"Plus haut, Diego, plus haut !"

Le pauvre serviteur s’échine à tirer sur la chaîne du treuil en maugréant, alors qu’au-dessus de lui, le plafond s’ouvre lentement, laissant entrer de lourdes gouttes de pluie dans le laboratoire encombré. Il pousse un léger couinement en voyant un éclair pâle courir le long des nuages noirs au-dessus de lui, puis voyant son employeur sourciller en le fixant depuis l’abri de ses lunettes de soudeur, il reprend son ouvrage et tire de plus belle sur la chaîne.

"Patron… gnnn… c’est pas pour dire mais… gnn… pourquoi ?
- Pour la SCIENCE Diego ! La science ! 
- Gnnn… on pourrait pas… lire des livres… gnnnn… plutôt ?
- Allons Diego ; dans le domaine des sciences, il y a deux types de personnes : ceux qui lisent les livres et ceux qui les écrivent.  Aujourd’hui, nous intégrons la deuxième catégorie.
- Bin oui mais alors… gnnn… comment on appelle…. gnnn… ceux qui citent des livres… pour pour en écrire de nouveau… dans l’espoir d’être cités par d’autres un jour ?
- Des doctorants, Diego. Maintenant,  bloque tout ! La plate-forme est en position !"

0

Tout en grognant, le garçon s’échine à faire comme il lui est demandé et enroule le peu de chaîne qu’il lui reste en main autour d’une amarre de fortune, avant de baisser ses propres lunettes de soudeur. Il jette un œil à son maître en train de tirer sur ses gants de caoutchouc avant d’aller examiner de larges manettes sur une machine couverte de compteurs aux aiguilles tremblotantes. Tout en examinant ses instruments, il répète une dernière fois.

"Vois-tu Diego, maintenant que la plate-forme est en position, et si mes calculs sont exacts, à 23:59, la foudre devrait frapper les paratonnerres situés là-haut, pour courir le long des câbles et traverser l’ensemble du laboratoire, captive, pour alimenter tout ce que tu vois ici. Elle retournera vers la plate-forme pour circuler dans les restes que j’y ai assemblé tant bien que mal, puis elle redescendra jusqu’à l’allume cigare qui est ici, parce que s’allumer un barreau de chaise avec la puissance du tonnerre, c’est un peu la combinaison ultime de Zeus et du CAC 40, autant de dire qu’avec ça, tu fais rêver tout amateur qui se respecte. Ensuite, on redescend le tout, et logiquement, l’expérience est complète. 
- Oui mais…
- Surveille ta montre malheureux ! Regarde, la foudre va frapper d’une minute à l’autre ! Vite Diego, mettons nous à l’abri du…"

0

Un impressionnant flash éblouit les deux hommes qui sont jetés au sol dans un bruit terrible alors que la foudre frappe, comme prévu, la plate-forme qui dépasse du toit du laboratoire et que les câbles alentours crépitent de l’énergie qui les parcourt. Durant quelques secondes, on entend plus que le grondement du tonnerre à l’extérieur ainsi que le bruit des étincelles jaillissant de-ci de-là, et puis finalement, tout retombe et le silence revient accompagné d’une forte odeur de brûlé.

"Diego, la plate-forme !"

Un coup de pied sur l’amarre, une main sur le treuil, et bientôt, la plate-forme recouverte d’un drap à demi-calciné redescend. D’un geste vif, la toile est dégagée et l’expression surprise des deux hommes devient rapidement, pour l’un d’entre eux du moins, celle d’une joie sincère.

"Nous l’avons fait Diego ! NOUS L’AVONS FAIT !
- Reproduire le générique de Code Lisa ?
- Qu’est-ce que… qu’est-ce que c’est que ces références Diego ? Remets-moi tout de suite ça dans les années 90 où tu l’as trouvé. Non, regarde : il y a ici un SCRIPT ! Je te l’avais dit : fini, le fait d’écrire soi-même son propre scénario pourri ! En reprenant de vieux scripts et en les assemblant, ma machine permet de produire un nouveau film reprenant tous les éléments des anciens, mais avec une couverture toute neuve ! A moi, la gloire !"
0
 

Diego se tripota le menton, circonspect.

"Oui d’accord, mais alors ça a donné quoi, là, votre expérience ?
- Tu vas voir : j’ai assemblé des pages de poncifs avec des pages blanches pleines de rien. Et la machine nous donne… "I, Frankenstein" ? Ma foi, cela fleure bon l’étron : tout ce qui se vend ! Regarde, c’est même marqué "3D" !
- Seigneur… qu’avons-nous fait… nous… nous n’aurions pas dû !"

0

Quelques secondes plus tard, Diego se recevait un script sur le coin du nez pour avoir osé douter. Il mit cependant deux bonnes minutes à réaliser qu’on lui avait jeté quelque chose, tant le script en question était léger.

Alors, I, Frankenstein, distraction sans prétention ou grosse bouse à 68 millions de dollars ? Le suspens est insoutenable : spoilons mes bons !

_______________________

L’affiche : "Le seul espoir de l’humanité n’est pas humain" ? Je la connaissais avec "Le seul espoir de la gauche n’est pas socialiste."

Notre histoire commence il y a près de deux siècles, alors qu’un homme en porte romantiquement un autre dans ses bras au travers de divers paysages sauvages mais plutôt gelés, et que la voix off du Monsieur en question nous explique de quoi il retourne : "Je suis un monstre. Bon, ça ne se voit pas trop parce que je suis surtout un bellâtre avec deux pauvres cicatrices et une paire de grosses chaussures pour faire soi-disant monstrueux, mais quand même, faites un effort. Figurez-vous que je suis né dans un laboratoire, mon créateur, le docteur Frankenstein, ayant eu la bonne idée de voir si à partir de cadavres il ne pouvait pas reconstituer un être humain en état de fonctionnement, comme ça, pour rigoler. Après plusieurs échecs, qui pour la plupart devinrent animateurs sur des chaînes de la TNT, il a fini par créer un être habité d’un semblant de vie : moi. Sauf que voyez-vous, il a fini par prendre peur, lui et moi nous sommes fâchés, et comme quand je suis grognon, je suis taquin, j’ai buté sa femme, hop. Étonnamment, le docteur ne l’a que moyennement bien pris, et il s’est mis en tête de me tuer. Mais comme j’ai fui en plein hiver, et qu’en tant que super cadavre, moi, le froid, je m’en cogne un peu, et bien papounet en me suivant a pris froid et est mort comme une crotte. C’est ballot, ça fait moyen comme épitaphe "Il avait oublié son écharpe, il a chopé la mort". Cela dit, je suis pas rancunier, je suis même plutôt  un gars sympa : j’ai transporté son corps sur des kilomètres pour le ramener jusqu’à son caveau familial (ce qui, au passage, vous fera sûrement regretter que le film ne soit pas en odorama puisqu’après des jours de voyage, il devait un peu commencer à sentir le roquefort), où je l’ai enterré et là…"

Là, notre film commence.

A savoir qu’alors que le "monstre" vient d’enterrer son créateur et contemple son travail avec la satisfaction du devoir accompli, un sentiment que je connais bien, voilà que trois fossoyeurs-ninjas (la tenue du premier, les déplacements du second) apparaissent autour de notre larron, et lui jettent des regards pas bien clairs. La créature de Frankenstein va-t-elle en une seule et même soirée, découvrir l’amour, les tournantes en caveau et la première rude mise à l’épreuve du travail de couturier du docteur Frankenstein ? Nenni. L’un des fossoyeurs retire sa capuche de racaillou et son visage humain se transforme soudain en tête de vilain sorti d’un épisode de Buffy contre les vampires. Il pointe alors notre héros d’un doigt qui en dit long sur ses soucis de manucure.

"Toi ! Créature de Frankenstein, suis-nous !
- Ah oui ? Et pourquoi faire je vous prie bande de canaillous ?
- Naberius, le prince des ténèbres, veut te voir !
- Et si j’ai pas envie ?
- Alors on va te tataner la face !"

0

Et à peine le sujet lancé, les larrons passent à l’action. Hélas pour eux, la créature de Frankenstein est super forte et distribue des taloches comme d’autres des tracts à la sortie de Monoprix. L’ennemi est cependant résistant, et mis dans une mauvaise posture, notre héros se retrouve contraint de dégrader le mobilier local pour se défendre, à savoir qu’il attrape une croix étrange située à proximité, ressemblant plus à un panneau indicateur qu’à un symbole chrétien, et plante alors son ennemi avec… dont le corps est soudain victime d’une sacrée combustion spontanée, et qu’une boule de flammes s’échappe de ses cendres pour mieux voleter et aller s’enfoncer dans le sol dans un fameux vrombissement !

"C’est pas banal", se dit donc notre héros en contemplant tour à tour les cendres et le panneau indicateur. Ce serait un panneau "Vesoul", on comprendrait que ça fasse cet effet, mais même pas.

Ce qui est encore moins commun, c’est que deux gargouilles, perchées sur la chapelle locale, s’animent donc à la vue de ce qu’il vient de se passer et interviennent pour péter la gueule aux deux derniers fossoyeurs ninjas, qui à leur tour, finissent en boule de flammes s’enfonçant dans le sol. Cela fait, elles attrapent notre loulou et l’emmènent jusqu’à une ville non loin où se dresse une majestueuse cathédrale qui s’avère être leur QG. Sitôt notre héros déposé dans l’une des tours, les gargouilles l’enchaînent puis prennent une apparence humaine, principalement parce que ça coûte moins cher en effets spéciaux. La créature de Frankenstein ne comprend donc pas trop ce qu’est ce bordel jusqu’à ce qu’arrive dans la pièce où elle se trouve une femme qui contrairement aux autres, ne porte pas pas une armure kitschouille mais une robe qui chatoie : mais qui est-ce donc ?

"Bonsoir, créature.
- Bonsoir… attendez, je vous ai pas déjà vue quelque part ?
- Hem… heu, non, vous devez confondre, hihihi.
- Mais si, votre tête me dit trop quelque chose !
- Chut je… écoutez, concentrons-nous sur…
- Ho sacrebleu ! Vous êtes Eowyn, du Seigneur des Anneaux ! Mais attendez, qu’est-ce qu’il s’est passé ? Qui a touché à vos pommettes ? Comment avez-vous pu prendre 25 ans en 10 ? Vous… vous contrôlez l’espace-temps ! Ou le chirurgien de Carla Bruni, c’est pas possib’ !
- Bon, ta gueule mon petit, écoute plutôt. Je suis la Reine des Gargouilles, mais tu peux m’appeler Leonore. Autour de toi se trouvent mes fidèles gargouilles : Beau Gosse et Belle Gosse, qui t’ont sauvé au cimetière où ils se baladaient par hasard, à côté de moi, le Monsieur qui n’arrête pas de répéter qu’il faut te tuer parce que tu es un monstre, c’est Gédéon, et toi mon biquet, comme tu n’as pas de nom, je vais t’en donner un : Adam.
- Super. Gros travail de recherche.
- Dis-donc, ton père t’a reconstruit à partir des morceaux des plus grosses langues de putes du cimetière ou bien ? Bon, alors. Sache que ceux qui t’ont agressé là-bas sont des démons. Ils sont méchants, comme leur nom l’indique. Et nous, nous sommes des gargouilles, envoyées par Dieu pour protéger l’humanité. Nous sommes en guerre depuis le début des temps, et ça risque de continuer encore un moment, alors sache que tu viens de te retrouver en plein milieu d’un champ de bataille dont l’enjeu n’est rien d’autre que l’humanité ! Je devrais suivre l’avis de mon lieutenant Gédéon et te tuer, car tu es une abomination qui n’a pas reçu sa vie de Dieu, mais je pense aussi que toute vie est sacrée – en plus il me faudrait un méga-cintre pour t’avorter maintenant – et donc que tu mérites une chance de trouver ta place en ce monde. Je te donnerai des armes pour te défendre, et libre à toi de combattre à nos côtés ou de chercher la paix loin d’ici.
- Okay pour les armes. Mais pas pour la guerre. Je m’équipe et je me barre, réglez vos affaires entre vous.
- Fort bien ! Belle Gosse, Beau Gosse, accompagnez-le à l’armurerie. Gédéon, suis-moi il faut que l’on cause."

0

Tout le monde semblant plus ou moins d’accord avec ce plan, commençons par suivre Léonore et Gédéon qui vont papoter dans un coin : on a retrouvé dans les affaires du Docteur Frankenstein, entre deux pelles, une aiguille, une carte des tombes de stars du porno et trois rouleaux de fil à coudre son journal personnel (qui est marqué d’un gros "F" parce que tout scientifique qui se respecte prend ses notes dans un grimoire customisé par Valérie Damidot herself, et non dans des carnets du commerce), avec tout le mode d’emploi pour créer des êtres vivants à partir de cadavres. Léonore explique que ce document est super précieux : il prouve que Dieu n’est pas le seul à pouvoir donner la vie, alors vite, il faut planquer de bidule et ne rien en dire à Adam pour que personne ne puisse jamais trouver et utiliser ce journal !

Oui, dans ce cas, il y a une excellente méthode qui s’appelle "le détruire". Ça fait une super cachette aussi, je recommande. Mais c’est vrai que ça demande un peu de technique, pfou.

Ah non mais un journal comme ça, autant vous dire qu’à chaque fois que le Docteur Frankenstein faisait une rature, il pleurait. Au prix où il avait payé la couv’, merde.

De son côté, Adam suit donc Belle Gosse et Beau Gosse, qui l’emmènent à l’armurerie de la cathédrale où se trouvent tout un tas d’armes, toutes marquées de la croix de l’ordre des gargouilles, celle-là même qui ressemble à un panneau indicateur ! Parce qu’une seule barre, c’est la croix chrétienne, deux, c’est la croix de Lorraine, alors trois, c’est Super Croix.

"Super Croix ?" demande alors Adam, un peu circonspect

"Oui Adam : pour tuer un démon, il faut le tuer avec n’importe quel objet marqué de la Super Croix. Donc ici, on a plein d’armes où ce symbole est gravé, qui peuvent donc malaxer du démon à la pelle. Une fois un démon tué, son corps se pulvérise et il "descend" sous la forme d’une flamme, pour retourner vers les enfers.
- Simple question, comme ça, innocente, tranquille Emile : comment on tue une gargouille ?
- Je ne vois aucun inconvénient à te répondre, c’est bien naturel Adam : il suffit que nous soyons frappés par une créature sans âme, et hop, nous "montons", sous forme d’une bouboule de lumière, vers les cieux. Et c’est bien ça le problème : depuis des siècles, on perd la guerre, on est de moins en moins nombreux, alors que les démons ont toujours leurs 666 légions.
- Dieu avait dû tout miser sur un rush en début de partie, et maintenant il n’a plus de ressources. Ça pue le joueur Zerg.
- Pardon ?
- Non, rien. Bon, je peux choisir l’arme que je veux ?
- L’arme que tu veux : épée, hallebarde, espadon, fléau à…
- Je vais prendre les petits bâtons.
- Mais ? Mais enfin Adam, tu es con ? C’est la pire arme du lot ! En plus elle est super pas pratique à manier !
- Syndrôme de Jar-Jar Binks, mec, tu devrais connaître depuis le temps : quand tu dis à un héros de mauvais film de ne pas faire quelque chose, il le fait aussitôt. Tu viens de me dire "Tout sauf les bâtons" : je prends les bâtons.
- Ho, misère…
- Et maintenant, je me casse : salut les nazes !"

0

Les gargouilles  insistent bien pour qu’Adam reste et les aide à péter des mouilles démoniaques, mais le brigand s’en moque : il a décidé d’aller s’isoler loin de la civilisation comme un gros hippie, histoire de fumer des pétards, jouer du djembé et sentir le patchouli. Adam reprend donc, en voix off, le récit de ses pérégrinations.

"Je décidais alors de m’éloigner de l’humanité, des gargouilles et des démons. Je restais là, des siècles, à m’entraîner seul avec mes bâtons pourris. Je me suis longuement entraîné. Ne me demandez pas comment : j’ai probablement appris le Taekondo avec un mulot et la science du bâtonnet auprès d’un vieux saumon ayant baroudé en son temps, toujours est-il que durant près de deux siècles, je suis resté là, loin de tous, à faire ma petite vie de cadavre ambulant. Et puis un jour, les démons m’ont retrouvé."

Et bougon, notre héros a décidé de leur tendre une embuscade. Avec une logique imparable : il a deux bâtons et un slip. Attendez, non : restons-en aux bâtons, sinon, ça va dégénérer cette affaire. Vous vous dites "Il va attendre caché et mettre des coups de bâtons aux méchants" ? Naïfs que vous êtes. Je vous donne l’étape 1 du plan : il plante un bâton, bien en vue, dans une clairière. Là vous me répondez "Ah nan mais j’ai compris : avec un bâton, il fait un leurre, et il leur pète la gueule avec l’autre !" hé bien non, toujours pas. En fait, le deuxième bâton il… il… bah il s’en fout. A la place, il cherche l’arme la moins pratique qui soit (non, pas le slip, j’ai dit d’arrêter avec ça), à savoir un vieux silex qu’il grave de la Super Croix… et il attaque les méchants avec.

Oui oui : le film vous explique que le type passe deux siècles à apprendre à manier le bâton, et le jour où il doit s’en servir, il fait tout à coups de cailloux.

Okay. D’accord. Bien bien.

Je crois que je commence à comprendre le principe des films avec des lunettes 3D : c’est pour compliquer les échanges de regards allant du dubitatif au carrément consterné entre les spectateurs. Ça se tient.

Après avoir meulé les margoulins, notre ami Adam se dit donc que bon, hein, si c’est comme ça, il va aller le trouver, là, Naberius le prince des ténèbres, et le calmer une bonne fois pour toutes. Peut-être qu’ensuite, il le laissera tranquille. Pas de problème donc : Adam décide de retourner en ville (il n’y en a qu’une seule, celle avec la cathédrale aux gargouilles, pouf) où les gens le regardent bizarrement, lui et sa tête toute couturée. Il va donc en boîte de nuit (parce que les videurs adorent laisser rentrer ce genre de bad boy) puisque chacun sait que les démons se cachent toujours là où on diffuse du David Guetta, et il repère un groupe de loulous qui seraient bien du genre démoniaque (il le sait parce que… mais si, parce que… raaah, vous savez ! Bref, il sait, chut maintenant). Il en prend donc un en filature jusqu’à une ruelle tranquille, où bien vite, le démon décide que ça ne se passera pas comme ça et engage le combat.

