forcément incapable de passer à l’acte ? Et quand bien même, si c’était prévisible par je ne sais quel recours à la magie noire, si l’on suit le raisonnement comme quoi il fallait se méfier de ces "vulnérabilités", qu’aurait-on dû faire ? Ne pas le nommer à un poste à responsabilités, comme le disent certains ?

"Ah, non monsieur : d’après nos fichiers, vous pouvez être un violeur potentiel : on ne va pas vous nommer au FMI.
- Bon, bin tant pis. Sinon, je fréquente des femmes en dehors de mes fonctions au FMI, donc c’est pas grave ?
- Non, non : ce qui nous emmerde, ce n’est pas qu’une femme se fasse violer : c’est que ce soit le directeur du FMI. Avec d’autres fonctions, c’est moins grave."
0

Formidable. Et ce qui est génial, c’est que ça fait une semaine que ce genre de raisonnement emplit téléviseurs et radios sans que personne ne remarque qu’il y a comme des trucs vaguement incohérents dedans. Enfin ; ne volons pas la vedette à notre héros, et revenons au sire Deloire, qui semble persuadé que le sort du monde libre se joue sur un coït. Parce que bon, moi je pensais que l’on pouvait faire ce que l’on voulait dans sa chambre à coucher tant que ça n’empiétait pas sur la vie publique ("Française, français : j’ai choisi de former un gouvernement uniquement à partir de mes maîtresses") et/ou la légalité ("Tiens, je vais violer quelqu’un, c’est ma vie privée, venez pas m’emmerder !"). Mais notre homme a sûrement raison ; aussi, puisqu’il considère que la vie privée et l’intimité sont les deux ennemis de la Démocratie, je lui propose de donner l’exemple sur le champ : révélez-nous les noms de toutes les personnes avec qui vous avez couché ! C’est pas du voyeurisme, hein, c’est pour la France. Et puis sinon, vous pensez quoi de la Toupie Javanaise ? Vous préférez ça ou la position du Hollandais Volant ? Sinon, ça vous dérange pas si moi et mon équipe de tournage on vient dans votre chambre à coucher ? Rassurez-vous : tout comme vous, une fois qu’on aura un scoop sur vos pratiques intimes, on ne diffusera pas ça dans les journaux : on fera plutôt un DVD vendu à la Fnac à côté de votre livre.

Je suis sûr que la Démocratie s’en portera mieux.

Un modèle d'éthique : les français méritent la vérité

Mais, allons ! Trêve de plaisanteries douteuses, il serait bien cruel de ne s’en prendre qu’à notre pauvre monsieur alors que d’autres ont aussi carburé pour surfer sur la vague pour défendre aussi leur propre cause cette semaine, comme par exemple : le féminisme. Parce qu’il y avait une femme impliquée dans l’affaire, donc, en avant !

Et cette fois-ci, c’est Gisèle Halimi qui s’y colle, dans Le Monde toujours, présentée comme avocate et féministe, deux métiers à part entière. Je cite son morceau de bravoure sur le fait que certains partisans de la théorie du complot soupçonnent la femme de chambre d’avoir participé à un coup monté (je vous laisse à vos grivois jeux de mots) :

"[...] la jeune femme employée de l’Hôtel Sofitel de New York qui accuse Dominique Strauss-Kahn d’agression sexuelle "dit la vérité"."Comment voulez-vous croire qu’une simple femme de ménage, noire, mère célibataire de surcroît, ne dise pas la vérité ? Quel serait son intérêt ?"

C’est bon les mecs, inutile d’enquêter : une femme de ménage, noire et mère célibataire ne peut pas mentir. Si elle essaie, pouf pouf, elle change de couleur (ou de sexe, ou de conjoint, ou de métier, au choix ; voire, son enfant disparaît dans un nuage de souffre) : c’est très pratique ! Après les histoires de cul qui font avancer la Démocratie, voici l’autre nouvelle du jour : votre sexe, votre couleur de peau, votre métier et votre situation familiale vous permettent ou non de mentir. Dans le cas présent, donc, c’est tout simplement impossible. Et c’est une féministe & avocate qui le dit, autrement dit, une spécialiste de la défense argumentée dans les deux cas.

