L’été est là, et avec lui, son cortège de magazines regorgeant de fabuleux tests.

Conçus par des experts en Q.C.M, ces derniers sont si perfectionnés qu’ils permettent de révéler sur vous plus de choses que des années de psychothérapie : "Où en est votre libido ?" ; "Savez-vous écouter autrui ?" ; "La mode et vous ?", autant de sujets qui passionnent les foules et motivent quantité de touristes qui iront entourer des A,  des B, des triangles et des ronds afin de tout savoir de leur face cachée, occupant ainsi leurs esprits alors que le soleil de la côte colorera doucement de cuivre leurs épidermes.

Ce blog étant une de vos lectures estivales, il serait bien inconvenant de n’y trouver aucun test apte à vous instruire sur vous-même. Aussi, permettez-moi de vous proposer le grand test de l’été, classique parmi les classiques et donc indispensable à toute littérature qui se respecte :

"Quel type de séducteur êtes-vous ?"

Oui, ça s’adresse aux messieurs (hétérosexuels, mais Têtu est déjà-là pour les autres). Les filles, n’allez pas me dire que vous n’avez pas déjà une pile de magazines proposant "Quelle dragueuse êtes-vous ?" en kiosque, alors bon, hein. Je ne vais pas non plus vous priver de ces lectures sur papiers glacés dont la seule emplette participe à la relance du pays. Je suis un patriote, moi.

Mais ne digressons pas plus, et revenons-en à notre grand test, qui comme tous les tests, ne sera pas prévisible à 5km. Vous avez de quoi noter (attention, entourer les réponses sur son écran est déconseillé) ? Alors allons-y.

Si vous n'avez pas de tablettes, portez un costard. Même à la plage.

"Quel type de séducteur êtes-vous ?"

1 -Vous voilà arrivé en vacances ; vous avez monté vos valises dans la chambre de votre hôtel, entreposé avec soin vos slips sur les étagères prévues à cet effet, et êtes redescendu dans le hall de l’établissement. Soudain, vous l’avez aperçue au bar, vos yeux particulièrement attirés par :

A – Ses beaux yeux clairs, qui ne sont pas sans rappeler la couleur des mers du sud.

B – Ses nibards.

C – Son Ipad.

D – Sa position hors du champ des caméras de sécurité de l’hôtel.

0

2Profitant du fait que vous auriez bien besoin vous-même d’un rafraichissement au bar de l’hôtel après le déballage de vos bagages, vous vous asseyez à proximité et vous demandez au barman de lui servir un verre de votre part ; vous lui commandez :

A – Ce qu’elle désire, vous vous êtes assis à côté d’elle et lui avez demandé quel était son cocktail favori en lui proposant de lui offrir.

B – Un redbull, elle va avoir besoin d’énergie avec moi, huhuhu.

C – Vous consultez "1001 cocktails" sur votre Iphone.

D – N’importe quoi pourvu que vous puissiez y glisser du GHB.

0

3 – Elle accepte votre invitation et sirote doucement ce que vous venez de lui offrir, avant de vous demander ce qui lui vaut l’honneur d’être ainsi servie par un inconnu :

A – Le plaisir de faire sourire une belle femme.

B – "Je ne suis pas un inconnu, je suis même une star dans les boîtes de nuits de Maubeuge."

C – "J’ai créé le groupe Facebook "si 1000 personnes cliquent sur "j’aime", j’offre un verre à la prochaine meuf que je croise."

D – Diable, le GHB ne semble pas faire effet. Vous seriez vous trompé de verre ? Vous faites semblant de rien lorsque l’octogénaire quelques mètres plus loin s’effondre après avoir fini sa consommation.

0

4 – Elle vous donne son prénom : Anya. Elle travaille dans la communication, en tant que graphiste au sein d’une petite entreprise parisienne. Chaque année, elle vient ici se ressourcer, loin de la grisaille de la capitale ; hélas, son récit s’interrompt lorsque l’astre céleste, alors à demi-masqué par un nuage, l’aveugle de l’un de ses rayons :

A – Vous vous saisissez du parasol déporté voisin et le tournez aussi vite que vous pouvez afin de protéger son visage parfait de cette clarté soudaine.