Pas de bol pour le démon : ça tourne à l’avantage d’Adam. Pas de bol pour Adam non plus : un gardien de la paix qui passait par là les menace de son arme.

"Non vous faites erreur Monsieur le gardien de la paix, il ne se passe rien dans cette ruelle. Quoi derrière-moi ? Mais non, c’est juste un feu grégeois avec des copains, c’est rien;"

J’en profite : il n’y a en tout et pour tout que deux scènes dans le film où il y a des gens dans les rues, et vous êtes en train d’en suivre une. Oui, tout le reste du film l’immense ville est intégralement vide. Pas une voiture, pas un pinpin, pas un bruit, rien. Vous verrez, ça appuie pas mal de scènes absurdes. C’est chouette quand même : après les réalisateurs qui oublient de faire des enchaînements logiques entre jour et nuit, voici ceux qui oublient de peupler les villes. On va dans le bon sens.

Mais revenons à notre scène au suspens insoutenable.

"Frise, Maüser fucker !" (je vous rappelle que nous sommes plutôt du côté des peuples germains, je m’adapte)

Nos deux combattants sont bien étonnés de cette intervention, et le démon en profite pour s’échapper et utiliser sa vitesse surhumaine pour tuer l’agent des forces de l’ordre d’un coup de gros doigt dans la carotide. D’autres démons arrivent alors, Adam en profitant aussitôt pour les tabasser frénétiquement, mais hélas, cela a tout de même permis à celui qu’il suivait au début de s’enfuir sans donner la cachette de Nabérius son maître. Crotte de bique ! Sur ces entrefaites, une gargouille surgit de nulle part et emmène Adam loin dans les airs pour le rapatrier à leur cathédrale de QG. Il s’en passe des choses dites-donc, dans les ruelles !

Mais Nabérius, me direz-vous, justement, où est-il ?

Il n’est pas loin en fait. A deux pâtés de maisons de la cathédrale, même (véridique), parce qu’il a le monde entier pour se planquer, mais il s’est dit que ce serait plus chouette de s’installer juste en face du QG de ses ennemis éternels histoire de pouvoir leur faire coucou le matin en mangeant ses Smacks (les démons adorent les Smacks). Tout à fait logique. Et Nabérius, sous son apparence humaine, est le patron d’une grosse société qui s’intéresse à plein de trucs médicaux. Ce pourquoi il a recruté Jeannine, électrophysicienne, qui travaille avec son bon ami Jacques dans un laboratoire du coin à essayer de rendre la vie à des créatures mortes, comme par exemple, des souris ou Garcimore. A noter que pour de mystérieuses raisons, même la souris sur laquelle ils travaillent a la gueule couturée dans tous les sens façon Docteur Frankenstein.

Je rappelle que si le bon Docteur a ainsi créé une créature toute recousue, c’est parce qu’elle était constituée de plusieurs cadavres. Alors à moins que nos scientifiques n’aient pas été foutus de trouver une souris entière, ce qui laisse rêveur quant à leurs compétences de "chercheurs", il n’y a aucune raison à ce que la souris soit couturée. Sauf bien sûr, cramer le budget accessoires d’un réalisateur à la ramasse pour rajouter des incohérences à son film déjà bien bancal.

Merci, Hollywood. Tu arrives encore à me surprendre. Pour rappel les enfants, quand vous vous mouchez et que vous trouvez des bouts de cervelle dans votre sopalin, c’est qu’il est temps d’aller à l’hôpital, pas de devenir réalisateur. Mais je sais : tout cela est un peu élaboré.

Donc, disais-je, notre électrophysicienne a ce soir une grande mission : faire une démonstration d’électro-nécromancie (c’est ce qui se passe plus ou moins quand les Daft Punk tombent sur le Nécronomicon, si vous voulez), devant Jean-Jacques Nabérius, son patron. Dans son labo super high-tech (mais n’ayant pas assez de budget pour une souris entière, donc), elle explique comment cela va se passer : ils vont mettre le petit cadavre dans un gros tube en verre, lui envoyer ouat’mille volts, et puis pouf, ça devrait marcher.

Ah oui, grosse scientifique, donc. Allez, en route, envoie la sauce, Jacques.

L’expérience consiste donc à envoyer du jus, puis plus de jus parce que ça marche pas, puis encore plus, et pouf, ça marche : les organes vitaux de la souris redémarrent. Mmm. Je vois je vois.

"Youpi !" fait donc Jeannine. "Youpi !" fait donc Jacques. "Fuck yeah !" fait donc Nabérius avant de quitter la salle d’observation pour rejoindre le laboratoire et congratuler ses employés. Puis, il discute des résultats de l’opération.

"Bravo Jeannine, vous avez fait de l’excellent travail. Quand peut-on passer à la phase 2 ?
- Ressusciter des humains ? Ho bin pas de suite, hein, là c’était une souris. Je sais plus trop mais je crois avoir lu qu’il y avait une paire d’étapes entre la souris et l’humain. Genre l’enfant. Et puis ça n’a jamais été fait !
- Jeannine… connaissez-vous l’histoire de Frankenstein ?
- Bé oui, mais c’est une histoire pour faire peur aux enfants ! En plus dedans le truc absurde, c’est que le Docteur Frankenstein a mystérieusement disparu. Vous pensez vraiment que s’il avait réussi à créer la vie, il ne serait pas directement venu danser la zumba sur le bureau du patron de l’université locale tout en faisant des remarques désobligeantes sur sa mère ? De toute façon, cette histoire est impossible.
- Ah bon, et pourquoi ?
- PASSQUE A L’EPOQUE ILS AURAIENT JAMAIS PU TROUVER ASSEZ D’ELECTRICITÉ !"
0

C’est marrant, parce que moi, j’avais cru comprendre que le passage culte de l’histoire de Frankenstein, c’était justement quand il utilisait la foudre pour ses travaux. Mais peut-être qu’elle a lu la version revue par Okapi, où la foudre a été remplacée par une pile LR6 pour ne pas choquer les lecteurs. Si vous avez une meilleure explication qui n’implique pas de comparaison entre Jeannine et un bulot, je suis preneur. En tout cas, notre bon docteur, pas décontenancée, reprend.

"Et puis cette histoire a jamais existé, en plus.
- Mmmm… et si elle avait existé… que vous faudrait-il pour étudier les travaux du docteur Frankenstein ?
- Ah bin maintenant que vous avez évoqué cette théorie, et pour le reste du film quand bien même je viens de dire le contraire dans la ligne de dialogue précédente, je ne vais plus parler de l’histoire de Frankenstein que comme un fait avéré. Donc bin, Frankenstein était un scientifique, il a sûrement pris des notes. Avec ses notes, je pourrais avancer sur le projet bien plus vite.
- Bon, très bien, je vais voir ce que je peux faire."

0

Et Nabérius s’en va donc un sourire aux lèvres, parce qu’il en sait plus que Jeannine : il sait que non seulement le docteur Frankenstein a bien existé, mais qu’en plus, il a bien créé un être nommé Adam. Qui est en ce moment en ville et tue des démons, comme l’en a informé celui qui avait réchappé à la baston dans la ruelle. Et Nabérius a aussi appris qu’Adam était actuellement à la cathédrale des gargouilles. Et soupçonne ce vilain garnement ou les gargouilles d’avoir le journal de Papa Frankenstein. Il charge donc son meilleur commandant de légion infernale, Bob, de régler cette histoire d’une manière ou d’une autre, par exemple en allant demander gentiment. Ou en butant tout le monde, attention Bob, tu as le choix.

Allons donc voir ce qu’il se passe justement du côté de la cathédrale, où Adam a été emmené un peu plus tôt.

Celui-ci a été accueilli non pas à bras ouverts, mais plutôt à coups de pied au cul, puisque les gargouilles l’ont enchaîné à une chaise (Adam est super fort, mais péter une vieille chaise vermoulue, impossible) et que Léonore se pointe pour lui expliquer de quoi il retourne : à cause de son manque de prudence, un gentil policier humain s’est fait tuer dans une ruelle de la ville, et c’est mal. Puisqu’Adam n’est pas foutu de faire dans la discrétion (contrairement aux gargouilles, qui elles volent bien en vue partout en ville, merci), il restera enfermé ici jusqu’à ce qu’il devienne un peu moins con.

Optimiste.

Une CHAISE ! Adam avait tout prévu, sauf cette arme diabolique. Il peut briser un mur de briques d’une main, écraser une voiture sans sourciller, mais la chaise en bois, c’est son point faible

Sauf qu’alors qu’ils expliquent tout ça, une des gargouilles de garde se met à gueuler : "Héééé y a plein de démons qui approchent d’ici ! Aux aaaarmes !" et en effet : il y a bien une centaine de types plutôt vilains qui encerclent la cathédrale et s’élancent vers elle, visiblement avec des attentions contestables. Les gargouilles prennent donc leur forme de monstres de pierre et foncent dehors où, c’est parti, tout le monde se meule, les démons explosant en de grosses boules de feu à leur mort, et les gargouilles se transformant en boule lumineuses montant vers les nuages lorsqu’elles se prennent un vilain coup.

Pardon ?

Oui, tout se passe autour de la cathédrale d’une grande ville.

Oui, ça fait plus de bruit et de lumière qu’un bombardement.

Non, personne ne réagit, il n’y a même pas une fenêtre qui s’allume dans une maison voisine ou un pinpin dans la rue : tout le monde s’en fout. Parce que, j’en parlais plus tôt, le réalisateur a juste oublié de peupler une ville. C’est ballot. Absurde, mais ballot. Les spectateurs de cette bouse peuvent donc, à cet instant précis, sentir les larmes monter en eux tant c’est n’importe quoi et qu’en plus le film multiplie les plans larges pour bien montrer que ouaaah, c’est spectaculaire mais que ouiiii, tout le monde s’en branle.

Soit. On continue ? Si. Si, j’insiste. Ah, hé, vous l’avez un peu cherché aussi. Pour la peine, un petit encart publicitaire le temps de vous remettre.

___________________________________

Bonjour les amis, vous me reconnaissez ? Je suis John Mac Gargouille, des industries Gargoyles & Gargles.

Longtemps, j’ai été un peu comme les gargouilles de ce film : complètement con. Moi aussi, quand on attaquait ma cathédrale, je me défendais avec épées, lances et autres bardiches marquées de la Super Croix. Ah, que de souvenirs ! Et puis un jour, j’ai regardé Rambo III et je me suis dit "Pourquoi pas moi ?" c’est pour ça que chez Gargoyles & Gargles, on s’est dit que quitte à imprimer la Super Croix sur des trucs qui font mal, on allait le faire sur des balles. Le résultat ? La dernière fois que Satan a attaqué ma cathédrale, il a perdu 662 légions sur 666 en moins de 20 minutes. Les 4 dernières, il a trouvé le temps de les replier pendant que l’on changeait le canon de la mitrailleuse. 

Alors vous aussi : arrêtez de vous prendre des branlées par des démons qui essaient de vous mettre des claques quand vous pouvez leur apprendre le catéchisme à coup de M-60.

Chez Gargoyles & Gargles, vous connaissez notre devise : "Le paradis du côté de la gâchette, l’enfer du côté du canon".

Appelez-nous dès à présent et recevez notre nouveau catalogue ainsi qu’un t-shirt dédicacé par Saint-Michel pour les 111 premiers appels !

___________________________________

Où en étions-nous ? Ah oui : les gargouilles se battaient avec les armes les moins efficaces du monde contre des démons du même acabit.

Donc, alors que ça bastonne, Adam gueule comme un putois que "Hoooo ils viennent pour moi, laissez-moi me battre au moins ! Allez heuuuuu !" aussi après avoir suffisamment râlé, et une fois les défenses de la cathédrale enfoncées, Beau Gosse et Belle Gosse qui montaient la garde près de lui se décident à le libérer et l’armer. Ça tombe bien, parce que les démons sont déjà là. Le combat s’engage donc, pif pouf, Beau Gosse meurt, Belle Gosse qui l’aimait d’amour veut donc mourir aussi, ce qu’elle fait, et Adam défonce donc seul les vilains qui restent avant d’en capturer un qui ricane :

"Gnuhuhuhu, Adaaaam, nous les démooooons vous avons bien feintééééé !
- Que veux-tu dire ?
- Huhuhuhu, pendant que vous nous combattiez, nos forces s’attaquaient à votre vrai trésoooor, votre… reine des gargouilles ! Nous l’avons kidnappée et ne la livrerons… que contre le journal du Docteur Frankenstein ! Rendez-vous au vieux théâtre, nuhuhuhuhuuuuu !"

0

L’information circule vite parmi les gargouilles, quant à Adam, il met les voiles avant qu’on ne lui propose de retourner patienter enchaîné à sa petite chaise, ce qui est moyennement distrayant, voire à peu près autant qu’une partie de Time’s Up, ce qui n’est pas peu dire. Gédéon, donc, le meilleur lieutenant de la reine des gargouilles (qui s’est quand même faite gauler comme une truffe parce qu’elle priait pendant que les autres combattaient, chapeau l’artiste), décide donc d’accepter le marché des démons : certes, le journal est super précieux, mais sans la reine ils seront "des vigiles sans espoir de renforts".

En même temps, Léonore elle-même disait que Dieu n’envoyait plus de renforts, alors bon. Mais je dis ça, ça n’a sûrement pas d’importance, hein, ce ne sont jamais que vos dialogues.

Gédéon va donc chercher le journal dans sa cachette secrète sous la cathédrale qui s’ouvre grâce à des morceaux de sa hache de combat qui font aussi office de clés (oui, le Monsieur a une hache en kit, parce que non, le film n’était pas assez ridicule : nous l’appellerons donc Ikéhache), puis une fois équipé, se rend au vieux théâtre où Bob l’attend accompagné de quelques démons, et avec Léonore en otage. Cette dernière supplie Gédéon de ne pas donner le journal, mais le bougre s’en cogne : il accepte d’échanger l’objet contre la mémé. Et sitôt qu’il l’a récupérée, d’un coup d’aile, il s’envole et retourne vers la cathédrale, probablement pour faire un truc super important, plus important que de s’occuper du chef des démons qui a percé leurs défenses tranquillou, comme par exemple du rien.

C’est alors que surgit de l’ombre Adam, qui avait suivi toute la scène. Déjà, il est moyennement content d’apprendre que les gargouilles lui avaient caché le journal de son créateur, parce qu’il a de grosses daddy issues à régler. Ensuite, c’est Bob qui l’a désormais, il va donc devoir lui péter la gueule. Un combat s’engage donc, durant lequel Bob s’enfuit en laissant des larrons démoniaques  derrière-lui. Larrons dont Adam se débarrasse sans encombre en les frappant à l’aide de la vacuité du script, puis prend en filature Bob qui se rend donc au laboratoire situé à deux pâtés de maison de la cathédrale, où Nabérius à ses quartiers, rappelons-le.

Voici Nabérius. D’ailleurs, oui, ça c’est un truc de patron : on a tous derrière-nous une sorte de simili-vitrail qui nous fournit de la lumière, même en pleine nuit. C’est un vieux truc : comme ça, quand l’inspection du travail débarque, il suffit de rouler très vite en arrière avec son siège pour échapper à une quelconque tentative de sanction.

Bob s’engage dans le parking souterrain local, Adam à sa suite. Et une fois dans le parking, Bob y retrouve Nabérius en train de discuter avec un médecin légiste démoniaque qui… qui…

Attendez, est-ce que c’est moi ou est-ce qu’il y a un médecin légiste en train d’étudier un cadavre en plein milieu d’un parking souterrain ? Ils ont de gigantesques labos au-dessus d’eux mais il bosse dans le parking ? Que… mais… comment… bon, définitivement, c’est incroyable, je ne comprends même pas ce que l’équipe du film a pu faire pour autant merder. C’est à croire que les mecs ont fait tout le film intégralement bourré au schnaps pour pondre une ville sans habitants et des parkings à médecins. Donc oui, sur une petite place de stationnement, avec deux pauvres rideaux autour de lui (probablement pour ne pas déranger les gens qui se garent à côté), le mec joue du scalpel et accessoirement, peint des pentacles sur le front des corps. Discret :

"HÉ, VOUS LA !
- Je… meeeerde, la police !  Faisons semblant de rien…
- MONSIEUR ! Ne faites pas semblant de ne pas nous entendre ! Oui, vous là Monsieur qui peignez des pentacles sur des cadavres obtenus on ne sait comment ! VOUS ALLEZ OBTEMPÉRER !
- C’est que je…
- Monstre ! Ordure !
- Ecoutez, je peux tout expliquer, ça n’a rien à voir avec un projet super secret dans une guerre super secrète et …
- Squatter une place handicapé ! Espèce de raclure ! Alors toi, tes cadavres et tes pentacles, vous allez immédiatement sur une place valide ! On ne la fait pas à la police !"

0

Bref.

Bob salue donc le mystérieux médecin puis file le journal à Nabérius. Qui s’empresse de retourner dans le labo de Jeannine pour lui donner.

"Tenez Jeannine, voici les notes du Docteur Frankenstein.
- Ah bin dites, vous alors : on en a parlé il y a une heure et vous les avez déjà ! Où avez-vous trouvé ça ? 
- A la médiathèque, au rayon bullshit scientifique, à côté des ouvrages des Frères Bogdanov. D’ailleurs, je me demande s’il n’y a pas un lien maintenant que…
- Super ! Quel ouvrage précieux ! Il a plus de 200 ans… tiens, si je l’ouvrais en grand ? Si je tirais sur la couverture ? Si je retirais mes gants pour tourner les pages ?"

0

Je rappelle que le film est présenté comme "épouvante/horreur" (si, si) et non "action/viol de neurones avec barbarie". Je pense que cette scène permet de le justifier, pour peu que vous soyez archiviste ou assistant de conservation. Bref, en lisant les pages avec le tact d’un sanglier sous acide, notre Jeannine s’étonne : "Ho ! Frankenstein a utilisé des anguilles électriques pour obtenir suffisamment de courant pour ranimer le corps… j’imagine qu’un être ranimé avec une telle décharge d’énergie serait intuable !".