Quant à l’intérêt, effectivement ; elle n’en a aucun. Même pas l’argent (sur Terre, les gens travaillent par passion uniquement), si tentative de filouterie il y avait eu : il est impossible de corrompre une femme de ménage noire et mère célibataire. Si vous lui tendez de l’argent, il se désintègre automatiquement grâce au champ de force anti-corruption qu’elles intègrent automatiquement. Du coup, c’est un peu chiant pour les pourboires, mais quelque part, ça en fait un peu des golgoths de ménage.

Mais l’aimable dame ne s’en est pas arrêtée là dans sa vision du monde, et a embrayé :

Elle se dit "persuadée que si cette affaire était arrivée en France, on n’en aurait rien su". 

C’est vrai. En France, on est méchants. On protège tellement la vie privée de nos hommes politiques qu’ils ont droit de faire ce qu’ils veulent : quand un journaliste apprend qu’un homme politique viole, tue, boit dans le crâne de ses ennemis et sacrifie des vierges à Odin, il se décide à écrire un article sur le tricot. Si Gisèle avait pris deux minutes pour consulter les archives de journaux ou demandé à son copain Google, elle se serait probablement souvenue de ce conseiller d’un rayonnant premier ministre, qui, un soir qu’il se promenait à 4h du matin, aperçut une jeune fille sur le bas-côté ayant besoin d’aide. Alors qu’il baissait la vitre pour lui demander de quoi elle avait besoin, quelle ne fut pas sa surprise de découvrir que le verrouillage automatique de sa berline merdouillait et avait ouvert la portière à la pauvrette ! La voyant monter à bord, il se dit que, tant pis, il allait faire un peu de route avec. Las ! Les policiers un peu plus loin, qui l’attrapèrent avec une prostipute mineure dans sa voiture, rigolèrent très fort lorsque le bon monsieur leur conta cette histoire.

Réunion de l'association "Les amis de Dominique"

Et curieusement, toute la presse aussi ; et pourtant, c’était un type moins visible qu’un DSK, et ce n’était pas un viol. Alors un scoop sur une personnalité en vue pour un crime plus grave encore, on imagine mal la presse s’en priver.

Comme quoi, cette semaine, il y a ceux qui ont parlé de complot politique. Et ceux qui ont expliqué que ceux qui parlaient de complot participaient eux-même à un complot médiatique. Toute ces histoires, ça me perd ; il va falloir que je me recentre sur le coeur du sujet et que j’en parle à Martha : après tout, elle a sûrement un avis sur la question.

Posant mon journal, je me tournais donc vers la jeune femme qui était occupée à ranger ses derniers instruments dans son sac, dont dépassaient nonchalamment quelques embouts de produits ménagers et autres plumeaux. Tentant vainement de la regarder dans les yeux lorsqu’elle se retourna, je sortais mon portefeuille.

"Tenez Martha, c’est pour vous. Merci pour le ménage.
- Ho, je vous en prie M. Connard, c’est toujours un plaisir de…"
0

Martha arbora subitement une moue interrogative en contemplant les billets que je venais de glisser dans sa main.

"… Mais ? M. Connard ? Ce ne sont pas des euros, ce sont des…
- des Reichsmark, ma petite. N’est-ce pas la monnaie de votre pays, ma chère Martha, ou peut-être devrais-je dire… Colonel Martha Von Knecht, de la Panzerdivision Groß Ménache !"

0

Elle me regarda avec un air parfaitement interloqué.  Les pieds sur le bureau, je savourais mon calembour tout comme son étonnement, fouillant dans le même temps la poche de mon veston pour voir si je n’aurais pas quelques véritables euros à lui donner.

C’est à ce moment précis qu’elle sortit un lüger de son sac avec une vitesse quasi-surhumaine avant de le tourner vers moi. Au travers de ses dents serrées, elle jura :

"Scheiße !"


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 5  814 followers