B – "Je fais souvent cet effet là !"

C – Vous avez une application pour ça.

D – Vous vous saisissez du parasol déporté voisin et le tournez aussi vite que vous pouvez tout en faisant une référence de bon goût sur le qualificatif dudit objet et la Pologne.

0

Protéger et séduire

5 – Mise à l’aise par votre réaction, elle se prend à vous demander votre nom à son tour ainsi que votre emploi :

A – Vous répondez à sa question avec honnêteté, clarté et simplicité.

B – Vous répondez à sa question avec honnêteté, clarté et simplicité, vous ajoutez par ailleurs le modèle de votre voiture dans la conversation.

C – Vous répondez à sa question avec honnêteté, clarté et simplicité, jusqu’à ce qu’elle demande en quoi consiste votre métier, puisque vous vous lancez alors dans des explications sans fin sur l’informatique, les bases de données et le kernel 32.

D – "Je m’appelle Juan et je suis multimilliardaire, accessoirement mécène de la mode et recruteur de mannequins."

0

6 - Elle vous parle de son petit ami, qui ne la rejoindra que dans deux jours puisqu’ayant des vacances décalées :

A – Ah oui, et que fait-il dans la vie ? (Ah, voilà qui tombe mal !)

B – Ah oui, et que fait-il dans la vie ? (Bon, s’il n’est pas militaire, ça devrait aller, vous pourrez lui casser la gueule)

C – Ah oui, et que fait-il dans la vie ? (Vous faites une recherche Facebook)

D – Ah oui, et que fait-il dans la vie ? (Maintenant que vous avez le nom de son ami, vous craignez qu’il n’ait un "accident" en voulant rejoindre la côte)

0

7 -Regardant sa montre, elle vous signale qu’elle doit s’éclipser. Elle glisse dans ses excuses de départ que cependant, elle sera à la plage  du Mauroy ce soir avec quelques amis pour une petite fête. Le message étant limpide, vous vous préparez dans la journée en :

A – Rêvant de sa beauté, de ses fossettes lorsqu’elle sourit, de sa manière de passer la main dans ses cheveux… tout en cherchant quelques compliment de bon aloi utiles pour la soirée.

B – Faisant la vidange de la 206, et en m’assurant que tous les néons fonctionnent sous l’habitacle.

C – Mettant à jour votre statut Facebook , Twitter, Myspace, Wink…

D – Remplissant votre sac de plage pour ce soir : serviette, boissons, tenue de rechange, préservatifs, gros caillou et brouilleur de portables.

0

8Le soir venu, vous voici rendu à la plage du Mauroy ; autour d’un feu, quelques personnes s’amusent, chantent et discutent, parmi lesquelles Anya. Vous vous approchez et :

A – Saluez poliment la compagnie, en donnant votre prénom et en retenant celui de chacun pour mieux vous intégrer.

B – Saluez tout le monde d’un "Ouesh, ça va ou bien ?" avant de tenter de coller une main aux fesses d’Anya.

C – Demandez s’il y a des joueurs de World of Warcraft dans l’assemblée.

D – Jaugez les copines d’Anya : s’il y en a une seule de mieux cambrée, vous changez aussitôt de cible.

0

Si vous pensiez avoir un ticket avec Lara Croft, c'est qu'il est grand temps de vous réveiller et d'aller au travail

9 - Rapidement, la situation devient alarmante : le groupe comprend un jeune homme doué  pour la guitare et le chant, et qui n’a de cesse de faire vibrer tant son instrument que le cœur de ces dames. Vous :

A – Vous dites que vous n’auriez pas dû choisir de jouer de l’accordéon au conservatoire. Vous tentez de jouer un morceau vous même, mais n’atteignez évidemment pas le niveau de l’artiste local. Au moins, vous aurez essayé.