En fait, non, aucun rapport. Sauf pour quelqu’un qui pense que "l’übercharge" est une vraie théorie scientifique et Team Fortress 2, un documentaire d’Arte. Mais faisons fi de ces réflexions car au même moment, les vitres de la salle d’observation du laboratoire explosent et surgit sous les yeux ébahis de Jeannine et ses amis… Adam !

"Ho ! Qui êtes-vous ? Que faites-vous ici ?
- Je viens chercher ce journal.
- Non je veux dire : pourquoi avez-vous pété les vitres de la salle d’observation alors qu’il y avait une porte ?
- Ho… je… bon, donnez-moi ce journal et ne m’emmerdez pas, je suis un peu grognon ce soir.
- Vous avez l’air bougon en effet, je ne peux pas d’ennuis. Tenez."

0

Et Adam a d’excellentes raisons d’être bougon : en se perdant dans le bâtiment avant d’arriver là, il est tombé sur les sous-sols. Et dedans, il a aperçu des milliers de cadavres, préparés par le médecin-légiste du parking, avec tous un pentacle sur le front et tous placés dans des espèces de capsules, visiblement attendant d’être ressuscités ! Toujours est-il qu’à présent, Adam a retrouvé son chemin et le journal, et alors que Nabérius, Bob et la sécurité débarquent dans le labo, il s’enfuit là encore par une fenêtre, parce que c’est sympa, hop.

Nabérius et Bob sont donc bien embêtés :

"Bob ! Ce bougre de macchabée s’est enfui avec le journal ! Il faut le rattraper !
- Inutile… je sais ce qu’il va faire.
- Ah bon ? 
- Oui : il a vu Jeannine… il sait qu’elle peut lui expliquer le journal… il va donc chercher à la revoir…
- Et Jacques ? Jacques aussi peut lui expliquer, pourquoi vous n’en parlez pas ?
- Jacques ne porte pas de soutien-gorge. 
- Ho. Et vous ne pensez pas non plus qu’il pourrait simplement demander à disons, quelqu’un d’autre ? Donc votre plan ?
- On demande à Jeannine de rentrer chez elle. On attend qu’il la contacte. Et là, on lui prend le journal. 
- Oui mais mon petit Bob, je pense à un truc : si Adam veut contacter Jeannine, sachant qu’il ignore où elle habite, il va devoir la suivre.
- En effet.
- Et le seul endroit qu’elle fréquente qu’il connaisse, c’est ici.
- Tout à fait.
- Donc s’il veut la suivre, il doit commencer par se planquer près d’ici.
- Parfaitement.
- Donc ça veut dire qu’en ce moment, il est probablement juste à côté de nous, probablement dans la rue d’à côté, à attendre qu’elle sorte. 
- Complèt… ho. 
- Vous voulez pas aller le choper directement ?
- Mmmm non. On va plutôt rien faire et attendre une scène de drague entre Jeannine et Adam. C’est bien ça. Hein chef. Hein ? Pourquoi vous parlez plus ? Non, arrêtez, pas d’eau bénite en intraveineuse !"

0

Okay les gars, super plan. Profitez-en, c’est la deuxième et dernière scène du film où l’on voit des gens dans la rue : Jeannine, après cette dure nuit de labeur, rentre chez elle. Elle a peur d’être suivie, et finalement, au détour d’une ruelle, quelqu’un se saisit d’elle et lui couvre la bouche : Adam !

"Chut. Je vais retirer ma grosse main de votre petite bouche et vous allez me suivre.
- Mmmm mmm.
- Bien. Soyez sur vos gardes, je crois que quelqu’un d’autre arrive."

0

En effet : c’est Bob. Tout le monde se poursuit donc dans divers sites abandonnés, pif pouf, ma main dans ta gueule, mon bâton dans ta margoulette, nos armes qui glissent sur le sol, aaah je peux presque l’attraper et autres clichés pourris, et finalement, Bob se fait tuer comme un gros busard. Jeannine et Adam peuvent donc aller se cacher dans un petit appartement abandonné du coin pour discuter plus au calme.

Jeannine découvre que les démons existent vraiment, qu’ils ont bien 666 légions, et en bref, que la Bible disait vrai. Ce qui est sa première affreuse révélation de la journée. La seconde, c’est que du coup, ça veut aussi dire qu’e la Bible est vraie : Adam et Eve, la création, l’esclavage, le droit de prostituer ses filles… Saperlipopette, les démons, c’était probablement la partie la moins grave, en fait.

"Pfou… quelle aventure Monsieur Adam !
- Comme vous dites. Ecoutez, vous devez savoir quelque chose : vous avez vu quand je me battais avec Bob qu’il n’était pas humain. Hé bien votre patron, Jean-Jacques Nabérius, c’est pareil : c’est un gros démon vilain qui se bat contre des gargouilles célestes. Et il a ouat’mille cadavres dans sa cave.
- C’est fou ! Mais j’ai une question !
- Je vous écoute ?
- Comment savez-vous que vous pouvez me faire confiance ? Je veux dire : tous les gens que vous avez vu dans le labo de Nabérius étaient des démons. Pourquoi je n’en serais pas un aussi ?
- Heu… 
- Bon, on va juste dire que vous avez un pif qui détecte automatiquement tout ça, d’accord ? C’est pas grave. Bon, qu’est-ce que je peux pour vous ?
- Expliquez-moi ce qu’il y a dans ce journal. Je veux savoir ce que je suis. Tout ce que je sais à l’heure actuelle, c’est que je suis un assemblage de 8 cadavres différents."

0

8 cadavres qui avaient tous la même tête, le même grain de peau et les mêmes proportions. Soit le Docteur Frankenstein avait déterré des octuplés morts dans un tragique accident à la salle de gym, soit ce film est juste à chier et essaie de nous vendre un bellâtre avec moins de cicatrices qu’un ado mal dans sa peau  comme un monstre. Hmmm, j’hésite fort. Toujours est-il que se déroule alors une scène fascinante durant laquelle Adam retire son t-shirt pour dormir révélant sa puissante musculature, l’occasion pour Jeannine de se répéter que la nécrophilie, fut-ce d’octuplés, c’est mal.

Après un peu de repos bien mérité (mais il fait toujours nuit quand même, hop), nos héros décident d’un plan : Jeannine veut sauver son ami Jacques qui est toujours chez Nabérius. Elle va donc lui demander de quitter le boulot et de se rendre à la gare locale où ils attendront Adam, qui de son côté, sera parti demander aux gargouilles de les protéger durant leur voyage des fois que les démons les coursent. Et pendant ce temps, ils laisseront le journal ici, sans protection dans l’appartement délabré. Comme ça, hop. Ah oui et soudainement, Adam déclare aussi qu’une fois la fuite effectuée, Jeannine devra utiliser le journal pour lui créer "un compagnon pour l’éternité". Vous pouvez donc ajouter aux gens pour qui ce film est de "l’épouvante/horreur" les participants à la Manif pour Tous. Soit.

Ce qui est dit est donc fait : Jeannine appelle Jacques et lui donne rendez-vous à la gare. sauf que sur place, Nabérius les attend et ramène tout ce petit monde de force au labo. Et demande à Jeannine d’utiliser ce qu’elle a pu lire dans le journal de Frankenstein pour ressusciter un cadavre humain. Elle refuse, Nabérius bute donc Jacques : voilà, si tu veux le sauver, bosse maintenant. Un peu vexée, Jeannine se met donc au boulot. Muff.

Du côté de la cathédrale, Adam négocie vite fait : salut les kikis, inutile de m’embêter, je n’ai pas le journal sur moi. Vous ne voulez plus me voir ? D’accord, je m’en vais. J’irai loin de la civilisation, je ne poserai plus de problème, escortez-moi juste, on se retrouve à la gare. En échange, je vous dirais où Nabérius se cache avec une armée de cadavres qu’il veut ressusciter pour d’obscures raisons. Sauf que Léonore et ses gargouilles feintent : elles acceptent le marché, mais sitôt Adam parti, la reine demande à Gédéon de le suivre pour lui péter la gueule sitôt qu’Adam aura le journal. Et en effet, Adam est fort surpris, car sitôt qu’il a le journal, le mur de l’appartement délabré derrière-lui explose et…

… quelqu’un lui met un pied au cul.

Je ne rigole pas : Adam se prend un pied au cul, tombe, et quand il se retourne, personne. Sérieusement ? Gédéon l’attaque de dos, par surprise, et se contente de… oh bon sang. Les spectateurs sont encore en train de se demander comment on peut faire si mauvais, que cette fois-ci, le plafond de l’immeuble cède alors qu’une gargouille le traverse et… se contente de traîner Adam dans les couloirs ? Mais enfin ! C’est fini oui ? Hé bien non : car au final, après moult murs traversés et autres effets spéciaux inutiles, Adam se retrouve suspendu au-dessus du vide, accroché à un trou dans la façade de l’immeuble, un couloir délabré face à lui et la rue (vide, évidemment) en-dessous. Gédéon approche donc de notre héros, qui a les mains prises et ne peut se défendre, et se penchant sur lui…

… s’envole ? Pour mieux retenter de l’attaquer en volant ?! Stop ! Stooooooop ! Arrêtez ! C’est insupportable tant c’est navrant !

Gédéon attaque donc notre héros en volant, ce qui donne l’occasion à Adam de s’agripper à lui et de le faire tomber comme une vieille bouse, avant de le planter avec sa propre Ikéhache. Gédéon est donc fort surpris, déjà parce qu’il ne comprend toujours pas pourquoi il a agi de manière aussi absurde, et ensuite parce qu’un humain a pu le tuer… quoique, non ! Pas un humain ! "Tu… tu peux me tuer… c’est que… tu n’as pas d’âme !" râle Gédéon avant de se transformer en boule de lumière et de monter au ciel. Adam peut donc courir à la gare, où il constate que ni Jeannine, ni Jacques ne sont là, et qu’en plus, il y a encore par terre une arme qu’il avait confiée à Jeannine… il comprend donc que Nabérius a dû l’attaquer.

Ou les gargouilles qui viennent juste de t’attaquer toi mec, mais après tout, ton pif magique a encore dû détecter une odeur de démons, je suppose, même si tu n’as aucun moyen de le savoir.

Jeu : 8 cadavres se trouvent dans cette image, sauras-tu les retrouver ?

Adam décide donc qu’il est temps d’en finir avec tout ça : il brûle donc le journal de Frankenstein pour que personne ne s’en serve jamais pour ressusciter des corps (oui, il a aussi abandonné l’idée d’avoir un petit copain pour l’éternité, hop, c’était il y a deux scènes seulement pourtant, et quelque chose qu’il attendait depuis deux siècles à l’en croire), puis va à la cathédrale provoquer les gargouilles (il leur fait des gros doigts), avant de se mettre à marcher vers le laboratoire de Nabérius.

Heureusement que tout était situé à deux pâtés de maison. Nabérius eut été à New York, c’eut été un poil plus compliqué. Ou alors, il fallait faire des doigts très longtemps et dans moult situations : faire des doigts dans un train poursuivi par des gargouilles, faire des doigts au hublot d’un avion avec des gargouilles qui peinent à suivre, passer la douane avec 50 gargouilles (ce qui implique le plus gros toucher rectal de l’histoire), etc.

J’aurais probablement préféré ce scénario. Pardon : j’aurais préféré UN scénario, en fait.

Bref : là encore, personne dans les rues ne remarque 50 énormes gargouilles volant en hurlant dans les rues, pulvérisant des voitures en essayant de plonger vers Adam, et finalement, Adam atteint le laboratoire de Nabérius où tous les démons sortent l’accueillir. Les gargouilles comprennent alors (à noter d’ailleurs que Léonore a une forme de gargouille qui fait plus rire qu’autre chose, passons) qu’Adam les a menées jusqu’au QG des démons : une énorme bataille s’engage alors.

Pendant ce temps, Nabérius ne cache plus ses plans : d’abord, il a discrètement relié avec un vieux câble USB de l’époque où il jouait à Quake II avec ses potes les instruments de Jeannine à son souterrain où des milliers de cadavres attendent. Du coup, quand Jeannine lance la procédure pour ressusciter Jacques, ça la lance aussi pour tous les corps, qui ont tous un petit écran avec un compte à rebours situé sur leurs capsules de conservation (si, si… je sais). Nabérius ricane donc : il va créer des milliers de corps sans âme, comme ça, tous les démons qui ont été vaincus pourront revenir les habiter, et donc à nouveau marcher sur Terre et réduire l’humanité en esclavage. C’est vilain ! Vilain Nabérius !

Mais Adam n’entend pas cela de cette oreille : pendant que les gargouilles massacrent les démons et investissent leur QG avant de découvrir le sous-sol où se trouvent des milliers de cadavres suspendus au-dessus d’un abysse sans fond à attendre d’être ressuscités, Adam se fraie un passage à coups de gros muscles. Les gargouilles essaient bien, pendant ce temps, de commencer à détruire tout ce qu’elles peuvent au niveau de la super morgue (mais aucune ne pense juste à couper le courant… oui, hein ? A la place, elles attaquent les capsules contenant les corps, une par une… bon bon bon), mais le processus est enclenché et bientôt les démons vont arriver ! Mais heu !

Adam finit par tomber sur Nabérius, qui prend sa forme de prince démoniaque pour le combattre, à savoir une sorte de déguisement de CM2 en manque d’inspiration. Adam a beau entailler par trois fois le vilain avec les bouts de la Ikéhache qu’il a récupéré sur Gédéon, Nabérius semble se gausser de pareilles attaques. Et prend le dessus dans le combat : il maîtrise alors Adam, lui peint un pentacle sur le front, et invoque un démon pour qu’il vienne habiter ce corps vide. Après un certain nombre de chants démoniaques (soit deux albums de Larusso), une fumée noire apparaît et pénètre notre pauvre Adam, qui s’effondre au sol un moment avant de se relever lentement.

"Bienvenue, mon frère !" dit donc Nabérius "Tu habites un corps très puissant, sache-le !"

"Je ne suis pas ton frère !" répond Adam avant de faire une quatrième entaille à Nabérius, perpendiculaire aux quatre autres formant… la Super Croix ! Nabérius hurle donc en s’effondrant "C’est impossible ! Tu n’as pas été possédé, c’est donc que… tu… tu as une ââââme !"

Et là, vous vous souvenez qu’Adam vient de latter Nabérius avec la fameuse Ikéhache. Ikéhache prise à Gédéon. Gédéon tué par Adam car… ce dernier n’avait "pas d’âme !". Oui, les mecs ont réussi à faire dire tout et son contraire au script, y compris sur le rebondissement final, sans souci. En créant une scène spéciale (celle de Gédéon) qui ne sert à rien d’autre que de dire que le héros n’a pas d’âme. La seule autre explication possible, c’est que Dieu ait envoyé une âme par Chronopost entre la mort de Gédéon et la mort de Nabérius, soit dans un intervalles d’environ 15-20mn. Il est fort, Dieu, quand même, il vise bien.

Pendant que dans la salle du cinéma, chacun tente de planter la paille de son coca zéro dans sa jugulaire pour en finir avec cet étron 3D, Nabérius se transforme lui aussi en boule de feu, mais grosse puisque c’est un prince démon, puis celle-ci s’enfonce dans le sol pour retourner vers les enfers, et ce faisant, détruit tous les cadavres qui étaient en train d’être enfin réanimés et possédés (c’est pratiiiiique !). Le bâtiment s’effondre avec lui, ses restes tombant dans l’abysse qui était donc situé au-dessous, et Adam et Jeannine sont sauvés au dernier moment (bien sûr) par Léonore et ses gargouilles.

Là encore, on a un beau plan large du quartier, et pas une lumière, pas une sirène, pas un chien qui aboie alors qu’un bâtiment entier vient d’exploser dans une immense boule de feu laissant derrière-lui un passage grand ouvert vers les enfers.

Une nuit paisible, quoi.

Non mais… heureusement que la fin approche, c’est simplement honteux.

Les gargouilles ramènent donc Adam à la cathédrale, où il dit avoir détruit le journal de son créateur. Il explique à Jeannine, toute étonnée, qu’il a abandonné l’idée de se faire créer un petit compagnon, parce qu’il a trouvé des gens super cools comme elle pour l’accompagner (et pratiquer la nécrophilie, donc) et donc qu’il n’a plus besoin de pote mort-vivant. Leonore, elle, lui dit que c’est trop super car enfin, Adam a une âme et trouvé un but dans la vie : latter les démons.

On a donc un plan final digne de Francis Huster tant c’est mal joué, où Adam, perché sur le toit d’un bâtiment dans une pose bien naturelle avec ses bâtons bénis à la main, surveille les rues du coin avec ses pensées profondes en voix off qui se résument à : "Quand l’humanité est en danger, je suis là. Quand les démons se pointent, je suis là. Quand l’obscurité tombe, je suis là. Et quand le script est pourri : carrément que je suis là."

Et alors que le sang de certains finit de se vider par les pailles du coca zéro…

… FIN !

La fameuse scène de fin : notez que le héros est supposé inspecter les rues, mais comme ils ont oublié de le placer au bord du toit, ça va être moyennement pratique.

_________________________

"Charge la machine sur le camion Diego ! Hollywood nous attend !"

Diego soupire en poussant l’imposante caisse de bois devant lui, pendant que son employeur s’occupe de considérations plus importantes, comme par exemple la perfection de son nœud de cravate. A peine le pauvre garçon a-t-il déposé son précieux chargement à l’arrière du véhicule que soudain, il reçoit un coup sur le sommet du crâne qui l’envoie instantanément explorer le royaume nébuleux de l’inconscience. Avant que son maître ne puisse réagir convenablement, une silhouette costumée apparaît devant lui, un revolver brillant dans sa main.

"Sortez vos doigts de votre veste, Monsieur Connard, et laissez votre Maüser là où il est.
- Vous !
- Tatata, inutile de tergiverser : félicitations pour vos travaux, mais puisque vous aimez comparer les choses aux sciences, dites-vous que je ne fais que pratiquer une longue tradition du domaine : prendre le travail d’autrui.
- J’aurais dû me douter que vous viendriez pour la machine. Vous gagnez cette manche, mais ne croyez pas m’avoir comme ça.
- Au contraire, je crois exactement vous avoir comme ça. Maintenant, écartez-vous, je prends le volant."

0

L’homme prend son temps, son arme toujours pointée vers son adversaire, avant de monter à la place du conducteur. Il met le contact, fait rugir le moteur, et quelques instants plus tard, le camion s’éloignedans la rue avec sa précieuse cargaison. J’aurais dû prévoir le coup. Une machine à pomper des morceaux de vieux scripts pour en faire de nouveaux films, c’était évident qu’il viendrait la chercher. Je ne pouvais en vouloir qu’à moi-même pour mon imprudence. Lorsque le camion tourne au bout de la rue, je vois le visage souriant du conducteur.

"Ce n’est que partie remise, Quentin Tarantino." dis-je à l’attention du vilain pilleur.

La neige tombe silencieusement sur la petite cité, couvrant les pavés pluriséculaires d’une couche uniforme blafarde.

Pourtant, il court sans se soucier de la quiétude étrange de cette fraîche nuit d’automne ; haletant, il ne considère la neige que comme une sorte d’ennemi glissant qui colle à ses souliers telle une boue gluante et glaireuse venue ralentir sa course. Jetant un regard paniqué derrière lui, il s’engage promptement dans une étroite ruelle sur sa gauche, semblant lui promettre une occasion de disparaître temporairement de la vue de son poursuivant. Épuisé, la respiration sifflante, il considère un instant les improbables quantités de buée qui semblent s’échapper de ses poumons avant de tourner brusquement la tête vers l’extrémité de l’antique rue où la neige vient de crisser.

Posté entre deux bornes de pierre supposées autrefois garder les piétons des roues des chariots, il aperçoit à la lueur orangée d’un luminaire proche la silhouette noire au manteau long qu’il n’a eu de cesse de vouloir semer. Fronçant les sourcils, il lâche un juron en tentant d’ignorer les battements sourds de son coeur fatigué par la course.

"C’est fini. Tu ne peux plus fuir, rends-toi" dit la silhouette. Il souffle encore quelques jurons avant de se redresser.

"Jamais ! Jamais à ceux de ton espèce ! Nous vaincrons ! Mon Seigneur vaincra !
- Ton Noir Seigneur est mort il y a longtemps, Sylvain Fumoir. Ton combat, comme ta fuite, était sans issue.
- Je ne me rendrai pas sans combattre, Odieux ! Les chasseurs de sorciers de ton espèce n’auront que…"
0

Portant la main à sa poche, il en sort avec diligence une baguette en hêtre qu’il brandit au travers du vent lui rabattant les flocons au visage.

"Avada Ked…
- Hortefix !"
0

Fumoir pousse un cri aigu en voyant sa baguette sauter de ses mains pour être expulsée vers Bamako. Un sort typique des écoles de magie française, pense t-il en frottant sa main endolorie.

"Soit, tu gagnes pour cette fois, Odieux, tu as été le plus rapide ! Mais peut-être as tu envie de voir une autre magie puissante à l’oeuvre : choisis une carte, n’importe laquelle, je vais la deviner.
- Non, Fumoir. Tes jeux ne m’amusent plus. Rends-toi où je…
- Raaah !"
0

Profitant que son assaillant se soit rapproché, Sylvain Fumoir ramasse une poignée de neige sur un muret proche et la jette au visage de son adversaire avant de se jeter sur lui avec rage. Avant qu’il ne puisse l’atteindre, il distingue la baguette de son ennemi braquée vers lui.

"Tu l’auras voulu Mage Noir ! Je vais t’obliger à revivre un moment douloureux : le dernier Harry Potter !
- Nooooooon !
- Endoloris Cinematographicum ! Spoilons !"
0

_______________________________________________

 

L'Affiche : moi aussi, à un moment, je voulais m'enfuir en courant dans les bois

Ainsi donc, Harry Potter et les Reliques de la Mort, partie I, est sorti dans les salles obscures ; la chose a fait grand bruit, et pourtant, je subodore que certains d’entre vous ne sont pas encore parfaitement au point sur Harry Potter ; je vous fais donc un résumé rapide :

Harry Potter est un orphelin qui le jour de ses 11 ans, est invité à suivre un vieux barbu au motif qu’il serait un sorcier (une vieille ruse de pédophile, comme chacun sait "Suis moi, je t’emmène apprendre la magie ! Monte dans le coffre !"). Ainsi, Harry est envoyé à Poudlard, l’école de magie officielle de Grande-Bretagne. Il s’y fait deux amis, Hermione et Ron, et surtout, découvre sous la direction de Dumbledore le sens du mot "discrimination" : dès leur arrivée, les élèves sont divisés en 4 "maisons" : Gryffondor (les gentils), Serpentard (les enculés), Maison Annexe #1 et Maison Annexe #2 (non, les deux dernières maisons n’ont aucun intérêt dans l’histoire, tout comme l’ensemble des personnages y appartenant, ce qui permet de vite savoir qui va avoir un rôle dans l’intrigue ou non), et n’ont dès lors même plus le droit de manger ensemble, afin de bien marquer leurs différences et d’apprendre le communautarisme.

Hélas, durant 7 livres, Harry va découvrir que le vilain sorcier qui a tué ses parents, Lord Voldemort (et non Susanna Sucre-d’Orge, on vous donne bien des noms vous permettant de repérer les méchants à l’avance), est toujours en vie, a toujours envie de le tuer (il l’avait loupé la première fois, et puis Voldemort n’ayant pas de nez, on sent bien qu’il est jaloux parce qu’Harry peut porter des lunettes, lui, sans que ça lui tombe sur la bouche, ça doit accroître sa haine), et veut toujours monter une armée pour dominer le monde. Au bout de 6 livres, Harry découvre donc que Voldemort a trouvé un moyen d’être immortel : il a planqué des bouts de son âme dans divers objets magiques, ce qui lui permet de ressusciter en cas d’urgence (ce sont des points de sauvegarde, donc). S’il veut en finir définitivement avec Voldy, Harry doit donc détruire ces objets. Et nous voici donc au début du 7e livre, début du film. En route !

Le film s’ouvre donc sur une conférence de presse du nouveau ministre de la magie, dont le nom importe peu, qui informe quantité de journalistes qu’à l’heure où Voldemort est une menace, les services de l’état sont là pour protéger les sorciers de l’armée des vilains. Qu’ils peuvent donc lui faire confiance pour mener sa mission à bien, et que Voldemort fera moins le malin quand il sera en garde à vue. Pendant ce temps à quelques kilomètres de là, Harry Potter regarde tranquillement la famille qui l’hébergeait depuis des années quitter la ville, tant l’insécurité grimpe à vitesse grand V depuis que de mystérieux meurtres ont lieu un peu partout (meurtres ayant un vague rapport avec le fait qu’une armée de sorciers maléfiques se promène à Londres ces derniers temps ; en France, on aurait déjà fait une loi sur les sorciers maléfiques afin de les interdire purement et simplement, ou pire les priver de leur nationalité. On ne rigole pas avec l’insécurité.). Ron Weasley, lui prend un air super pensif en regardant les champs autour de chez lui, parce que vraiment, ça fait trop cool au début d’un film de prendre une tête de philosophe maudit en contemplant l’horizon. Hermione Granger enfin, sentant ses parents, deux "moldus" (des gens sans pouvoirs magiques), en danger puisqu’ils pourraient être interrogés par Voldemort et ses potes pour essayer de localiser Ron, Hermione et Harry, décide d’employer les grands moyens et leur jette un sort d’"oubliette" qui leur fait oublier jusqu’au fait qu’ils avaient une fille. Allez savoir comment, le sort est si puissant qu’il fait même disparaître Hermione de toutes les photos, documents & co de la maison. Autant vous le dire, c’est une sorte de super GHB : on sent qu’en boîte de nuit, Hermione doit se la donner grave, cette coquine.

Pendant ce temps, au grand QG des méchants (un énorme manoir appartenant à une célèbre famille de méchants, entouré évidemment par une atmosphère lourde et un crépuscule constant), tout le monde est réuni autour d’une vaste table, présidée par Voldemort lui-même. Ce dernier accueille le dernier arrivant à la réunion du jour avec bienveillance, un certain professeur Rogue. Le bougre a rapporté de bonnes informations : il sait quand et comment Harry Potter va être évacué de son actuelle planque (attendez, une planque ? Vous parlez bien de la maison qu’il occupe depuis qu’il est enfant et où il y a son nom sur la boîte aux lettres ?) pour une autre. La chose devrait se faire la veille de ses 17 ans, et c’est à ce moment là qu’il sera le plus facile de frapper pour qu’enfin, Voldemort puisse tuer le jeune malandrin. Cependant, le Seigneur des Ténèbres sait qu’Harry et lui ont un problème de baguette (… Freud ? Freud, un commentaire ?), puisque leurs pouvoirs s’annulent mutuellement ; il décide donc d’utiliser une autre baguette, et emprunte celle d’un de ses serviteurs, un certain Lucius Malefoy. Cela étant dit, il est grand temps d’achever la réunion ; ne pouvant le faire d’un simple "bon après-midi à tous" au risque d’entacher sa réputation de chef des forces du mal, Voldemort décide plutôt d’exécuter une prisonnière qu’il avait gardé au chaud depuis le début de la réunion. Comme ça, pour le plaisir. Son décès signale que la séance est levée.

 

Chez les méchants, comme dans n'importe quelle autre réunion, on se fait chier en regardant un Powerpoint

Dites-donc, j’espère qu’ils se réunissent pas trop souvent, quand même.

D’ailleurs, sans vouloir être trop pointilleux : le QG des méchants, tout le monde sait où il est, et en plus si jamais quelqu’un doutait, il est recouvert de ténèbres façon manoir hanté histoire de bien lever toute hésitation. Alors pourquoi les gentils ne l’attaquent pas ? Ou, plus simplement, se contentent de faire passer un B-52 au-dessus de la maison ? Non parce que Voldemort et sa baguette, ils sont sûrement très gentils, mais pour le coup, je ne suis pas sûr que 4 tonnes de bombes, même pas magiques, hein,  tombant sur leur demeure par surprise ne leur fasse pas un peu de mal. Ou éventuellement, un bon vieux missile façon chasse aux talibans. Enfin.

Retournons plutôt voir Harry, car je vous sens inquiets ; sachez qu’il erre dans la grande maison vide de son enfance, s’emplissant l’esprit de souvenir des années passées… ah, nostalgie ! Cependant, ses rêveries sont rapidement interrompues par l’arrivée en masse de troupes de l’ordre du phénix (une brigade de gentils luttant contre Voldemort et ses amis depuis des années dans l’ombre), parmi lesquelles pas mal de ses vieux amis : Harry, Ron, le géant Hagrid, un sorcier black façon professeur N’Golo-Golo ("il fait revenir l’être aimé et tomber le kiki de l’ennemi par simple consultation téléphonique !") qui explique que bon, là, officiellement, il devrait servir de garde du corps au 1er ministre anglais, mais que protéger Harry est plus important.

Oui, c’est sûr : un attentat contre le 1er ministre britannique, c’est tellement peu important, ça n’aurait aucune conséquence. Mieux vaut que tu viennes aider tes potes à monter leur plan pourri, puisque comme nous allons le voir, il est vraiment tout naze.

Bref, nos larrons expliquent à Harry le plan du jour : plusieurs de ses amis vont utiliser une potion pour prendre son apparence, et se vêtir exactement comme lui. Ainsi, ils partiront ensuite par groupes de 2 (un déguisé en Harry, l’autre faisant office de garde du corps) chacun dans une direction différente et empêcheront ainsi les vilains qui guettent sûrement à l’extérieur de savoir lequel est le bon Harry à dessouder. Une fois le bon Potter arrivé à destination dans la nouvelle cachette où il sera plus en sécurité, les autres membres du groupes se téléporteront dans la dite cachette pour se regrouper.

Et là, lecteurs, vous m’arrêtez, vous me stoppez, vous tentez de m’ôter les mains du clavier afin de me dire "Attendez, de la téléportation ? Mais alors pourquoi s’ennuient ils à transporter Harry par voie normale et ainsi risquer d’être attaqués ?" ; la réponse est simple : Harry n’a pas encore 17 ans, je le rappelle, et chez les sorciers, avant ses 17 ans, on porte "la trace", un truc qui fait que l’on peut vous localiser automatiquement lorsque vous vous téléportez. Donc, Harry devant se cacher, l’idée est peu intéressante.

Donc là vous me dites "Aaaah, ok".

Sauf que non, pas ok, lecteurs inattentifs ! Après tout, on est à la veille de ses 17 ans ; alors ça va, Voldemort et ses copains ont été trop bêtes pour penser à attaquer la maison dans laquelle Harry habite depuis des années (je ne veux pas entendre "elle est protégée contre les vilains sorts !" ; vous croyez que ça la protège d’une voiture piégée ou d’un tir de fusil à lunette quand Harry sort les poubelles, hein ?), on peut bien attendre quelques heures de plus, comme ça, on le téléporte à 17 ans passés, et personne ne prend aucun risque.

Ultime solution : pourquoi s’emmerder à faire diversion en faisant prendre l’apparence d’Harry à plein de gens ? Il a une cape d’invisibilité, non ? C’est quand même pas plus pratique ? Non ? Bon.

En même temps, je ne leur en veux pas : après tout, à 11 ans, à un niveau CM2, on les a envoyé à Poudlard, école où on enseigne ni mathématiques, ni histoire, ni géographie, ni littérature, ni langues étrangères… bref, c’est une école qui forme des neuneus, oui, mais des neuneus magiques. On voit le résultat.

Bref ; nos héros suivent donc le plan, et prennent donc l’apparence d’Harry, y compris certaines jeunes filles, ce qui pour le coup, doit leur faire bizarre ; après une rapide inspection de leurs nouveaux corps et un coup d’oeil discret dans leurs slips respectifs, nos valeureux leurres se disent que, hé bé, ce soir, ils vont voyager plus légers qu’ils ne le pensaient. Harry a beau crier "Nan mais c’est parce qu’il fait froid, et tout", personne ne l’écoute. On échange donc quelques dernières consignes avant d’aller enfourcher les balais volants, et se préparer pour l’action. Le vrai Harry, lui, monte avec Hagrid, le géant qui a une moto volante, avec sidecar. C’est quand même autrement plus moderne. Mais passons.

 

Méfiez-vous : les petits cons qui font du bruit en scooter en bas de chez vous sont peut-être en fait de puissants mages ; la différence n'est pas flagrante

Tout le monde décolle en conséquence, prend de l’altitude et, alors qu’ils franchissent les premiers nuages bas, découvrent des hordes de sorciers maléfiques sur leurs balais en train de les attendre ; ça vole dans tous les sens, ça échange des éclairs, bref : c’est la bataille d’Angleterre. Harry et Hagrid tentent de semer leurs poursuivants à grands coups de turbo (J’en profite : oui, je sais, c’est du "feu de dragon" plus qu’un vrai turbo, que gnagnagna, ils le disent dans le livre, mais écoutez moi bien bande de crypto-intégristes : ici, on spoile le film ! Le film ! Pas une étude comparée avec le livre du genre "ah ouais mais dans le livre ils expliquent pourquoi, tous les spectateurs devraient l’avoir sur les genoux durant la séance"  ! Alors il suffit, je vous connais ; reprenons maintenant.), mais les brigands s’accrochent ; cependant, Hedwige, la chouette d’Harry, décide de se mêler de la bataille en essayant de venir protéger son maître en griffant le visage des poursuivants : grave erreur, puisque non seulement elle en meurt, mais elle révèle ainsi qui est son maître, l’andouille. Tous les vilains cessent donc la poursuite et c’est Voldemort en personne qui débarque pour essayer d’abattre Harry. Hélas, sa nouvelle baguette ne semble pas faire le poids comparé à celle du bon Potter, et l’objet de bois explose littéralement, obligeant Voldemort au repli.

2 choses : Voldemort, tu aurais utilisé je ne sais pas moi, un flingue ? Ou même, parce que tu es retro, une grosse épée, une arbalète, un arc magique, ou je ne sais quoi ? Tu n’aurais pas ce genre de soucis ! Ne serais tu pas un peu idiot par hasard ? Quant à toi Harry, c’est pareil : tu peux faire apparaître des cerfs magiques, changer d’apparence, jeter des éclairs, mais tu n’es pas foutu d’obtenir de quoi bourrer de plomb un sorcier ? Surtout que j’insiste : une bonne vieille pétoire, c’est quand même plus rapide qu’une baguette : l’autre en est encore à gueuler "Avada Ke…" que d’une simple pression sur une gâchette vous l’avez transformé en filtre à plombs. Ca vous dirait pas d’être efficace, un peu ?

Bon, revenons à nos moutons : Hagrid et Harry, ayant semé leurs poursuivants, finissent par poser leur moto volante qui a pris quelques coups dans la bataille à proximité de la cachette tant attendue : le Terrier, la maison de la famille Weasley qui…

… oh ? Attendez, c’est ça "la cachette" ? Mais ? Mais bon sang, ce n’est même plus une cachette, c’est un panneau clignotant "venez me tuer, je suis chez mon meilleur copain chez qui je passe toutes mes vacances d’habitude !" ; c’est définitif, nous n’avons pas la même notion de planque. Si c’était pour l’emmener là, je crois qu’il aurait été possible de téléporter Harry d’entrée de jeu, même si tout le monde était au courant : ça n’aurait pas fondamentalement changé l’affaire.

En tout cas, les autres duos faux Harry/garde du corps arrivent l’un après l’autre au Terrier en se téléportant ; tout le monde se porte bien, à l’exception d’un des frères de Ron, qui a eu une oreille coupée, et de Maugrey Fol-Oeil, un soi-disant formidable chasseur de mages noirs qui est tombé au champ d’honneur. A noter que Modingus, un membre de l’équipe un peu lâche, a lui tout simplement fui en se téléportant dès le début de la bataille dans un bruit de pet liquide paniqué. Tout le monde est un peu triste mais, bon, il est l’heure d’aller se coucher, alors on pleurera demain.

Dans la nuit, entre deux rêves érotiques, Harry a des flashbacks : guerre du Vietnam, soirée alcoolisée, et accessoirement, mort de Dumbledore ; il décide donc que les gens autour de lui meurent trop facilement ces derniers temps, et veut partir seul s’isoler pour ne plus mettre personne en danger : son vieux copain Ron le retient heureusement, lui expliquant qu’il est beaucoup trop con pour survivre seul, ce en quoi je ne lui donne pas tort.