B – Dites que si c’est pour écouter de la musique, vous avez un set de basses de ouf’ dans la 206 ainsi que l’intégrale de David Guetta.

C – Collez votre téléphone contre la guitare de l’individu en lançant votre application identifiant automatiquement les morceaux en train d’être joués.

D – Prétextez vous lever pour aller saisir une bouteille et marchez lourdement sur la main de l’ennemi en invoquant une maladresse. Sans ses doigts, il devrait représenter un niveau de menace moins élevé.

0

10Anya se lève en s’excusant poliment et se dirige vers les toilettes de la plage. Quelques minutes après qu’elle soit revenue, vous vous y rendez pour vous soulager d’un besoin pressant, et découvrez dans la cuvette un monstrueux colombin semblant être pointé vers vous, tel un doigt accusateur ; face à l’hostile étron, vous :

A – Vous demandez comment Anya a pu survivre à pareille puanteur ; quel terroriste a bien pu ainsi souiller ce lieu d’aisance ? La damoiselle fut bien courageuse de ne pas défaillir devant la bête. Pourtant, au fond de vous, à la fraicheur moite de l’objet, vous savez qui est la coupable. Mais un vrai gentleman doit couvrir les agissements de sa dulcinée. Si jamais quelqu’un d’autre va aux toilettes et découvre ce truc que même la marée ne saurait emporter vers les égouts, vous vous accuserez pour protéger Anya.

B – Trouvez qu’il est tout à fait anormal qu’un petit cul pareil puisse produire pareil cigare : vous vous attelez donc à produire un baleineau encore plus monstrueux pour bien rappeler qui est le chef, le tout en poussant si fort que vous craignez que vos cris n’attirent l’attention de vos compagnons restés sur le sable.

C – Prenez le monstre en photo et l’envoyez aussitôt sur Facebook avant de marquer votre ami Rémi sur l’image. Vous êtes décidément trop drôle.

D – Figé devant ce coprolithe gros comme un cuisseau de Gérard Depardieu, vous n’en retournez pas moins la situation à votre avantage lorsque vous retrouvez votre place près du feu en accusant le guitariste d’être à l’origine de ce golem fécal ; avant même qu’il ne  puisse nier quoi que ce soit, vous racontez comment vous l’avez vu se rendre aux toilettes tout à l’heure avant d’en ressortir l’air à la fois soulagé et coupable, comme cherchant du regard d’éventuels témoins de son immonde forfait.

0

11 – La soirée avance, l’alcoolémie monte alors que le niveau des bouteilles – et celui des conversations – descend ; vous :

A – Vous assurez que personne ne fait de coma éthylique et prenez le parti d’être le capitaine de soirée.

B – Vous lancez dans un concours de boisson afin de montrer que vous êtes bien le plus fort des mâles présents.

C – "Et là, si tu souffles vers l’écran, hop ! Il peut te dire si tu es au dessus du niveau légal du pays où tu es géolocalisé !"

D – Vous proposez aux garçons déjà bien entamés de se lancer avec vous dans une course nocturne à la nage vers la bouée qui clignote, là-bas. Évidemment, une fois qu’ils se sont tous élancés à l’eau, vous faites demi-tour et retournez trouver les filles autour du feu. Demain, la police retrouvera les cadavres emplis d’eau salée et de vodka sucrée de six idiots ivres incapables de reconnaître une supposée bouée clignotante à 50 mètres d’un phare à 5 kilomètres.

Attention à ne pas noyer des gens du côté de Miami, sinon vous aurez affaire à lui

0

12 – Il est grand temps de retourner à l’hôtel ; Anya a un peu bu, mais tient encore debout. Vous :

A – la raccompagnez jusqu’à la porte de sa chambre, où vous la laissez après vous être assuré qu’elle allait bien : on ne profite pas d’une jeune fille sous les effets de l’alcool.