Le lendemain, il est déjà temps de se changer les idées, puisque figure-vous que Bill, l’un des frères de Ron, ainsi que Fleur, sa copine, ont décidé de se marier. Un immense banquet et une cérémonie ont été organisés au Terrier où…

Attendez, attendez, ce n’est pas censé être une "planque" ? Vous organisez une fête géante dans la planque que vous ne voulez surtout pas que qui que ce soit découvre ? Je… heu… bon.  Bref, faisons comme si de rien n’était. Dans la journée en tout cas, le ministre de la magie en personne se rend sur place pour voir Harry (Je ! Et lui, comment est il au courant ? Les héros passent leur temps à dire qu’il ne faut surtout pas informer le ministère, qui est infiltré de partout par les méchants, et ils invitent le ministre lui-même à venir les visiter dans leur planque ? Non mais, je suis le seul à avoir entendu le mot "cachette", à un moment ? Même que c’était pour ça qu’il faisait un super plan à base de diversions il n’y a pas 15 minutes ?). L’homme politique vient lire à Ron, Hermione et Harry le testament de Dumbledore ; il le fait lui-même car il n’y a pas du tout de personnel pour, c’est connu, le ministère, ça doit juste être le ministre et sa secrétaire. Ainsi, nos héros apprennent que :

  • Ron hérite d’un déluminateur, objet qui peut faire disparaître et apparaître de la lumière à volonté
  • Hermione hérite d’un livre de contes pour enfants, Les Contes de Beedle le Barde
  • Harry hérite du premier vif d’or qu’il a attrapé au sport national des sorciers, le Quidditch, une petite boule dorée et aildée

Autant vous dire que le ministre repart au son des "Raaah, Dumbledore, vieil enfoiré, comment tu nous lègues de la daube, c’était bien la peine de se faire chier durant six livres, tiens ! On ira déféquer sur ta tombe !".

Le soir même, le banquet post-mariage a donc lieu, et chacun célèbre l’union de Bill et de Fleur autour d’une bonne coupe de champagne. Harry profite donc de la soirée pour se promener tranquillement au milieu de tous les invités, façon "Coucou, je suis là, si l’un d’entre vous est un agent de Voldemort, n’hésitez pas à lui dire où je me cache, si on peut encore appeler ça se cacher". Il rencontre rapidement un vieux, qui comme tous les vieux, a un truc à raconter entre deux effluves urinaires : Dumbledore avait une vieille amie qui le connaissait formidablement bien, et qui a donné quantité d’informations à une journaliste pour qu’elle écrive un livre sur lui. L’amie en question, Germaine, habite dans le village où Harry vivait jusqu’à la mort de ses parents. Rien de bien fascinant, jusqu’à ce que la cérémonie soit interrompue par l’arrivée d’une sorte de boule lumineuse au milieu de la piste de danse qui vient interrompre "Le Petit bonhomme en mousse" pour informer les convives d’une terrible nouvelle : Voldemort et ses troupes viennent d’attaquer avec succès le ministère de la magie, et l’ont renversé. L’objet mystique ajoute accessoirement "Maintenant, planquez vos fesses, car ils arrivent". Et effectivement, des dizaines de sorciers plutôt vilains arrivent aussitôt et commencent à se battre avec les convives à grands coups de sorts mortels. Harry, Ron et Hermione ont juste le temps de se téléporter en urgence vers un lieu lointain : une rue de Londres.

 

Pour ne pas casser l'ambiance, même les mauvaises nouvelles sont annoncées par une boule à facette

Coup de chance (de nombreux autres suivront) : Hermione s’est téléportée avec son gadget ultime : le sac à main sans fond, un sac dans lequel tu peux ranger tout ce que tu veux, de ton portefeuille à ta bibliothèque en passant par ta toile de tente. Il faudrait que je m’en trouve un comme ça pour mes soirées kidnappings. Même si je ne vous raconte pas le bordel pour retrouver ses clés là-dedans. En tout cas, elle, elle a mis moult affaires à l’intérieur, y compris des vêtements de rechange pour des garçons. Ne me demandez pas pourquoi elle a ça sur elle, la coquine.

Nos héros vont donc trouver un petit café pour se poser temporairement et discuter des derniers évènements ; cependant, ils sont rapidement attaqués par deux mages maléfiques, qu’ils parviennent à neutraliser assez rapidement (parce que les mages n’ont pas pensé à les attaquer pendant qu’ils ne regardaient pas alors qu’ils arrivaient dans leur dos, quelle idée saugrenue). Ils leur font tout oublier grâce au GHB magique d’Hermione, avant de se dire qu’il serait temps de trouver une cachette pour la nuit ; quoi de mieux que d’aller dans l’ancien QG de l’ordre du Phénix, l’ancien manoir de la famille Black ? Décision est prise, et les choses se passent plutôt bien sur place, malgré des bruits étranges dans la maison. Tant et si bien que comme toujours dans les grands films, quand il y a des tueurs qui rôdent et que les héros sont dans un manoir étrange, ils se séparent en groupes de 1.

Heureusement, ils ne trouvent que deux choses : tout d’abord, Kreatur, l’elfe de maison crasseux du manoir, pas très aimable mais condamné à obéir à Harry dont il est la possession suite à un héritage, et une inscription signifiant qu’habitait autrefois là un certain Regulus Arcturus Black, soit R.A.B, les initiales d’un type dont nos héros savent de source sûre, grâce à une anecdote du film précédent, qu’il possède l’un des Horcruxes contenant un bout d’âme de Voldemort, un petit médaillon. Oui, un petit médaillon choupi. Voldemort est comme ça ; des fois, il cache aussi son âme dans des Zhu Zhu Pets. Soit ! Ils interrogent donc Kreatur afin de savoir où est cet objet mais celui-ci les informe qu’il a été volé il y a un bail par un certain Modingus (mais si, le lâche du début du film !). Harry ordonne donc à Kreatur de retrouver le voleur, ce qu’il fait assez rapidement, car malgré leur statut d’esclaves, les elfes de maison sont surpuissants, allez savoir pourquoi.

Modingus est donc interrogé ; il ne résiste pas beaucoup (il est lâche), et Hermione regrette donc de ne pas pouvoir utiliser sa gégène avec pinces à testicules qu’elle avait emmené pour l’occasion. Ils apprennent donc que le médaillon a été confisqué par Dolores Ombrage, une vilaine du ministère de la magie, qui collabore avec joie avec les troupes de Voldemort.

Nos héros décident alors qu’il serait malin d’infiltrer le ministère afin d’aller y récupérer l’objet ; ils capturent donc 3 fonctionnaires de celui-ci et cachent leurs corps dans un entrepôt discret (pourtant annoté d’un gros panneau jaune pétard "attention, site sous surveillance vidéo"… non, vraiment, combien de fois vont ils faire des choix débiles ?), prennent leur apparence et s’en vont au ministère accomplir leur terrible mission.

Sur place, comment vous décrire le spectacle ? C’est facile, pour que l’on comprenne bien que nous sommes chez des vilains, c’est le IIIe Reich : outre la propagande pro-sorciers aryens, des hordes de types en tenue du Volkssturm (avec même le petit brassard rouge du parti au bras et la casquette d’infanterie, oui oui oui, c’est très recherché) circulent, attrapent des gens et les emmènent se faire interroger (avec un peu de torture, évidemment, parce que sinon, on rigole moins) afin qu’ils avouent s’ils cachent des sorciers au sang mêlé à celui des moldus, ou s’ils en sont eux-même. Subtil, n’est-ce pas ? Les murs sont accessoirements recouverts d’affiches invitant à capturer un certain Harry Potter, le célèbre magicien geek.

Cependant, rien n’arrête nos aventuriers qui infiltrent sans soucis les lieux, tant apparemment ils peuvent aller n’importe où sans qu’on leur demande de présenter un quelconque papier. Un ministère imitant le IIIe Reich, c’est connu, ça se visite comme on veut, c’est ouvert à tout vent. Ils arrivent donc à localiser, par un petit coup de chance (ça alors !), Dolorès Ombrage, qui est occupée à tenir un procès dans les sous-sols. Nos larrons débarquent avec toute la subtilité qui est la leur, paralysent tout le monde à coups de baguette (il n’y a aucune sécurité non plus, quelle idée de sécuriser un tribunal), et s’enfuient en emmenant le médaillon que la bougresse avait autour du cou. Cependant, durant leur fuite, la polymorphie arrête de faire effet, et tout le monde découvre Harry Potter et ses potes en plein milieu du ministère de la magie où ils sont recherchés ; une petite course poursuite s’engage avec les miliciens locaux, et l’un d’entre eux, plus tenace que les autres, arrive même à les attraper au moment où ils se téléportent. Hermione est donc obligée de le dégager une fois à destination avant de relancer une téléportation d’urgence vers une petite forêt, ce qui, étant fait un peu à la va vite, a tendance à poser quelques soucis ; dans le cas présent, c’est un bras de Ron qui est téléporté en oubliant plusieurs morceaux (je pense que des bouts de cerveau de plusieurs héros ont aussi refusé de faire le voyage, mais ce n’est que mon opinion). Heureusement, Hermione a de quoi le soigner (une bombe froide et une éponge magique), mais il reste tout de même très affaibli de cette affaire. Elle donne alors à Harry la consigne qui va ouvrir une séquence affreusement étirée qui donnera à certains des envies de s’ouvrir les veines : "Harry, va monter la tente", car oui, Hermione a toujours une tente Quechua dans son sac dimensionnel.

 

75% du film tient là-dedans.

Ainsi commence une longue, trèèèèèès longue période durant laquelle nos adolescents vont vivre tranquillement sous la tente en essayant de détruire le médaillon, mais sans pouvoir y parvenir (le bougre résiste aux sorts ; mais personne ne pense à essayer avec un gros caillou). Fugitifs, chaque soir, nos loulous jettent des sorts rendant leur campement invisible à autrui.

C’est con que vous n’ayez pas eu l’idée de jeter les mêmes sorts sur le banquet, au mariage, ou sur une quelconque de vos précédentes cachettes. J’imagine que ça aurait pu aider. Mais bon.

Un soir, Hermione entend du bruit non loin du camp, et étant de garde, décide de n’alerter personne et de se séparer des autres pour aller voir (dans une forêt, la nuit, avec des tueurs qui rôdent… non mais ce n’est plus un film, c’est un sketch de Jean-Marie Bigard ! Heureusement qu’Hermione est la plus intelligente). Elle tombe nez à nez avec une troupe de sorciers au service de Voldemort, des "rafleurs", mais ceux-ci ne la voient pas, puisqu’elle bénéficie du sort d’invisibilité du camping. Ils finissent donc par passer leur chemin. Cependant, la chose a fait suffisamment peur à nos héros (plusieurs slips ont connu une fin tragique ce soir là) pour qu’ils décident de se déplacer régulièrement ; ne pouvant se téléporter puisque Ron est encore un peu faible, ils vont à pieds au travers de fabuleux paysages, et visitent apparemment l’Ecosse en long, en large et en travers.

Harry, de son côté, a une idée stupide, comme bien souvent : "Heeey le médaillon qu’on a trouvé contenant un bout d’âme de Voldemort, si on le portait autour de notre cou en attendant de trouver comment le détruire au lieu de le laisser au fond du méga-sac magique d’Hermione qui sert à transporter tout le reste de nos affaires en toute sécurité ?" ; aussitôt dit, aussitôt fait. Mais comme le médaillon rend les gens nerveux et méchants, curieusement, personne ne pense à dire "Bon, c’était une idée de merde", et à la place on entend un "Portons le tour à tour, partageons ce fardeau". Ho oui M’sieur Frodon, partageons l’anneau, il est trop lourd pour vous, vivement qu’on atteigne le Mordor pour le détruire. Tiens ? Je me suis trompé de film ? Vous êtes sûrs ? Non parce que moi je n’ai pas l’impression. Enfin, si vous le dites.

Au final, le médaillon finit par accomplir sa mission, puisqu’il provoque une grosse crise de colère chez Ron (original n’est-ce pas ? De toute manière, quand il y a un piège ou quelqu’un qui doit tomber sur une peau de banane, c’est toujours pour Ron), qui soupçonne une liaison entre Hermione, sa copine (avec laquelle il ne couche pas malgré qu’ils soient bloqués en pleine nature depuis des semaines avec beaucoup d’hormones et peu d’activités, on reste quand même dans un monde gentillet ; des ados, de la magie, des pouvoirs d’agrandissement de certaines choses et de polymorphie, en général, ça dégénère vite), et Harry. Il décide donc d’abandonner tout le monde et en a marre de cette quête d’horcruxes alors qu’ils n’arrivent même pas à en détruire un : il se téléporte seul loin de là.

Ah le salopard : alors pour ça, il a la force de se téléporter, mais pour éviter à ses copains de marcher, jamais. Quel pourri.

Harry et Hermione n’étant plus retardés par leur ami à la chevelure de munster, ils se mettent à se déplacer en se téléportant eux aussi aux quatre coins du pays, sans pour autant avancer beaucoup plus dans leur aventure. Ils papotent, se font des câlins amicaux, dansent en écoutant la radio, mais jamais Harry n’arrive à obtenir d’Hermione quoi que ce soit, tant cette dernière reste quand même fondamentalement une truie frigide. Un soir, cependant, elle a une idée lumineuse : "Aaaah mais je sais ce qui pourrait détruire les horcruxes : l’épée magique de Gryffondor" (notez qu’il s’agit toujours d’une épée ou d’un truc médiéval ; le fusil à pompe enchanté de Gryffondor, vous pouvez toujours l’attendre. J’imagine qu’au moyen-âge, l’épée étant trop moderne, les sorciers se battaient à coups de gourdins et de silex magiques) ; seul soucis, l’épée magique a disparu depuis des mois, et personne ne sait où elle est.

Que faire en attendant ? Jouer à la crapette ? Regarder Avatar ? Ouvrir un skyblog ? Non : Harry a une idée. Peut-être que Dumbledore n’a pas tout dit avant sa mort sur les horcruxes et comment les détruire ; peut-être serait il temps d’aller rendre visite à Germaine, la vieille amie du vénérable mage qui semblait en savoir suffisamment sur lui pour aider une journaliste à écrire un livre à son sujet. Hermione souligne que se rendre dans le village où Harry a perdu ses parents est risqué, que l’ennemi risque d’y avoir placé des guetteurs, mais bon : qui ne tente rien n’a rien. En plus, comme c’est aussi un lieu important pour Voldemort, peut-être y a t-il laissé un autre horcruxe.

 

"Cher Père Noël, si tu pouvais m'apporter la MG-42 de Serpentard, ça me ferait bien plaisir"

C’est donc la nuit de Noël que nos deux pinpins s’en vont dans le village enneigé visiter les lieux ; ils repassent devant l’ancienne maison à demi-détruite de la famille Potter, mais ne trouvent rien d’intéressant. A part une petite vieille relativement louche, qui les invite à la suivre ; elle les emmène jusqu’à une petite maison isolée où, effectivement, il s’avère qu’elle est bien Germaine, la personne recherchée par nos héros (quel coup de bol ! Elle passait pile au bon endroit au bon moment !) ; seulement, elle est curieusement muette. Vous vous demandez pourquoi, hein ?

La réponse est simple : ce n’est pas vraiment Germaine : en fait, c’est l’anaconda domestique de Voldemort, déguisé en vieille, qui tend un piège à nos héros. Oui, un anaconda déguisé en vieille. Oui, moi aussi j’étais consterné, parce que bon, je m’y connais en anacondas, j’ai vu d’excellents documentaires sur le sujet, et jamais ils ne se font passer pour des vieilles, c’est pas le petit chaperon rouge, non mais. Bref ; une petite bataille s’engage, dans laquelle le serpent est repoussé par un puissant sort d’Hermione, mais qui détruit au passage la baguette d’Harry. Un repli stratégique via téléportation est donc effectué, et Harry pleure doucement qu’Hermione lui a brisé la baguette (oui ? Non, je n’ai pas fait ce commentaire. Pourquoi, je devrais ?).

Et c’est donc reparti pour encooooooore plus de camping. Raaah, laissez moi mourir, bon sang, qu’est-ce qu’on s’ennuie.

Un soir, Harry, de garde, entend du bruit dans les bois ; aussi malin qu’Hermione, lui aussi décide de ne surtout pas l’alerter (ça sert à ça, des gardes : à ne pas donner l’alerte) et de partir tout seul voir ce que c’est ; et bien figurez-vous qu’un patronus en forme de biche fantomatique (un patronus, c’est une sorte d’esprit défenseur que les sorciers peuvent faire apparaître) est là, au milieu des bois, à attendre Harry pour le guider gentiment. Bon, Harry, ça fait maintenant des mois qu’il n’a pas réussi à serrer la petite Hermione, alors il est un peu chaud et une biche, même fantomatique, ferait bien l’affaire : aussi la suit il sans se poser de questions.

Cette dernière le guide jusqu’à un étang gelé où, sous la glace, Harry aperçoit… l’épée de Gryffondor.

Oui, elle est là, tranquille : elle adore faire de la plongée en hiver, c’est son hobby. Ni une, ni deux, Harry décide d’aller la chercher ; pour cela, il veut plonger sous l’eau. Non, utiliser sa magie (il a emprunté la baguette d’Hermione, mais ne s’en sert pas) pour ramener l’épée, quitte à faire apparaître une épuisette, ça lui parait trop élaboré comme plan. Non, il va plutôt se mettre en slip et plonger par – 12°, histoire de rigoler un peu. En ne gardant sur lui qu’un seul objet : le médaillon de Voldemort (bin oui, tiens, c’est vrai qu’il est plus en sécurité là que dans la tente avec Hermione, hein ? Puis plus utile, aussi, sûrement). Or, une fois sous l’eau, curieusement, le médaillon n’a pas l’air d’apprécier qu’Harry essaie de récupérer une arme capable de le détruire ; il se débat donc, et essaie d’entraîner sous la glace Harry loin de l’épée et du trou qu’il avait fait pour plonger, histoire de le noyer.