B – la raccompagnez jusqu’à la porte de sa chambre, avant de lui demander si elle ne vous inviterait pas à prendre un dernier verre.

C – la raccompagnez jusqu’à la porte de sa chambre, avant de lui demander si vous ne pourriez pas rentrer voir son Ipad.

D – la raccompagnez jusqu’à la porte de sa chambre, avant de vous souvenir que vu ce qu’elle a produit dans les toilettes de la plage, son logis est peut-être occupée par une odeur de souillure tout aussi lourde et méphitique qui ne serait pas sans rappeler le gaz moutarde. Vous la chargez donc sur votre dos, direction votre chambrée, plus saine et aérée.

0

13 - Alors que vous ne vous y attendiez pas, elle vous saisit le visage et vous embrasse avant de faire basculer la porte de la chambre devant laquelle vous êtes d’un coup de pied bien senti. Vous :

A – Êtes effectivement surpris, mais ne vous laissez pas gagner par l’ivresse des sens ; voilà un moment de grâce, de romantisme… mais pourtant, sûrement dû à l’alcool ; ses sentiments sont faussés par les litres de whisky Lidl -River cola qu’elle a absorbés à la plage. Vous déposez un simple baiser sur son front et la bordez en lui expliquant que demain, elle réalisera à quel point vous avez fait ce qu’il y avait de mieux pour elle.

B – La pelotez en marmonnant diverses grossièretés.

C – Cliquez sur "J’aime".

D – Lui expliquez qu’elle a intérêt à se calmer avec les portes ; vous profitez de cet élan d’autoritarisme pour prendre votre meilleur accent germanique, sortir vos menottes et votre cravache et lui enseigner la discipline toute la nuit. Les filles sobres sont souvent vachement moins compréhensives de la chose. En partie lorsque vous annoncez que vous filmez le tout "pour les archives du Reich".

0

14 - Le lendemain matin, Anya :

A – Vous trouve à sa porte avec le petit déjeuner et de quoi l’aider à faire passer la gueule de bois.

B – Se réveille en humant l’odeur de cigarette que vous êtes en train d’achever. "Alors, heureuse ?", marmonnez vous d’un air confiant.

C – A un nouvel ami Facebook.

D – Se réveille nue dans un terrain vague de Sedan.

Se réveiller dans les Ardennes, c'est, disons, particulier.

0

15 – Dans la journée, elle tente de vous appeler pour parler de la veille, vous :

A – Décrochez

B – Raccrochez

C – Votre téléphone fait niveau à bulle, sabre laser, ordinateur, PDA, mais pas téléphone

D – Vous pouvez me rappeler à quel moment ai-je dit que je lui laissais mon numéro ?

0

Bien, nous arrivons à la fin du test ; collectez donc vos notes, additionnez vos lettres… et voyons les résultats :

Si vous avez une majorité de A : Vous êtes le meilleur ami gay

Romantique, idéaliste, attentionné, soucieux de sa personne… votre gentillesse n’a d’égal que votre naïveté ; vos cibles comprennent vite que vous êtes tout à fait inoffensif et que vous leur portez trop d’attention pour qu’elles aient besoin de faire le moindre geste à votre égard. Bien sûr, elles viennent 5 à 6 fois par an chez vous afin de pleurer sur votre épaule en vous expliquant qu’elles aimeraient bien savoir où trouver quelqu’un qui s’occupe vraiment d’elles et ne les considère pas que pour leur cul ; pourtant, avant même que vous réagissiez, elles sortiront avec Régis, un militaire à la mâchoire proéminente et au front bas qui se servira d’elles comme table basse lorsqu’il regardera le foot.

La phrase que vous entendez le plus souvent lorsque vous trouvez le courage d’avouer vos sentiments : "Tu sais, je ne voudrais pas perdre notre belle amitié".