Formidable coup de bol (encore un ? Non mais c’est fini ces télescopages ?), une main récupère et l’épée, et le Harry Potter et les sortent tous deux de l’eau en cherchant lequel des deux est con comme 2 kilos de métal : il s’agit de Ron, qui est revenu aider ses potes maintenant qu’il a fini de faire son petit caca nerveux. Il a su où était Harry grâce au déluminateur, qui apparemment, fait aussi GPS. Ne me demandez pas comment non plus. Harry propose alors à Ron de détruire le médaillon, maintenant qu’ils l’ont, ainsi que l’épée ! Notre rouquemoute accepte, mais comme Harry l’a dit : "attention, au moment où tu voudras le détruire, le médaillon risque de se défendre !" ; ouais, attention Ron, cet enfoiré va essayer de te mettre des coups de fermoir, il risque de te pincer. Trop cruel, Voldemort.

Sauf que non : Voldemort a mis bien plus de puissance dans ce médaillon ; celui-ci crée des illusions pour effrayer Ron (il fait apparaître sa terreur, des hordes d’énormes araignées), avant de, allez savoir pourquoi, changer de registre :

"Roooon… Roooon… ta copine, elle couche avec Harry ! C’est une coquine !
- …
- Regarde ! Je fais apparaître des images où elle et lui se font des bisous ! Ca t’énerve, hein ?
- Heu… c’est-à-dire qu’en fait, mon objectif, médaillon, c’est de te casser la gueule, alors chercher à m’énerver encore plus, c’est un peu incohérent. En plus les araignées, ça me faisait fuir, alors pourquoi tu arrêtes ?
- Regarde ta copine… bisouuus… elle roule des patins à Harry ! Attends, tu en veux plus ? Bouge pas, je te mets un petit fond sonore de basse, façon film porno. Alors, t’en penses quoi ? T’es vénér’ hein ?
- Mais enfin, médaillon, tu es idiot ? Pourquoi tu m’encourages à te détruire alors que tu dois faire l’inverse ?
- Okay, tu l’auras voulu : je rajoute des passages où Harry fait pouet’ pouet’ camion à Hermione. Tu veux que je fasse apparaitre un gros monsieur noir aussi pour se joindre à eux ? Ca t’énerverait un gros monsieur noir tout nu ?
- Bon."
0

Ron, lassé par l’incohérence totale du médaillon, le détruit donc d’un bon coup d’épée, et hop : finies les illusions d’Harry et Hermione à poil, mais pas trop non plus (le médaillon de Voldemort fait apparaître des illusions chastes : c’est un seigneur des ténèbres, mais militant actif chez Familles de France). Une fois cela fait, les deux garçons retournent au campement trouver Hermione, qui est certes heureuse de retrouver Ron et d’apprendre qu’il a détruit un horcruxe, mais surtout un peu en colère qu’il ait lâché tout le monde quelques semaines plus tôt. Elle boude donc.

Tiens, mais au fait, qui a créé cette biche fantomatique qui a guidé Harry au fond des bois pour trouver l’épée ? Comment cette personne savait que notre groupe camperait juste à proximité ? Que faisait l’épée là ? Mystère, dans l’immédiat.

 

Attention ! Dans cette image se cache un anaconda, sauras tu le retrouver ?

Sur ce, revenons à nos pérégrinations ; un jour, Hermione note dans le bouquin de contes pour enfants que lui a légué Dumbledore un signe curieux : un trait vertical, imbriqué dans un cercle, le tout placé dans un triangle… hmmm, mais qu’est-ce que c’est ? Harry se souvient avoir déjà vu M. Lovegood, le patron d’un journal pourri (une sorte de Public ou Closer local), porter ce signe en médaillon. Il pourrait donc être intéressant d’aller le voir pour l’interroger à ce sujet ; soit ! La petite troupe se rend donc promptement chez le personnage, accessoirement père de Luna, une de leurs camarades de classe. L’homme est un peu nerveux et dérangé (mais bien qu’il raconte n’importe quoi, bizarrement, il donne toujours de formidables infos 100% véridiques pile poil quand les héros en ont besoin), mais explique tout de même ce qu’est ce signe : il s’agit des "Reliques de la Mort" ; dans un vieux conte, trois frères ont obtenu de la Mort trois objets : la plus puissante baguette de sorcier du monde (symbolisée par le trait vertical), une pierre capable de ressusciter les morts (le rond), et une cape d’invisibilité (le triangle). Quiconque a ces 3 objets devient "le Maître de la Mort". Soit, se disent nos amis, et ces objets existeraient donc bel et bien ? Puisque Harry a déjà la cape d’invisibilité, semble t-il (même s’il ne s’en sert pas du tout dans ce film alors qu’elle aurait pu servir quasiment dans chaque scène, mais définitivement, Harry est un pur produit de Poudlard, l’école au programme consternant).  Effectivement ; mais la conversation n’ira guère plus loin : nos héros comprennent vite que leur hôte a une bonne raison d’être nerveux ; sa fille a été raflée par les vilains quelques temps plus tôt, et il espère, en dénonçant Potter et ses amis, obtenir sa libération. A peine a t-il révélé cela (tout est bien synchronisé, encore une fois) que la maison est bombardée de sorts plutôt offensifs par des mages noirs volant tout autour ; histoire de varier un peu les plaisirs, Hermione téléporte ses deux balourds de collègues et elle-même vers une destination forestière où…

… où allez savoir comment, ils sont attendus par les rafleurs qu’ils avaient vu dans les bois des mois auparavant. Comment les ont ils retrouvés ? Vous ne le saurez jamais ; en tout cas, une brève course poursuite s’engage, et nos élèves sorciers sont vite capturés : Hermione a juste le temps de jeter un sort de Bogdanovum à Harry (elle lui déforme le visage en le gonflant affreusement) afin que leurs agresseurs ne l’identifient pas tout de suite et ne le livrent ainsi pas aussitôt à Voldemort. Certes, il y a une trace de sa cicatrice, que ses agresseurs reconnaissent, mais dans le doute, ils se rendent au QG des méchants pour vérifier son identité.

Sur place, la chose semble compliquée, tant, quand même, Harry ne ressemble plus à rien (je vous ai entendu dire "c’était guère mieux avant", au fond, messieurs) ; aussi, lui et Ron sont envoyés en cellule en attendant que l’on prenne une décision. Bellatrix, l’une des grandes méchantes préférées de Voldemort, décide elle se s’amuser un peu avec Hermione, en la torturant parce que bon : elle est fille de moldus, même pas de sorciers, donc ça mérite bien une punition.

Pendant ce temps, dans leur cellule, Harry et Ron entendent du bruit et allument toutes les lumières grâce au déluminateur (… non… non… ne me dites pas que les forces du mal dans leur QG face à des sorciers, qui sont souvent des gens avec des objets magiques, n’ont même pas pensé à les fouiller ? Et bien non.), et constatent qu’ils ne sont pas les seuls prisonniers : il y en a 3 autres, parmi lesquels Luna Lovegood. Soudain, apparait au milieu d’eux Toby, l’elfe de maison idiot et pote d’Harry Potter, qui a le pouvoir (comme il est aussi surpuissant que tous les elfes de maison) de se téléporter où il veut, même dans cette cellule, qui doit pourtant être protégée. Toby cherchait Harry, et est fort content de lui tomber dessus ; il reçoit donc directement des instructions du bon Potter : 1 – évacuer les autres prisonniers vers une planque en bord de mer où ils sont déjà allés, et 2 – neutraliser le garde de la prison. En 10 secondes, l’elfe fait les deux. Balaise. Et vous n’avez pas encore tout vu, mais j’y reviens.

Nos deux adolescents vont donc rapidement porter secours à Hermione, et la sauvent de ses tortionnaires, aidés en cela par Toby, qui fait tomber des objets et confisque les baguettes de tous les sorciers – pourtant forts, maléfiques et expérimentés – présents à ce moment là. Bref, à lui seul ou quasiment, l’elfe vient de paralyser tout le QG de Voldemort et ses mages les plus costauds.

Bon, moi, à leur place, j’aurais déjà monté une armée d’elfes de maison et conquis le monde en moins de 45 minutes. Mais là encore, personne ne semble y penser.

 

Voilà : ça, ça vous maîtrise toute l'armée ennemie en moins d'une minute. Mais tout le monde semble l'oublier.

En tout cas, Hermione se relève péniblement, non sans que l’on ait pu voir un cheveu de Bellatrix en gros plan tomber sur son manteau. C’est super innocent, comme plan, pas vrai ? Ça ne va sûrement pas servir dans le prochain film, nooooon. C’est probablement juste un plan pris au hasard, comme ça, hop, genre "Tiens, si on filmait un cheveu ? C’est cool les cheveux, ça joue bien, ça me rappelle un peu Romain Duris".

Au final, tout le monde se rassemble autour de Toby pour se téléporter avec lui loin de là ; c’est sans compter sur Bellatrix qui, probablement anciennement employée au cirque Pinder, effectue un formidable lancer de couteau à la dernière seconde, provoquant la téléportation de la lame volante avec l’ensemble du groupe de fuyards.

A l’arrivée, tout le monde se retrouve donc comme prévu sur une plage balayée par les flots, avec comme seule perte Toby, qui a reçu la lame en plein dans son petit corps frêle ; il meurt donc dans les bras de Harry en contemplant l’océan, cette plage étant un peu son Omaha Beach ; pour les dialogues, ça donne grosso modo dans le "Ne meurs pas Toby ! Accroche toi ! Les hélicoptères arrivent ! " et les "Tu diras… argh… à ma femme que… je… je l’aime… tu lui diras, hein… Harry !" – "Toby ! Fais pas le con, écoute, on entend les rotors ! Ils vont te retaper, tu iras voir ta femme en permission avec une médaille et tu lui diras toi-même que tu l’aimes !"

Hélas, Toby meurt quand même. Harry sanglote donc d’avoir perdu son ami moche, niais, mais surpuissant, et s’en va lui creuser une tombe avec une bonne vieille pelle, quelque part dans les dunes, là où les gens font vider les intestins de leurs chiens lorsqu’ils se promènent sur la côte.

Mais, et Voldemort dans tout ça, hein ? Qu’est-ce qu’il faisait au lieu d’être à son QG ? Et bien, sachez-le : d’abord il est allé péter la gueule à un célèbre fabriquant de baguettes magiques en lui disant "Alors comme ça, tu pensais qu’avec une autre baguette je pourrais vaincre Harry ? Sauf que celle que j’ai utilisée au début du film, elle a fait pouf ! Je veux faire jouer ma garantie !" ; puis, réalisant qu’il lui faudrait tout simplement une baguette fort puissante, il s’est mis en quête de celle évoquée dans le conte des trois frères, la baguette des Reliques de la Mort. Le vieux marchand de baguettes a évoqué le fait qu’il avait bien cette baguette des années auparavant, mais que quelqu’un lui avait volé, probablement un roumain.

Voldemort part donc retrouver le voleur, devenu fort vieux mais toujours fort rabouin, et ce dernier lui annonce que la baguette avait fini dans les mains de Dumbledore. Et à sa mort, il avait été enterré avec.

C’est donc parti pour la séquence nécrophile du film : Voldemort va ouvrir le tombeau de son vieil ennemi, renifle un peu son cadavre encore en fort bon état, s’accouple un peu avec parce que bon, hein, il a beau être maléfique, il n’en reste pas moins homme, puis s’empare de la baguette avec laquelle il fait surgir moult éclairs du ciel dans un rire maléfique et…

FIN.

 

La scène finale de l'accouplement post-mortem

Ou plutôt à suivre. Oui, je sais, dans la bande-annonce, il y a plein de scènes d’action dont je n’ai pas parlé ici ; c’est normal, c’est pour le suivant. Parce qu’une bande-annonce juste avec les scènes de ce film, c’eut été affreusement chiant. Ça aurait ressemblé à Camping, en fait. Avec Emma Watson à la place de Franck Dubosc.

_______________________________________________

Sylvain Fumoir, à quatre pattes dans la neige, soufflait lourdement après avoir subi toute la douleur d’un tel ennui cinématographique. Jamais il ne se serait douté que son adversaire lui infligerait une telle torture. Mais il n’avait pas joué sa dernière carte pour autant. Il jeta un regard à l’Odieux Connard derrière lui.

"Alors, on se rend ? Ne fais pas comme ton ami Jamax, qui a voulu résister inutilement…"

Fumoir eu un rictus invisible, tant sa face était à nouveau tournée dans une autre direction ; il était déjà concentré sur autre chose : relevant sa manche, il toucha de la main le tatouage en forme de souris blanche qu’il portait au poignet.  Il allait prouver que son Noir Seigneur était de retour.

Je n’eus pas le temps de me retourner en entendant le bruit caractéristique de quelqu’un se téléportant derrière moi.

"Yé vé té faire dichparaitre comme oune petite chouriche, hihihi !", entendis-je avant qu’un éclair ne vienne me frapper entre les omoplates.

Mon Dieu, Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom, le maître de tous les sorciers maléfiques, celui qui surpassait amplement Voldemort était de retour :

GARCIMORE !

Non, je n’irai pas voir Resident Evil 3D dans l’immédiat.

Ce n’est pas que je ne sois pas attiré par ce fabuleux nanar, et vous avez été quelques-uns à m’écrire pour le réclamer, mais voyez-vous, non, c’est plutôt l’aspect 3D qui me rebute. Passer près de deux heures avec des lunettes spéciales, accessoire disgracieux et inconfortable qui ne sied guère à mon auguste appendice nasal, cela m’ennuie quelque peu ; par ailleurs, un film avec Milla Jovovich en 3D est tout de même d’un intérêt limité, tant il y a un manque de relief à mettre en valeur d’entrée de jeu.  Est-ce que j’essaie de vendre "Jane Birkin 3D" moi ? Non. Alors !

Et pourtant, Resident Evil… ah, Resident Evil ! Quelle série ! Lecteurs, si vous ne souhaitez pas être honteusement spoilés, si vous souhaitez garder vos yeux chastes pour pouvoir visionner ces films en toute tranquillité par la suite, arrêtez ici votre lecture, et retournez dans le royaume béni des innocents. Pour les autres, spoilons un peu, et parlons de cette fabuleuse série, parce que mine de rien, il y a quand même eu 3 films avant celui-ci.

Resident Evil, ce que nous pourrions traduire par "Vilain résident", c’est l’histoire d’Alice, chef de la sécurité pour un centre d’Umbrella Corporation ("Corporation Parapluie", ha, ça sonne moins exotique, hein ?), qui un beau matin, se réveille à moitié nue, dans un lieu qu’elle ne connait pas, sans aucun souvenir de la veille et avec un gros mal de tête. Alors que tous les indices laissent à penser qu’Alice a simplement fait une fête un peu trop appuyée la veille, et qu’elle devrait donc bientôt ressentir quelques douleurs dans son fessier avant de retrouver sur elle un carton du carré VIP du Copa Cabana, elle réalise un fait bien plus terrible : elle est amnésique ! Ho bin hé, non alors !

Aidée d’un commando d’élite qui passait par là, elle découvrira que le manoir où elle s’est réveillée n’est qu’une planque pour accéder à un immense laboratoire souterrain d’Umbrella Corporation, où visiblement, quelqu’un a fait le zazou avec les produits chimiques, ce qui a transformé toute la population scientifique locale en zombies mangeurs de cervelles. C’est donc ainsi que débute la fabuleuse série des Resident Evil, série qui mettra dans chaque épisode Alice aux prises avec des zombies, des gens idiots d’Umbrella Corporation, et quelques alliés qui finiront tous à un moment ou à un autre par dire "Crotte ! A été mordu !".

 

Imaginez le casting "Votre rôle, c'est le zombie 988, il est habillé en motard du 3e âge et sa seule réplique du film c'est "Gruuu greuuu grogo".

Bien que n’ayant aucune passion pour les zombies, créatures qui fascinent les geeks & moult blogueurs pour des raisons qui m’échappent totalement (j’imagine que leur rapport à l’hygiène et leur côté monomaniaque doit leur donner un aspect familier), je suis un fan inconditionnel de la série des Resident Evil. Parce que l’univers même de cette série est probablement formidable ; mais laissez-moi plutôt vous parler de quelques points redondants de cette dernière :

La Société Parapluie n’a pas tout compris

Dans Resident Evil I, on apprend donc qu’un virus, le virus T, qui tue les gens avant de les transformer en vilains zombies, est fort dangereux comme vous vous en doutez. Or, figurez-vous que nos amis d’Umbrella Corporation avaient décidé d’installer leurs locaux d’expérimentation top secrets JUSTE à côté d’une mégalopole, Racoon City ("Raton-Laveur Ville", non mais sans rire ?). Alors le jour où il y a un accident, ha bin crotte alors ! Ils se rendent compte que dis-donc, hein, Michel, pourquoi qu’on s’est pas installés dans le désert, là où non seulement c’était moins cher niveau terrain, mais où en plus c’était plus sûr et plus facile pour garder nos projets secrets ? Ah, flûte alors, on a pas été malins. Ah ça non. Maintenant, notre virus se propage à toute la ville, ça complique un peu les choses. Zut. Heureusement qu’on est une corporation super intelligente spécialisée dans le secret et les technologies de pointe pour avoir des idées pareilles.

A titre personnel, je soupçonne Umbrella Corporation d’être à l’origine du système électrique du Charles-de-Gaulle, ce qui expliquerait pas mal de choses.

Le virus T aime l’eau

Le virus qui tue donc les gens, le virus T, adore emmerder le monde. Par exemple, après Resident Evil I ("Mon dieu, le virus s’est répandu dans tout le labo !"), Resident Evil II ("Mon dieu, le virus s’est répandu dans toute la ville !"), on apprend dans Resident Evil III ("Mon dieu, le virus s’est répandu dans le monde entier, sauf en France, parce qu’ils avaient Roselyne Bachelot qui avait acheté 9 milliards de vaccins") que le Virus T a non seulement tué tous les animaux, mais en plus, il a asséché les rivières.

Ah ?! Mais comment donc ? Il est descendu sur ses petites pattes sur le bord des rivières et il a bu à la paille en faisant de gros bruits de succion jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien ? Il a collé des stocks d’éponges sur les sources ? Il a tué les nappes phréatiques avant de les transformer en nappes zombies, qui errent dans les campagnes en grognant en quête de sels minéraux ? Hein ? Ca serait pas juste pour donner un côté "cool" genre univers post-apocalyptique bourré de zombies, hmmm ?

Personne ne le sait. Mais dans Resident Evil, tout le monde a l’air de trouver ça normal.