Si vous avez une majorité de B : Vous êtes le dragueur beauf

Qu’il faille tourner les serviettes, faire la chenille ou imiter les canards danseurs, vous êtes l’homme de la situation. Pour vous, une femme est un trophée que l’on aime à brandir de temps en temps devant ses amis, et qui doit être l’accessoire de votre suprême virilité. Amateur de belles carosseries en tous domaines, vous êtes l’incarnation de la classe, de l’élégance et du bon goût, quelque part entre Men’s Health et Auto Plus. Vous êtes à la fois le mâle dominant et un homme dominé, puisque vous êtes totalement dépendant des femmes : sans elles, vous vous sentez penaud, et surtout, vos slips ne se lavent plus tout seuls. C’est à croire qu’ils sont de mèche.

La phrase que vous utilisez le plus souvent pour préparer vos plans drague : "Bon les gars, ce soir on va au Macumba : ya d’la meuf de 17 ans bien fraiche et ferme ; pis comme la musique est forte, ça s’entend pas qu’on dit des conneries. En plus ce soir, c’est soirée mousse, ça va trop donner !"

Si vous avez une majorité de C : Vous êtes le geek suprême

Vous êtes un homme du XXIe siècle, fils de la technologie et de l’internet. Les filles avec lesquelles vous êtes allé le plus loin ont des noms qui se finissent en .gif ou en .jpeg. Vous avez bien essayé de vous marier une fois sous World of Warcraft, mais il s’est avéré que cette guerrière Elfe était en fait un mécanicien velu du Minnesota. Depuis, vous continuez votre quête désespérée d’un amour partagé autour de passions communes, celle d’une romance qui fleurirait tant et si bien qu’au moins 200 personnes cliqueraient sur "j’aime". Un jour, vous rencontrerez une jeune fille qui partagera votre passion de l’informatique et des nouvelles technologies, et ce jour là, vous pourrez fonder un foyer, un endroit où vous aurez un chat du nom de "Link", une fille nommée Arwen et un garçon répondant au doux nom d’Harry.

La phrase que vous utilisez le plus souvent pour draguer : "C’est quoi ton profil Facebook ? T’as Gtalk ? Tu as déjà vu les OAV Evangélion ? Je t’ai pas déjà vue sur Youporn ?"

Je mens : en réalité, les geeks ont trop la côte

Si vous avez une majorité de D : Vous êtes le sombre connard

Nonobstant les conventions et la morale, vous êtes devenu un maître du pragmatisme en toute chose. Votre objectif n’est pas de vous poser, ce qui serait un signe de faiblesse, mais bien de profiter pleinement des faiblesses de la nature humain pour combler vos besoins et sentir votre ego boursoufflé se gonfler en se nourrissant du désir d’autrui pour votre personne. Vous avez compris depuis longtemps que le beau sexe n’attendait plus des mâles quelque attention, mais seulement de l’action et une bonne remise en place. Vous n’êtes pas machiste, non, seulement un homme du monde qui a su s’imprégner d’expériences sociales au point de comprendre la vraie nature des femmes : si vous voulez prendre une forteresse, nul besoin de la bombarder de fleurs jusqu’à ce qu’elle se rende ; un bélier fera bien l’affaire, pourvu qu’il ne fasse pas dans le détail. Votre plus gros problème reste le nombre improbable de plaintes déposées à votre endroit dans moult commissariats de France et de Navarre. Mais avec quelques amis au ministère, il n’est nul malentendu qui ne saurait se régler.

La phrase que vous utilisez le plus souvent lors de vos soirées romantiques : "Il va falloir que je pense à acheter une voiture avec un plus grand coffre."

Sur ce, la ville rose m’attend, permettez moi donc de prendre quelques jours de repos. Ho, et pour les petits malins qui ont répondu "D" à chaque fois : j’insiste, vous n’êtes que de sombres connards, pas d’odieux ; pour cela, il vous reste bien du chemin à faire.

Quant à ceux qui ont massivement répondu A : désolé les gars. Ou alors, vous êtes des filles pleines de mauvaise foi qui ont fait le test.

Inutile de nier.

On ne me la fait pas.