Le virus T a lu le script

Entre deux petites rivières à assécher, le virus T s’ennuie, et on le comprend : il n’y a pas grand chose à faire. Alors que fait-il ? Et bien il lit le script. Et ça se sent, puisque dans TOUS les films, il y a toujours une andouille pour se faire mordre. Et évidemment, personne ne dit "Ho, non, merde, Jean-Jacques, tu viens de te faire mordre, on va te mettre une grosse balle dans la tête pour éviter que tu ne souffres trop, ne te transformes, et ne participes à la contamination du groupe !" ; alors tout le monde trimballe Jean-Jacques (qui peut-être une femme, ce n’est pas incompatible) avec soi, en lui chuchotant de temps à autres "Ça va Jean-Jacques ?", ce à quoi il répond "Niquel", malgré sa couleur toute blanche (par deux fois, Jean-Jacques est un noir, le résultat n’est alors pas sans rappeler un célèbre roi de la pop), ses yeux qui deviennent tous fous et sa gueule de pré-zombie. Mais le virus T à l’intérieur de Jean-Jacques, il n’est pas con : il sait que s’il transforme son hôte en zombie agressif au mauvais moment, il va juste se ramasser des balles. Alors à CHAQUE FOIS il attend le moment où il y a une fusillade géante et où il y a quelqu’un à côté de lui pour se transformer pile-poil au bon moment et profiter de la confusion du combat. Comme le virus T a lu le script, il sait quand ce moment va arriver, alors il essaie de bien calculer son coup et paf ! Ça donne toujours la même chose lorsque le nouveau zombie saute sur son voisin, celui-ci s’exclame obligatoirement  "Jean-Jacques, que… qu’est-ce qu’il t’arrive ? Tu ne me reconnais pas ?" ; mais évidemment qu’il ne te reconnait pas, andouille ! Tu l’as vu se faire mordre, et tu lui as même expliqué toi même le risque de se transformer en zombie ! Alors tu t’attends à quoi, qu’il te répondre "Ho pardon, je t’avais confondu avec une fraise tagada de 80 kilos" ? "Ahah, c’était pour déconner, j’adore imiter le zombie au milieu des fusillades" ? Mais bourre le de plomb, enfin, flûte alors !

 

Le virus T s'ennuie tellement qu'on le transporte dans de petits toboggans pour le distraire

La période de transformation (qui varie de 30s à 48h selon les cas, c’est assez curieux) s’achève donc toujours dans un moment critique. Jamais Jean-Jacques ne part faire caca et se retrouve transformé en zombie dans les ouatères, où il est alors devenu trop mort et trop bête pour arriver à ouvrir le loquet et se retrouve ainsi piégé pour l’éternité à gémir à proximité de son ultime étron.

Le zombie aime t-il les surprises ?

Les zombies, ce sont les rois de la déconne. Ils ont lu l’intégrale de Jean Roucas, se marrent comme des baleines devant les films d’Eric & Ramzy, et réservent leurs places 6 mois à l’avance pour aller voir Jean-Marie Bigard au stade de France. Du coup, le zombie a beau passer tout le film àdéambuler en faisant "Raaah" et "Reeuuug", figurez-vous qu’il sait toujours où et quand se faire discret pour mieux faire une bonne blague aux humains. Par exemple (je prends celui-ci, mais il y en a pléthore), dans Resident Evil II, il y a un moment où des survivants se sont réfugiés dans une église pour fuir les 2000 zombies qui infestaient les rues (un peu comme les jeunes UMP devant un cortège de la CGT); là, ils se rendent vite compte qu’il y a un truc qui ne doit pas vraiment être humain qui a dû rentrer avec eux (au départ, ils pensent à Grishka Bogdanov). Ils tendent donc l’oreille pour localiser l’ennemi dans la pénombre et là…

… rien. Pas même un bruit dans la rue, une sirène, un coup de feu, un zombie qui grogne dehors ou même qui relâche un sphincter par mégarde, rien. Alors forcément, il y a une nana assez andouille pour se mettre à hurler "Hooo mon dieu, noooon, je suis sûr qu’on va tous mourir si on reste ici, viiiiiite !" et elle ouvre donc la porte de l’église pour repartir dans la rue, celle-là même qu’elle avait quitté car il y avait moult zombies dedans.

Et bien lecteurs, figurez-vous que les zombies, ils attendaient tous sagement derrière la porte en embuscade, sans un bruit, limite ils écoutaient à la porte ce qu’ils se passait là-dedans en se jetant des regards interloqués. Il n’y en avait pas un pour faire un bruit, ils patientaient tranquillement en jouant silencieusement à chifoumi que quelqu’un vienne ouvrir la porte ; et dès que c’est fait, ils se remettent tous à faire "Greeuuu !" "Rooooh !" histoire de bien surprendre l’ennemi et ainsi lui jouer un bon tour ; moralité, tout comme l’arbre, si vous mettez un zombie dans les bois et qu’il n’y a personne pour le regarder, le zombie ne fait pas de bruit quand il tombe.

Si je laisse un zombie dans mon bureau, est-il encore là à mon retour ?

Passage formidable, et là encore diablement redondant, il y a toujours un moment où un des personnages rentre dans un bureau ou une pièce quelconque et tombe sur quelqu’un assis qui lui tourne le dos. Attention : à ce moment là, les personnages sont déjà au courant qu’ils sont dans un coin empli de morts-vivants, et ont même une pétoire pour se défendre. Alors, que font-ils, en voyant cette personne parfaitement silencieuse qui leur tourne le dos ?

"Houhou ? Mademoiselle ?"

Et évidemment, mademoiselle, elle ne répond pas parce que c’est… un zombie. Mais ça, le personnage, il ne le devine pas. Il est bien trop bête. Et le zombie, il fait bien exprès de ne pas se retourner, parce qu’il est en train de pouffer de rire à ce moment là. Il repense à Marcel Béliveau, il se dit qu’il va faire une sacrée surprise sur prise. Alors il pouffe, oui, mais silencieusement. Et là, le héros comme un con, que fait-il ?

 

"Haha, je t'ai bien eu, en fait je suis mort ! Surpris sur prise !"

Et bien après avoir répété une ou deux fois "Houhouuu mademoiselle ?", il s’avance bêtement en avant. Bin oui, si la personne ne répond pas, dans une ville envahie de morts-vivants qui peuvent te contaminer en deux coups de griffe, c’est ce qu’il y a de mieux à faire, pas vrai ? Mieux vaut aller lui taper sur l’épaule pour attirer son attention. Alors vas-y qu’on va s’avancer très lentement la main en avant pour aller lui tapoter la couenne sur fond de musique stressante.

Mais le zombie, là, il pleure de rire ! Il a du mal à se retenir, on le comprend, il se dit "Raaah, mais il est trop con ce héros ! Il croit quoi ? Que je lui réponds pas parce que je suis occupé à lire du Baudelaire ? Que je l’entends pas parce que j’écoute du Justin Bieber à fond sur mon Ipod ? Mais quel con !". Et évidemment, dès qu’il sent la main chaude du vivant personnage se poser sur son épaule, le zombie se retourne brusquement en faisant "Reeeuuuh !" et en essayant de le manger. Et ça surprend le héros, qui ne s’attendait pas du tout à ça, flûte alors !

Et cette scène, pareil : on la retrouve plusieurs fois. Tout simplement formidable. C’est à se demander, des zombies ou des héros, chez qui le cerveau est véritablement mort cliniquement.

Ho, Raymond, y te reste des balles ?

A un moment du film, c’est obligatoire, quelqu’un finit toujours par poser l’inévitable question : "Mais dis-donc, il nous reste beaucoup de balles ?" et figurez-vous que la réponse est là encore constante : "Il nous reste juste un chargeur, et 6 balles". Alors là, spectateur, tu te dis que ça va être un peu limite pour défourailler près de 12 000 trucs qui déambulent avec pour seul objectif de manger du cerveau, mais en fait, pas du tout. De tout le film, jamais les héros ne manqueront de balles ; allez savoir comment ils font, mais 45 minutes de film et 260 coups de feu plus tard, il leur reste toujours autant de cacahuètes en stock. Jusqu’ici, ils ont dû tirer des rognures d’ongles ou des flashballs, je l’ignore, mais particulièrement à la fin de Resident Evil I, quelqu’un repose la question, et la réponse est inévitable "Il nous reste encore un chargeur, et 6 balles".

Les balles ressuscitent elles aussi ?!

"Haha, je suis le méchant, et j’ai un plan diabolique !"

Le méchant est forcément un scientifique de chez la Société Parapluie, qui tente toujours de nouvelles expériences visant à créer un monde meilleur. Allez savoir pourquoi, ces expériences comportent obligatoirement des sujets humains qui finissent massacrés à un moment ou à un autre, ou transformés en trucs vaguement bizarres, mais généralement méchants. Leurs théories sont d’ailleurs souvent farfelues, à base de "Je propose que nous faisions nous affronter tous nos monstres pour voir qui est le plus fort !" ou "Les zombies désirent du cerveau, mais en réalité n’ont besoin que d’amour, et je vais leur en donner". Le nécrophile personnage finit donc, curieusement, par toujours vouloir se rendre lui-même sur le terrain, de préférence uniquement entouré par une poignée d’hommes, sans porter de protection, et de préférence, sans arme (ou alors une toute petite qui sera inutile en cas de besoin).

 

Pour donner de l'amour aux morts, mieux vaut partir bien équipé.

Je vous laisse deviner comment finissent les méchants de manière générale.

Non Scrappy ! Ne mange pas la cervelle du monsieur !

Resident Evil, c’est aussi un univers original dans lequel il n’existe que deux types d’animaux : des corbeaux et des chiens. Qui, éventuellement, une fois contaminés, finissent par aller enquiquiner le monde d’une manière un poil plus ennuyante que de simples défécations sauvages. Et encore, quand je dis "chiens", ce sont uniquement quelques dobermans qui, allez savoir pourquoi, une fois transformés en zombies sont toujours totalement écorchés (ils doivent totalement merder leur synchronisation grattapage de papate derrière l’oreille une fois morts et ressuscités et donc s’arracher connement le poil au lieu de se soulager ; la sensation de grattage qui en résulte doit contribuer à les rendre plus agressifs encore).

Alors que dans un vrai univers, avec de vrais animaux zombies, vous imaginez ? Ces enfoirés de chihuhuas pourraient devenir des monstres qui, simplement en essayant de ronger votre cheville ou de s’accoupler avec votre jambe, pourraient vous transformer en misérables morts-vivants ! N’est-ce pas plus terrible de s’imaginer poursuivi par des yorkshires zombies que par de vaillants dobermans ? Et quand bien même, pourquoi pas d’autres animaux ? Chats zombies ? Pigeons zombies ? Hamsters zombies ? Là ça aurait de la gueule, se faire mordiller par un rongeur qui stocke votre chair dans ses bajoues, enfin ce serait profondément pervers, maléfique et réaliste.

Tout cela manque pourtant affreusement ! Mais à chaque épisode, son passage impliquant des dobermans zombies. C’est obligatoire, allez comprendre.

Mais le temps passe, et j’ai quelques occupations. Nous pourrions pourtant encore discuter encore longuement des clichés minables de cette série de films, mais, ha ! Ne faut il pas en garder un peu pour ce dernier volume ? Dans tous les cas, vous voici un peu plus éclairés sur cet univers formidable.

Maintenant, il n’y a plus qu’à voir le dernier.

Attention par contre : pas en 3D. J’insiste : avec Milla Jojovich, c’est de l’arnaque.

Voilà, c’est fini.

Cette semaine, une célèbre chaîne de télévision achevait de diffuser son volet hebdomadaire de Star Wars, la célèbre hexalogie dans laquelle des gens se battent avec quantité de "frssh" et de "viuuu" en poussant de petits cris, et où toutes les incohérences scénaristiques trouvent une seule explication : la Force.

Alors, afin de bien d’entamer un fort long résumé de 6 volets (on ne va pas tous les faire à la suite, houla, non malheureux, on va répartir ça dans le temps, je n’ai pas que ça à faire), reprenons depuis le début, avec l’épisode I : La menace fantôme…

L'affiche : Star Wars, un univers aux coupes de cheveux aléatoires

Tout commence il y a bien longtemps dans une galaxie lointaine, très lointaine… Là, du texte vole dans l’espace (c’est assez courant comme phénomène, mais cela perturbe quelque peu le trafic spatial), et explique que voilà, les crypto-marxistes de la République ont décidé de taxer les routes commerciales ; pour bien montrer leur mécontentement, les vilains (c’est facile, ils sont moches) de la Fédération du Commerce ont décidé de faire un blocus sur la planète Naboo, comme de vulgaires routiers sur un axe fréquenté. Pour fluidifier le dialogue social, la République décide d’envoyer deux chevaliers jedis pour résoudre le conflit…

Une petite navette républicaine file donc à folle allure vers le blocus fédéral et demande à ce que les "ambassadeurs" du sénat républicain soient reçus, ce qui est accepté par l’extra-terrestre en chef de la Fédération du Commerce (le Vice-Roi, c’est son nom) qui explique que le blocus est "parfaitement légal" (oui, bloquer une planète avec des forces armées – apparemment, la Fédération en dispose de moults – c’est un peu le droit de grève local). Nos deux ambassadeurs, donc, s’avèrent être un chevalier jedi, Qui-Gon Jinn, et son padawan (apprenti quoi), Obi-Wan Kenobi.

Lorsque les chefs de la fédération du commerce à bord du vaisseau qui accueille les deux larrons apprennent qu’ils ont quand même des gueules de jedis (robes de bure, coupes de cheveux à la con à base de couettes, de tresses et de mini-queues de cheval), eux et leur gros accent russe (oui…) appellent celui qui leur donne en réalité les ordres et celui-ci apparait en hologramme : un mystérieux "Seigneur Sidious" qui dit que bon, arrêtez de flipper les filles, on va accélérer les opérations et dépasser l’étape blocus, hop. Comme c’est mystérieux ! Que peut bien être l’étape suivante ? Il ajoute en sus qu’il faut tuer les jedis. La Fédération du Commerce, qui est très lâche mais a encore plus peur d’un hologramme tout bleu d’un mec à des millions d’années lumières que de deux jedis armés à leur bord s’exécute promptement.

Le vice-roi tente donc de faire gazer nos deux héros (mais bon, en fait ce sont des champions d’apnée) puis de les finir à coups de droïdes divers & variés, mais c’est un échec : au sabre laser, les jedis républicains bourrent la gueule à tout et tout le monde, crochetant les portes à l’aide de leurs armes (ce sont des personnages forts subtils). Jusqu’à ce qu’une bande de droïdes plus coriaces que les autres oblige les jedis à se replier et à découvrir au détour d’un couloir que "Ho bin ça alors, une armée d’invasion, dans les vaisseaux qui font le blocus !" ; merci M. Jinn de cette remarque pertinente de jedi : il est vrai que trouver des troupes armées dans une horde de vaisseaux militaires en plein blocus, c’est rare. Il propose donc un plan à son padawan "Pssst, et si plutôt que de faire quelque chose dans le vaisseau de commandement de tous les droïdes où si tu sabotes le bon truc, toute l’armée informatique tombe en panne et où en plus sont tous les chefs et généraux de la force d’invasion que l’on veut stopper, on se divisait en deux groupes de un et qu’on se rendait sur la planète ?" ; "Excellent plan, mon maître", répond le padawan visiblement aussi malin que son supérieur.

Pendant ce temps, sur Naboo, la reine locale Amidala (qui est une sorte de disco-geisha) s’entretient avec l’hologramme du sénateur Palpatine qui s’étonne que les ambassadeurs de la République n’aient pas encore fait lever le blocus, puisqu’ils devraient être déjà arrivés et que les négociations auraient dues être rapides. Mais soudain, pouf, ya plus de réseau dis-donc. Probablement la Free Box qui merde, s’étonne la reine, notant que son hologramme en wi-fi a disparu. En effet : des vaisseaux de débarquement et tanks géants droïdes sont en train de ruiner les forêts locales et de bourrer tout ce qui ressemble à une antenne relais de téléphone portable (oui, les droïdes ne se posent pas en plaines, ils préfèrent les forêts, c’est plus pratique ; ha, la logique informatique…). Qui-Gon, qui a gagné la planète planqué dans un vaisseau droïde (comme son disciple) débarque alors discrètement et sur son chemin tombe sur l’une des pires créatures de l’Histoire du Cinéma : Jar-Jar Binks, un Gungan (un autochtone amphibien moche) qu’il sauve de peu de se faire écraser par un tank droïde. En effet, il a beau lui hurler de courir/se coucher, Jar-Jar reste bien sur place et debout. Nous verrons que c’est ainsi que se résume tout le personnage : si tu lui dis quelque chose, il fait le contraire. En attendant, un peu plus loin dans les bois, ils retrouvent Obi-Wan, qui faisait son jogging.

Ceci est supposé être drôle. Voilà voilà.

Jar-Jar a tout de même son utilité : en ne lui demandant pas de les emmener dans une ville, Jar-Jar se propose donc tout seul de les emmener dans la cité cachée des Gungans, sous l’eau. Ces derniers se branlent cordialement du fait qu’il y ait une guerre en surface, mais proposent gentiment un véhicule rapide pour se rendre chez les Naboos à leurs invités. Et pendant ce temps, sur le vaisseau de la Fédération du Commerce, les chefs locaux apprennent du seigneur Sidious que celui-ci "ralentit les efforts du Sénat" pour venir en aide à Naboo.  Et l’invasion, elle se poursuit tranquillement, avec des hordes de droïdes qui finissent par prendre sans trop de résistance la capitale locale et capturent la reine.

C’était sans compter sur nos amis jedis qui débarquent dans le palais royal à ce moment là et libèrent la reine vite fait bien fait.

"Reine Amidala ! Nous sommes les ambassadeurs du Sénat !
- Les négociations ont donc échoué… (c’est l’invasion qui les a mis sur la piste ?)
- Hé ho, ça va, te fout pas d’notre gueule."
0

Bon, la petite équipe décide que vu qu’il n’y a plus de communications, s’ils veulent que la République vienne sauver les fesses de Naboo, il va falloir aller au Sénat à Coruscant pour raconter ce qu’il se passe (ou trouver un outil de communication qui marche, plus simplement. Non ? Ha bon.) Hop, en deux temps trois mouvements, la fine équipe vole un vaisseau contenant un petit droïde du nom de R2-D2 et s’enfuit rapidement au travers du blocus des vilains. Mais comme ils n’ont pas fait le plein, ils doivent d’abord s’arrêter sur Tatooine, la station essence la plus proche. Et quand tu fais le plein d’un vaisseau, tu as le droit à un mug Chewbacca, c’est sympa.

Pendant ce temps, les chefs de la Fédération pleurent auprès de Dark Sidious que la Reine s’est enfuie et qu’elle n’a pas pu "signer le traité comme quoi l’invasion était légale" ("Tiens je tue toute ta famille ! Maintenant, signe ce papier disant que c’était légal, ainsi la justice ne m’aura jamais, hahaha, je suis trop dark et trop sidious, je suis Dark Sidious !" Le scenario reposant en grande partie sur cette logique, vous avez le droit de pleurer) ; en attendant, voyant qu’il a affaire à des quiches, il leur propose son apprenti, Dark Maul (La Sombre Moule, en français), croisement improbable entre un humain ayant pris un gros coup de soleil et un oursin, pour retrouver le vaisseau fuyard et ses occupants.

Sur Tatooine, nos héros arrivent et la jouent prudente : pas de communication, on gare le vaisseau loin de tout pour ne pas attirer l’attention, etc. Et comme en plus, le joint de culasse est mort, ils doivent se rendre chez le garagiste local pour en acheter un. Ils s’y rendent donc en compagnie d’une servante de la reine Amidala, Padmé (et ils ne peuvent pas refuser, car ya Padmé… ho ! Non ! Laurent Ruquier, vous ici !). Et au garage, ils découvrent un petit garçon avec une coupe au bol blonde typique de tous les petits héros du cinéma américain (il ne manque que la casquette de base-ball) : Anakin Skywalker. Celui-ci est un esclave du vendeur, et profite d’un instant seul avec Padmé pour lui dire qu’il la trouve mégabonne et qu’il lui ferait bien zoom zoom zen dans son popopod (il est très mature).

Qui-Gon, lui, découvre que le joint de culasse, chez le garagiste local, ça coûte cher, surtout sachant qu’il a claqué toute sa thune aux putes wookies de Kashyyyk. Et pour compliquer le tout, une tempête de sable se lève : Anakin qui passait par là propose à la petite troupe de s’abriter chez lui. Il explique que voilà, il a pas 10 ans mais il a déjà monté son propre droïde de protocole pour aider sa mère, et qu’à ses heures perdues, il se construit un véhicule de course. Et aussi un scanner pour détecter sa puce d’esclavage (celle qui le fait péter – au sens explosif du terme - s’il vient à tenter de s’échapper). Pour un esclave, il en a du temps libre, visiblement. Ca doit émouvoir Qui-Gon qui décide de raconter à un morveux tous les détails de sa mission, comme ça, au pied levé. Hmmm, heureusement que tu es un jedi, prudent de surcroit.

Sa tête à claques résume tout le fim à elle seule

Le lendemain, ils décident donc d’une super stratégie : ils vont inscrire Anakin et son module de course à la prochaine compétition, parier leur vaisseau sur le gamin et s’il gagne, ils pourront ainsi se payer les pièces pour réparer leur navette et repartir. Superbe plan, qui repose donc totalement sur les racontards d’un blondinet tête à claques d’une dizaine d’années. Les fans me répondront "Mais, c’est la Force, tu peux pas comprendre". Belle ficelle scénaristique, en effet, qui est un peu la patafix qui colle les bribes de scenario. A noter que tous les personnages au départ refusent ce plan, même la mère du gosse, mais sans aucun argument, soudain, pouf pouf, ils changent d’avis. "La Force ! Merde !" Oui, je sais, je sais. C’est un peu facile quand même, non ? Bon. En tout cas, notre chevalier jedi la sent chez ce trouduc’, la Force.

La mère d’Anakin explique d’ailleurs à Qui-Gon qui l’interrogeait qu’elle ignore qui est le père d’Anakin, puisqu’il n’en a pas. Il n’y en a jamais eu. Qui-Gon, qui est donc un gros malin, se dit "Hmmm, il a été enfanté par la pure volonté de la Force, qui a débarqué un matin chez maman Skywalker toute turgescente et lui a mis sa pétée." J’ai d’autres théories, telles que la drogue dans le verre, les pouvoirs de jedi ("Tu as envie de monter prendre un dernier verre chez moi" ; "Tu ne te souviens pas de ce qu’il s’est passé cette nuit, tu vas rentrer chez toi maintenant et ne pas me demander mon numéro")

Après ce paragraphe quelque peu grivois, revenons en un peu à l’action, voulez-vous ? Anakin qui bricole son appareil pour la course dit à Jar-Jar de ne pas foutre sa langue dans le gros rayon violet qui relie ses moteurs ; dans la seconde le dit Jar-Jar le fait. C’est tout de même fabuleux. Dommage qu’Anakin manque d’imagination "Hé, Jar-Jar, ne me donne surtout pas toute ta thune !" ; "Ho, Jar-Jar, fais bien attention à ne pas te tirer une balle dans la tête !" ; il y aurait tellement à faire, mais non. Dans les heures qui suivent, Qui-Gon découvre en tout cas que ce polisson a plus de médichloriens dans les veines (un truc qui permet d’être sensible à la Force) qu’il n’y a de MST dans un régiment de légionnaires. Et le soir même, ailleurs sur Tatooine, Dark Maul débarque… comment a t-il su qu’ils étaient là ? On ne sait pas trop, mais il le sait, ça devait être marqué dans Sith Mag’, le magazine des Siths branchés.

Le lendemain, la course se prépare, et notre chevalier jedi préféré négocie que s’il gagne, Anakin sera libre et non plus esclave. Je vous passe la scène de la course, inutile au possible et surtout là pour vendre des jeux vidéos en masse, retenons en surtout que les hommes des sables, ces personnages merveilleux juste bon à grogner et à emmerder les gens (d’où une certaine tendresse de ma part à leur égard) tirent quelques lasers sur les concurrents histoire de rire un peu. Ha, les taquins. En tout cas, Anakin gagne la course (quelle surprise ! Dommage, l’inverse eut été drôle, juste pour prouver la bêtise du plan de nos héros) et il est affranchi. C’est beau.

Le plus méchant conducteur de solex de la galaxie

En tout cas, maman Skywalker n’est pas très farouche et laisse tranquillement partir son fils unique avec le monsieur barbu du nom de Qui-Gon qui va l’emmener dans l’espace dans sa belle navette. Mesdames, vous qui me lisez, si un homme frappe à votre porte et prétend qu’il faut lui donner votre enfant pour qu’il l’emmène dans l’espace, merci de lui mettre un bon coup de genou avant de composer le 17 (ils ont l’habitude, il y a environ 100 à 150 "jedis" en garde à vue chaque année). Sauf que pas de bol, dans le même temps, Dark Maul a retrouvé grâce à de petits droïdes la trace des gentils, et s’en va leur bourrer la gueule ; mais pour y arriver vite et bien il a…

… son space solex !

Je n’invente rien. Il fait même le bruit qui va bien. Bon, bin, en route Puissant Sith, fais donc de la pétrolette sans casque pour montrer à quel point tu es vil. Et maintenant, bats toi avec Qui-Gon en faisant des pirouettes, voilà, c’est ça ! Comme tu es fort, Dark Maul ! Tellement que Qui-Gon ne peut le vaincre et s’enfuit avec toute sa troupe à bord de son vaisseau rutilant et fraichement réparé pour s’envoler vers les étoiles… Où Anakin, malgré le fait qu’il n’aie pas encore passé la puberté s’empresse de draguer Padmé et de lui offrir des bijoux sculptés par ses soins (oui, en plus il est artiste, et oui, il a aussi trouvé le temps de faire ça, il est décidément incroyable, il doit vivre 72h là où l’on n’en vit que 24, prolétaires temporels que nous sommes).

La troupe finit par arriver à Coruscant, où le sénateur Palpatine fait un numéro top discret à la reine Amidala : "Halala, le sénat ne vous aidera jamais sauf si *clin d’œil* il est dirigé par *clin d’œil* un sénateur suffisamment fort *méga clin d’oeil, double pouces vers le torse* aussi si vous votiez pour que l’on dégage l’actuel mollusque qui dirige le sénat, ce serait top moumoute.*clin d’oeil si fort qu’il couvre une partie de la joue*". Plan très subtil qui marche tant et si bien que ça fait brailler comme des ânes les sénateurs wookies  en séance (mais si, vous savez, Chewbacca !) ; c’est ça qu’il nous manque en France : un sénateur wookie. C’est un peu comme Jean-Pierre Raffarin, mais en un poil (humour) plus crédible. Mais ne nous attardons pas sur ce sujet, poursuivons.

Au conseil des jedis, dans le même temps, nos deux loulous font leur debriefing.

"Maîtres, je pense que celui que j’ai combattu sur Tatooine est un seigneur Sith.
- Vous dites ça parce qu’il était tout rouge, avec une cape noire et un sabre laser tout aussi rougeoyant ?
- Heu, oui, déjà, oui.
- Et parce qu’il avait des yeux de fous, des tatouages affreux et des cornes sataniques ?
- Ca m’a mis sur la piste, en effet.
- Vous êtes plein de préjugés, Chevalier Qui-Gon Jinn. On va saisir la Halde.
- Attendez attendez ! Il faisait aussi du Space Solex sans casque !
*indignation dans la salle*
- Excusez nous d’avoir douté Chevalier Qui-Gon Jinn : c’est bien là le signe d’un Seigneur Sith "
0

Et ils discutent aussi du cas Anakin, dont il faudrait faire un jedi et qui pourrait être "l’enfant de la prophétie" ("l’élu" local, quoi, le truc vu et revu). Maître Windu, le jedi black lui fait donc passer le test du "devine quelle image je cache sur l’écran que je tiens dans ma main". Et le jeune enfant le passe avec succès : "Un vaisseau…un speeder… un autre vaisseau… une pomme… un sabre-laser… Denise Milani à la plage… un croiseur galactique…" : c’est bien la preuve qu’il a tout du futur jedi, maître Windu en est tout perplexe.

Une famille wookie attendant de passer chez le toiletteur

Amidala, elle, en a un peu marre d’attendre que le sénat bouge pour l’aider, et décide de repartir pour Naboo, comme ça, sans préparations ni armée (c’est malin). Le conseil des jedis envoie donc à nouveau Qui-Gon et Obi-Wan pour protéger la reine et servir un peu à quelque chose, comme péter des gencives à coups de sabre, par exemple. Et dans le doute, ils emmènent aussi Anakin, parce que bon, emmener un gamin sur une zone de guerre, c’est la meilleure idée qu’ils aient dans l’immédiat. Jedis, sagesse, moines-soldats, tout ça…

Dark Sidious, lui, envoie Dark Maul pour filer un coup de main face aux jedis sur Naboo. Et dit continuer de s’assurer que le sénat traine les pieds pour ne pas venir en aide à la petite planète niaise.

Sur Naboo justement, Amidala prendrait bien contact avec les Gungans pour monter une armée, et ça tombe bien puisque lorsque les Gungans sentent une menace ils se réfugient en surface au sanctuaire de…

Attendez, je me relis : menacés par des droïdes qui rouillent dans l’eau, un peuple d’amphibiens se réfugie en surface, à la portée de tout ce qui porte laser. D’accord, je vois.

Bref, on apprend qu’Amidala, en fait, c’est Padmé. La Amidala habituelle, c’est juste une servante (mais alors douée en diplomatie parce qu’elle prend des initiatives sans consulter l’original) qui est là en cas d’attentat pour prendre des balles à la place de la vraie reine, qui est elle déguisée en servante. Et les Gungans font la paix avec les Naboos et s’allient pour bouter la Fédération du Commerce hors de leur mère-patrie (après le traditionnel passage du discours de motivation des troupes cucu la praline)

A noter que sans raison aucune, Jar-Jar Binks est nommé général par le chef des Gungans, qui doit se dire qu’il n’a pas assez de handicaps comme ça. Pendant ce temps, les gentils préparent leur plan de bataille.

"Bon, les gars, v’la le plan !
- On vous écoute les gentils.
- On va faire une énorme diversion en provoquant une grosse bataille en plaine entre Gungans et droïdes, là où les chars de la Fédération du Commerce pourront manoeuvrer à loisir et leurs forces aériennes nous bombarder sans soucis.
- Heu… et se cacher dans les bois, tendre des embuscades ?
- Votre nom caporal !
- Caporal Roudoudou mon général, IVe d’infanterie de Naboo.
- Caporal Roudoudou, écoutez plutôt la suite de mon superbe plan. Dans le même temps, les gentils jedis vont infiltrer le palais royal de la capitale où se cache le chef ennemi et le capturer pour faire cesser les assauts.
- Heu… d’accord.
- Et au même moment, on va envoyer une escadrille tenter de détruire le vaisseau-amiral qui commande à tous les droïdes, en orbite autour de cette planète. Vous savez, celui où étaient les héros au début du film et dont ils se sont connement barrés plutôt que de tenter quelque chose. Voilà, vous comprenez maintenant pourquoi je suis général et vous caporal ?
- Mon général, on pourrait pas plutôt d’abord s’attaquer au vaisseau en orbite ? Une fois les droïdes en panne complète, on aura pas une seule perte au sol et on pourra aller cueillir le chef de la Fédération du Commerce tranquillement.
- Caporal Roudoudou, vous êtes dégradé, vous n’avez aucune notion de stratégie. Rompez !"
0

Qui-Gon, qui est encore plus fort, a lui décidé d’emmener Anakin sur la mission commando. Sa consigne est "Une fois dans le palais, trouve une cachette et reste y". Oui Qui-Gon, ou alors il suffisait de ne pas l’emmener, c’était aussi une bonne cachette, de ne pas être là.

Padmé Amidala et son bouclier humain. Belle mentalité.

Anakin profite de la bataille générale dans le palais pour monter dans un chasseur spatial qui trainait, et ça tombe doublement bien parce qu’il a emmené avec lui R2-D2 pour l’aider à piloter (sachant qu’il ne devait pas le faire, pourquoi l’a t-il emmené ? La Force ? Encore elle ?)

En tout cas, Dark Maul s’invite lui aussi dans la bataille, constatant qu’il y a de l’ambiance dans le coin. Il en profite pour montrer qu’il a non pas un sabre laser, mais un double sabre laser, ce qui lui permet de combattre deux adversaires à la fois (à condition que les deux soient assez bêtes pour attaquer chacun d’un côté de l’arme : ça tombe bien, c’est pile ce qu’ils font).

D’ailleurs, à force de dire et de faire des bêtises, Qui-Gon est tué par Dark Maul et vengé dans la minute qui suit par un coup bien placé de l’ami Obi-Wan qui venge son maître. Pas content !

Suite à un incroyable coup de chance (La Force ! Décidément, tout le scenario repose sur elle !), Anakin fait décoller son vaisseau et détruit des gros droïdes qui menaçaient la reine juste en appuyant sur tous les boutons au hasard (D’accord.). Et toujours en faisant n’importe quoi, il vole jusque dans l’espace (ok) où il évite des nuées de chasseurs (certes) jusqu’à arriver tranquillement dans le hangar du vaisseau ennemi  (formidable) où…. attendez. Pour comprendre cette scène, il faut revenir 25 ans en arrière, dans les locaux de SpaceShip-FC Inc

"Bonjour messieurs les actionnaires, merci d’être venus, je vais vous présenter aujourd’hui notre nouveau projet : le vaisseau-amiral centre de contrôle pour droïdes !
- Hoooo !
- Dôté d’un bouclier efficace, il peut commander jusqu’à 7 millions de droïdes et…
* la porte de la salle de réunion claque, et une silhouette apparait*
- Excusez moi, ce sont les plans que l’on voit là ? – dit le nouvel arrivant
- Heu, oui, sur le powerpoint derrière moi ? Oui, c’est ça.
- Dites moi – reprend la voix – le réacteur, où se situe t-il ?
- Dans… dans la salle du réacteur, ici, dans la zone blindée.
- Bon, vous me refaites tout ça, je veux voir le réacteur juste à côté du hangar à chasseur et des munitions.
- Mais ! Mais c’est… le vaisseau serait considérablement affaibli ! Un seul tir pourrait le foutre en l’air, ou même une fausse manipulation ! Qui… qui êtes vous ! Pourquoi faites vous cela ? Pourquoi voulez vous que l’on fasse quelque chose d’aussi bête et illogique ?
- Je suis La Force !
- Oui, oui, je me souviens ! Je vous ai vu une fois toute turgescente rentrer chez Mme Skywalker et…
- Il suffit ! Taisez-vous ! Je suis actionnaire majoritaire de SpaceShip-FC Inc, et j’ordonne que l’on mette les réacteurs à énergie dans l’endroit où ils seront les plus exposés : dans le hangar des chasseurs, celui qui est toujours ouvert sur l’extérieur ! Allez, au travail messieurs ! Vous comprendrez dans 25 ans pourquoi j’ai fait cela"
0
 
Le vaisseau qui crie "tuez… moi…"

Car oui, encore une fois, Anakin en appuyant n’importe où tire dans les réacteurs à énergie du vaisseau, placés pile en face de lui dans le Hangar (et à part mon explication ci-dessus, je ne vois pas comment expliquer ça avec la Force). Il détruit ainsi à lui seul le vaisseau amiral avant de rentrer à la maison pour l’heure du goûter. Tous les droïdes tombent donc en panne en même temps, privés de leur vaisseau de commandement, sauvant ainsi les Gungans pour qui la superfétatoire bataille qu’ils poursuivaient tournait mal, et du même coup la planète entière est sauvée. Tout ça grâce à un enfant d’une dizaine d’année tapant n’importe où dans un cockpit dans lequel il était arrivé pour des raisons incohérentes. Formidable.

Dire que nos deux jedis auraient pu arrêter le film à la septième minute en restant à bord du vaisseau de commandement et en plantant l’armée droïde.

Allez, on approche de la fin : Obi-Wan reçoit le grade de chevalier et est autorisé à former ce trou du cul d’Anakin. Ce dernier justement profite d’une cérémonie célébrant la fin de la guerre sur Naboo pour faire un sourire genre "Attends voir que je passe la puberté toi" à la petite Padmé Amidala et…

FIN

Je me souvenais pas que c’était aussi mauvais, pfou.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 5  832 followers